Index - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Règlements & contexte - Encyclopédies - Annonces - Recherches - Questions - FAQ - Partenariats - Parrainage - Ateliers - L'infolettre
[Taverne] L'Oeil du Dindon
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Royaumes d'Enkidiev -> Royaume d'Émeraude -> x Hors jeu
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dorothée
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 12/08/2010 15:39    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

    Dorothée n’eut pas à l’attendre longtemps, heureusement. Elle était installée depuis une vingtaine de minutes, tout au plus, quand le prince d’Opale daigna la rejoindre. Elle se demanda, alors qu’il la cherchait dans la petite foule déjà présente, s’il avait réellement pris le temps de parler à son frère Danyet ou s’il avait cherché son jumeau Napier (à elle!). Oh! Et puis, elle lui avait juste dit de l’amener, s’il le croisait, pas de faire le tour de tout le monde pour trouver un grand idiot à la chevelure bleuté. Enfin, Blaise la repéra et vint s’installer à la même table, devant elle. Elle se rendit compte qu’elle n’était pas vraiment déçu qu’il vint seul. Après tout, il était tout de même d’agréable compagnie. Après la première phrase, cependant, elle se promit de réviser son opinion. Juste à son petit sourire en coin et sa manière de dire qu’il lui était indispensable, elle lui en voulait. Comme s’il était la seule personne qu’elle voyait ici... Bon, d’accord, c’était peut-être vrai qu’il était sa seule connaissance, mais de là à la narguer, il allait un peu trop loin... Aussi, boudeuse, elle croisa les bras sur sa poitrine, s’installa plus confortablement sur le dossier de sa chaise avant de lui répliquer tout naturellement : « C’est ton frère qui doit te trouver impolie. Tu dois simplement avoir eu le temps de lui dire salut et, déjà, tu te sauvais. À se demander pourquoi on est venu se perdre ici... » Il leva la main pour attirer l’attention de la serveuse tout en prêtant attention à ses propos. Parandar qu’elle avait envie de l’assommer. Il était bien le seul à la mettre à bout de nerfs en quelques mots ou avec un simple petit sourire. Autre petit commentaire sur son frère. Elle décroisa les bras, regarda ses ongles pour vérifier que tout était correct, tout en disant négligemment : « Oh, non, non... Pas besoin d’y retourner... Ce n’est pas comme s’il me manquait réellement. Ça fait tellement longtemps qu’il est parti que je ne remarque même plus son absence... » En levant les yeux sur son compagnon de voyage, il bâillait, comme si de rien n’était. Il s’ébouriffait les cheveux comme il le faisait si souvent. Dorothée retint un petit sourire. Quand il faisait ça, elle lui trouvait un air gamin. Oh! C’était mignon, mais moins quand c’était un gamin de 24 ans. Il lui proposa quelques options pour le reste de la soirée, tout en mettant obligatoire la partie repas, dès que la serveuse viendrait les voir. Dorothée bâilla à son tour, tout en s’offusquant à la dernière réplique.

    « Je ne commets une erreur qu’une seule fois! Aussi, sachant que je serais encore en voyage avec un prince aussi radin, j’ai amené mon pécule pour être certaine de vivre décemment. Du genre, louer MA propre chambre au lieu d’en partager une avec toi et un journaliste fou... Enfin, je mangerai bien un morceau quand la serveuse passera prendre nos commandes. Tu lui préciseras de faire deux factures, tant qu’à y être, non? »

    Elle pouvait être rancunière. Probablement que Blaise ne faisait que rigoler, mais Dorothée détestait être prise en faute. Oui, à leur dernier voyage, elle avait complètement oublié d’amener de l’argent pour payer ses dépenses personnelles. Ainsi, c’était Blaise qui réglait les différentes notes. Sauf qu’il avait refusé de lui acheter un couteau, prétextant qu’elle pourrait être un danger, autant pour elle que pour les autres. Oh! Elle se serait bien gardé de se faire mal, mais elle aurait au moins pu se protéger des intrus comme ce foutu journaliste. D’ailleurs, elle se demandait s’il s’était réellement rendu au royaume de Fées. S’il s’y était rendu et qu’il avait passé par les portes des domestiques, il s’était probablement fait arrêté par les domestiques et les gardes. « Je n’ai même pas demandé à ma mère si elle avait rencontré truc... Isaac? C’est bien ça?... Enfin, si la rencontre a bel et bien eu lieu, ça devait être marrant... Oh, non... Je ne crois pas qu’elle l’ait eu. Sinon, elle ne m’aurait pas donné d’argent pour ce voyage-ci. » Elle sourit un peu en remarquant que la serveuse venait enfin prendre leur commande ou, du moins, leur énumérer le menu. Au pire, elle commanderait une chope de bière, en gardant un bon souvenir, et piquerait quelques bouchées dans l’assiette à Blaise. Après tout, en tant que prince, il devait bien avoir des goûts exquis. Il saurait prendre une bonne assiette. « Sinon, comment allait ton frère? Que vous êtes-vous dit de bon? A-t-il demandé des nouvelles de ta folle de soeur? D’ailleurs, cela fait longtemps que je n’ai pas entendu parlé d’elle. Toujours aussi folle, maniaque, égocentrique et fille? Oui, fille... Une sale peste, dans mes souvenirs, ta grande soeur... » Au moins, Blaise ne semblait pas trop la côtoyer, ce qui faisait qu’elle-même ne la côtoyait que très très rarement. Dorothée imagina Éléonore, debout sur son trône, dans une salle vide, ayant pris soin de barricader les différentes entrées et sorties pour être certaine que personne ne viendrait lui voler son trône. Elle rit un peu toute seule. Elle se demandait si cette vision offusquerait le petit frère de la folle en question et, ne prenant pas de chance, tut cette drôle d’image. « Sinon, qu’est-ce que tu prends? Je ne sais pas trop de quoi j’ai envie, personnellement... » Une autre vision, moins drôle, cette fois-ci. Pourquoi pensait-elle à lui, maintenant? Pourquoi, alors qu’elle voulait manger, lui venait-il une image du prince d’Opale? Elle secoua la tête, rougit, baissa les yeux... Ça, il ne devait a-b-so-lu-ment ne pas le savoir. Déjà qu’elle avait cédé et qu’elle l’avait embrassé la première...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 12/08/2010 15:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Blaise
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 23/08/2010 22:26    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Ah lala, c’était si facile de la provoquer! Dès qu’il ouvrait la bouche, ou presque, elle semblait mal le prendre et s’offusquait. C’était à peine croyable; plus possible de rigoler! Est-ce qu’il était doué pour faire sortir les gens de leur gond ou c’était simplement Dorothée qui prenait tout mal? Il faudrait bien qu’il tente l’expérience avec quelqu’un d’autre pour vérifier… Et puis, elle tentait vraiment de lui faire croire qu’elle n’en avait strictement rien à cirer de son jumeau? Il n’était pas idiot, mais bon, elle faisait bien ce qu’elle voulait. C’était son problème, pas le sien! Si elle voulait faire comme si son frère ne l’intéressait pas une miette, c’était comme ça, il n’y changerait strictement rien. Il avait l’air de s’en soucier de toute façon? C’était beaucoup trop de trouble de se mêler de la vie des autres, surtout quand c’était celle de Dorothée! Il se demandait bien si toutes les princesses étaient comme ça ou celle de Fées était un cas particulier. Il était peut-être simplement mal tombé… Zut? Bah, en y pensant bien, elle n’était pas si pire que ça; dépendait seulement de ce qu’il disait ou de son humeur à elle. Elle pouvait être de bonne compagnie, sauf lorsqu’elle l’accusait d’être un prince radin…

Non, elle lui en voulait encore pour ce truc? Voyons, c’était du passé! Ça faisait quoi, sept ans déjà? Ce n’était pas de sa faute s’il ne la croyait pas capable de manier un couteau… Qu’est-ce qui ce serait passé si la demoiselle avait manqué son coup? Elle l’aurait engueulé pour avoir accepté de lui acheter l’arme? Quoi qu’il fasse, tout lui retombait dessus! Désespérant, totalement et littéralement!
« Dorothée, c’était pas ma faute si on s’est retrouvé dans une seule chambre… Et c’était encore moins ma faute si l’idiot de journaliste y est entré… précisa l’opalien en secouant un peu la tête. Mais si t’insistes tant que ça, je dirai à la serveuse de faire deux factures… » Blaise leva légèrement les yeux au ciel en soupirant; il avait l’air de se soucier de tout ça? Hum, ça ne changeait pas de d’habitude en fait… Et puis, bon, elle arrivait cette serveuse ou quoi? Le prince jeta un coup d’œil autour de lui pour constater que la dame arrivait, elle semblait juste être légèrement occupée avec un ou deux saoulons pas trop loin. Plus que quelques minutes et il finirait bien par pouvoir enfin commander à manger, wouhou! Il reporta finalement son attention sur Dorothée pour l’écouter, espérant qu’elle ne le critiquerait pas encore pour une unième fois. Ah, non, elle parlait du journaliste, l’autre taré, hum, Isaac? Ouais, c’était bien ça son nom! Il se demandait bien ce qu’il devenait, peut-être était-il mort, qui sait.

« Il doit bien s’être complètement perdu avec les superbes indications qu’on lui a données, à moins qu’il soit terriblement chanceux… Mais bon, si t’as eu de l’argent; il doit certainement pas avoir mis les pieds à Fées! »

Avec les conneries qu’il avait dû écrire dans la lettre, la reine aurait sûrement fait une crise cardiaque… Mais, s’il se souvenait bien, Dorothée avait changé des bouts alors peut-être qu’elle ne serait pas morte sur le coup finalement… Enfin, ce n’était pas bien important, tant qu’il ne revoyait pas ce foutu journaliste! Sérieusement, il ferait n’importe quoi pour ne plus le revoir; pas une deuxième fois, s’il vous plaît! Sortant finalement de ses pensées peu agréables, Blaise constata que la serveuse avait enfin atteint leur table et qu’elle commençait à leur énumérer joyeusement le menu. Il se concentra donc quelques minutes pour trouver ce dont il avait envie. Dur dur, il ne savait vraiment pas! En fait, il y avait beaucoup trop de choix dans ce maudit menu! Heureusement, la serveuse lui indiqua qu’elle lui laissait un peu de temps pour décider et qu’elle reviendrait dans quelques minutes. C’était tant mieux; disons qu’il était loin d’être le plus rapide question décision… Et puis, il y avait une certaine personne qui lui parlait juste en avant de lui alors mieux valait être poli et porter attention. « Ah, Dany allait bien; du moins, c’est ce qu’il a dit. Sinon, bah, on a parlé d’un peu n’importe quoi… De l’Ordre, de sa vie ici, de ses amis… Enfin, je pense pas que ça t’intéresse vraiment que je te mentionne la conversation au grand complet, répondit Blaise en haussant quelque peu les épaules. Mais, eh, non, il m’a pas demandé des nouvelles d’Éléonore. De toute façon, je crois pas qu’il y ait grand chose à raconter sur elle; elle délire, comme toujours! » Il haussa de nouveau les épaules au commentaire de Dorothée, c’était vrai que sa grande sœur était quelque peu folle et maniaque. Ça faisait tout de même un peu étrange que quelqu’un d’autre que lui le dise à haute voix, même s’il s’en fichait un peu. C’était sa sœur, mais c’était quand même totalement véridique! « Élé changera jamais je crois, malheureusement. Quand je suis revenu de notre voyage la dernière fois, elle a piqué une de ses crises; j’ai cru devenir sourd! Je l’avais jamais vu aussi hystérique! Un moment, j’ai pensé qu’elle allait me tuer elle-même et sur place en plus… » L’opalien secoua un peu la tête en soupirant; qu’avait-il fait pour mériter une sœur comme ça?

« Ce que je prends? Je sais pas trop, je réfléchis… Tu veux pas choisir à ma place? demanda le prince avec un petit sourire. Nah, je vais m’arranger… Je suis un grand garçon, non? »

Eh, pourquoi elle venait de baisser la tête en rougissant? Il avait manqué quelque chose? Est-ce qu’elle était en train de s’imaginer des choses étranges? Il ne savait pas pourquoi, mais il avait l’impression que ça le concernait en plus. En fait, il avait toujours l’impression que tout ce qu’elle pensait le concernait alors bon… Enfin bref, la serveuse était revenue alors il fallait passer sa commande s’il voulait finalement manger. Il prit un truc plutôt au hasard qui contenait de la dinde s’il ne se trompait pas puis une bonne chope de bière pour accompagner le tout. Sa compagne de voyage venait d’en prendre une aussi, il fallait bien l’accompagner, non? Et puis, peut-être que l’alcool rendrait la journée plus intéressante et qu’il ne se prendrait pas trop la tête avec mademoiselle Dorothée… Il ne comptait pas trop là-dessus par contre; il finissait toujours par se prendre la tête à cause d’elle! Hum, l’alcool n’aiderait peut-être pas en fait, mais bon, s’il en prenait aussi, ça passerait mieux à son avis. Donc, lorsqu’il reçut sa première chope, le jeune homme n’hésita pas vraiment avant de presque avaler d’un trait le liquide alcoolisé. Non non, pas au complet, il s’en réservait un peu pour accompagner le repas qu’il venait aussi de recevoir… Le temps passa tranquillement, Blaise mangeant son repas, partageant sans vraiment le vouloir avec Dorothée qui piquait dans son assiette et avalant bière sur bière. Au rythme qu’il allait, il aurait été surprenant qu’il soit encore complètement sain d’esprit, ce qu’il était loin d’être. C’était lui ou la salle bougeait un peu trop pour que ce soit normal? Hum, bof…

« Hé… hé Dorothée! Je crois que j’ai bu un peu trop… »

Sa phrase le fit légèrement rire, même si, réellement, il n’y avait rien de bien amusant là-dedans. Disons qu’il avait une drôle envie de rigoler et qu’il essayait, depuis un bon dix minutes, de trouver un truc sympa à faire dans cette taverne. Et puis, boum, illumination totale! Il tourna vivement la tête vers Dorothée, ce qui fit un peu trop tourner le tout puis tenta de fixer la demoiselle. Un sourire, un peu idiot il fallait l’avouer, s’afficha sur son visage et l’opalien leva un doigt dans les airs comme s’il allait dire quelque chose de super important. « Hé, tu veux jouer à un truc? demanda finalement Blaise en laissant tomber sa main sur la table et en penchant la tête. On fait des gages! Tu sais, du style, je te donne un défi et si tu le fais pas, t’as une conséquence? Genre, eh… Le prince se gratta l’arrière de la tête en réfléchissant, en essayant du moins. Je te défi d’aller voir le bonhomme saoul là-bas, de lui demander si tu peux lui emprunter son verre de vodka et, s’il dit oui, de le boire. Si tu le fais pas ou réussis pas, bah, tu dois avaler deux bières une après l’autre! » Le jeune homme lui fit alors un grand sourire en espérant qu’elle voudrait bien jouer avec lui. Ils n’avaient rien à faire alors pourquoi pas, non? « Après, c’est à toi de lancer le défi, d’accord? » Il pencha un peu la tête toujours en souriant; il voulait simplement s’amuser, faites qu’elle le veule aussi!
Revenir en haut
Dorothée
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 25/08/2010 20:13    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

    Elle osait à peine le regarder. Et lui, il se moquait encore d'elle. Bien sûr, qu'il était un grand garçon. Ça, d'ailleurs, elle le savait un peu trop. Et puis, il pouvait bien choisir tout seul son repas puisqu'il avait si faim. Elle, elle avait juste envie de grignoter. Peut-être une bonne miche de pain chaud... Ou alors, des bouts de l'assiette de Blaise. Ça le ferait peut-être enrager! Et tout redeviendrait comme avant, quand ils étaient deux gamins idiots qui se faisaient la gueule pour rien... Quoi que, ils étaient encore idiots et toujours en train de se faire la gueule, mais ils n'étaient plus des gamins, pour son plus grand malheur! C'était si compliqué de grandir...

    Enfin, la serveuse vint prendre leur commande. Blaise commanda un repas complet. Pour sa part, Dorothée avait abandonné l'idée du pain, se contentant d'une pinte de bière. Ça lui ferait peut-être oublié le blondinet devant elle... Ou sinon, ça embellirait les autres hommes dans la salle et sa gêne serait moins pire... Toujours est-il que Blaise commanda une bière également. D'ailleurs, à peine la serveuse déposait-elle le tout devant lui qu'il callait pratiquement son premier verre. Il voulait l'oublier, lui aussi? Ou alors, c'était juste parce qu'il ne savait pas boire? Oh, et puis! Elle s'en fichait bien. Elle se contenta de suivre le mouvement et de boire tout autant. À chaque fois que Blaise prenait un verre, elle en prenait un. Et à chaque fois qu'il prenait une bouchée dans sa délicieuse assiette, elle en faisait de même. Après tout, il se devait bien de partager avec elle, non? Au bout d'un moment, il avoua qu'il pensait avoir bu un peu trop. Il en riait lui-même. Et Dorothée rit également avec lui. Probablement parce qu'elle avait abusé elle aussi. Après tout, elle le suivait depuis le début de la soirée... Et elle n'avait pas envie d'arrêter. Enfin, elle fixait Blaise qui ne semblait pas s'en rendre compte. Elle ne sut combien de temps elle le fixa, mais elle dut se détourner quand lui se tourna brusquement vers elle, un doigt en l'air, comme s'il avait eu un éclair de génie. Elle écouta la première phrase. Sa première pensée fut que c'était une très, très, très mauvaise idée. Sa deuxième pensée fut de se demander pourquoi c'était une très mauvaise idée. Sa troisième pensée lui donna la conclusion que, n'ayant pas de raison valable pour expliquer que c'était une mauvaise idée, elle pouvait bien participer. Alors, un sourire idiot s'afficha sur ses lèvres en réponse au sourire idiot de l'autre idiot de service. Elle écouta donc la suite, et un mauvais pressentiment s'empara d'elle. Pourtant, c'est un petit Ok qui franchit ses lèvres. Elle pensa un moment au premier gage que Blaise venait de lui donner.

    Alors, boire la vodka d'un inconnu, en l'occurrence, un vieux saoulon à la table du fond. Dorothée tourna lentement la tête pour le voir. L'homme était assez vieux, le crâne dégarni, quelques dents en moins et les autres complètement gâtées. Ses hbaits étaient sales, mais aussi en morceaux. C'était à se demander comment il faisait pour pouvoir se payer quelques verres. Est-ce qu'il volait de l'argent pour venir passer ses soirées ici? Elle secoua la tête pour éviter d'y penser Et puis, un verre de vodka, aussi petit que ça, devait être moins pire que deux gros verres de bière. Ça avait tendance à la rendre saoule, la bière. Au moins, les autres types d'alcool doivent être moins fort, pensa-t-elle à tort. Il faut dire qu'elle avait essayé bien peu de choses... Alors, elle ne pouvait se douter que la vodka était... " D'accord! J'vais l'faire, ton p'tit gage. " Dit-elle en souriant, confiante de bien s'en sortir. Seulement, à peine venait-elle de se lever, prenant appui de ses deux mains bien à plat sur la table, que tout se mit à tanguer. Elle prit quelques minutes, ferma les yeux, mais les rouvrit bien assez vite en constatant que ça ne faisait qu'empirer la situation. Elle reprit son petit air victorieux et prit le chemin vers le vieux. C'était sans compter les tables trop proches... Elle se cogna les hanches à quelques reprises, jurant plutôt fort à chaque fois. Une fois devant l'homme, elle pensa bien à le charmer debout, mais l'attrait de s'asseoir fut bien trop grand. Et c'est avec disgrâce et rebondissements de jupons que Dorothée retrouva ses aises! " Bonjour, mon bon monsieur! " dit-elle tout haut, peut-être même un peu trop fort. Bon, qu'est-ce qu'elle devait faire déjà? Ah, oui! " Vous savez, j'vous r'garde aller depuis tantôt, et j'me dis que ça a vraiment l'air bon c'que vous buvez! Vous me l'offrez, dites? " demanda-t-elle tout simplement, en faisant ses beaux yeux. L'homme prit un moment avant de réaliser ce qu'elle lui demandait. Il sourit de tout ce qui lui restait de dents. " Bien sûr, ma jolie, dit-il d'un ton suave. Mais pour ça, va me falloir un petit bisou! " Et de tendre les lèvres pour signifier ce qu'il voulait... Dorothée prit un moment, essayant de comprendre ce qui se déroulait devant ses propres yeux et par sa propre faute. Ses yeux s'agrandirent de terreur. Elle se leva, fit le tour de la table pour être devant l'homme et lui envoya une claque magistrale! Elle tourna les talons pour rejoindre la table, ne se cognant qu'une seule fois sous le regard hilare de son compagnon de voyage attitré, Blaise. Elle se contenta de le fustiger du regard. Enfin, croisant la serveuse en chemin, elle lui demanda deux pintes de bière. C'était la conséquence, non? Alors que la serveuse allait chercher sa commande, Dorothée retourna s'asseoir, boudeuse. " J'savais b'en qu'c'était pas une bonne idée, ton truc... L'autre vieux doit me prendre pour une prostituée... Alors, j'vais avaler tes fichues pintes de bière... Mais attention, tu vas me l'payer! Très cher, à part de t'sa! " Ainsi, Dorothée croisa les bras sur sa poitrine, fixant Blaise d'un air mauvais. Oh oui! Sa vengeance serait terrible. Il fallait seulement trouver ce qu'elle serait. Et puis, alors que la serveuse revenait avec les pintes, elle vit une petite frimousse au niveau du sol. Un sourire mauvais naquit sur les lèvres de la démoniaque princesse.

    " Merci! " dit-elle à la serveuse. Elle prit sa chope, la leva vers Blaise avant de l'avaler d'un trait! Plus vite elle s'en débarrasserait, mieux ce serait. Elle déposa la chope bruyamment sur la table de bois avant de prendre l'autre pour répéter le même manège. Et avec le peu de grâce qui lui restait, elle s'essuya la bouche où perlait encore un peu de mousse. Après quoi, elle se réinstalla confortablement sur sa chaise, se callant contre le dossier, un petit air satisfait sur le visage. " Alors, comme action, tu dois courir après la dinde ou le dindon là-bas et l'embrasser sur le bec! " lui annonça-t-elle. Déjà, le voir courir après un animal sauvage alors qu'il était saoul serait jouissif! Oh qu'elle rirait! " Ou sinon, tu peux toujours aller piquer la vodka à l'autre monsieur là-bas... Tu sais, celui que me prend pour une prostituée? Alors? " Dorothée souriait, quelque peu démoniaque. Si Blaise voulait jouer, il allait devoir aller jusqu'au bout! Oh, ils finiraient probablement saoul morts, encore pire que l'autre saoulons là-bas, mais la soirée resterait mémorable, au moins! Pas question de s'ennuyer.
Revenir en haut
Blaise
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 31/08/2010 00:42    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Hum, pourquoi Dorothée bougeait comme ça? Pourtant, elle était encore sur sa chaise… C’était vraiment étrange, il n’arrivait pas à comprendre ce phénomène. En fait, c’était plutôt fascinant de voir quelqu’un qui ne devrait pas se mouvoir bouger dans tous les sens possibles et ça sans même remuer le moindre membre. Wow… Eh, pourquoi il la regardait comme ça déjà? Il n’avait pas proposé un truc lui? Il ne savait plus trop, son esprit était complètement embrumé par l’alcool et il n’était pas concentré pour deux sous. Tout ce qu’il arrivait à déterminer dans sa petite tête de presque saoulons, c’était que la demoiselle devant lui bougeait bizarrement et que, malgré tout, elle restait quand même très jolie. Quelle constatation génialissime… Non mais, c’était vrai pourtant! Depuis qu’il la fixait, soit un bon trois minutes, il la trouvait de plus en plus belle; allez comprendre pourquoi… Oh, mais ce n’était pas seulement à cause de l’alcool quand même! En tant normal, il la trouvait aussi jolie, mais là, plus? Hum, décidément, boire lui faisait penser à des trucs étranges et légèrement inutiles. Blaise secoua légèrement la tête en ne pouvant s’empêcher de fixer encore Dorothée; il ne contrôlait plus ses yeux ou quoi? À moins qu’il ne le veule pas vraiment… Ah, tiens, elle ne venait pas de parler?

Le jeune homme essaya, un peu, de se concentrer pour comprendre ce qu’elle venait de dire. Un gage? De quoi? Attendez… Ah! Eh, non… Hum, ça lui disait quelque chose ça; il n’avait pas proposé de jouer à un truc et de faire des gages? Ouais, il se souvenait maintenant, ouf. Alors, en le voyant se lever, il en déduisit qu’elle avait finalement accepté! Il garda donc son regard verdâtre fixé sur elle et la suivit tranquillement des yeux jusqu’à la table du vieux monsieur saoul. C’était lui ou elle marchait légèrement tout croche? Elle avait bu autant d’alcool que lui? Faut dire qu’il n’avait pas trop remarqué… Enfin bref, elle venait tant bien que mal d’atteindre la table et commençait son petit manège pour obtenir le verre de vodka. Il ne put s’empêcher d’éclater littéralement de rire lorsqu’elle tenta de s’asseoir; c’était plutôt sympathique. À moitié affalé sur sa table, Blaise passa très près de faire tomber son verre de bière et réussit, par un miracle quelconque, à le rattraper avant qu’il ne fasse une chute mortelle. Il en profita d’ailleurs pour en avaler le contenu et continuer ensuite son observation du moment. Un sourire s’afficha de nouveau sur son visage alors que l’homme semblait prendre Dorothée pour quelqu’un qu’elle n’était pas. Non mais, elle ne voulait même pas de lui alors elle n’allait certainement pas céder à un vieux saoulons tout sale! Du moins, si elle le faisait, elle descendrait très très bas dans son estime…

Ah, non, il avait bien raison le Blaisou! Ce n’était pas son genre d’embrasser le premier venu et la claque qu’elle venait d’administrer au monsieur le confirmait très bien. Ouf! Disons qu’il était presque (peut-être plus que presque…) soulagé qu’elle n’ait rien fait… De toute façon, le gage était de simplement boire le verre, pas d’embrasser l’homme! Même lui ne l’aurait pas fait! Eh, mauvais exemple… L’opalien secoua un peu la tête, un sourire maintenant victorieux s’affichant. Elle allait devoir subir la conséquence, soit boire deux chopes de bières de suite! Héhé, il avait gagné! D’ailleurs, la demoiselle semblait l’avoir compris; elle n’avait pas l’air très heureuse. À son retour à la table, Blaise lui fit un petit signe de la main en souriant toujours comme un idiot.
« Manqué! » Ah lala, elle semblait boudeuse la princesse, c’était presque triste. Ah non, c’était très drôle en fait! Il s’amusait bien lui, ce n’était pas de sa faute si elle avait manqué son coup. De toute façon, c’était à son tour de donner un gage alors… Bon, écoutons la demoiselle maintenant, même si elle tournait encore et que c’était pas trop évident de se concentrer. Après avoir enfin compris, le prince rigola, tout simplement. Il avait bien hâte de voir ce qu’elle allait lui réserver, en espérant que ce ne soit pas trop difficile… Enfin, il espérait ne pas avoir à bouger un peu trop ou à embrasser quelqu’un d’inconnu et de sexe masculin… Le reste, ça ne le dérangeait pas trop. « J’suis sûr qu’il t’a trouvé très sympathique, sauf peut-être quand tu l’as frappé. » répondit finalement Blaise en riant, rire qui fondit légèrement lorsqu’il aperçut son sourire. Eh, ça n’annonçait rien de bon à son avis! Bof, mieux valait commander de l’alcool pour lui et faire comme s’il n’avait rien vu; ce qu’il fit sans hésiter une seconde. La serveuse repartit donc d’où elle était venue pour ramener encore de l’alcool; elle devait les prendre pour de vrais saoulons…

Il reporta son attention sur la demoiselle de Fées, pas trop le choix vu tout le bruit qu’elle faisait en posant sa chope sur la table, puis pencha un peu la tête en la regardant. Il fronça un peu les sourcils puis haussa finalement les épaules; elle bougeait moins que tantôt! Attendez, elle ne venait pas de parler d’une dinde ou d’un dindon? Les yeux du prince d’Opale s’ouvrirent alors en grand et sa bouche en fit de même. Eh, il avait une tête à courir après des dindes lui? Déjà qu’il ne l’aurait pas fait en temps normal, imaginez saoul… Il préférait vivement aller boire le verre de vodka du monsieur plutôt que faire ce truc! En fait, il n’était même pas certain d’être en mesure de se lever debout alors…
« Tu vas sûrement t’en douter, mais j’ai pas trop envie de courir après une dinde. Et puis, je crois que je préférerais t’embrasser plutôt que ce volatile pas trop propre… lui répondit Blaise avec un petit sourire en coin, ne réalisant pas vraiment ce qu’il venait de dire et s’en foutant complètement. Donc, tout ça pour dire que le verre a l’air plus intéressant! Enfin, à moins que tu changes le défi… Non? Tant pis… » Le jeune homme haussa les épaules et entreprit de se mettre sur ses deux pieds, chose plus difficile qu’il n’y paraîtrait. Après un petit effort, l’opalien s’avança très lentement vers la table du saoulons de service, se servant de ce qui l’entourait pour garder un équilibre plus ou moins stable. Il arriva donc en un seul morceau à destination et réussit même à ne pas chuter à côté de la chaise en se laissant tomber dessus. Il fit un grand sourire au monsieur et s’avança un peu vers lui comme pour lui chuchoter un secret.

« Hé, monsieur… Mon amie là-bas s’excuse pour la gifle, elle est pas trop habituée de se faire courtiser de la sorte, c’est pour ça qu’elle a réagit fortement. Mais elle voulait pas, je vous le jure. Regardez, elle vous fait un beau sourire pour s’excuser! »

Plein de mensonges? Hum, peut-être? Le but de cette manœuvre? Simple, faire en sorte que l’homme se retourne et laisse son verre tranquille. D’ailleurs, le monsieur venait justement de regarder derrière lui pour apercevoir Dorothée. Blaise en profita donc pour attraper la vodka et avala le liquide d’un coup, retenant avec peine une grimace. Oh merde, c’était plus fort que prévu ça! Le prince secoua vivement la tête en grimaçant, ce qui n’aida pas trop son cas et faillit le faire tomber par terre. « Hé, où est rendue ma vodka? s’exclama soudainement le monsieur en regardant son verre maintenant vide. C’est toi qui me l’a piqué? » Oups… Vite, une idée, quelque chose, n’importe! C’était lui ou son cerveau semblait en panne sèche? Ah non, il avait trouvé. « Non non monsieur, c’est le gars là, celui en rouge. » Blaise pointa un bonhomme non loin qui riait comme un idiot et qui trinquait avec ses copains. Profitant du fait que le saoulons semblait le croire, étrange, l’opalien retourna difficilement à sa place initiale. Chose faite, il eut droit à une drôle de scène; le monsieur était en train de crier après le bonhomme en rouge et l’insultait. Re-oups… Bof, ce n’était pas se faute si l’autre était assez con pour le croire! Il reporta son attention sur Dorothée et oublia momentanément qu’il devait donner un autre gage. Pourquoi elle était si jolie elle? Hum… Non, le gage, il devait trouver une autre idée! Sérieusement, il n’en avait pas trop envie; l’alcool lui donnait envie de se coucher sur la table et de faire un somme. Et puis, il aimait bien fixer la demoiselle de Fées, même si elle allait finir par en avoir marre, probablement. Oh, et si… Son cerveau était peut-être mieux quand il était éteint finalement…

« J’ai eu la vodka donc un autre défi pour toi maintenant… Hum… Blaise fit mine de réfléchir en avalant distraitement une gorgée de sa bière, même s’il avait déjà trouvé ce qu’il voulait qu’elle fasse. Tu vas devoir… aller… hum, dire au monsieur bien habillé dans le coin… Il pointa le plus discrètement possible (c’est-à-dire pas du tout) un homme dans un coin tout de noir vêtu avec un drôle de chapeau haut de forme sur la tête et aux cheveux grisonnants. Que tu le trouves très beau et tu lui demandes ensuite s’il est célibataire. Sinon, tu peux toujours, et bien… Il prit de nouveau une pause, un grand sourire s’affichant sur son visage. M’embrasser? »

Son sourire s’accentua légèrement alors qu’il avalait de nouveau une bonne rasade de bière. L’alcool ne faisait vraiment pas du bien à son cerveau… Elle allait certainement l’accuser d’être un paresseux, encore. Bof, c’était ce qu’il était de toute façon alors peu importe. « Au fait, un vrai baiser là; pas un truc sur la joue ou je ne sais quoi. Au pire, tu peux toujours aller faire connaissance avec monsieur chapeau… » Il haussa un peu les épaules comme s’il s’en foutait un peu, ce qui n’était pas le cas… Il devrait vraiment arrêter l’alcool avant de faire trop de conneries, même s’il était peut-être déjà trop tard. Si seulement tout arrêtait de tanguer devant ses yeux et que ce n’était pas principalement Dorothée qu’il regardait… Hum, le tangage n’avait pas trop rapport, mais détail…

[HJ: C'est un peu n'importe quoi je trouve, mais bon... XD]
Revenir en haut
Ludwig
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 06/09/2010 18:22    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

[HJ: Seigneur, vous ai-je fait attendre ==' Pardonnez-m'en. En plus, ceci est merdique >_< Enfin bref, je voulais surtout poster pour ne pas vous bloquer plus longtemps. J'éditerais plus tard lorsque j'aurais le temps (et un ordi fonctionnel) à ma disposition, pour les nombreuses erreurs... Ahh oui, il ne sait pas encore qu'il a été accepté comme élève donc..]


Ludwig n’avait jamais manqué de rien. Sa famille n’était guère riche mais le dur labeur de son père les avait toujours fait vivre de façon décente. De plus, le seigneur duquel ils étaient les serfs s’était toujours montré d’une extrême générosité et d’une gentillesse sans limites. En une phrase comme en mille, ils étaient chanceux. Combien de récits ne leur étaient parvenus contant les malheurs de paysans à qui la chance n’avait guère sourit? Nombreux étaient ceux qui avaient eu l’infortune de tomber sur des seigneurs viles, avides et qui, au terme de l’entente qui reliait serf et seigneur, quittaient les terres allouées plus pauvres encore que lorsqu’ils y étaient arrivés et avec une santé vacillante après avoir travaillé dans des conditions malsaines pendant un trop grand nombre d’heures par journée. Rien que d’y penser rendait le gamin gris, lui qui pouvait à loisir se promener dans les champs de citronniers que son paternel cultivait et s’emparer d’autant d’agrumes qu’il lui plaisait, avec la bénédiction du seigneur qui possédait ces terres. Ce dernier avait même accordé à sa belle-mère un petit lopin de terre sur lequel elle faisait pousser une variété de fruits et légumes, rendant donc presque inutile l’achat de d’autres denrées. Bref, ils vivaient sans avoir un réel besoin d’argent, bien qu’ils avaient conscience de son importance lorsque venait le temps de quitter leur foyer.

Seulement voilà, puisqu’il n’avait jamais été habitué aux pièces sonnantes et trébuchantes, Ludwig n’avait jamais vraiment connu leur valeur. Aussi, le montant débité par l’homme lui semblait-il exorbitant alors même qu’il n’était probablement pas si élevé que cela pour le paysan moyen. Quoi qu’il en fût, la petite boule de feu ne l’avait pas, cet argent! Et il n’appréciait pas du tout de voir son espace personnel violé de la sorte! Mais que pouvait-il bien y faire? Il avait déclenché tout ceci! Il savait bien qu’il était fautif… quoiqu’à, l’origine, non, il ne l’était pas. Cependant, il était coupable de naïveté: qu’est-ce qui l’avait prit de se plier à la demande d’un parfait inconnu? Peut être que s’il expliquait au bonhomme qu’on lui avait joué un mauvais tour, qu’on l’avait manipulé afin de l’humilier, peut être ôterait-il sa main de sur son épaule qui le lançait passablement à ce stade. C’était un scénario peu probable mais qui valait tout de même la peine d’être essayé. En désespoir de cause, le gamin prit son courage à deux mains et se lança : « Monsieur, je n’ai pas cet argent mais vous savez… » Il n’eut jamais l’occasion de terminer sa phrase car à cette annonce, l’homme s’était mis à le secouer comme un vulgaire sac de patates, lui coupant le souffle. Plusieurs paroles dont l’enfant ne connaissait pas vraiment le sens sans ignorer qu’elles ne se disaient généralement jamais dans des conversations civilisées car trop péjoratives s’échappèrent de la bouche empuantie d’alcool de l’Émérien lorsque soudainement, tout cessa.

Il lui fallut un instant avant de récupérer ses esprits et ce ne fut que pour voir un sympathique bonhomme crier sur l’ivre qui, le moment précédent, l’avait malmené. L’accent trop prononcé de l’Émérien l’empêcha de comprendre l’échange dans son intégralité mais pour une raison qui lui échappait, il en était reconnaissant. Il avait l’impression d’avoir suffisamment entendu de vilains mots et expressions pour le restant de sa vie. L’homme fut bientôt dehors et ce fut la foudre qui lui éclaircit les idées : tombée de nulle part, elle ne pouvait néanmoins pas être le simple fruit du hasard. Le regard azuré de l’enfant se mit à faire un aller-retour constant de son sauveur à son persécuteur –et ce, jusqu’à ce que ce dernier ne fusse plus visible, à quel point un estomac indiscret se décida de nouveau à gargouiller bruyamment. Ludwig rougit et se rendit soudainement compte qu’on lui parlait. Il fit un effort de concentration et s’aperçut qu’on l’invitait à manger. Sa réaction première fut de refuser : combien de fois lui avait-on répété de ne jamais faire confiance à des étrangers? Cependant, la pensée même était incongrue après les évènements des dernières minutes. Après tout, il avait parlé à de nombreux étrangers qui lui avaient tous voulu, d’une certaine manière, du mal. Celui-là avait l’air sympa. Il l’avait sauvé de l’ivrogne… et puis, le jeune garçon avait vraiment faim!

Avec un sourire timide et en massant délicatement son épaule endolorie, il acquiesça du chef et suivit l’autre vers une table non lointaine où les attendaient un autre monsieur. Durant tout ce temps, il n’avait pas desserré les dents, même si les questions avaient été nombreuses. Il prit une bouchée de ragoût avant de se décider à parler et ces paroles furent une réponse à la dernière question de celui qui avait fait les présentations. « C’est que, voilà, il y avait ce garçon là-bas qui m’avait assuré que le verre était celui de son papa et m’a demandé d’aller le lui chercher. Mais ce n’était pas celui de son papa et le monsieur s’est fâché… Mais Ludwig est un bon garçon! » Son récit était décousu à souhait, certes mais dans son agitation, il ne pouvait faire mieux et de plus, l’idée principale était claire, non? Il n’allait certainement pas admettre de vive voix qu’il se faisait déjà rouler à peine deux jours suite à son arrivé à Émeraude : c’était beaucoup trop humiliant! Aussi s’employa-t-il à remplir sa bouche d’autant de ragoût qu’il était humainement possible à un enfant de 7 ans de le faire. Il faillit toutefois s’étouffer au commentaire que fit Nathaël.

« Élève de l’ordre? répéta-t-il en écarquillant les yeux. La madame m’a choisi? continua-t-il, sentant une énergie nouvelle l’envahir tandis que ses bras fusaient vers le ciel et qu’il se levait inconsciemment de son siège. YATTAAH, UUHN! » s’écria-t-il, à l’extase! ...avant de constater que, de nouveau, il était le centre de l’attention générale. Embarrassé par sa propre irruption, il se rassit prestement et offrit un regard chargé en excuses aux deux hommes avant de constater qu’une nouvelle personne s’était rajoutée à leur groupe. Une charmante dame qui se nommait Jolianne. Il se rendit soudainement compte qu’il ne s’était pas proprement présenté lui-même et décida donc de remédier à la situation, cette fois, juste à temps pour répondre à la demande de la nouvelle venue. « Moi, je m’appelle Ludwig! Je viens de Rubis et… et… et je n’ai pas réussit à trouver de beaux citrons à Émeraude. Alors je suis triste. »

Franchement pas terrible comme introduction. Mais le lionceau décida que ça ferait l’affaire pour le moment. Il offrit aux trois adultes son plus beau sourire et de nouveau, il porte une cuiller pleine de bon ragoût à sa bouche toute rouge.
Revenir en haut
Dorothée
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 07/09/2010 21:50    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

    Blaise d'Opale pouvait bien rire du fait qu'elle ait manqué son gage. Mais le sien était si dur à réaliser, surtout en considérant leur état d'ébriété avancé, qu'elle gagnait déjà cette manche. Il était impossible qu'il réussisse à attraper un dindon au meilleur de sa forme. Imaginez une fois saoul? Elle en riait intérieurement d'avance. Seulement, avant même qu'elle lui annonce la teneur de son gage, il riait encore d'elle en parlant de cet homme, de ce soulon, de ce malotru qui l'avait pris pour une prostituée. Oh! Il ne devait pas être heureux, le monsieur, qu'elle l'ait frappé, mais il était hors de question qu'elle se laisse insulter de la sorte. Après tout, elle était une princesse! Une princesse saoule, mais une princesse tout de même. C'était une question de respect! Enfin, en repensant à ce qu'elle allait annoncer, elle sourit, démoniaque. Oh! Blaise semblait moins sûr de lui, maintenant... Comme s'il savait ce qui allait lui arriver! Sans plus le faire attendre, elle lui annonça enfin le gage, victorieuse!

    Elle s'était attendu à rire un peu, au moins. Elle s'était attendue à ce que Blaise ait un peu d'orgueil et qu'il se lève, malgré son état, pour courir après ce foutu dindon. Elle s'attendait à rire, à s'esclaffer, savourant sa vengeance, mais le prince d'Opale ne lui laissait même pas ce petit plaisir. " Pfff! Peureux, " lança-t-elle, provocatrice, refusant de changer le défi. Alors, faisant fi du gage pour accomplir la conséquence, elle le vit se lever et se diriger vers l'homme. Elle ne put retenir quelques éclats de rire en le voyant se retenir à tous les objets sur son chemin pour se rendre à son objectif sans tomber sur le sol. Alors qu'elle l'observait, ne sachant trop ce qui allait se dire et sachant également qu'elle n'entendrait rien de la conversation quand même, elle se commanda une nouvelle chope. Oh oui! Pour elle aussi, les alentours tanguaient, mais elle trouvait cette sensation plaisante, quand même. Elle adorait perdre le contrôle de ses sens, se sentir heureuse. Elle perdait pied dans cette réalité qu'elle n'aimait pas plus qu'il le fallait. Après tout, elle était à Émeraude, un royaume qu'elle détestait pour lui avoir enlever son frère jumeau alors qu'elle était encore enfant. Enfin, elle prit une gorgée de sa chope, puis remarqua que Blaise était déjà de retour. Elle écarquilla les yeux, puis se retourna vers le soulon. Il n'était pas assis à l'endroit habituel. Non, il était debout, vociférant après un autre homme. Elle se retourna vers Blaise, interdite un moment, puis un sourire retrouva le chemin de ses lèvres. " Tut, tut, tut... C'est mal de mentir, monsieur le prince d'Opale, " souffla-t-elle, moqueuse. Elle ne remarqua même pas que le prince la fixait. Elle s'en fichait, parce qu'elle faisait un peu comme lui. Elle le trouvait beau, après tout. Des cheveux blonds, comme les siens. Des yeux verts, merveilleux. Une silhouette virile. Miam! Elle se demanda un instant à quoi ressembleraient leurs enfants! Quoi! Elle recracha brusquement la gorgée qu'elle venait d'avaler. Elle n'avait pas réellement pensé ça, non? C'était Blaise. C'était son vieil ami de toujours, le seul qui soit capable de la supporter, par la même occasion.

    Enfin, elle se rendit alors compte qu'il lui parlait. Les mots arrivaient en flots indistincts à son oreille. Elle secoua la tête, pour se concentrer, approcha sa petite tête blonde des lèvres de Blaise pour essayer de suivre son discours. Venait-elle de comprendre qu'il lui demandait de l'embrasser? Elle avait perdu les premières explications. " Tu répètes? " lui demanda-t-elle pour être certaine d'avoir bien compris. Ou simplement de comprendre ce qu'elle avait manqué. Oh! C'était moins bien maintenant qu'elle avait compris ce qu'il lui demandait réellement. Elle avala une gorgée puis se retourna tant bien que mal sur sa chaise. Elle faillit tomber en s'accrochant le pied sur l'une des pattes de sa propre chaise. Elle en rit un peu, fermant les yeux pour tout arrête de tanguer autour d'elle un moment, puis elle rouvrit les yeux. Il y avait en effet un homme bien habillé, mais il ne semblait pas très beau. Elle se retourna vers son compagnon, résolue à lui exposer le fond de sa pensée. Certes, elle n'avait pas la langue dans sa poche habituellement, mais c'était encore pire lorsqu'elle avait un peu d'alcool dans le corps. " Premièrement, monsieur d'Opale, je ne suis pas une menteuse comme toi! Alors, il est pas question que j'aie... J'aille... J'ai?... Enfin, que j'lui dise qu'elle est beau! Il est peut-être bien habillé, mais ça suffit pas! Deuxème...Dieuxèmen... Dueussi... Enfin, ensuite, je me suis déjà faite traiter de pute aujourd'hui. Pas question de répéter l'expérience! Alors, j'irai pas faire ton gage presque aussi stupide que le mien! Alors, je vais t'embrasser, monsieur d'Opale! " Pourquoi elle l'appelait ainsi? Elle n'en avait aucune idée. Peut-être parce que ça le vieillissait et, par le fait-même, elle aussi. Peut-être pour se distancier des deux enfants amis qu'ils étaient. Après tout, elle s'apprêtait à l'embrasser. Et il avait précisé que ce n'était pas un petit bisou sur la joue. Oh! Il aurait bien plus, ça, il pouvait y compter!

    Elle finit sa chope en une immense gorgée. Puis, se levant, se tenant sur la table, le regard aussi aguicheur que possible (ce qui fonctionnait à moitié), elle s'avança jusqu'à Blaise. Elle le poussa un peu pour s'asseoir sur ses genoux. En voulant entourer son cou de ses bras, elle se laissa aller un peu trop. Elle ne contrôlait pas tous ses mouvements. Doucement, ses doigts allèrent taquiner la joue du jeune homme et son oreille. Venait-elle de rêver ou il avait eu un frisson? À moins que ce ne soit elle qui fut parcouru d'un frisson... Elle avait encore quelques difficultés à croire ce qu'elle faisait et ce qu'elle s'apprêtait à faire. Elle se pencha à son oreille. " Tu sais que, si je t'embrasse, c'est uniquement parce que tu l'as demandé? Et si tu l'as fait, ça nous met à égalité. Tu ne pourras plus jamais te moquer de moins en disant que j'ai cédé la première... " se moqua-t-elle. Elle ne lui aurait jamais avoué que, dans leur situation, elle était tout de même heureuse qu'il le lui ait demandé. Sinon, en jeune fille bien élevée qu'elle était, elle n'aurait jamais osé. Elle dirigea le visage de Blaise vers elle grâce à l'une de ses mains. Puis, elle approcha son visage du sien. Elle déposa chastement ses lèvres sur les siennes, profitant de ce premier contact invitant. Ses lèvres étaient toujours aussi chaudes, aussi douces. Elle le força à entrouvrir un peu les lèvres pour pouvoir y glisser sa langue. Elle avait envie de plus, comme la dernière fois. Et puis, ce n'était qu'un baiser! Elle pressa davantage ses lèvres sur les siennes, glissa sa langue, quémandant la sienne. Elle voulait qu'il réponde à son baiser, qu'il s'en mêle, qu'il en redemande, même! Il goûtait un peu l'alcool, mais ça ne la dérangeait pas. Elle aussi goûtait la bière.

    Au bout d'un moment, elle se détacha de lui. Elle avait encore les mains sur ses joues. Elle sourit, taquine, déposa ses lèvres à peine une milliseconde sur les siennes. Juste un petit baiser papillon, pour le laisser en reste.

    Elle se leva tant bien que mal, essuya ses lèvres d'un geste peu gracieux avant de retomber aussi peu gracieusement sur sa chaise. Elle leva la main pour commander une chope, que la serveuse ne tarda pas à lui apporter. Elle en prit une gorgée. " Bon, eh bien, j'ai très bien accompli ma conséquence, non? Enfin, c'était pas mal... Et main-te-nant, c'est à mon tour! " Elle s'appuya sur le dossier, regarda tout autour d'elle. Ça tanguait un peu trop, maintenant. Elle n'était pas sûre de pouvoir à nouveau se lever! Elle ferma les yeux, mit sa tête entre ses bras, sur la table. " J'crois que j'ai un peu abusé, " murmura-t-elle davantage pour elle-même. Elle n'avait même plus envie de jouer, tout à coup. Puis, il lui vint une idée! Elle releva subitement la tête, mais ferma les yeux tout aussitôt. Elle était étourdie. " Je te défie, " commença-t-elle, les yeux fermés. " Je te défie de te dandiner sur cette table, " dit-elle en bousculant un peu la table sur laquelle elle était accotée. " Elle semble assez solide pour te supporter! " se moqua-t-elle. " Ou sinon, si tu n'as pas envie de t'humilier devant toute la salle, tu peux toujours demander à l'aubergiste de nous préparer une chambre pour notre nuit de noce après lui avoir demandé d'officialiser le mariage! " dit-elle un peu plus fort. Heureusement, la soirée était bien avancée, et il n'y avait pas qu'eux de saouls. Elle but une nouvelle gorgée, puis se demanda ce qu'elle venait de dire. Un mariage? Oups! Mauvaise idée, ça... Il était mieux de se dandiner, lui là... " Je suis même prête à danser sur cette table avec toi si t'as besoin d'un peu de courage... " se moqua-t-elle, espérant qu'il prendrait vraiment cette option. Oh! Une chance, il n'y aurait pas de mariage, c'était simplement à la blague... Et puis, la nuit de noce, il n'y en aurait pas, quoi que Blaise devait y penser puisqu'elle lui avait déjà dit qu'elle se marirait avant de franchir cette étape ultime de l'amour. Son sourire n'avait plus rien de victorieux. Il était davantage piteux.
Revenir en haut
Ithan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 09/09/2010 20:30    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Dès que la porte de l’établissement s’ouvrit, Ithan sut qu’il s’agissait de sa chère Jolianne. L’elfe tourna la tête pour la voir, un sourire heureux sur ses lèvres, la suivant du regard, fronçant les sourcils lorsqu’elle fut tirée par Trevor, un vieux crouton.  «T'a vraiment tombé sur une bonne personne… regarde là, comme elle le manipule comme elle veut ! À ta place, j'aurais peur de me la faire prendre… avec tous ces hommes qui lui font des beaux yeux et qui font les imbéciles pour l'impressionner» lui dit soudainement Nathaël, attirant son attention de sa jeune épouse. Il lui offrit un sourire en coin et regarda de nouveau la blondine. «Effectivement, je suis pas mal chanceux de l’avoir rencontré, j’ai failli la perdre à tellement de reprises que je fais attention à elle maintenant. J’ai arrête de faire le con, pour une fois… Mais pour répondre à ta question, non, je n’ai pas peur, je sais qu’elle m’aime et qu’elle ne me laissera  jamais. Je lui fais confiance, on se fait confiance, sur ce point. Et puis, est-ce que tu vois un autre mec plus beau que moi qui puisse l’attirer, hein? Totalement IMPOSSIBLE, mon pote!» fit-il en rigolant tandis que Jolianne semblait s’obstiner avec Trevor. Ce fut alors que le petit rouquin prit la parole. Il le regarda avec curiosité. « C’est que, voilà, il y avait ce garçon là-bas qui m’avait assuré que le verre était celui de son papa et m’a demandé d’aller le lui chercher. Mais ce n’était pas celui de son papa et le  monsieur s’est fâché… Mais Ludwig est un bon garçon! » Le chevalier éclata de rire devant tant d’innocence et de naïveté. Il était vraiment adorable ce gamin, se dit-il avec un affection drôlement fraternelle. Et quand Nathaël énonça qu’il était un élève de l’Ordre et que l’enfant s’étouffa, Ithan donna une tape sur l’épaule de son ami : «Non, mais tu veux que ce p’tit s’étouffe? On n’annonce pas une nouvelle de si haute importance lorsqu’on a la bouche pleine! Un peu plus et Ludwig n’aura même pas la chance d’assister à son premier cours plate!» Et à ce moment même, les bras du jeune garçon se levèrent vers le ciel et il cria : «YATTAAH, UUHN! » Le faisant sursauter avant d’étouffer un éclat de rire, levant les yeux et voyant Jolianne qui arrivait à leur hauteur. « Hollaaaa ! Sa va bien ? Ooh, Ithan dis-moi pas que tu penses qu'elle va réellement plaire à Nathaël, hen ? Pourquoi tu lui trouves pas une femme qui a d'l'intelligence aussi, tiens... Ça ferait changement tu crois pas ? » Il leva les yeux au ciel, amusé, et elle se pencha pour l’embrasser rapidement. Ithan colla sa chaise contre celle de la jeune femme et passa son bras autour de sa taille, l’embrassant sur la tempe. Tandis que Nath disait qu’elle avait raison, ce qui lui arracha un autre sourire. Sa femme se présenta à son jeune protégé et sa façon de le faire l’offusqua. CET IMBÉCILE?! Non meh..! Okay, c’était vrai que par le passé il avait été un vrai imbécile, mais là il ne l’était plus! Humph, m’enfin, pas totalement… « Moi, je m’appelle Ludwig! Je viens de Rubis et… et… et je n’ai pas réussit à trouver de beaux citrons à Émeraude. Alors je suis triste. » se présenta le petit roux, le sortant de sa frustration. Un sourire flotta de nouveau sur son visage tandis qu’il le voyait manger, la bouche beurrée de sauce. «Ludwig… ouais, il me semble bien que la magicienne a dit ton nom, mon p’tit bonhomme citron! Waaah, mais c’est que le Nathaël a de la mémoire d’éléphant! Et des goûts vraiment stricts!» s’exclama le brunet en offrant un clin d’œil amical à son meilleur ami. «Bon, ben, félicitorchons pour ta nomination, mon grand! Tsé, s’il y a des mômes qui t’écœurent ou que tu veux des beaux citrons, tu n’auras qu’à venir me voir et je t’aiderai soit en mettant les méchants à leur place soit en te trouvant5 des jolis citrons que tu sembles tellement aimer, okay? Parce que, vois-tu, malgré ce que ma très chère et belle épouse puisse dire, je NE SUIS PAS UN IMBÉCILE et j’aime bien aider les autres tant qu’on ne profite pas de ma gentillesse!» L’elfe fit une pause pour prendre lui aussi une cuillerée de ragoût et une gorgée de café avant de continuer. «Mmm, vraiment bon ce ragoût, le café par contre… Oui, bon, donc tu peux toujours compter sur moi, un peu comme si tu étais…hum, mon petit frère? Ouaiiiis, tu vas être mon petit frère et mon rôle de grand frère sera de t’enseigner tout ce que je sais! En commençant par comment trouver la fille idéale pour ton meilleur ami! Leçon numéro un : tâche de te trouver un pote qui n’est pas trop difficile en la matière pour pas que tu te casses à lui trouver quelque chose de passable, d’accord?» Il offrit un sourire taquin à Nath avant de reporter son attention sur l’élève. «Leçon deux : Regarde autour de toi afin de trouver la deuxième fille la plus belle du coin, parce que la pluuuuus belle, tu la gardes pour toi! Mais, ça, tu ne le dis pas à ton pote, ok? Leçon trois : en plus d’être belle, assure-toi qu’elle soit intelligente et pas totalement nouille, un peu comme celle-ci.» fit-il d’un ton enjoué en pointant sa belle blondine. Ithan laissa au gamin le temps d’assimiler les informations et pendant ce temps, il demanda discrètement à sa femme : «Ce n’est pas que ça me déplaise, mais peux-tu me dire ce qui ne va pas pour que tu annules ton voyage à Rubis aussi soudainement? Il y a-t-il une raison en particulier? Es-tu malade, un voleur t’a menacé, tu dois de l’argent à quelqu’un? S’il te plaît dis-moi ce qui ne va pas, tu commences à m’inquiéter, Jojo…» Sa voix était légèrement enrouée à cause de l’inquiétude, mais quand il s’adressa à Nathaël, elle était de nouveau joyeuse et insouciante. «Bon, t’en veux une avec de la cervelle et qui soit jolie… Bon, cherchons…» Et il se mit à fouiller la salle autant avec ses yeux qu’avec ses sens. Son visage concentré s’illumina comme une ampoule lorsqu’il tomba sur quelque chose d’intéressant. Claquant des doigts d’une façon victorieuse, il tourna son visage jovial et malicieux vers le chevalier. «Haha, ça doit être ton jour de chance mon vieux, parce que j’viens de trouver quelque chose de pas si pire! Regarde au comptoir, tu vois la fille aux cheveux longs et brun chocolat? Non, pas celle à l’autre bout, celle du milieu et qui est toute petite et se tient aux côtés d’une autre aux poils de carotte? Oups, pardon Ludwig, j’avais oublié que toi aussi tu étais roux… mais toi t’as pas de poil de carotte, toi tu es un petit lionceau!» fit-il gentiment en ébouriffant les cheveux du petit. «Alors Nath, tu en penses quoi de celle-là? Elle a l’air d’avoir de la jugeote et elle est quand même jolie, sûr pas autant que Jolianne, mais c’est un détail… Je te lance un défi! Va lui parler pendant au moins cinq minutes, sûr si t'es trop gêné pour le faire, je comprendrai, mais... c'est toi qui payeras l'adition!» Un air maliceux se pegnit sur son visage et ses lèvres esquisèrent un sourire de défi tandis qu'il attendait la réponse de son ami ainsi qu’une réaction de Ludwig face à ses leçons hyper importantes.

[Vraiment poche, désolée, c’est que j’ai full de devoirs ces derniers temps… Sinon, j’espère que tout est correct! La fille de laquelle je parle, c’est de Rozabelle, au cas où elle voudrait venir nous rejoindre tout de suite, sinon, je peux modifier, il n’y a pas de soucis! Mp s’il y a quoique ce soit! Nath :: j’ai un lien télépathique avec plusieurs jouers, voilà pourquoi j’anticipe plusieurs de leur postes! XD Jojo peux en témoigner! Hum, en passant, tu peux lui dire que t’es enceinte, ma jumiiie chiwie d’amouuur! <3]
Revenir en haut
Edneel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 19/09/2010 11:22    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

[Bon bon... Je vais essayer de reprendre le fil après une longue absence, pas évident^^']

Edneel était accoudé contre une table, en train de boire peut-être sa quinzième bière de la soirée... Ou cela faisait-il seize? Ou dix-sept même? Bah il ne faisait plus le compte et à vrai dire cela importait peu... Quand il y repensait, quel afront il avait subi ce jour-là, il y avait quoi... sept ans peut-être maintenant? Ce jour où il avait laissé échappé ce gredin, qui s'était introduit dans sa chambre durant ses ébats dans le bordel La Halte... D'ordinaire, il n'y pensait pas, cela lui importait peu, après tout il était loin de faire parti des meilleurs gardes du royaume, et moins il en faisait mieux il se portait en général... Mais tout de même, quand il buvait cet évènement remontait en lui, telle une boule épaisse coincé dans la gorge, exprimant sa colère, son humiliation, cette frustration qui avait fait qu'il n'avait pas pu jeter ce dernier dans les geôles d'Emeraude.

Et depuis que s'était-il passé? Pas grand chose d'extraordinaire, les rondes, les tours de gardes, la bière, les parties de cartes avec les collègues, les bordels, la bière, la taverne de l'Oeil du Dindon, les baffes de la serveuse Shani, la bière, les entrainements avec la gueule de bois, les avertisements du chef de garde sur son comportement, les nuits dans le caniveau, la bière... Bref, la routine, celle qu'il avait toujours connu, et qui ne changera probablement jamais. Des fois, il s'imaginait être née noble, avoir une fortune décidée par la naissance, ne rien faire de la journée, s'adonner à toutes sortes d'activités, avoir des domestiques qui lui ferait tout le travail, participer à des soirées mondaines... Bah il fallait croire que les dieux en avait décidé autrement...

Mais sa situation était-elle si pénible et dégradante? Bien sûr qu'il y a pire, mais bon il y a mieux, et l'homme s'efforce toujours tout au long de sa vie d'avoir la meilleure situation possible, enfin c'était ce qu'il pensait. Mais bon, aujourd'hui était comme les autres jours au final. Il a fait son tour de garde, ou plutôt "roupiller" comme il l'appelle parfois, à la porte sud le matin, puis a du assister à un cours d'entraînement cet après-midi. C'était un entraînement collectif, sur les tactiques de défense à mettre en place en cas d'attaque du château. Une simulation en quelque sorte. Un groupe de soldats prétendait être les méchants et menaient une attaque sur l'une des portes du château, et l'autre groupe devait la défendre à tout prix. Coordination, initiative, compétences et esprit d'équipe étaient de mise à la bonne réussite de la simulation, mais bon Edneel était dans le groupe de défense qui, bien sûr, perdit la position au profit du groupe d'attaque.

Encore une fois, il avait prêté peu attention aux consignes, et le chef de garde l'avait sévèrement repris. Il n'en avait pas grand chose à faire en réalité, mais commençait à se dire qu'il fallait peut-être pour lui commencer à faire quelques efforts, sinon il allait finir par se faire virer un jour ou l'autre. Après tout, même des recrues plus jeunes que lui se montraient déjà plus efficaces sur le terrain. Enfin, après cette journée "forte en émotions", il aavit échoué comme à son habitude à la taverne de l'Oeil du Dindon, afin de se saouler pour oublier sa vie misérable et pathétique au final.

Celle-ci semblait d'ailleurs bien animée ce soir, et plutôt bondée. Mais comme à son habitude, Edneel était accoudé seul sur une table, à siroter tranquillement sa boisson, et à laisser l'alcool bien monter au cerveau avant de commencer à faire n'importe quoi. Il y avait plusieurs ravissantes créatures d'ailleurs ce soir-là, mais bon cela n'arrivait pas à la cheville de la serveuse, la charmante et ravissante Shani !!!... qu'il n'avait toujours pas réussi à mettre dans son lit rappelons le au passage ! Comment pouvait-il s'y prendre pour approcher cette dernière? Aussi belle que farouche, elle disposait en plus d'une force qui dépassait celle d'Edneel, bien qu'il n'oserait jamais l'avouer et le reconnaître vraiment... Après tout, il était toujours complètement ivre à ce moment, et donc pas en pleine possession de ses moyens. M'enfin, en attendant, la chope de bière était vide, il était temps d'en reprendre une autre... Et bien sûr, comme il avait besoin de se faire remarquer :


- Hey, Shani, une autre ma belle !!! cria-t-il au milieu de toute l'assemblée.

Il espérait que cette dernière le serve, car certaines fois, tellement exaspérée, elle demandait à quelqu'un d'autre de servir ce pauvre garde qu'était Edneel. Il attendit donc qu'on lui apporte une nouvelle chope de bière, tout en lachant un rôt des plus fins et discrets...


[Bon j'ai déjà fait mieux mais là, j'ai un peu de mal à raccrocher^^']
Revenir en haut
Nathaël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 19/09/2010 20:21    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Nathaël regardait le petit Ludwig s'asseoir à leur table et s'empiffrer de ragoût, tout en pensant qu'il avait bien l'air affamé celui-là. D'ailleurs, il trouva qu'il devait également être perdu; que faisait un enfant de son âge seul dans ces lieux ? Ne devrait-il pas être avec ses nouveaux copains de l'Ordre ? Après lui avoir mentionné qu'il était élève, Nathaël échappa un rire en le voyant se lever vivement pour crier sa joie, attirant de nouveau tous les regards de l'auberge.

-Tu devrais peut-être te rasseoir, avant de t'attirer des ennuis à nouveau, lui dit Nathaël d'une allure sérieuse, quoi que l'ombre d'un sourire amusé étant en vue au coin de ses lèvres.

Bon... il aurait peut-être dû dire d'autre chose de plus amusant pour éviter de le mettre mal à l'aise davantage, mais de toute façon, Ludwig semblait si heureux en ce moment qu'il lui aurait sûrement fallu beaucoup pour perdre cette nouvelle bonne humeur ! D'ailleurs, ce dernier se présenta sous le nom de Ludwig.

-Moi, c'est Nathaël, et je viens du désert, lui répondit-il en lui offrant un petit sourire amical.

Certe, son teint basané, ses traits musclés et ses cheveux de jais pouvait trahir sa provenance, mais ces yeux d'ambre faisait toutefois contraste avec la plupart des traits caractéristiques des désertois; la plupart ont des yeux foncé, souvent de couleur brunâtre. Tout en restant discret, le chevalier écouta Ithan expliquer 3 règles spécifiques à Ludwig sur les femmes et secoua la tête d'un air désespéré et amusé au fur et à mesure qu'il poursuivait son fameux discours.

-Ne te casse pas trop la tête avec ça pour l'instant, répliqua Nathaël lorsqu'il eut enfin fini de parler. Occupe toi plutôt de euh... de bien étudier dans tes cours et de t'amuser, voilà !

Il était très mal placé pour parler, ayant toujours détesté la théorie et préféré la pratique, et ayant souvent cherché les problèmes lorsqu'il était élève, mais bon, il n'allait tout de même pas lui dire ça ! D'ailleurs, il avait tout de même réussi à éduquer un écuyer... Napier ! Bref, il fallait toutefois oublier le fait qu'ils avaient souvent pris un coup ensemble alors que ce dernier n'avait que 13-14 ans, mais bon, il garderait ce fameux détail pour lui. En parlant de femme, Ithan lui lança le défi d'aller courtiser la femme qui était assise au comptoir, sinon quoi il payerait l'addition de toute la table. Non mais, il le prenait pour un riche ou quoi ? Ou encore, pour un lâche ! Nathaël riva ses iris de lune vers la brunette, l'examinant d'un regard perçant. Certes, elle était très jolie, et après ? Combien de fois il était tombé sur des femmes qui l'avaient bien vite déçu après avoir seulement ouvert la bouche. Il n'avait jamais vraiment eu de la chance depuis la mort de son âme soeur, et n'avait jamais vraiment eu le coeur à vouloir se réinvestir dans une relation amoureuse; c'était beaucoup trop douloureux... et éphémère. Mais pour ne pas décevoir son frère d'arme qui cherchait tant à le ''matcher'' avec quelqu'un, et par orgueil masculine, il releva le défi d'un inclinement de tête.

-Parfait, tu veux que j'aille lui parler, alors j'y vais ! Mais je me demande bien où tout ça va encore me mener, lui répondit-il avec des sous-entendus, roulant les yeux au plafond. Il finit son troisième verre de cidre d'un trait, puis se leva en se dirigeant vers sa nouvelle ''victime''. Même s'il n'avait pas du tout l'air gêné, il se demandait bien de quelle façon il allait l'aborder. Il n'était pas doué comme Ithan pour se genre de chose... n'ayant pas la parole facile. D'ailleurs, sa gêne se manifestait plutôt en lui donnant l'air distant et sévère. Comme si ne rien était, il vint donc s'asseoir sur le tabouret voisin de la brunette, commandant un verre de cidre à la serveuse qui se trouvait derrière. Après plusieurs minutes de silence, il reçut enfin son verre et y prit une bonne gorgée. Après quoi, il plongea ses iris de lune vers sa nouvelle cible, lui offrant un très bref sourire.

-T'as l'air de t'ennuyer. Peut-être qu'un peu de compagnie ne te ferait pas de mal ? lui dit-il alors en affichant un air sûr de lui, un léger sourire mystérieux aux lèvres.

À l'intérieur, il se sentit vraiment idiot. Il aurait pu au moins commencer par la saluer. Mais c'était pas vraiment son genre de perdre son temps en parlant de la pluie et du beau temps, alors il était allé droit au but.

-Où si tu n'en désires pas, peut-être voudrais-tu au moins un verre ?

Au moins, il pouvait toujours tenter de se montrer généreux !


[Désolé pour la qualité du post, j'avais pas beaucoup de temps mais je tenais à poster ! Very Happy]
Revenir en haut
Rozabelle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/09/2010 02:20    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

    Qu'aurait-elle aimer avoir de plus, aujourd'hui ? Rien. Le temps était magnifique et la terre sec tout en était fraîche. Les gens semblaient tous aussi joyeux les uns que les autres et Rozie ne pouvait s'empêcher d'être joyeuse elle aussi, dans ses multitudes passes d'Amuseur Publique qu'elle offrait pour le divertissement des petits et grands du village d'Émeraude, depuis plus d'une semaine ou deux. Nouvelle arriver, elle n'aurait jamais eu l'odase de croire qu'elle était en mesure de faire rire autant de personne en une journée. Généralement, personne n'osait réellement s'approcher d'elle puis qu'elle utilise, en grande partie, du feu. Les mères ne veulent pas que les enfants approchent, etc. Pourtant, ici, mère, fille, enfant, père et grand-parents, tous venaient la voir de temps en autre. Chacun à des moments précis de la journée, d'autre dans l'improviste. C'était tout simplement, apprécié... Étant tout nouvelle dans le village d'Émeraude, c'était clair comme de l'eau de roche, elle avait eu cette peur bleue de ne pas être accepter et de devoir partir. Pourtant, jamais elle avait eu de voisin aussi aimant et un atmosphère de travail aussi amusant. C'était réellement, le village de ses rêves où elle pouvait passer la journée à faire ce qu'elle aimait le plus faire : donner l'illusion que... danser, chanter, faire rire, etc.

    Bref. c'était une très belle journée, elle avait eu une très belle journée, sérieusement. Pourtant, malgré cette si belle journée, la place du marché semblait terriblement vide et, pour une fois, elle avait quelque chose de prévue. C'était bien amusant de faire rire les gens, de chanter, danser, etc. malheureusement, les courses de la maison n'allait pas se faire d'elle-même. Toute fois, voyons tout cela d'une note possitive -comme elle sait si bien le faire- elle continuait à faire du sociable et ne serait pas seul ! Étragement, Aanael semblait vouloir venir et passé le reste de la journée avec elle, en échange qu'elle l'accompagne pour rencontré son fabuleux Garde d'Émeraude. C'était... comment dire ? Ouin. Comme une conne -pouvons dire le contraire- elle accepta se marché, qui était davantage au profil de son amie que d'elle-même. Mais bon. Avous-nous déjà eu la chance de voir Rozabelle ne pas venir en aide a quelqu'un ? Elle serait tout bêtement incapable de ne pas le faire et serait certainement assez blonde -sans insulte a cette couleur de cheveux- pour toujours revenir en aide à la même personne pour une situation semblable, voir identique, en sachant très bien qu'elle faisait rire d'elle.

    Une fois les courses terminées, surprise de voir son amie tirer aussi fortement sur son bras pour se rendre dans cette Auberge, sachant qu'elle n'était qu'une excuse de sorti s'il arrivait quelque chose, elle ne put s'empêcher de rire d'un rire enfantin en voyant la jeune femme agir ainsi. Oubliant tout, elle suivit sans dire un mot et sourire aux lèvres, comme toujours. Arrivé dans l'établissement, elle fut surprise d'y voir plusieurs personnes qu'elle connaissait ! Ce qui, bien franchement, fit assez son bonheur. Si Aanael advenait à l'oublier, comme elle le croyait, elle allait toujours pouvoir se tourner vers la femme du boulanger, le forgeron ou encore, son voisin, un homme terriblement sympathique selon elle. Malheureusement, comme si sa journée avait été que trop parfaite, ceux avec qui elle avait la conversation facile quitta l'Auberge quelques heures après son arrivé et Aanael ne semblait réellement pas vouloir quitter dans les prochaines minutes...

    Offrant un dernier sourire à son voisin, elle soupira discrètement en se dirigeant tranquillement vers son amie, sans pour autant aller prendre place près d'elle. Ne voulant pas la déranger avec son... amant ? Rozie les regarda un instant échanger sans pudeur autant de salive avec un drôle de regard, pour finalement finir par sourire en tournant le regard, visiblement amuser. Se fut à cette instant qu'elle apperçue la nouvelle venue près d'elle. Lui accordant un bref regard, elle changea de direction en cherchant discrètement la/le serveur du regard. elle pouvait bien se permettre une petite boisson remplit d'alcool elle aussi ? Après tout, qu'avait-elle de mieux à faire en se moment ? «T'as l'air de t'ennuyer. Peut-être qu'un peu de compagnie ne te ferait pas de mal ? » demanda l'homme qui avait prit place près d'elle, quelque instant plus tôt. Heureuse, joyeuse même, elle lui offrit rapidement un sourire tout en expriment une certainement note d'interogation devant sa question. Avait-elle l'air si triste que ça ? Avait-elle perdu son sourire ? Cette idée la fit.... rapidement regarder dans le miroir qui se trouvait sur le mur, derière le comptoir du bar. N'importe qui aurait facilement put croire qu'elle regardait son physique avant d'ouvrir la bouche et, très franchement et pour tout vous dire, elle se fichait tellement de son physique...

    - J'ai l'air si ennuyer que ça ? Même avec un sourire on voit que j'en ai assez d'être ici et que j'ai hâte que mon amie en aille assez de son garde ? J'imagine que d'avoir un air ennuyer veux.... Ne trouvez-vous pas que de venir dans un endroit ainsi, alors que votre supossé amie vous laisse pour un autre, que... c'est ennuyant. Ne voudriez-vous pas être ailleurs ? Je veux...

    Oups ! La gaffe du siècle ! Son visage, qui avait un teint de pêche depuis fort longtemps, laissa rapidement place à un rouge exrêment vif. Bêtement, elle venait de se rendre compte que ce n'était pas une question, ni même une affirmation... c'était tout simplement un moyen d'approche. Qu'elle nouille ! Sans retenu, ne se voyant même pas faire, elle s'envoya sa main en plein figure en laissant aller un certain soupirement, qui fini par un rire. Allait-elle réellement avoir honte de ce qu'elle venait de faire ? Certainement pas ! Il y avait tellement pire dans la vie. Il fallait bien rire de son petit manque de jugement. Après tout, elle ne devait pas être la seule à s'être fait avoir, si ? elle arrêta de rire -encore heureux que son rire n'est rien de fatiguant- et reprit un air.... normal.

    - Pardonner-moi, j'ai... J'aimerais réellement avoir de la compagnie, bien honnêtement ! déclara-t-elle avec un simple sourire remplit de remerciment pour cette si belle invitation a se joindre à elle. Et j'accepte un verre avec plaisir si vous acceptez de prendre le risque de venir vous assoir à une table, avec moi ? se risqua-t-elle, toujours avec son sourire qui lui était si unique et qui, contrairement au sien, n'avait rien de bien mystérieux en sommes. Pour toute dire, Rozabelle était assez facile à deviner. On pouvait facilement savoir a quoi elle pensait, simplement en la regardant dans ses yeux ou en posant un rapide regard sur les nombreux sourires qu'elle était capable de vous donnez en une minute.

    - Vous êtes Chevalier ? demanda-t-elle après s'être levé, son verre à la main sans quitter l'inconnue des yeux. Je me suis rendu à la cérémonie et je suis sûr de vous y avoir vue. ajouta-t-elle avec un sourire plus ou moins charmeur. Puis, elle stoppa sec ! Puis, se retourna. Pardonner mon manque de politesse ! Je ne me suis même pas présenter ! Qu'elle... Hum... Je suis Rozabelle, mais tout le monde m'apelle Doigt de Poussière, mais... Oh. Pardonner-moi, je parle un peu trop...

    Ne faite pas l'erreur de croire que Rozabelle était le genre de femme à parraître vraiment conne. Non. Malgré tout, elle gardait toujours se petit air charmeur, comme si les malheurs faisaient son charme. N'osant pas trop le regarder de nouveau, elle se retourna vivement, croyant dur comme fer qu'il allait s'enfuir. Puis... Sans rien comprendre, un homme tomba en sa direction et l'envoya au sol, avec lui. L'écrassant de tout son gros poids, visiblement pas en état de se rendre compte de quoi que se soit.

    - Outch !!!!!! Tu me fait mal, idiot ! chuchauta-t-elle à mi-voix pour que personne ne sache qu'elle aussi, elle était capable de sortir des bêtises comme cella-là. Elle pouvait bien dire adieu à cette nouvelle chemise blanche, qui devenait de plus en plus humide au niveau de la taille, comme si un liquide s'amusait a la tâcher, comme si quelque chose venait de refroidir la peau chaude de son bassin. Pouvait-elle avoir l'air si conne ? Impuissante, elle laissa sa tête tomber sur la sol, étouffant un grognement de douleur et souffla sur une mêche rebelle...
Revenir en haut
Jolianne
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 21/09/2010 20:31    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Que pouvait-elle avoir de mieux, bien franchement ? C'était quelque chose, temporairement impossible selon la jeune femme pour le moment. Oui, bon. Bien franchement, il pourrait bien y avoir le fait que son bedon ne soit pas sur le point d'exploser. Oh, ne croyez pas qu'elle était grosse. Ce n'est pas patrce que l'on est enceinte que l'on se sent aussitôt obliger d'engrosser de dix milles livres, bien sûr que non. Sauf que Jolianne avait cette façon de voir sa misérable vie -pour le moment qui se concentrait à la réaction de ce dit ventre- qu'elle croyait très fermement que tout le monde avait deviné son petit manège, même si en fait ce n'était le cas de personnes. Parce que personne -bon peut-être Trevor qui voulait tuer du regard son magnifique et parfait mari- n'avait le regard pointer sur elle. Fronça les sourcils, tentant de trouver un sens bien précis à tout le flots de paroles qui se disaient. En fait, il fallait avouer qu'elle était mêlée. La blonde avait cette vague impression de déjà vu, concernant son cerveau ; comme s'il était en mode réveillons nous d'une brosse bien arosée. Franchement, c'était pas la chose la plus agréable à réellement ressentir. Alors vous pouvez facilement vous imaginez que la demoiselle ne se sentait pas des plus extraordinairement en forme, en ce moment. Elle aurait priée pour être n'importe où sauf réellement dans cette position relativement ordinaire qui était de comprendre une conversation où elle n'était pas spécialement invitée, après tout, elle c'était complètement incrustée dans celle-ci et elle trouvait que du non-sens, ce qui n'était pas réellement mieux. Néanmoins, la blondine pu facilement comprendre -après tout, elle n'était pas tant conne que l'on pouvait penser- que le petit garçon roux, se nommait Ludwing. Ce qu'il fichait là ? Elle en avait aucune spéciale idée, sauf que de la manière que Ithan lui parlait, ils semblaient avoir déjà sympathisés. Ce qui avait quelque chose d'assez chouette dans la situation. Peut-être que l'idée de devenir grosse et repoussante pour avoir un enfant, et s'occuper de celui-ci, tout simplement mis aussi sur le fait qu'elle n'aura plus autant de liberté semblait moins pire à l'idée pure et simple ; faire plaisir à son amour.

Oui, oui. Cette chose de pensée venait réellement de Jolianne d'Émeraude. Perturbant ? Non, pas réellement. Surtout quand on sait qu'elle aime par-dessus tout le brunet ! «Ce n’est pas que ça me déplaise, mais peux-tu me dire ce qui ne va pas pour que tu annules ton voyage à Rubis aussi soudainement? Il y a-t-il une raison en particulier ? Es-tu malade, un voleur t’a menacé, tu dois de l’argent à quelqu’un? S’il te plaît dis-moi ce qui ne va pas, tu commences à m’inquiéter, Jojo…» Elle le regarda faire aussitôt de nouveau l'insouciant auprès de Nath, apparemment son époux avait trouvé la soit-disante femme parfaite. Eh bien... Jolianne haussa des épaules, regardant la jeune femme en question. Oui, elle semblait être bien plus intelligente que le QI anormalement bas de la serveuse qui mettait bien en valeurs ses courbes, bien que délicieuses de l'avis d'un garçon. Bien, qu'elle savait que de toute évidence, le brunet était réellement inquiet sur son visage, c'était écrit noir sur blanc dans sa figure. Ce qui la mettait de toute évidence assez mal à l'aise, puisqu'elle aurait réellement préféré qu'il ne se dise que c'était dans la normale des choses. Après tout si c'était une fausse alerte, hen ? ... La jeune femme se mordit jusqu'au sang sa lèvre, se sentant tout à coup très mal. Mal parce qu'une pointe de nausée se profilait à l'horizon dû à cause du goût mettalique du sang -elle n'avait jamais été capable de toute évidence de supporter le goût ou l'odeur- mais aussi parce qu'une odeur de nourriture qui lui levait le coeur. La jeune femme porta sa main à sa bouche comme par réflexe, comme si elle allait restée là alors qu'une vague nausée lui venait, qu'elle semblait qu'elle allait tout vomir tout ce que les odeurs lui donnaient. Et le pire, c'est qu'elle n'avait rien mangé ! Alors que voulez-vous qu'il en sorte mis à part de la bile ? Nathaël parti voir la belle jeune femme au comptoir, alors que Jolianne repoussa fermement la chaise en bois qui semblait assez branlante, le visage un peu cramoisi. « J-Je re-re-... REVIENS. » Se levant comme si elle avait été sur un ressort, elle fonça dans un homme pour se tasser aussitôt et foncer dans la foule de gens.

Poussant avec le moins de douceur que tout son corps pouvait contenir la porte, la demoiselle mit ses cheveux derrières ses frêles épaules et un liquide incolore s'échappa de sa bouche. Un goût amère dans sa bouche, fermant les yeux et des larmes apparaissant aux commissures de ses yeux. Passant une main sur sa figure, tentant de trouver une certaine contenance, quoi que ça semblait tout simplement impossible dans la situation présente. Poussant un soupir, elle se remit aussi droite qu'une tige de verre, bien que la tige semblait chancelante pour le moment. Attrapant de sa main un morceau de briques de l'établissement, prenant une bonne respiration. Une goulée d'oxygène lui procurant aussitôt un bien intense. La jeune femme se mordit l'intérieur de la joue. Au moins, elle avait eu le réflexe de vomir à côté de l'établissement. D'ailleurs, elle était accoté contre le mur de briques de l'auberge, réfléchissant, une main accrochée au mur, ferme et l'autre perchée dans sa chevelure. Tentant de se raisonner de partir de là et d'aller retrouvé Ithan. Ce qu'elle fit aussitôt, elle ne sut pas réellement comment elle réussie à faire cet effort incroyable, soit de tourner tout son corps et de placer un pied devant l'autre. Jojo sursauta lorsqu'elle vit le corps massif de son mari, ne le regardant pas réellement dans les yeux, elle passa une main dans sa tignasse quand même. Poussant un soupir, elle souleva son visage puis planta ses yeux dans les siens. « C'est parce que j'suis malade... Je pense. » Se mordant la lèvre, elle poussa un gros soupir. Sachant très bien que de toute manière, il n'allait pas réellement la croire. Elle ne s'était jamais empêcher de rien faire pour le prétexte qu'elle était malade. Elle aurait pu très bien dire qu'elle allait mourir et ça allait faire la même chose. La demoiselle échappa deux secondes à son regard, tentant de reprendre le calme de son coeur, chose difficile. « Je suis enceinte. » Jolianne le regarda sans réellement mettre de l'émotions, incertaine ou effrayée peut-être de savoir comment il allait réagir à cette intrusion dans leur vie. « Je vais devenir grosse, laide... Je vais être une mauvaise mère et cet enfant-là va mourir de faim ! BAON. » Puis, elle éclata en sanglots. Assise au milieu du petit chemin, à côté de son vomi, bien sûr.
Revenir en haut
Benoit
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 24/09/2010 16:48    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

*Revenir dans la vie normal n'était pas chose facile* , pensais-je intérieurement . Après avoir chassé quelques gibiers de bonne envergure, j'étais arrivés dans un village un jour de marché. Sans m'attarder sur les autres étalages , je me trouvais rapidement une place et commença à marchander. Le soleil était déjà haut dans le ciