Index - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Règlements & contexte - Encyclopédies - Annonces - Recherches - Questions - FAQ - Partenariats - Parrainage - Ateliers - L'infolettre
[Taverne] L'Oeil du Dindon
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Royaumes d'Enkidiev -> Royaume d'Émeraude -> x Hors jeu
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Miguel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 26/04/2010 21:36    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

L'établissement, L'Oeil du dindon, se remarque en premier par son affiche, qui montre justement une tête de l'animal qui vous regarde, l'air de dire : Viens manger de la bonne bouffe! Il s'agit d'une salle à manger doté d'une cuisine, pouvant accueillir environ une quarantaine de badaud tous plus friands de bonne bouffes les uns que les autres. Un comptoir sépare le domaine des employés de celui des clients. Celui-ci est fait en chêne massif, sculpté, mais sans trop de fioritures. Une partie se relève pour donner l'accès au cuisine, et pour permettre aux travailleurs de faire leur boulot.

La grande salle consiste en d'énormes tables et de bancs alignés les uns aux autres, permettant au personnel d'aller et venir dans les allées en toute convenance. Des tables rondes, un peu plus en retrait, sont pour les plus petits groupes, ou pour ceux qui ne veulent pas se mêler aux autres, car en effet, à l'Oeil du Dindon, même s'il s'agit d'un établissement ou la nourriture est à en faire saliver les dieux, l'ambiance est toujours festive et à la bonne franquette. La taverne n'a rien de ces bars de guindés où il faut absolument des parures d'or et de la fourrures pour entrer. Ici, un paysan peut y entrer et avoir un bon repas à un prix raisonnable, se mêlant parmi les nobles et toutes sorte d'autres gens, tant qu'ils se tiennent tranquille et qu'ils ont de quoi payer!

Dans un coin de la pièce, on retrouve un étrange coussin couleur corail, avec un sceau de grain et un autre d'eau. Il s'agit de l'antre de la bête; Olaf la dinde, la mascotte de l'établissement. La rumeur voudrait que Olaf serait servie chaque année dans le temps des réjouissance, mais Miguel dément bien ses pratique, malgré l'évidence de la variabilité de la taille et de la grosseur de la dinde en question.

De larges fenêtres laissent passer la lumière durant le jour, et Miguel, le propriétaire, les fait souvent ouvrir en soiré pour faire profiter à tout le monde de la fraîcheur de la nuit, lorsque le temps le permet.

Derrière le comptoir, se trouve des portes battantes qui mènent aux cuisines, le domaine consacré du propriétaire des lieux. En effet, rares sont les mortels qui ne sont pas employés, qui ont pu y entrer et en sortir indemne. La cuisine se compose d'un foyer pouvant assez grand pour pouvoir y accueillir trois marmites de front, d'un four à bois, de bacs d'eau, et d'une trappe menant à la réserve personnelle de nourriture du cuisinier. Et déjà si l'accès à la cuisine est difficile à avoir, personne d'autre à part Miguel n'a mit le pied dans cette cave. Le vin et la bière sont gardé à l'avant; la bière dans des futs alignés sur le mur, et le vin dans des bouteilles, située dans la deuxième cave, dont l'accès se trouve derrière le comptoir.

L'oeil du Dindon est l'endroit idéal pour se réunir autour d'une bonne bouffe et d'une bonne bière, tout en écoutant les derniers ragots de la ville, tout en surveillant votre femme pour ne pas que Miguel s'en approche trop. Et petit détail, les serveurs et serveuses sont hors limites à l'intérieur de l'établissement, sinon quelqu'un vous ferra clairement savoir que vos mains doivent rester dans vos poches lorsqu'un fille se penche par-dessus votre épaule pour déposer votre bière devant vous!

Aussi, juste à côté du comptoir se trouve l'escalier qui se trouve à l'étage. Il est à noter que l'Oeil du dindon n'est pas une auberge, mais une taverne. Les chambres sont donc destinées seulement aux employés. Il y a quatre chambre en tout. Elle de Miguel, la plus luxueuse, est celle du fond, et qui possède la meilleure vue. Les autres chambres sont modestes, mais non sans une touche de goût pour ses employés. Ce n'est pas une obligation d'habiter dans l'établissement, mais c'est souvent plus simple d'y passer la nuit lorsque les soirées finissent tard. Seuls Miguel et Shani y sont résidents permanents, si on ne compte pas Olaf.

[Pourra être modifié dans le futur]


Dernière édition par Miguel le 05/08/2010 19:09; édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 26/04/2010 21:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Miguel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 05/05/2010 20:18    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Le seigneur et maître de l'établissement s'était levé tôt ce matin-là. Miguel se débarbouilla le visage à la cuvette dans sa chambre, et rabattit la couette en plume sur son lit et se dévisagea dans le miroir un instant. Passant ses mains dans ses cheveux couleurs de blé et se tourna du quart pour attraper ses vêtements. Il enfila ses pantalons en toile noire, et boutonna sa chemise blanche, avant de mettre son foulard noir à son cou et dans ses cheveux. Après avoir enfilé ses bottes par-dessus ses pantalons, il sortit de son royaume et descendit les marches d'un pas léger.

Arrivé dans la grande salle, le cuisinier s'approcha des fenêtres et en tira les volets pour faire de la lumière dans tout l'établissement. Malheureusement, l'astre lumineux tardait encore à montrer le bout de son nez, et ce ne fut que l'aurore qui l'accueillit. Haussant les épaules, il passa le comptoir et entra dans son domaine; la cuisine

Avec un mouvement sec, il alluma le feu dans le foyer et dans le four, avant de s'assoir sur un banc placé dans un coin de la pièce. Comme à son habitude, il réfléchissait à ce qu'il pourrait mettre au menu pour la journée. Après quelques minutes, il eut un autre mouvement d'épaule et se mit à la tâche.

Empoignant un sac de farine, il en jeta une quantité sur sa table de travail et dans un grand bol en bois. Puis, descendant à la cave, il ressortit plusieurs minutes plus tard avec le nécessaire pour faire un pain de seigle pour la bande d'affamés qui prendrait place se soir au table. Alors qu'il pétrissait la pâte, une tête étrangement familière apparut au-dessus du comptoir dans un glouglou familier. Ne tournant même pas la tête, il empoigna du seigle, et le jeta par terre pour que la dinde se nourrisse, ce qu'elle fit sans tarder. Déjà, dans la cuisine, la température avait augmentée de plusieurs degré à cause des fours, et alors qu'il laissait la pâte lever, il s'essuya le front avec le revers de sa main, y laissant une trace de farine.

Il devait laisser la pâte reposer pendant un certain moment, il s'attela donc à la tâche suivante. Olaf, sa précieuse dinde s'était couchée en plein milieu du chemin, comme à son habitude, et Miguel devait la contourner à chaque aller et retour, ce qu'il faisait maintenant presque machinalement. Attrapant une de ses marmites, il la suspendit à un des crochets au dessus du feu et la remplit graduellement grâce à un sceau. Lorsqu'elle eut la quantité d'eau voulue, il jeta plusieurs os de poulet et de bœuf dans celle-ci et commença à trancher des légumes. Bientôt, par pur réflexe, sa voix, qui n'était qu'un murmure au début, s'enfla jusqu'à ce qu'il s'égosillait à plein poumons.

Les rêves des amoureux sont comme le bon vin
Ils donnent de la joie ou bien du chagrin
Affaibli par la faim je suis malheureux
Volant en chemin tout ce que je peux
Car rien n'est gratuit dans la vie

L'espoir est un plat bien trop vite consommé
À sauter les repas je suis habitué
Un voleur, solitaire, et triste à nourrir
À nous, je suis amer, je veux réussir
Car rien n'est gratuit dans la vie

Jamais on ne me dira
Que la course aux étoiles, ça n'est pas pour moi
Laissez-moi vous émerveiller, et prendre mon envol
Nous allons enfin nous réga~ler

La fête va enfin commencer
Et sortez les bouteilles, finis les ennuis
Je dresse la table, de ma nouvelle vie
Je suis heureux à l'idée de ce nouveau destin
Une vie à me cacher, et puis libre enfin
Le festin est sur mon chemin
Une vie à me cacher et puis libre enfin
Le festin est sur mon chemin


[@ Camille - Le festin]

C'était la routine matinale; il était le réveil matin de ceux qui habitait l'auberge, car à chaque matin, il chantait automatiquement une chanson pendant qu'il taillardait des légumes. Et s'en était une autre alors qu'il faisait rôtir la viande. En fait, le cuisinier chantait presque tout le temps lorsqu'il faisait la cuisine, au risque de s'étouffer avec la farine. Il jeta les retailles à Olaf, puis, alors qu'il avait un temps d'attente, attrapa des restants de pain d'hier, alla chercher un formage dans sa réserve, et sortit une corbeille de fruit encore frais.

Sortant dans la grande salle, il salua ceux qui s'étaient levée à cause de son hymne. Il posa le déjeuner sur une des tables, et alla embrasser une serveuse qu'il logeait depuis une ou deux semaines; Cléo, une ancienne prostituée qui avait voulue faire autre chose de sa vie que d'ouvrir les jambes. Mais ayant été élevée dans ce genre d'environnement, elle ne savait pas faire grand chose d'autre. Heureusement, il ne fallait pas être gênée et être capable de tourner les situations au ridicule lorsqu'on travaillait dans le genre d'établissement de Miguel, ce qui lui convenait parfaitement. Il lui avait donc donné cette seconde chance.

Cléo était un petit brin de femme au cheveux courts et noirs, avec une poitrine généreuse et des hanches qui n'invitaient qu'à une seule chose. Elle savait comment faire pour avoir une pièce de plus sans pour autant finir dans la couche d'un homme. Avec un sourire, elle croisa les bras sur la nuque de Miguel, avant de défaire l'étreinte et d'essuyer la farine qu'il avait sur le front. Avec un demi-sourire, il lui rendit un moment son étreinte avant de la relâcher et de passer à la suivante.

- Bonjour Shaniii~, fit-il avec son éternel accent, Y'espère qué tou as bienne dormi? Le déjeuner est sour la tablé. Bonne Apétité! [faut vraiment lire à la phonétique et à l'espagnol]

En passant derrière elle, il plaqua un baiser sur le sommet de son crâne, et s'en fut dans son antre pour repétrir la pâte qui avait finie de lever. En entrant dans la cuisine, il eut la bouffée de chaleur en pleine figure, et soupira. C'était le lot des cuisiniers, et il n'arrêterais pas pour rien au monde. Et l'homme se remit à l'oeuvre, la dinde le surveillant de près.

- Tou va finir par couire Olaf, Allez, dehors! Shani, vienne chercher Olaf!

Les deux mains dans la farine, il continua son travail, et lorsque la fée entra dans la pièce, sans lever la tête, il continua.

- Ma jolie, il mé faudrais dé la vanillé, dé la cassonnadé, dé pommés, dé amandés, et du porc pour lé repas de se soir! Tou peux t'en occoupé?

Dans sa tête, il avait établit le repas de se soir, qui serait, comme à son habitude, un vrai régal. Quand on l'observait pourtant, on n'imaginait pas que cet homme qui semblait un peu tête en l'air ait la mémoire d'un éléphant, ayant la totalité de son inventaire dans sa simple tête.

Roulant la pâte entre ses mains, il fit plusieurs boules qu'il enfourna ensuite, toujours en chantonnant, puis il lança les légumes dans la soupière, avant de retourner dans la grande salle. Il ne pourrait pas continuer avant d'avoir le reste des ingrédients, et il ne pouvait pas vraiment aller au marché sans avoir fait trempette, car il était déjà en sueur.

Prenant place à une table, il étira le bras pour attraper le fromage. En coupant une bonne tranche, il la posa sur une tranche de pain et mâcha pensivement. Cléo, qui faisait le ménage, eut un sourire, et l'admira un instant, appuyée sur son balais, avant de recommencer. Ils restèrent un long moment en silence, seulement entrecoupé par le ronflement du feu dans la cuisine, et par les glouglou protestateur d'Olaf qui s'offusquait de ne pas avoir eut de fromage.
Revenir en haut
Chlotilde
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 05/05/2010 23:48    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

[HJ :: Promis, je ne casserai pas de mobilier comme à l'autre auberge/taverne. =) Et voilà! La première partie concerne la forêt, et après, c'est ici. Enfin, je suis ouverte à rp et toutes les idées et toutes les personnes sont les bienvenue! Smile]

    Elle avait trotté jusqu'au village, passant près de la forêt. Un instant, l'allure de sa monture avait ralenti, probablement du aux indications de Chlotilde. Après tout, c'était son idée première de passer par là. Qu'espérais-t-elle, honnêtement? Pour ne pas avoir l'air idiote, elle aurait simplement dit que c'était le chemin le plus court pour se rendre au village, mais ce n'était pas la vraie raison. Elle se souvenait de ce jour, sept ans plus tôt, où elle l'avait vu. Elle espérait juste le revoir, à cet endroit, peut-être. Cette forêt était associée à un bon souvenir, peut-être était-ce la même chose pour lui. Et puis, il devait savoir qu'aujourd'hui avait lieu la cérémonie de l'Ordre et que son fils avait une chance d'y être admis. Il se souviendrait bien de son fils. Elle finit par arrêter sa monture en bord du chemin. Elle attacha la longe à une branche basse et s'aventura entre les arbres. Elle marcha un moment pour se retrouver au bord d'un étang. Quelques pierres montraient l'emplacement où le feu avait brûlé, mais il y avait belle lurette que personne n'en avait allumé à cet endroit. Elle marcha un peu et finit par s'asseoir sur un tronc d'arbre coupé. La tête entre les mains, elle se grattait la tête, ne sachant pas trop quoi espérer ou quoi faire maintenant qu'elle savait qu'il n'était pas là. Elle l'aurait ressenti, sinon. Elle releva lentement la tête.

    * Zekhen - Je ne sais pas si tu m'entends... Mais tu dois savoir quel jour nous sommes... Callaan a passé l'entrevue avec la magicienne d'Émeraude. Il est élève, maintenant. Il sera un jour chevalier d'Émeraude, comme moi. Je lui ai dit que tu serais fier de lui... *

    Elle soupira. Les larmes montaient à ses yeux. Encore. Que n'aurait-elle pas donné pour le voir, là, devant elle, et pouvoir profiter de sa présence, de son corps? Elle aurait tout donné. S'il n'en avait dépendu que d'elle, elle serait partie le rejoindre depuis belle lurette, mais il y avait ses adorables enfants. Elle restait pour eux, entre autres. Elle essuya brièvement une larme qui dévalait sa joue droite.

    * Zekhen - J'espère que tu m'entends... Et que tu viendras bientôt... La dernière fois, ça a été un choc après tout... J'crois pas que tu t'attendais à me retrouver avec deux enfants... Enfin... Juste te dire que... J'm'ennuie de toi... Et... Je t'aime. *

    Il lui fallut encore quelques instants pour se ressaisir. Elle essuya les quelque larmes et retourna à sa monture. Décidant de prendre un moment pour elle, elle continua sa route vers le village. Elle passa juste à côté de l'auberge à laquelle elle avait l'habitude d'aller. Cependant, ce souvenant bien que, la dernière fois, plusieurs pièces de mobiliers ne s'étaient pas remis de leur visite, elle choisit de passer son chemin. Elle passa dans les rues en regardant les échoppes et une taverne attira son attention. Il y avait une drôle de pancarte, étrange et un peu épeurant. Elle finit pourtant par attacher la longe de son cheval non loin et par entrer dans la taverne.

    Déjà, à l'intérieur, il faisait plus chaud, probablement à cause des fourneaux qui devaient chauffer pour le repas. Elle sourit à un homme assis à une table en compagnie de quelques personnes. Ils mangeaient. En faisant plus attention, elle entendait les cris d'un animal. Lequel, elle ne le savait pas le moins du monde. Comme il n'y avait pas grand monde à cette heure-ci, elle s'installa à une table non loin de l'entrée. La chose la plus importante à retenir était de ne pas consommer de vodka. Habituellement, elle perdait les pédales avec cet alcool et elle ne voulait pas que cela arrive, encore une fois. Une petite bière ferait l'affaire. Et elle prendrait bien quelque chose à grignoter. Après tout, elle n'avait encore rien avalé depuis son lever. Ses enfants ayant déjà quitté la chambre, elle s'était simplement empressée de les rejoindre. Et là, son estomac réclamait quelque chose de consistant. Elle attendit donc que quelqu'un vienne la voir, probablement une serveuse. Seule, sans camarade, Chlotilde n'affichait pas nécessairement le même cran. Et comme elle n'avait rien à fêter en cette journée, elle pouvait bien se tenir tranquille. Elle sourit donc aux quelques personnes présentes en jouant avec le bout de ses doigts, distraitement, posés sur la table. Ce qu'elle avait faim...
Revenir en haut
Shani
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 06/05/2010 13:57    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

[J'arrive, j'arrive! XD]

Le gazouillement des oiseaux étaient particulièrement agréable en ce moment précis de la journée! S’étirant langoureusement, Shani eût un soupir de satisfaction en voyant le soleil qui pointait le bout de son nez à l’horizon. Visiblement, ce serait une superbe journée, puisqu’aucuns nuages n’étaient au rendez-vous! Un sourire satisfait sur son visage fin, la semi-fée bondit de son lit avec entrain, puis replaça les couvertures en chantonnant une joyeuse mélodie qu’elle avait apprit il y avait de cela quelques années, lorsqu’elle était arrivée en Émeraude. Puis, elle se retourna rapidement, retira sa tenue de nuit en moins de temps qu’il faut pour dire « Olaf » et enfila une charmante petite robe couleur café qui laissa paraître au bas plusieurs jupons d’un blanc nacré. Elle enfila ensuite des bas de la même couleur qui lui arrêtaient au genou puis glissa ses pieds délicats dans des souliers noirs. Elle attacha ensuite à sa taille un tablier du même blancs que ses jupons, puis coiffa sa chevelure soyeuse couleur terre aux reflets de feu en deux couettes distinctes qui lui donnait un air légèrement enfantin. La jeune femme n’avait que 24 ans, mais elle avait l’air nettement plus jeune que son âge! Au fond, cela lui plaisait beaucoup… personne ne pouvait se douter que ce petit brin de femme était en fait la sorteuse de l’Oeil du Dindon! Par la suite, elle attacha une barrette fait en corail que lui avait donné Miguel en cadeau à son arrivée dans l’établissement. Elle adorait le rose de cette petite décoration et la mettait assez souvent! Un peu de maquillage par-ci par là et le tour était joué! S’admirant dans la glace, la serveuse était assez satisfaite de son reflet et sortit de sa chambre pour marcher avec entrain dans le couloir de l’étage supérieur de la taverne. Elle aimait beaucoup sa vie depuis qu’elle était à la taverne et bien qu’elle passait une bonne partie de son temps à faire comprendre à Miguel qu’elle n’était pas intéressée par lui, la jeune femme le remerciait toujours intérieurement pour l’avoir prit parmi sa « troupe ». Tout le beau monde qui travaillait à l’Oeil du Dindon était un peu pour elle sa deuxième famille!

Descendant l’escalier en chantonnant, elle salua Trisha au passa, qui était une peu comme la bonne de l’établissement, puis une fois à l’étage, bifurqua vers la droite et passa près de Cloé qui étreignait une fois de plus Miguel et les salua d’un mouvement de tête. Celle-là! C’était presque marrant de la voir aller! Elle était une ancienne prostituée et tout sa était visible simplement en jetant un regard vers elle. Elle courtisait sans relâche le propriétaire des lieux et visiblement, elle n’était pas prête à laisser tomber l’affaire! Shani se doutait bien que le blondinet était au courant de l’attirance qu’éprouvait la serveuse à son égard et il était presque sûr qu’il devait en profiter à temps partiel! Toutes les femmes travaillant à la taverne savaient qu’il était ce type d’hommes qui aimait particulièrement les attributs féminins et les damoiselles lui rendaient bien. Shani, de son côté, le trouvait effectivement très attirant. Il était beau comme un immortel, il fallait être aveugle pour ne pas voir sa! Toutefois, elle n’était pas une femme ordinaire et garderait toujours l’indépendance que lui avait donnée sa mère. Certes, si elle avait toujours été en présence des Lionnes des Sables, il serait à parier qu’elle aurait kidnappé le jeune homme pour… enfin, vous savez quoi! Mais Shani se contrôlait à merveille et elle s’amusait même à le repousser sans relâche. Elle avait sa fierté quoi! Pour en revenir à nos moutons, Shani eût un sourire lorsque le propriétaire s’approcha d’elle pour lui embrasser le dessus de la tête tout en la saluant avec ce faux accent étrange.

- Bien le bonjour à toi Miguel! Lança-t’elle tout bonnement. Je sens qu’aujourd’hui sera une journée merveilleuse! Et tu sais, tu peux lâcher cet horrible accent, tu ne trompes personne avec sa!

Un sourire en coin, la jeune femme pivota ensuite sur elle-même et prit un plateau rond et salua Cloé qui lui jetait un regard légèrement outré. Bon, les deux jeunes femmes s’entendaient plutôt bien en général, mais lorsqu’il s’agissait du proprio, Cloé devenait un tantinet plus susceptible que d’habitude. Elle n’aimait visiblement pas la façon qu’avait Shani d’agir aussi familièrement avec lui. Pour sa part, la semi-fée s’en foutait royalement. Traversant du côté de la salle à manger, l’ex-amazone fût surprise de voir qu’il y avait déjà des clients! Cloé alla s’occuper du groupe d’hommes dans le coin de la salle et Shani se dirigea vers une jeune femme à la flamme. La tenue de celle-ci semblait plutôt chic [Enfin, si je me trompe, Chlothilde, fait moi signe, je corrigerai!] et n’était surement pas une vulgaire roturière! Un sourire radieux sur le visage, Shani agrippa un torchon humide et s’arrêta près de la cliente.

- Bonjour ma damoiselle!
fit-elle d’un air enjoué. Pardonnez moi, je vais simplement nettoyer votre table, donnez moi quelques instants… puis, elle frotta la table avec soin au cas où une quelconque saleté s’y trouverait, puis rangea le tissu dans la poche de son tablier. Donc, je me présente, je m’appelle Shani et je vous servirai ce soir! Que puis-je pour vous? Si le goût vous y prend, le chef est entrain de faire cuir de délicieux pains de seigle! Un vrai régal et ils seront tout chaud sortit du four.

Un sourire sur les lèvres, elle attendit la commande de sa cliente, et leva les yeux un instant pour voir Olaf venir faire son tour parmi les clients. AH! Que faisait-elle là celle-là?! S’excusant auprès de la cliente aux cheveux flamboyant, Shani effectua une courbette polie, puis couru derrière la dinde de compagnie qui s’éloigna vers les cuisines en glougloutant! Saleté de bestiole! La semi-fée pourchassa la bête jusque derrière le comptoir et vit alors Miguel qui mangeait sa tartine d’un air absent.

- Miguel! Fit-elle. Il va falloir attacher Olaf je crois! Elle gambadait l’air de rien dans la salle à manger… quelle image cela donne de la taverne.

Puis, elle se retourna pour revenir auprès de la cliente.

- Pardonnez l’interruption. Nous avions un léger pépin!
Revenir en haut
Lian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 10/05/2010 21:38    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Le soleil commençait à peine à se lever sur Émeraude que Don Juan était déjà lever, depuis presque deux heures comme son tour de garde allait venir dès que la rélève serait à effectuer, pour muscler son corps. Un corps si parfait demandait des heures et des heures d'entraînement pour pouvoir combler les besoin charnel de toute ses femmes qui le réclamait à chaque soir à cette taverne du dindon au village, taverne dont Lian était un très gros client. De plus, une fonction comme celle de garde au château du royaume centrale du continent demandait que les gardes soit bien entraîner et prêt à réagir à toute menace qui pourrait menacer la sécurité des habitant du château voir du roi même si les chevaliers était plus apte à le protéger lorsqu'ils étaient pas en mission.

Ayant pratiquer tout les katas que son maître lui avait appris, Lian se dirigea vers le mannequin d'entraînement de bois et sortit son épée et commença par effectuer quelques feintes sans vraiment donnée des coups dans le mannequin. Il était bien important que dans une situation de combat son arme et lui ne fassent plus qu'un. Il se devait de manier celle-ci comme si elle faisait parti intégralement de son bras comme si soudainement son bras était plus grand que l'autre. Son corps et son esprit devait aussi être harmoniser l'un avec l'autre pour que rien ne puisse le déranger mais cette partie de l'entraînement était toujours plus dur puisque l'esprit du don juan voguait vers les femmes avec qui il batifolerait dans la soirée. Après s'être exercée à quelque feintes, le garde empoigna son épée fermement et commencer à assener des coups puissants et meurtrier sur le mannequin de bois qui une chance n'était pas humain car le sang aurait gicler sinon. Après son entraînement, Lian se dirigea vers sa chambre pour prendre des vêtements tout propre au couleur d'émeraude pour montrer qu'il était un garde et se dirigea vers les bains réservé aux hommes pour se nettoyer et éviter de faire fuir les dames.

Lorsque le soleil atteignit le zénith, Lian était fin prêt pour assurer son tour de garde jusqu'à ce que le déclin du soleil se fassent sentir et que les brigand commencent à sortir de leur cachette pour se mettre en bordure des chemins et attaquer les paysans et nobles qui osait se montrer sur leur terrain de rackettage. Fringuant et son épée toute bien nettoyé, il se présenta à son poste pour reler smile qui semblait être assez fatiguer. Le jeune garde regarda son collègue s,éloigner et après l'avoir vu disparaître dans le château, le garde se retourna et s'accouda au rempart fixant la plaine au moindre défaut qui menacerait la sécurité de ceux qu'ils devaient protéger et il pensait à une jeune femme qui faisait battre son coeur depuis quelques temps ... il ne s'agisait pas d'une autre garde ni d'une payssane ou noble du château. En fait, il s'agissait plutôt d'une chevalière qui faisait parti des plus âgées encore vivante . Elle était si belle et si douce mais il n'avait jamais osé l'approcher et se contenait de la regarder de loin et de l'admirer. Jamais une femme n'avais fais battre son coeur comme cela lui qui pourtant se jouait de celle-ci tant qu'il parvenait à les mettre dans son lit ...

Plus il réfléchissait et plus son quart d'heure passait rapidement. il passa si vite qu'il ne s'en rendit même compte qu'il avait fini jusqu'au moment ou celui qui devait prendre la relève arriva et lui fit remarquer. Lian bafoua un peu prétextant être un peu fatiguer même si cela était faux ... En fait, il était plutôt concentré sur la silhouette qui s'éloignait du château en direction du village. Cette silhouette n'était nulle autre que celle qui faisait battre son coeur et Lian descendit rapidement des remparts pour sauter sur sa monture et suivre discrètement cette magnifique déesses qui s'éloignait.

Lorsqu'il la vit attacher la bride de son cheval autour d'un morceaux de bois pour éviter que sa monture s'éloigne, le garde fit de même quelques minutes après qu'elle ai entrée dans la taverne et fit comme elle et entra dans la taverne dont il était un client régulier.

"- Hey Miguel comment ça va ? Tu me sers deux fois de ta meilleure boisson steuplé et tu me les fais livrer par Shani à la table de la belle demoiselle que tu vois la bas" et lian pointa la table de la chevalière tout en s'y dirigeant et en tirant une chaise.

"- Bonsoir mademoiselle, il est bien tard pour qu'une si jolie femme comme vous sorte dehors à une pareille heure. À votre place j'éviterais, les bandits n'attendent que cela une femme isolée pour la dépouiller voir leur faire pire encore. au fait, laissez moi me présenter car je ne crois pas que vous sachiez qui je suis. Je suis Lian d'Émeraude, garde du château du royaume en question. Nous sommes collègue en quelque sorte mais notre mission est différente."

Lian se tourna doucement vers Shani et lui murmura un petit quelque chose à l'oreille.

"- Moi à votre place je l'aurais déjà abbatu ce dindon ... il fais mauvaise réputation à l'établissement."
Revenir en haut
Miguel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 11/05/2010 19:51    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

La routine plana jusqu'à ce que les premiers arrivants s'en furent. Le pain, encore tout frais sortit du four, faisait flotter son arôme partout dans la grande salle, accompagné des autres effluves des différents plats du jour. Ayant été se changer pour le service, car le travail avec la farine était extrêmement salissant. Affublé tout en blanc pour accueillir ses clients, il avait repris place dans la grande salle le moment que les premiers arrivent. Différents groupes commencèrent a appareiller, dans l'attente d'un bon petit plat ou d'une bière. Et l'homme se mit à l'ouvrage, glanant des potins un peu partout, arrêtant à une table pour complimenter une demoiselle, avant de recevoir le regard de mort de son mari, et de s'en aller à la suivante, l'air de rien.

Il n'avait pas le moindre mot à dire contre ses serveuses, qui faisaient un travail de maître, mais il adorait simplement aller saluer ses clients; cela lui donnait une proximité avec les gens qu'il n'aurait pas en étant un simple client. Il recueillait leur avis sur ses plats, et apportait mentalement les modifications qu'il pourrait y faire. Alors qu'il échangeait une blague avec un marchand d'épice qui passait dans la région pour l'approvisionner en coriandre, une femme fit son apparition. Miguel se tourna immédiatement sur son passage. À son air, c'était une femme de noble stature, ou quelque chose du genre. Shani s'en occupa sur le champ, et il eut un sourire approbateur, avant de passer à la table suivante, qui était justement celle de la nouvelle arrivante.

- Biené lé bonjour ma jolie démoissellé, yé suis Miguellé, lé propriétairé dé lieux, qué puis-jé pour votré servicé?


Cet accent était ce qu'il appelait son accent de scène, car dans la vie de tous les jours, alors qu'il s'affairait à ses fourneaux, il parlait comme n'importe quel passant. Mais pour lui, la grande salle était la scène du spectacle qu'il animait, et pour être le cadet d'une copie triple, il lui fallait quelque chose pour se distinguer. Justement, il eut une pensée pour ses deux frères alors qu'il faisait signe a Shani de venir prendre la commande de la dame.

Alors qu'il retournait à son comptoir pour commencer à faire sortir les assiettes des lurons qui venaient se remplir la pense, un des habitués de la place fit son entrée. Ce cher Lian, son rival de toujours au niveau du contage de fleurettes. En effet, même si ce n'était pas officiel, il livrait la lutte à cet homme dans le simple et unique but d'avoir la plus jolie dans son lit à tous les soirs. Et se soir, la proie était justement la femme que Lian désignait.

- Lianné, tou est vité en affairé sé soir! Y'é justément une cidré qui me vient dou pays des elfé, yé la débouché?

Tendant l'oreille alors que le garde débitait son baraguoin, il lança à voix haute alors qu'il sabrait la bouteille.

- Madémoisellé, vous serez pas plous en sécourité avec loui! C'est une coureuré dé jupons! ajouta-t-il en faisant une grimace à son rival. Yé suis cependant plous disponiblé qué lui avec ses touré dé gardé.

Préparant les verres, il les plaça sur un plateau pour que la semi-fée s'en occupe et livre commande. Bien sûr, le but de la remarque était simplement de gagner des points dans le grand compte de la soirée qui opposait le garde au cuisinier. Entre deux plats qu'il dressait, il eut une pause, et il s'autorisa a prendre une autre bouchée de sa tartine qui trainait sur le comptoir. C'est à ce moment que la bête se décida à sortir. À l'habitude, Olaf restait bien tranquille dans son coin, intimidée par l'affluence de gens, mais comme la soirée n'était pas encore très avancée, elle avait décidé d'aller prendre l'air dans la grande salle. Avec un demi-sourire il regarda sa petite protégée poursuivre le futur repas des fêtes à travers tout l'établissement, jusqu'à ce qu'Olaf disparut dans la cuisine, hors de la portée de Shani. Il écouta en fronçant les sourcils. Mauvaise réputation? Et en quoi un dindon faisait mauvaise presse dans un établissement appelé l'Oeil du dindon?

- Tou peu étoffé lé pourquoi Olaf fait mauvaisé répoutationné? Pourquoi tout lé mondé en veut à Olaf?

Allant dans la cuisine, le cuistot attapa l'animal qui faisait au bas mot 25 livres, et le calla contre sa hanche, avant de revenir dans la grande salle, avec la dinde qui se laissait porter comme un enfant.

- Tou peu pas en vouloiré a une pauvré pétité bête commé ça! fit-il en agitant l'animal sous le nez de la fée.

Celle-ci protesta avec un glouglou sonore, et Miguel lui prit la tête presque amoureusement

- Moi yé t'aimé, avec dou beurre et des atacas...

Puis, sans ménagement, il relança la bête dans la cuisine avant de l'y rejoindre pour ressortir quelques minutes plus tard avec le pain de seigle, et le menu du soir. Comme à son habitude, il récitait tout haut le menu, pour que tout le monde l'entende.

- Cé soiré mes amis, en entrée Stracciatella, qui est uné soupé aux épinards et aux oeufs, ou Aïgo-Bouïdo, uné soupé à l'ail. Plat dé résistancé : flanc dé porc braisé aux pommés ou encoré Lapin au cidré. Pour lé déssert, pour ceux qui ont encoré faim, biscuits aux atacas et amandés, ou encoré croustadé aux pommés. Faité vos choix mes amis! Et faité surtout ripaillé!

Retournant au cuisine, il commença a étaler les bols à soupes que les serveuses viendrait chercher et remplir elles-mêmes, aux marmites au dessus du feu. C'était le bout un peu plus exténuant de la soirée, car tout le monde voulait manger en même temps, et Miguel n'avait que deux bras. Il s'attela ensuite à la tâche de dresser les assiettes pour le repas principal. et sortit les desserts.

Pendant un long moment, le cuisinier ne refit pas surface, trop absorbé par son travail, tellement qu'il ne s'apercevait même pas qu'il chantonnait en même temps. Tout son énergie passait dans ses plats, si bien que lorsque la dernière assiette fut sortie, il était épuisé, et à peine un peu moins affamé. Sortant de sa cuisine en sueur, à force d'être près du feu et de bouger non-stop, il alla s'assoir sur un banc derrière son comptoir quelques minutes, avant de faire signe à Shani de venir le voir.

- Aloré, ils aimé pour l'instant? J'espèré né pas avoiré mis trop dé cidré dans lé lapin. Yé té laissé des biscuits aux amandés près dou four pout tout a l'heuré. Allez, au travail ma chèré, fais- mangé ses hommé et ses femmé commé tou sais lé fairé!

Puis, il s'essuya le front avec son foulard, avant de s'appuyer sur ses genoux pour refaire un tour de la salle. Arrivant à la hauteur de la femme et de Lian.

- Aloré, tout est à votré gout? fit-il en joignant les mains sur son tablier.
Revenir en haut
Chlotilde
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 11/05/2010 22:40    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

    Elle venait de s'asseoir à la table, regardant tout autour d'elle, qu'une dame se présenta à sa table. Jeune, jolie, elle semblait énergique. Elle lui souriait, essuyant d'un coup de chiffon la table pourtant déjà impeccable. Elle se présenta sous le nom de Shani, spécifia qu'elle la servirait ce soir. À la mention de pains de seigle encore en préparation, l'estomac de Chlotilde gronda. Elle avait à peine mangé durant la journée, repensant à la dernière cérémonie, mais également à son fils qui attendait nerveusement la réponse à son entrée dans l'Ordre. Et comme tout allait relativement bien, maintenant, elle avait faim. Elle ne pourrait visiblement attendre longtemps. Elle arrêta de se triturer les doigts, regarda la dame pour lui passer commande quand celle-ci partit aussitôt vers les cuisines. En la suivant des yeux, Chlotilde remarqua un animal de bonne taille. Il y avait une grosse dinde dans l'établissement. Finirait-elle dans le plat des clients? Si oui, quand? Si non, l'auberge avait-elle été nommée en son nom? La chevalier trouvait cela plutôt drôle, même si elle trouvait étrange le fait qu'une dinde se promène librement dans un établissement ouvert au public. Enfin, la dame reviendrait bien pour prendre sa commande.

    À peine venait-elle de se retourner pour continuer de triturer ses doigts (moyen pour elle d'être patiente...), un raclement de chaise attira son attention. Un homme venait de s'asseoir à la même table qu'elle, devant elle. Il était jeune, plus jeune qu'elle. De bonne taille, il possédait des yeux verts et des cheveux sombres, d'une couleur étrange : violet. Quoi qu'elle n'avait pas à parler avec ses cheveux rouges... Elle eut presque envie de lui sourire, mais elle avait envie d'être seule. Pas de parler à quelqu'un qu'elle ne connaissait nullement. Par ailleurs, aux premiers mots qu'il proféra, elle eut envie de l'envoyer valser dans un mur. Pour qui se prenait ce jeunot? Il était probablement encore dans ses couches alors qu'elle apprenait à se battre! Et puis, ne voyait-il pas qu'elle portait l'uniforme d'apparat des chevaliers d'Émeraude. Les défenseurs du continent, même les femmes, devaient bien savoir se défendre, non? Surtout à son âge... Elle avait tout de même un peu d'expérience de combat. Et puis, il se présenta sous le nom de Lian d'Émeraude. Ainsi, il ne pouvait dire qu'il ne connaissait pas les chevaliers. Il venait tout de même du royaume. À sa dernière phrase, il prit même la peine de préciser qu'ils étaient en quelque sorte collègues. Alors, pourquoi proférait-il des âneries à propos de femmes incapables de se défendre? Chlotilde fronça les sourcils, cacha ses mains serrées sous la table alors que la serveuse réapparaissait avec deux verres, dont un qui finit devant la chevalier. Elle le mit de côté sans prendre la peine d'en savoir le contenu. Elle se doutait qu'il s'agissait d'alcool et elle n'avait pas du tout envie de s'embrouiller l'esprit. Elle parlait toujours trop quand elle en abusait. " De l'eau, s'il vous plaît! " demanda-t-elle à mi-voix à la serveuse, en la regardant. Et puis maintenant, le propriétaire des lieux se mêlait à la discussion. Elle soupira. Elle qui avait espéré être au calme, à ce moment. Mais il n'y avait pas moyen pour une femme, apparemment d'être tranquille. Elle continua pourtant à sourire, même si cela avait l'air peu sincère. Elle dut d'ailleurs se concentrer pour comprendre les propos du propriétaire. Il parlait avec un drôle d'accent, mais Chlotilde réussit tout de même à déchiffrer ses phrases, même s'il lui fallut un moment pour y arriver. Elle leur sourit à tout deux, puis leur répondit aussi gentiment que possible. " Je crois être en mesure de me défendre toute seule, messieurs. Sinon, je ne vois pas du tout ce que je ferais dans l'Ordre des chevaliers d'Émeraude. Quant à la disponibilité dont vous me parlez, monsieur, elle m'est peu utile. " Elle leur sourit, affablement. Ce que cette situation pouvait être étrange.

    S'en suivit une discussion sur la dinde de tout à l'heure. De ce qu'elle comprit, la dinde se prénommait Olaf. Elle retint son rire. Ainsi, si elle avait un nom, elle ne devait pas être destinée à finir dans la marmite. Elle était chanceuse, cette dinde. Se rendait-elle compte de sa chance? Le propriétaire finit par les quitter pour aller dans la cuisine. Chlotilde se retrouva alors avec la seule compagnie du dénommée Lian. Devait-elle faire la conversation? Ou se faire? Honnêtement, la deuxième option lui tentait davantage, mais elle restait polie. Elle avait été éduquée ainsi, d'une certaine manière. Alors, au lieu de laisser planer un silence gênant que l'homme aurait probablement remplis en débitant des propos sans queue ni tête, la chevalier prit les devants. " Alors, Lian, j'imagine que le propriétaire est un bon ami à vous, n'est-ce pas? Au fait, je me nomme Chlotilde, et je suis chevalier, mais ça, vous devez le savoir. Enfin, j'ignore si vous vous êtes renseigné à ce sujet, mais cela n'a que peu d'importance. "

    Elle allait continuer quand le propriétaire, qui s'occupait des cuisines, fit son entrée dans la salle. Il récita le menu, toujours avec son drôle d'accent. Une fois qu'elle eut déchiffrée les paroles, elle hésita. Certes, elle avait faim, mais comme elle avait peu mangé, il était hors de question de prendre de tout. Son estomac n'en supporterait pas autant en une seule fois. " Tout à l'air délicieux, juste à l'entendre, " commenta-t-elle tout haut. La serveuse, Shani venait de revenir. Chlotilde lui sourit alors. Une femme était toujours une alliée... Enfin, elle lui passa sa commande. " Hum, je prendrais juste une Stracciatella. Je n'ai pas très faim. " dit-elle. Au même moment, son estomac grondait à nouveau, protestant contre ses propos. Elle espérait simplement que personne ne l'avait entendu. " Et un pain de seigle. Ça sent tellement bon. " rajouta-t-elle en sentant le doux fumet du pain de seigle. Oui, elle avait hâte de manger. Il ne fallut qu'un moment à Shani pour rapporter les plats, puisque ledit Lian semblait décider à lui imposer sa présence. Elle déposa les assiettes en souriant, et Chlotilde put enfin sustenter son estomac. Elle trempa la moitié de son pain de seigle dans la soupe aux épinards et aux œufs. Délice suprême! Elle en ferma les yeux de contentement. Juste un instant. Elle finit par revenir à la réalité pour se retrouver en face de Lian. Et le propriétaire qui revenait pour s'enquérir de leur repas. Chlotilde lui sourit, plus sincère cette fois. " C'est délicieux. Sincèrement. Et le pain de seigle! Hmmmm! Un régal! " fit-elle simplement. Il n'y avait pas grand chose à en dire. De toute manière, elle n'aimait pas suffisamment manger pour commenter les repas comme une experte. Elle connaissait ses limites. Elle en profita pour regarder discrètement les deux hommes. À tout hasard, elle aimait mieux la physionomie de Lian. Le propriétaire ressemblait un peu trop à Austral. Elle préférait ne pas trop y penser. Alors, plutôt que de rechercher des hommes ressemblant à son premier amour, elle préférait les autres, comme Lian, mais ça, elle ne l'avouerait pas, même pour tout l'or d'Enkidiev. Elle préféra donc dévier sur un autre sujet, oubliant ses pensées qui l'entraînaient sur un terrain glissant, même s'il n'y avait qu'elle qui le savait. " Hum, au fait, la dinde, elle s'appelle réellement Olaf? " demanda-t-elle. Le sujet était assez innocent. Il ne pouvait y avoir de danger avec un tel sujet. Et si l'homme aimait assez sa dinde, elle pourrait l'écouter assez longtemps. Ça éviterait de parler.

    HJ :: Voilà! J'espère que c'est correct... J'étais un peu mêlée... Et j'avais pas vraiment d'inspiration. Aussi, Chlo n'est pas d'humeur, mais j'vous aime pareil! Enfin, s'il y a quoi que ce soit, vous savez comment me rejoindre! =) Petit indice : mp.
Revenir en haut
Paco
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 12/05/2010 02:56    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

[Petit saut de 7 ans, ensuite c'est à lOeil]

Paco de Diamant était finalement reparti de l'auberge coupe gorge comme il le faisait quelque temps après son arrivée dans une nouvelle auberge, mais cette fois! C'était bien différent. Il n'était pas reparti seul, mais en compagnie du nain Melyoh. Ils avaient ainsi prit la route ensemble en quête de nouvelles auberges à visiter. Pendant sept ans, ils s'étaient arrêtés dans des auberges toutes aussi différentes les unes que les autres, se saoulant dans la majorité d'entres elles. Melyoh continuait de raconter ses histoires à un nouveau public chaque soir. Parfois, ils revoyaient des visages connus et les saluaient leur demandant des nouvelles histoires que Lyoh pourrait raconter. Paco en connaissaient maintenant la grande majorité, car quelques fois, il était lui même impliqué dans les histoires du nain, ou bien il était en sa compagnie lors des évènements. Ils avaient même fait la connaissance d'une jeune fille avec qui ils avaient voyagé jusqu'à Émeraude où ils se trouvaient maintenant. Paco quant à lui aimait bien courtiser les gens qu'il rencontrait dans les auberges. Il avait été déçu du rejet de la fille blonde qu'il trouvait tellement belle à Fal. Il avait même souvent espéré la revoir dans une autre auberge, mais non!

---------------------


Melyoh et lui étaient arrivé à Émeraude peu de temps après les cérémonies qui avaient lieu au château et les auberges regorgeaient de clients et il était difficile de trouver une chambre, ou même un coin pour manger. Ils s'étaient finalement dirigés vers un établissement que ni l'un ni l'autre ne connaissaient. L'affiche montrait une tête de dindon avec de gros yeux étranges.

« Hey Melyoh! Tu connais cette auberge? Elle n'y était pas la dernière fois que je suis passé par Émeraude. Ça te dirait de l'essayer?»

Paco laissa donc son cheval près de ceux qui se trouvaient déjà devant l'établissement et il poussa la porte d'entré. Il fut alors surpris de l'ambiance chaleureuse qu'il y avait dans l'auberge. Une appétissante odeur de pain flottait dans l'air et Paco sentit son estomac grogner. Ils n'avaient pas mangé de la journée et Paco était affamé. Il se dirigea vers un table où des gens étaient déjà assis. Il savait que le nain raffolait de raconter ses histoires à un public nombreux et qu'ils s'installaient donc toujours à une table déjà bien remplie ou au bar le cas échéant. Un homme avec un drôle d'accent sortit alors des cuisines pour débiter le menu de la soirée. Tout avait l'air appétissant! Et cette odeur de pain lui chatouillait de plus en plus les narines.

« Alors Lyoh, on commence par quelques choppes ou cette odeur te met autant en appétit que moi? Je crois que je ferai une exception aujourd'hui. Boire et manger en même temps pour commencer! Ensuite, continuer de boire pendant tes histoires et encore boire après les histoires qu'en dis-tu? Mais non! Habituellement c'est boire, boire et manger, boire et l'histoire et ensuite encore boire, tu vois bien que j'ai sauté le premier boire! Après sept ans à voyager ensemble, ce détail t'échappe encore voyons! Tu leur compteras celle de la petite danseuse de Fal ce soir, elle me fait toujours rire moi! En plus c'est ce jour-là qu'on s'est connus haha! Allez, pour une fois que l'histoire parle aussi de toi!»

Paco vit alors une serveuse s'approcher et lui fit un grand sourire comme à son habitude. Elle prenait leur commande.

« Ma chère dame, je vous prendrai bien deux choppes de bière et une Aiioebouu.... bref, la soupe à l'ail pour commencer. Ah et le lapin ensuite je vous prie! Tout ça m'a l'air bien délicieux! Et si je ne m'abuse, c'est une délicieuse odeur de pain de seigle qu'il y a dans l'air non? Ma mère en préparait souvent quand j'étais jeune. Vous me feriez plaisir de m'en donner également ma chère!»

Puis attendant que la serveuse s'éloigne, Paco chuchota au nain.

« Elle était pas mal jolie celle-là non? Pas comme la vielle folle qu'on a croisé à Béryl hahaha! Celle-là elle aurait fait peur à la peur je crois! Quelle idée d'engager une serveuse aussi atroce! Au moins les femmes ici sont belles à regarder!»
Revenir en haut
Shani
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 14/05/2010 22:37    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Tenant son cabaret de forme ronde dans ses mains, la jeune femme sourit en observant la jeune femme et attendant ainsi la commande de cette dernière. Tournant ensuite légèrement la tête, la semi-fée remarqua alors immédiatement la présence de Lian, un habitué de l’endroit. Haussant légèrement un sourcil, la semi-fée vit que celui-ci était visiblement très intéressé par la cliente. Qu’est-ce qu’il faisait au juste? Venait-il perturbé intentionnellement la clientèle? Pour ce qui était des boissons qu’il avait commandé, il n’avait pas à en faire la demande à Miguel pour qu’elle les lui apporte… elle avait deux oreilles pour entendre. Enfin, Lian n’était pas un mauvais bougre, au contraire et Shani se contenta de lui sourire avec un léger soupir. Elle lui emporterait le tout en même temps que la commande de sa cliente.

- Oh mais je n’ai pas intérêt à faire exécuté Olaf avant son temps, répondit-elle au soldat sur le ton de la conversation. Tu sais bien que tu-sais-qui m’assassinerait s’il réalisait que son précieux repas des fêtes était ruiné par ma faute!

Justement, en parlant de « Tu-sais-qui » celui-ci venait de faire son arrivée auprès d’eux. Très franchement, elle plaignait mentalement la cliente qui, visiblement n’était pas tout à fait contente de cet amoncellement d’hommes. Comment le savait-elle? Et bien… sixième sens? Toutes les femmes en avaient un, c’était reconnu! L’instinct féminin était selon elle ce qui avait de plus sûr en ce bas-monde. Posant son regard sur Miguel qui, déjà se mettait en branle pour la drague du soir, Shani nota mentalement que celui-ci désirait servir le cidre elfique à Lian. Écoutant d’une oreille distraite les propos des deux hommes, la semi-fée tiqua lorsqu’ils parlèrent de « protection ». Alors là, elle était bien bonne! Comme si une femme NÉCÉSSITAIT une protection! Tournant sa langue sept fois dans sa bouche afin d’éviter de dire une bêtise la serveuse les observa dans leur jeu. Deux véritables paons qui se pavanent! Elle haussa alors un sourcil dans la direction de Miguel qui préparait déjà les verres de cidre et la semi-fée décida alors de les servir maintenant… pas qu’elle ait vraiment le choix! S’approchant donc du comptoir, elle déposa les deux chopines sur son plateau qu’elle teint avec aisance en équilibre dans sa main ouverte puis revint vers la table. Elle posa la chopine de cidre elfique devant Lian et l’autre devant la noble femme et ne manqua pas de remarquer que cette dernière écarta immédiatement celle-ci. La serveuse se pencha alors légèrement et hocha de la tête en direction de la cliente. Oui, elle allait lui apporter un verre d’eau sans problème! Son regard couleur terre croisa celui de la femme et Shani ne put s’empêcher d’articuler sans un son « Vraiment navré pour ces deux-là », puis se retourna pour se diriger à nouveau vers le comptoir… alors que Miguel apparaissait avec Olaf sur la hanche. Levant les yeux au ciel, la semi-fée eût quand même un léger mouvement de recul devant la volaille.

- Cesses de jouer les andouilles, veux-tu? Je crois que les clients ont faim!

Puis, elle contourna le comptoir, ignora le regard mauvais de Cléo et alla remplir une chopine avec de l’eau fraîche pendant que le patron allait exposer son menu du soir à ses invités. Ah lala. Il était très mignon et gentil ce Miguel mais sa tendance à draguer tout ce qui a des seins commençait à légèrement lui taper sur les nerfs, mais pas autant que Cléo qui désirait l’exclusivité. Pauvre elle. Sans un mot, Shani haussa les épaules, puis revint auprès de la jeune femme pour lui donner le verre d’eau qu’elle avait demandé. Puis se fit une joie d’enfin prendre la commande de la cliente qui se nommait visiblement Chlothilde. Voilà qui était très pratique! En étant serveuse, elle pouvait capter un maximum d’informations sans que personne ne le sache. Ainsi donc, la femme chevalier commanda un pain de seigle et une soupe stracciatella.

- C’est noté! fit-elle avec entrain. Je vous reviens d’ici quelques minutes!

Après avoir prit la commande, Shani passa à la table d’un couple nouvellement arrivé et nota que ceux-ci désirait avoir deux pains de seigle et deux cervoises. Elle passa ensuite aux cuisines pour prendre un bol de terre cuite finement travaillé. Elle y versa ensuite une bonne louche de la soupe aux épinards et aux œufs et déposa ce dernier sur son plateau. Elle y ajouta ensuite trois petites assiettes dans lesquelles elle posa des pains de seigle encore chauds avant de passer au comptoir de la grande salle pour verser deux cervoises. Elle fila ensuite vers les tables. Tout sourire, la semi-fée servit alors le couple tout en ramassant les pièces d’or laissé par eux (qu’elle rangea dans son tablier) et revint vers la femme chevalier et Lian.

- La stracciatella et le pain de seigle!
Fit-elle joyeusement en déposant l’assiette avec le pain et le bol de soupe devant Chlothilde. Bien sûr, elle n’oublia en rien la cuillère de bois! C’était quelque peu nécessaire pour manger une soupe…

Puis, elle s’inclina devant Lian et sa « conquête » du moment et se retourna pour ensuite voir Miguel affalé sur un banc qui lui faisait signe. Les mains dans le dos (tenant toujours le cabaret), la serveuse sautilla vers le patron et jeta ensuite un regard vers les clients.

- Oui! Ils ont l’air d’apprécié! Mais je n’ai pas encore servit de lapin au cidre malheureusement. Par contre, je dois te dire que tes pains de seigle font ravage! Ils sentent si bon!

Puis, ses yeux illuminèrent lorsque le chef cuisinier lui fit part de son petit cadeau! DES BISCUITS AUX AMANDES! La semi-fée en raffolait tout simplement. Rien au monde n’était à la hauteur des biscuits aux amandes de Miguel!

- Miguel, tu es un amour! Fit-elle d’un air plus que ravi. Puis, elle nota du coin de l’œil deux nouveaux clients qui faisaient leur entrée dans la taverne. Je dois te laisser, le travail m’attend! Au fait, tiens, les premiers profits de la soirée!

Elle lança alors à Miguel la première bourse qu’elle avait recueillit. D’habitude, elle accumulait l’or dans ses poches et faisait le tri à la fin de la soirée, mais comme ces clients avaient été particulièrement généreux, elle préférait les donner immédiatement au destinataire. Trottinant vers les nouveaux venus faisant ainsi virevolter ses nombreux jupons, la jeune femme aux cheveux couleur bronze aux reflets rubis s’arrêta près de deux hommes… plutôt drôlement assortit! L’un d’eux était – il fallait l’avouer – plutôt beau garçon, bien qu’il ait des traits assez délicats. Toutefois, sa chevelure d’un bleu nuancé attirait plutôt l’attention. Mais que dire du deuxième homme! Il était plutôt particulier! Non seulement était-il de très petite taille et trapu, mais il avait des ailes de fée aussi grandes que lui dans son dos! Voilà qui était très particulier. D’autant plus qu’il possédait une barbe assez impressionnante, mais cela ne lui empêchait en rien d’avoir une apparence tout de même soignée! Enfin, qui était-elle au fond pour juger les gens sur leur apparence! Elle était simplement surprise par ce look… qui sortait de l’ordinaire!

- Bonjour à vous messieurs et bienvenue à la taverne de l’Œil du Dindon! Fit-elle avec son air enjoué habituel en passant rapidement un coup de chiffon sur la table. Je me nomme Shani et je serai votre serveuse pour la soirée! Je crois que vous avez entendu les recommandations du patron pour le repas de ce soir si je ne m’abuse. Donc qu’est-ce que je peux vous offrir?

Un point sur la hanche tout en tenant son cabaret, Shani replaça son tablier de l’autre main et nota mentalement la commande de l’homme à la chevelure d’azur. Okay, donc une soupe Aïgo-Bouïdo (Shani esquissa un sourire alors que l’homme tentait de prononcer le mot correctement. Ah Miguel et ses noms particuliers pour la nourriture!), un lièvre au cidre, un pain de seigle et deux choppes de bière. Elle nota aussi mentalement la commande du minuscule individu [ N.D. : Je laisse à Melyoh le soin de choisir ce que je vais lui apporter! XD], puis hocha de la tête avant de filer vers la cuisine, non sans s’enquérir auprès du couple de plutôt s’ils étaient satisfaits de la nourriture. Une fois à l’arrière-taverne, elle plaça deux grandes assiettes dans son cabaret et y installa deux bols de soupe et deux cuillères ainsi que du pain de seigle. Elle alla ensuite faire couler deux choppes de bière et revint vers les deux individus. Elle déposa ensuite sur la table devant eux les bols de soupe, les cuillères et les choppes de bière.

- Tenez messieurs! Ne vous gênez pas à me faire signe lorsque vous serez prêt pour le plat de résistance! Je vous rappelle que mon nom est Shani!


Puis, elle pivota sur elle-même non sans un sourire et disparu à nouveau à l’arrière-boutique où elle s’arrêta un instant. Elle déposa son cabaret sur le comptoir et s’approcha du bord de la fenêtre où elle trouva un petit paquet blanc bien emballé. Oh joie! Ses biscuits aux amandes! Sans attendre, Shani défit le petit cordon de soie et sortit l’une de ces merveilles mondiales pour ensuite y prendre une bouchée. Bon sang, si le ciel avait un goût, ce serait exactement la saveur des biscuits de Miguel! Émue, Shani referma ensuite le précieux petit paquet qu’elle rangea dans son tablier et prit ensuite un gobelet remplit d’eau. Elle avale le tout en une rasade pour ensuite reprendre son plateau avant de s’élancer vers la grande salle. Toutefois, elle ne se douta en rien qu’elle ferait en ce moment même un face à face avec Miguel! L’impact fût tel que la semi-fée fit plusieurs pas en arrière pour éviter de s’écraser au sol.

- Aïeuh! Miguel, regarde où tu vas! Fit-elle en replaçant sa petite robe couleur café. Puis, elle replaça sa petite décoration de corail qui ornait toujours ses cheveux coiffés en « lulus ». Enfin, je veux dire… Merci pour les biscuits! Et avant que tu me poses la question, non je ne flânais pas, je suis simplement venu boire un peu!

Puis, s’étirant un peu le cou, la semi-fée observa la table du couple, celle de Chlothilde et celle des deux hommes pour s’assurer que personne n’avait besoin de ses services.

- Au fait, tu as vu ces deux hommes installés à la table près de la grande fenêtre?
Fit-elle avec un sourire en coin. Ils ont l’air de vraiment aimé ton repas! De plus… ils sont plutôt drôlement assortit, non? Enfin, ils ont l’air plutôt gentil! Ah et toi, tu as réussis à courtiser la belle dame chevalier? Si tu veux mon avis, elle n’a pas l’air très très intéressé… ni par toi, ni par Lian. Vous devriez peut-être la laisser tranquille, non? Enfin, ce n’est qu’une suggestion… du moins, plus Lian que toi, puisqu’il ne la lâche pas d’une semelle…

Sur ce, elle observa le garde d’un air songeur. Lequel était le plus dragueur? C’était difficile à savoir!
Revenir en haut
Lian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 15/05/2010 14:58    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

[Je suis extrêmement désolé pour ce post qui est plutôt mauvais mais avec 3 personne avec qui rp s'est assez dur de bien replace le tout dans l'ordre mais aussi de répondre. S'il y a quoi que ce soit juste à me mp et je tenterais de corriger avec plaisir. Désolé encore]

En faisant signe avant de se diriger vers la table de celle dont il convoitait, Lian avait approuver le choix de la bouteille que Miguel s'apprêtait à sabrer. Une bonne bouteille de cidre qui venait tout droit de chez les elfes, un excellent alcool pas trop léger ni trop fort et qui avait un goût excellent comme un vin qui avait vieilli pendant quelques années. C'était un vin magique qu'on réservait en de rare occasion et Miguel semblait croire que la compétition du soir en valait la peine mais il ne devait pas connaître les vrai intentions du garde ce soir puisqu'il ne venait pas pour mettre une femme dans son lit ... Du moins pas pour ce soir.

Après s'être assis à la table de celle qu'il convoitait et après avoir mis en garde la chevalière du danger qu'une femme courrait en se promenant dehors tout seule sans quiconque pour veillez sur elle, Lian entendu la voix de son concurrent s'élever pour mettre en garde l'émérienne des dangers qu'elle courrait en la présence de Lian.

- Madémoisellé, vous serez pas plous en sécourité avec loui! C'est une coureuré dé jupons! Yé suis cependant plous disponiblé qué lui avec ses touré dé gardé.

La grimace de ce dernier n'échappa évidemment pas au garde qui voulait à tout pris éviter que celle dont il était amoureux sache qu'il en avait mis bien d'autre dans son lit cela pourrait compromettre ses chances car elle pourrait croire qu'elle n'était qu'une simple conquête comme tant d'autre alors que ce n'était pourtant pas le cas.

- Toi être disponible Miguel ? J'en suis pas certain avec ta cuisine et la gestion de ton auberge. Mes quarts à moi sont plutôt mobile tu le sais bien. ajouta-t-il avec un petit sourire en coin qui était là juste pour taquiner son ami malgré leur compétition

La jeune chevalière en profita pour placer son grain de sel dans cette conversation qui la concernait tout de même puisque les deux hommes s'était adresser à elle.

- Je crois être en mesure de me défendre toute seule, messieurs. Sinon, je ne vois pas du tout ce que je ferais dans l'Ordre des chevaliers d'Émeraude. Quant à la disponibilité dont vous me parlez, monsieur, elle m'est peu utile.

- Je n'en doute pas demoiselle, mais il suffirait qu'un de ces bandits vous assome par surprise pour que vous ne puissiez plus vous servir de vos pouvoirs magiques. Qui vous défendrai par après ..

Il préférait éviter de dire le prénom de celle-ci tant qu'elle ne lui aurait pas dis officiellement pour éviter de lui faire comprendre qu'il l'observait depuis un bout et qu'il avait appris à savoir qui elle était exactement. C'est à ce moment là que Olaf avait décider de faire son petit tour dans la salle à manger alors que celle-ci était encore plutôt vide. Lian avait suggérer à Shani de faire abattre Olaf car elle faisait mauvaise réputation. Elle semblait du même avis que lui avec la réponse qu'elle lui donna mais par contre, Miguel sembla s'offusquer du fait qu'il parlait de faire abattre ce qui était l'emblème de la taverne. L'aubergiste retourna dans sa cuisine pour chercher Olaf et quand il revint il l'agita sous les yeux de la fée. Le commentaire qu'il fit à sa dinde fit rire Lian.

- Bah tu sais Miguel, voir un dindon courrir dans une taverne n'est pas le mieux pour une réputation même s'il s'agit de l'emblème de la dite taverne mais ce n'est que mon avis.

Sur ces paroles, il retourna dans la cuisine et Shani le suivit après qu'elle ai amener son verre d'eau à la chevalière. Ils étaient enfin seul pour le moment et personne ne les dérangerait avant un petit bout. Lian était content car bien qu'il appréciait la fée et le cuisinier il avait tout de même suivi Chlotilde ici exprès pour faire sa conaissance et non pour être dérangé voir même trahi sur ses intentions qui pourrait être confondu. La belle qu'il avait suivi pris la parole soudainement le tirant de sa rêvasserie.

- Alors, Lian, j'imagine que le propriétaire est un bon ami à vous, n'est-ce pas? Au fait, je me nomme Chlotilde, et je suis chevalier, mais ça, vous devez le savoir. Enfin, j'ignore si vous vous êtes renseigné à ce sujet, mais cela n'a que peu d'importance.

- Si on veux, Miguel est une conaissance et un ami mais ce n'est pas un ami que je vois souvent sauf quand je viens ici donc s'est plutôt partagé. Sinon je suis content de faire votre conaissance et effectivement je suis au courant que vous êtes chevalier qui ne pourrait pas l'être avec la tenu que vous portez si fièrement et qui fais la fierté d'Émeraude.

Leur discussion fut encore coupé par le gérant de l'établissement qui était revenu dans la salle à manger pour énoncer le menu de la soirée. Shani s'approcha doucement pour prendre leur commande et lorsqu'elle quitta leur table elle n'avait que noté la commande de la femme et non celle de Lian et pourtant son estomac gronda.

- Hmm je crois qu'elle m'a oublier cette fois-ci ... Je lui ferais signe lorsque qu'elle reviendra avec votre commande puisque je n'ai pas eu le temps de grignoter au château le repas n'étant pas encore prêt quand je suis parti ..

Lorsque Shani revena avec la commande de sa convive, lian en profita pour passer sa propre commande.

- Hmmm je crois que tu m'as oublier ma belle mais je t'en veux pas. Je vais prendre le pain de seigle avec le lapin stp et encore une fois de ce merveilleux cidre elfique que Miguel a déboucher que pour moi. fit-il tout en tendant sa coupe à la jeune serveuse.

En attendant qu'elle revienne avec le menu, il engagea la conversation avec son "amie" qui dégustait son repas qui semblait somme tout assez délicieux.

- Qu'est ce qui vous amène ici sinon ce soir Chlotilde ? il est rare de voir des chevaliers venir nous rendre visite au village surtout les jolies femmes comme vous ...

Et voilà, il venait de partir dans son cycle de drague qui ne s'arrêterait que lorsqu'il aurait enfin eu ce qu'il désirait ! Miguel arriva soudainement après un tour de salle ce qui ne laissa pas le temps à sa belle amie de répondre à sa question puisqu'il leur demanda si tout était à leur goût.

- Hmm je te dirais cela lorsque mon plat arrivera mon ami car ta serveuse à oublier de prendre ma commande au passage. Mais je ne doute pas que cela soit délicieux de toute façon ... C'est toujours très bon ce que tu fais.

Revenir en haut
Melyoh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 17/05/2010 19:27    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

AYAAAA ! Humf, c'est ce qu'il aurait aimé crié en ce moment en fait. Hurlé, grogné... quelque chose, peu importe, tant que ça fasse sortir le mal. Ouais baonh, ça ne fait pas sortir le mal mais ça permet de se défouler. Ce ne serait pas en tapant sur sa jambe qu'il aurait moins mal. Car oui, il avait mal à la jambe là. Melyoh le nain des routes souffrait actuellement le martyr. En fait, sûrement pas, mais, une douleur musculaire de nain, c'est comme une grippe d'homme quoi... C'était horrible, tragique, terrible et malveillant. Fallait du repos, de la bonne bouffe et un surplus d'attention pour s'en sortir. Mais il n'en avait aucun des trois là. Heureusement qu'il avait Volonty pour le supporter ! Il devait être vieux ce poney maintenant. De toute façon, pas question qu'il demande à Paco, l'elfe bizarroïde buveur de bière qui l'accompagnait depuis longtemps dans ses voyages maintenant, de l'aider. Tant qu'ils se dirigeaient vers une auberge, c'était correct. Un coup arrivé à destination, là c'était susceptible d'avoir problème. Orgueilleux comme il était, pas question qu'il mette pied à terre et démontre à son grand ami qu'il a mal. Un nain c'est fort et débrouillard. Baonh, mais c'était horrible comme crampe.. puisse-t-elle disparaître avant qu'ils trouvent une destination convenable !

Aaah, ce drôle de Paco... cela faisait maintenant plusieurs années qu'il voyageait avec lui. Et il avait appris à connaître ce personnage particulier. Il se saoulait presque dans toutes les auberges et Lyoh l'accompagnait sans jamais être aussi saoul, ayant probablement un meilleur foie, il lui fallait une quantité phénoménale d'alcool avant d'être ivre alors il préférait garder ses sous pour un bon repas ! Les gens les regardaient drôlement. C'est vrai que ça devait être peu fréquent un homme-fée nain armé qui voyage avec un elfe assez émotif. Émotif dans le sens où les elfes ont la réputation de garder un contrôle absolu et de rarement montré leurs émotions. Pour un elfe, son ami était très émotif ! Et plutôt amical. En plus de ces spectateurs habituels qui l'écoutaient parler, il se retrouvait souvent avec un ou deux amis temporaires à leur table qui faisait la conversation à l'autre, parfois il était inclus et il se faisait un devoir de parler. En fait, parler, il ne faisait que ça ! Mais pour un conteur hors pair comme lui, n'est-ce pas normal ? Il en avait vécu des aventures en compagnie de son nouveau compagnon de routes et avait pleins de nouvelles histoires. D'ailleurs, certaines personnes lui demandaient parfois comment il faisait pour se souvenir de chaque histoire individuellement. Vous savez ce qu'il a répondu ? Truc de nain ahah !

Mais, particulièrement, son ami avait le don de lui faire arrêter net ses élans de nain. Étant d'un naturel bagarreur et querelleur, il lui arrivait de s'accrocher avec quelques personnes. Et ces gens, peu inquiété par sa petite taille, mangeait souvent la volée. Et Paco lui, ben il n'aimait pas la violence alors quand Mel' s'embarque dans une bagarre, il doit régulièrement la quitter en ronchonnant. Ce n'était pas de sa faute si, quand il voyait une bagarre, il n'avait qu'une seule envie : Sauter dans le tas avec un immense sourire et taper des tronches ! Et que dire des petites voleuses à qui il menace de leur couper les doigts un à un... et qu'il se fait couper dans son élan par son ami qui lui, sympathise. D'ailleurs, à cause de cela, il s'était retrouvé à voyager avec une gamine. C'était fatiguant des gamines, mais, au fond de lui, il l'appréciait tout de même déjà. C'était lui. Il avait beau montré un visage bourru et repoussé toutes marques d'affection... Même cet elfe trop sympathique avait sa petite place dans son coeur. C'était la première fois qu'il avait un vrai ami, autre que nain. En fait, il était devenu son meilleur ami. Mais ça, c'est quelque chose qu'il
n'avouerait sans doute jamais !

Aaaah mais quelque chose qu'il ne pouvait pas refuser, contredire ou peu importe chez Paco, c'était bien toutes les femmes qu'il faisait défiler ! Ouah ! Parfois, en secouant la tête tandis qu'il observait son ami courtiser une dame, il se disait que s'il n'était pas si nain, il aurait sans doute fait pareil ! Il pouvait avoir l'air plus grand, en battant un peu des ailes... mais ça, il ne le faisait jamais. C'était rare de le voir agiter ses ailes. Très rare. Mais il le faisait de temps à autres pour qu'elle ne s'ankylose pas. Il les faisait simplement bouger un peu dans son dos. Mais il ne s'élevait jamais dans les airs avec. Il avait bien trop peur qu'elles ne le supportent pas ! Quoiqu'il en soit, il riait régulièrement en parlant de femmes avec l'elfe. C'était un sujet d'hommes et ils en étaient tous deux. Et les demoiselles que son ami rencontraient lui offrait parfois l'opportunité d'une bien drôle d'histoire ! Les gens raffolaient des histoires où les femmes sont gênées. Il ne pouvait pas omettre de telles histoires dans ses récits ! C'était si drôle parfois de voir leurs minois plissés d'indignation et ceux ravis des hommes qui se tapaient les cuisses en riant bruyamment. Ahah ! La belle vie qu'il menait ! Il n'aurait pas voulu d'autres choses ça c'est certain ! Et maintenant qu'il ne voyageait plus seul, cela ajoutait un agrément dans la balance !

Quoiqu'il en soit, pour en revenir à sa douleur à la jambe, Melyoh l'endurait avec peine. Il avait mal depuis son arrivée à Émeraude et, puisque les cérémonies des Chevaliers avaient eu lieu peu de temps avant, c'était toute une histoire de se trouver un lit ou un bon repas ! Mais au loin se profilait une drôle d'enseigne qu'il n'avait jamais vu. Pourtant, il était souvent passé ici. Sûrement était-ce un nouvel établissement. Lorsqu'on ami lui demandait s'il connaissait l'auberge, il secoua négativement la tête puis répondu affirmativement pour aller l'essayer. En fait, c'était plus une sorte de grognement à prendre positivement. Mais Paco le connaissait suffisamment bien maintenant pour l'interpréter correctement. Ils s'y dirigèrent donc et il observa l'elfe descendre de cheval et entrer dans l'édifice, il se poussa lui aussi en bas de Volonty quand son ami eut disparu et il fit une grimace en touchant le sol. Il allait survivre, ce n'était qu'une crampe énervante. Il poussa lui aussi la porte d'entrée et il fut tout de suite mis en appétit par l'odeur qui flottait dans l'air. L'eau à la bouche, il suivit son ami vers une table où il y avait quelques places de libre.

Bientôt, un personnage étrange qui semblait venir d'un autre monde se pointa en parlant avec un accent qui donnait de drôles d'allures à ce qu'il présentait. En fait, c'était dans sa tête que le repas semblait différent avec cette consonance étrangère. Son ami débita son plan de la soirée et Melyoh l'écouta en souriant et secoua la tête lorsqu'il dit faire une exception et boire et mange en même temps. Ce qu'il en disait, il lui demanda où était la différence. Et son ami lui énuméra la différence entre ses soirées habituelles et celle-ci. Qu'il boive avant ou pendant, pour le nain, c'était la même sacré affaire ! Il éclata de rire lorsque Paco lui demanda de raconter l'histoire de la danseuse de Fal. Et Lyoh secoua la tête en souriant. C'était pas nécessairement humiliant mais il préférait conter des choses qui arrivaient autour de lui plutôt qu'à lui-même ! Une serveuse s'approcha et prit les commandes, il écouta d'abord son ami débiter ce qu'il voulait, le sourire toujours aux lèvres, puis il fit lui-même sa commande en demandant, tout simplement, la même affaire que l'elfe. Lorsqu'elle fut parti, Paco, fidèle à son habitude de toute évidence, commenta la jeune fille. Il éclata de rire à la mention de la serveuse de Béryl qu'ils avaient rencontrés il y a pas si longtemps que ça, peut-être un an ou deux. C'était agréable de ne pas être le seul à se souvenir de leur aventure !

- Pouah ! Même pour des centaines de pièces d'or, j'en aurais pas voulu dans mon lit ! Elle a dû faire du chantage à l'aubergiste c'est certain ! À mon avis, il s'est saoulé et elle la violé la pas belle et elle l'a menacé de dire à tout le monde qu'il a couché avec. C'est ÉVIDENT ! Laide comme ça, te faut un sacré argument pour te faire engager et c'est sûrement ce qui est arrivé ahah ! Ouais, elles ont de quoi plaire ici, aaaaah là là ! J'aurais bien voulu quelques longueurs en plus et c'est dame là j'leur aurais rien caché ahah !

Il secoua la tête en riant et entama une discussion avec un voisin de table qui leur demanda d'où ils venaient. Il se fit donc un devoir de leur dire qu'ils étaient voyageurs et de leur parler des chemins qu'ils parcouraient à travers Enkidiev, ramassant deci delà des histoires diverses qu'il venait ensuite raconter ailleurs. Curieux de voir si celui-là avait de quoi à lui dire, il lui demanda s'il avait des histoires ou même des légendes à lui conter. L'autre lui parla donc de légendes d'Émeraude que Melyoh, évidemment, connaissait déjà, mais il l'écouta sans l'interrompre, au cas où la version varierait assez pour lui donner une chose de plus à raconter. Il aimait bien conter des histoires en mentionnant plusieurs versions, ça donnait du crédit à ce qu'il racontait ! Bientôt, la serveuse revint avec leurs mets et, mis en appétit depuis son entrée, il fini par totalement oublier qu'il avait mal tout à l'heure à la jambe et se tut pour se concentrer excusivement sur son repas. Pas d'histoires, rien, tant qu'il mangeait. C'était la priorité de se sustenter ! Après, peu importe ce qui arrivait, il était toujours d'attaque, tant qu'il avait le vendre plein. Dégustant sa nourriture et la bonne bière Émerienne, il se tourna vers Paco et dit :

- Aaaah ! De la bonne bouffe ! Ça fait du bien pas vrai l'ami ?
Revenir en haut
Chlotilde
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 18/05/2010 01:39    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

    Elle avait préféré se taire au lieu de lui rappeler que les chevaliers savaient se battre à l'épée, eux aussi. Et même à la dague. Et même à la main. Un bon coup de poing avait toujours un certain effet en percutant une mâchoire. Peut-être que lui ne s'en rappelait pas... Enfin, ils n'avaient pas que des pouvoirs. D'ailleurs, bien qu'elle se soit améliorée avec ses pouvoirs, il n'en restait pas moins qu'elle était plus à l'aise avec le corps à corps. Elle adorait toujours le bruit des épées qui s'entrechoquent, de la peau qui frappe, qui claque. Bon, elle n'appréciait pas particulièrement le sang, mais il rappelait la faiblesse humaine et le mal que tous les combats pouvaient faire sur les gens. Pourtant, elle s'ennuyait sincèrement de ce rituel de combat, qu'il soit à l'épée ou à mains nues, maintenant. Il y avait bien longtemps qu'elle n'y avait participé. Avec ses deux enfants, elle avait pris ses distances quelques temps, juste le temps de reprendre ses habitudes et de chasser la mélancolie qui l'envahissait lorsqu'elle voyait les deux bambins jouer. Elle les scrutait, cherchant en eux ce qu'ils avaient hérité de lui. D'ailleurs, en y repensant bien, elle commençait à le craindre, ce rituel. Elle pensait à Callaan, son fils, qui participerait un jour à ce rituel. Aimerait-il le corps à corps ou préfèrerait-il la magie? Elle ne savait pas et elle n'était pas certaine qu'elle voulait savoir. Surtout que, dans ce rituel, ça impliquerait son père, d'une manière ou d'une autre. Serait-il en mesure d'affronter son père? Ou alors s'éloignerait-il du conflit? Elle-même avait pensé prendre la fuite, mais elle tenait à l'Ordre, sa seule famille depuis bien longtemps maintenant. Pendant que son esprit s'évadait sur ces quelques questions épineuses, le garde Lian, le propriétaire Miguel et la serveuse Shani discutaient du sort de la pauvre dinde, Olaf de son prénom, qui semblait susciter des interrogations quant à son bien fondé dans l'établissement. Chlotilde n'écoutait qu'à moitié... Cela ne l'intéressait pas réellement. D'ailleurs, en y songeant bien, elle n'écoutait que d'une oreille distraite tout ce qui l'entourait, même son compagnon imposé.

    Pour tout dire, elle se demandait vraiment ce qu'il faisait là et pourquoi il n'allait pas voir une autre fille. Il y en avait plusieurs dans l'établissement qui ne demandait probablement que cela. Et, à le voir aller, il n'y avait aucun doute qu'il devait être ce genre d'homme à courir après les femmes. Sans compter que celles-ci devaient bien lui rendre ses avances. Il était plutôt beau, un charme particulier avec ses yeux d'un vert sombre et ses cheveux mi-longs d'une couleur plus qu'étrange. Quoi qu'elle n'avait pas à parler avec ses cheveux de feu. Ils attiraient plus d'un regard après tout. Ça la démarquait des autres. Peut-être était-ce la raison de la présence de Lian à ses côtés alors... Une femme qui ne ressemblait pas aux autres, tant par ses cheveux, ses yeux améthystes et sa profession. Les femmes chevaliers, quoi que nombreuses au royaume d'Émeraude, ne courraient pas les routes. Elle pensa un instant à ce que cela lui ferait de s'abandonner dans les bras de l'homme. Il y avait si longtemps déjà qu'elle n'avait senti son corps sur le sien, ses mains puissantes, ses lèvres douces... Et pourtant, son corps réclamait l'appel de la chair. Elle était une femme, mais une relation à distance ne lui convenait pas. Ne lui convenait plus... Mais l'idée de s'abandonner à un autre la révulsait. Elle tenait à lui être fidèle, espérant que malgré les moeurs de l'Empire, il en était de même de son côté. Elle ferma les yeux, secoua légèrement la tête. Ses pensées l'éloignaient de la réalité. Elle devait arrêter ce stupide manège, se concentrer sur le présent et profiter de sa chance. Elle avait tout de même un homme qui l'aimait, quelque part sur ce continent ou un autre, et deux magnifiques enfants et quelques bons amis toujours présent pour elle. Elle sourit à Lian, peu intéressé, lui parla du propriétaire un peu. Ainsi, le propriétaire était un ami qu'il voyait seulement lorsqu'il venait à cette auberge. Elle n'osa pas lui demander s'il venait souvent y aborder les femmes, se doutant de la réponse. Elle préféra croire qu'il était venu pour elle. Cela faisait toujours un peu de bien à son orgueil de femme de croire qu'elle pouvait encore plaire, même chevalier et mère. Il était heureux de faire sa connaissance, soulignant même son statut par la tenue qu'elle portait si fièrement. Oui, elle était fière de faire partie de l'Ordre. C'était sa famille. Ce serait toujours sa seule et unique famille, maintenant. Il lui dit même qu'il était heureux de faire sa connaissance, quoi que cela était vite dit. Elle mangea son repas pendant que la serveuse, qui l'avait oublié, alla passer sa commande aux cuisines. Chlotilde retint une petite grimace lorsqu'il appela la serveuse ma belle. Elle voyait bien qu'il était familier avec les femmes. Elle se demanda comment il en avait connu, même si cela ne l'intéressait pas... Mais elle était toujours curieuse. Elle-même avait connu peu d'hommes, après tout. Il y avait eu Austral, un simple ami dont elle était tombé amoureuse, mais leur relation n'avait jamais dépassé le stade du bec sur la joue. Et il y avait Zekhen, l'homme-loup, le premier et le dernier qu'elle ait connu, mais elle était encore relativement jeune, même si l'envie de connaître d'autres hommes ne l'intéressaient pas plus que cela. Mais son corps, lui, commençait à s'impatienter. Il réclamait un dû qu'elle ne pouvait, ne voulait lui offrir.

    La serveuse ne tarda d'ailleurs pas à revenir avec son plat qu'il commença à déguster lui-même. Puis il continua la conversation avortée à chaque nouvelle intervention. Il lui demanda les raisons de sa présence ici, arguant qu'il était rare de voir une aussi jolie femme, chevalier de surcroît, au village. Elle arqua un sourcil. Pour la subtilité, il avait beaucoup à apprendre... Elle mangea une nouvelle bouchée de pain avant d'oser lui répondre. Que pouvait-elle bien lui dire? Qu'elle s'était rendue dans les bois pour attendre un amant qu'elle avait vu pour la dernière fois, en tant qu'amant, 7 ans plus tôt. Elle l'avait bien revu, deux ans plus tôt, mais en tant que père de ses enfants. Ce n'était pas du tout la même chose. Par ailleurs, ça ne se disait pas. Pas à un homme qu'elle ne connaissait que depuis une heure, dans le maximum. Et connaître était un bien grand mot dans ce cas ci. Le mieux restait l'excuse classique, qu'elle lui servit après que le propriétaire leur eut demandé comment ils trouvaient le repas. " Vous savez, il y avait la cérémonie de l'Ordre d'Émeraude dans la cour du château aujourd'hui. Et j'avais envie d'un bon repas. Et comme la plupart des nouveaux chevaliers iront fêter à l'auberge du Gnome Enflammée, j'ai préféré éviter cet établissement. L'ambiance est plus calme ici. Sinon, je n'avais pas de raisons particulières. D'ailleurs, je ne devrais pas tarder. J'ai demandé à une amie de surveiller mes enfants, mais je ne veux pas trop lui en demander non plus. Enfin, bref... " conclue-t-elle en avalant une nouvelle bouchée de pain. Si elle cédait à son envie de gourmandise, elle en demanderait un deuxième, mais elle préférait résister. Elle aurait terminé son assiette dans peu de temps. Elle pourrait alors reprendre la route vers le château et border Colleen. Callaan ne dormirait plus avec elle dans le petit cocon familial qu'elle s'était créé. Elle soupira. Elle commençait à peine à se rendre compte de tous les changements qui surviendraient maintenant que son fils était élève d'Émeraude. Elle finit de manger son plat, après lui avoir demandé : " Et vous, qu'est-ce qui vous amène à l'auberge? Vous vous ennuyiez de votre ami Miguel? De la bonne bouffe? Ou des femmes? " Elle avait osé, espérant qu'il ne le prendrait pas mal, mais elle préférait avoir l'heure juste avec lui. Avec un peu de chance, maintenant qu'elle avait parlé de ses enfants, il hésiterait et finirait par prendre la fuite.

    HJ :: Voilà! Hum, je tiens à vous avertir qu'au prochain post, je dois quitter puisque les missions commencent bientôt. Alors, à vous de voir! =) Si problème, envoyez un mp. Et là, désolé si j'ai mélangé des trucs, mais ça commence à faire beaucoup de post pour un rp, sans compter que les repères temporels sont dur à situer. À bientôt! =)
Revenir en haut
Isay
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 19/05/2010 19:01    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant



    Le chant habituel de Miguel avait une fois de plus réveillée la jeune fille. C’était une voix fausse horrible, mais ô combien réconfortante et douce. Chaque matin, c’était comme un coq qui n’en finit plus. Parfois, Isay trouva cela irritant, parfois non. Néanmoins, elle s’étira tranquillement dans son lit, écoutant les propos de le taverniste qui coulaient doucement dans son oreille. Elle souhaita que ce soit une longue chanson, pour qu’elle puisse rester au lit un tantinet plus longtemps. Malheureusement, Miguel n’obéissait pas à ses souhaits secrets et il fallu se lever, comme chaque matin, avant que les clients n’arrivent. L’adolescente soupira et entreprit une toilette rapide. Attendez, une toilette rapide ? Hum, trente minutes, c’est rapide non ? Euh, laissez tomber la question finalement. Bref, une jolie tunique sur le dos, un visage frais et souriant, Isay partit à la conquête de la cuisine !

    Une fois de plus, Olaf se mit dans son chemin, avec un roucoulement significatif et un air sévère. Oui, bon, elle était en retard mais ce n’était pas la peine que le dindon le lui rappelle. Ce n’est pas comme si elle toujours en retard ! Euh, oui… euh ah bon. M’enfin, pleine de bonne humeur, la jeune demoiselle aux yeux roux sortit quelques instant et recueillit une magnifique fleur, qu’elle apposa avec soin dans ses cheveux. Elle essaya vainement de se voir dans la vitre puis retourna à l’intérieur où elle alla directos à la cuisine. L’odeur délicieuse de la cuisiné dé Miguel, comme il disait, emplit ses narines et c’est quasiment en flottant qu’elle arriva dans la pièce chaude rempli de milles et une saveur. Elle vola un morceau de pomme et croisa le joli cuisinier. Resplendissante, elle s’approcha et lui tira une grimace. « Dit, je suis belle Miguel ? », lui demanda-t-elle en riant avant d’enfiler son tablier et se diriger vers la belle salle qui accueillait des clients de toutes sortes.

    Isay adorait cet endroit. Certes, le métier de serveuse n’avait pas la valeur de celui de marchand ou de Chevalier, mais elle se plaisait ici. Le travail n’était pas trop exigeant, les gens, rarement dérangeants et les autres serveuses étaient agréables à côtoyées. En plus, elle aimait bien Miguel et c’était un bon patron, drôle avec son accent indéchiffrable. Elle devait bien avouer qu’elle en pinçait légèrement pour lui, mais sans plus. Effectivement, la maigre adolescente ne s’attachait pas au gens. Seulement en surface. Les « amis » qu’elle avait étaient simplement des marionnettes dans son jeu et le plus souvent, elle les manipulait sans qu’ils ne s’en rendent compte. Miguel ne faisait pas exception à la règle. Il était dans la même catégorie + bonus pour le look hyper adorable malgré leur différence d’âge.

    Sortant d’une autre de ses rêveries quelconque, Zazou aborda le premier client de la table qui lui était attitrée. Une gentille femme, d’apparence vieille qui semblait débordée par trois gamins qui couraient un peu partout. Apparemment une Noble qui avait promis à ses gosses qu’ils déjeuneraient à la l’Oeil du Dindon. Elle adressa un coup d’œil d’excuse à Isay qui répondit d’un hochement de tête. C’était le genre de personne qui l’ennuyait, une mère un peu naïve, incapable de la moindre discipline et qui laissait ses enfants bousculer tout le gens de la place. Quoique ces derniers ne soit pas réellement déranger par les petits monstres et qu’ils semblaient trouver plus amusant de leur caresser les cheveux que leur faire des croches-pieds. Rapidement, la fille aux cheveux verts d’eau pris la commande et passa à une autre table.

    L
    a matinée se passa sans anicroches. On servit le diner, puis le souper. La routine habituelle se poursuivit, dans la joie et l’allégresse. Merveilleuse journée en plus ! Personne n’essaya de l’escroquer en pensant qu’elle ne savait pas compter. Ce genre de choses la faisait toujours rire. Ce n’était pas parce qu’on travaille comme serveur ou serveuse qu’on a aucune éducation ! Au contraire, elle en savait beaucoup sur la géographie, l’histoire et les astres. Cependant, si elle savait compter, elle n’avait aucune connaissance de l’alphabet et ne savais pas lire ni écrire du tout. C’était une de ses lacunes, mais ça ne l’avait jamais vraiment dérangée. Après tout, une histoire peut être aussi bonne à l’oral qu’à l’écrit.


[Beaucoup court, mais c'est seulement pour entrer en jeu ^^]
Revenir en haut
Denzel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/05/2010 01:38    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Toujours avec son air neutre, qui fini par être triste après quelques minutes, il regarda autour de lui. Pas qu'il n'aimait vraiment pas la situation, mais c'était le cas. Pas qu'il se sentait attrocement mal d'être dans cet état -de ne rien entendre ou encore de parler- mais nous pourrions dire que c'était ça. Merde... Pourquoi est-ce qu'il n'aurait pas put avoir, minimum, le pouvoir de télépathie ? Soupirant, il ravala une larme alors qu'il se dirigea vers Magaret, qui semblait assez perdu selon lui lorsqu'il la trouva enfin. N'ayant pas vraiment le moyen de communiquer avec elle, il s'arrêta tout bêtement devant elle. Lui demanda silencieusement -du regard, bien entendu- qui était son maître (il avait vaguement ressenti une émotion qui lui disait ; Lewel, mais il ne savait vraiment pas c'était qui ou encore si c'était bien lui) et que devait-il faire maintenant. Parce que, faut dire que le blondinet était vraiment perdu en se moment et pas qu'il se sentait vraiment gêner de demander ainsi de l'aide alors qu'il devait se comporter en futur chevalier, en écuyer, mais... Oui. Pas qu'il détestait toujours sa vie, mais... Oui. Pas qu'il avait une envie folle de se faire prendre dans des bras, mais... Oui. Mais bon. Il devait être fort. Pour sa mère, principalement. Il devait devenir... Pourtant, lorsque le regard de Margaret se posa sur lui, une larme s'échappa de ses yeux et il tourna les talons sous l'effet de la honte. S'engouffrant dans la foule dans une direction inconnue. N'importe où sauf ici, très sérieusement.

Essuyant sa larme durent son trajet. Le blondinet chercha rapidement le petit garçon avec qui il était quelques instant plus tôt. C'est vrai que le gamin lui avait donné un mal-de-tête attroce -c'était peut-être un peu dit dans l'exagération-, mais il préférait de loin avoir un mal-de-tête en se moment, pour tout dire. C'était beaucoup mieux que d'avoir la honte. Pourtant, même après avoir fouiller rapidement dans tous les coins de la cour, il ne trouva pas le gamin. Ce qui ne fit que lui mettre un air encore plus triste au visage. Il aurait tellement aimer pouvoir voir, de nouveau, le sourire du jeune garçon lorsqu'il le regardait ou encore, l'expression qu'il pouvait bien avoir lorsque Denzel semblait ne pas trop savoir s'il voulait vraiment le suivre. Finalement, il aimait vraiment le petit blondinet. Soupirant une seconde fois après avoir arrêter les recherches pour trouver le Charles-Antoine en question, il regarda derière son épaule. Personne en vue. Ce qui fit assez son affaire même s'il avait cette folle envie d'être avec quelqu'un en se moment.

Tête base -comme à sopn habitude depuis quelques semaines-, il regarda ses pieds avec un air remplit de questionnement sur des questions plus stupides les unes plus que les autres. N'accordant pas vraiment d'importance au chemin qu'il empruntait depuis son départ des adoubements. C'était peut-être pas la meilleure chose qu'il avait fait, fallait quand même l'avouer. Partir sans même prendre le temps de faire connaissance avec son maître ou même prendre le temps de savoir c'était qui. Mais bon... C'était le dernier problème du blondinet et il s'en fichait royalement pour le moment (ce qui ne lui ressemblait vraiment pas). Il ferait présentation une autre fois, pas pour le moment. S'arrêtant devant l'auberge la plus fréquenté au village, Denzel regarda l'extérieur en sonda l'intérieur. Il avait beaucoup de monde, des Chevaliers, également. Il n'en fallut pas plus pour que le jeune garçon tourne de nouveau sur lui-même en cherchant une nouvelle direction. Pas question d'aller dans cette endroit ! Première raison, beaucoup trop de gens et deuxièment, il avait déjà des Chevaliers à l'intérieur.

Soupirant de nouveau, il mit ses mains dans ses poches alors qu'il quitta cette auberge en direction d'une autre et d'une autre et encore d'une autre. Arrêtant devant chacunes d'entres-elles sans même prendre le temps d'y entrer pour savoir s'il aurait aimer l'endroit. Se fut seulement après quelques minutes, qu'il tomba sur une auberge qui attira d'avantage son attention. Comme chacune des quatres dernières qu'il venait de voirent, il avait beaucoup de gens à l'intérieur mais, contrairement aux autres, les émotions qui se dégageaient de l'auberge semblaient tellement clames. Se frottant la tête, Denzel se posa de réel question sur le pourquoi qu'une auberge ayant beaucoup de gens à l'intérieur pouvait être aussi calme émotionnellement ? C'était du jamais vue, pour lui. De sa mains dans ses cheveux, il la fit glisser sur son visage en soupirant une seconde fois. Se demandant, cette fois, s'il devait vraiment y entrer. Si c'était vraiment uine bonne idée d'aller dans un auberge alors qu'il n'avait vraiment pas envie de boire et qu'il avait presque pas d'argent sur lui pour manger.

Prenant place sur un morceau de bois, Denzel alla enfouir son visage dans ses mains alors qu'il pencha son corps vers l'avant. Se fut au même moment qu'il senti une émotion très connue. Celle d'un Chevalier à la tignasse aussi rouge que le feu. Se levant rapidement, il disparut de l'avant du restaurant. Agissait presque comme un voleur. Il était loin d'en être un, mais il ne voulait pas voir de Chevalier qui allait lui poser des questions auquelles il ne pourrait même pas répondre. Puis, dans sa course vers l'arrière du restaurant, sans même avoir le temps de réagir ou même de changer de directiion, il fonça de plein fouet sur quelqu'un, une jeune femme qu'il renversa avec lui, au sol. Rapidement, il se leva et alla lui tendre la main pour l'aider à se relever alors qu'il regardait l'étendu des dégats qu'il venait de lui faire faire. Sans même lui accorder un regard, il se pencha et ramassa sans aucune gêne -avait-il une raison de l'être de toute façon ?- les déchets qui était tombé sur le sol, de sa faute. Puis, après avoir tout remit dans le sac et d'avoir fermer le sac, il fini par remarquer... Ses vêtements étaient sale. Aussitôt, il enleva sa chemise et lui proposa en... Souriant d'un sourire maladroit. Merde, il aurait tellement aimer pouvoir parler. Et... Oh ! Son sourire s'effaça alors qu'il remarqua qu'il ne ressentait pas d'émotion. Enfin, si. Elle avait belle et bien des émotions, mais elles étaient tellement calme. C'était donc... Elle ? C'était... Incroyable, très sérieusement et Denzel s'étonna même à ouvrir grande les yeux sous cette révélation à lui-même en souriant bêtement. C'était écrit dans le ciel, jamais il n'allait quitter cette personne ! Quelle soit en accord ou non, pauvre elle.
Revenir en haut
Lian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/05/2010 19:59    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Son ventre gargouillait à voir tout les clients manger un bon repas mais surtout sa compagne plutôt forcée, car il ne lui avais pas donner le choix de sa présence les femmes adorant celle-ci habituellement, et la présence de Shani se fit sentir très peu de temps après que Miguel ait laisser en tête à tête les deux jeunes gens qu'il n'avait cesser de déranger dans leurs conversation ce qui avait plutôt irriter le garde. Il ne s'attendait pas non plus à mettre Chlotilde le soir même dans son lit, elle était plutôt raffinée et sa ne semblait pas être son style les aventures d'un soir après tout juste une heure de rencontre et il lui faudrait donner souvent de son temps pour espérer avoir ce qu'il voudrait ... Tout sa pour dire que son repas venait tout juste d'arriver et qu'il remercia la jeune fée de ce service exquis et il lui glissa un généreux pourboire pour éviter qu'il soit de nouveau déranger.

Plantant une cuillère dans sa soupe, Lian porta celle-ci à sa bouche et en avala le contenu. Ses papilles gustatives en redemandèrent assez rapidement et il leur obei en continuant de manger sa soupe si délicieuse ainsi que son pain si chaud et moelleux. Une délicieuse cuisine et un repas pas trop lourd pour les au cas où ... Il avait bien hâte de savoir ce que la chevalière fesait dans cette auberge alors que tout les autres était naturellement au gnome et la réponse ne se fit naturellement pas trop attendre.

" - Vous savez, il y avait la cérémonie de l'Ordre d'Émeraude dans la cour du château aujourd'hui. Et j'avais envie d'un bon repas. Et comme la plupart des nouveaux chevaliers iront fêter à l'auberge du Gnome Enflammée, j'ai préféré éviter cet établissement. L'ambiance est plus calme ici. Sinon, je n'avais pas de raisons particulières. D'ailleurs, je ne devrais pas tarder. J'ai demandé à une amie de surveiller mes enfants, mais je ne veux pas trop lui en demander non plus. Enfin, bref... "

Mentalement, car s'il l'aurait fais de vive voix elle se serait demandé pourquoi, Lian venait de partir à rire aux éclats. Elle avait tenté avec lui le coup des enfants et maintenant elle devait croire qu'il tenterait de prendre la fuite maintenant. Il aimait les enfants, enfin s'est ce qu'il faisait croire, et celui lui donnait plus d'opportunité pour voir la fille plus souvent et la mettre plus souvent dans un lit.

"- Bah vous avez bien le droit parfois à des moments de congé ? Prenez donc cette soirée pour vous et profitez en pour vous détendre ... Que pourrait-il vous arriver ici, si proche de vos confrères ? Mais puisque vous insistez et que vous avez fini de manger ainsi que moi-même, je vais vous raccompagner au château. "

Comme il commençait à se lever pour aller payer ses consommation ainsi que son repas et celui de la chevalier, elle lui lança la question qu'il redoutait le plus. que venait-il lui même faire à cette auberge. Venait-il pour voir Miguel ou pour la bouffe ou au contraire il venait pour vois les belles femmes qui n'avait pas arrêter de le fixer. Il avait attendu cette question et il avait cru qu'elle viendrait pas mais il était trop tard maintenant et il ne pouvait pas ne pas répondre à cette question. il avait besoin de temps pour trouver une bonne réponse et il le fit savoir à son interlocutrice.

"- Sera pas long Chlotilde, je vous dis cela à mon retour je vais allez payer nos repas et naturellement je vous invite. Qui serais-je pour laisser payer une femme."

Payer le repas ne lui prit que quelques minutes et il fit signe à sa collègue de défenseur de le suivre et il sortit dehors de l'auberge lâchant un au revoir à son ami. Détachant son cheval et en embarquant dessus, le garde répondit à la question qu'il avait laisser en suspens quelques minutes plus tôt.

"- Je venais pour le tout au début mais quand je vous ai vu, j'ai tout de suite changer d'idée. Vous êtes magnifiques cela ne fais aucun doute. Mais je vous observe au château depuis quelques temps et je cherchais une façon de vous aborder pour faire enfin votre connaissance."
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 07/12/2016 14:19    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Royaumes d'Enkidiev -> Royaume d'Émeraude -> x Hors jeu Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 1 sur 6

 
Sauter vers:  

Crédits - Le forum a été créé en 2005 par Deelylah. Le design et le codage ont été réalisé par Chlotilde avec l'aide de Camellia et Sahvanna. L'univers du forum est fortement inspiré de la saga Les chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard. Toute reproduction partielle ou totale de ce forum est interdite.


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky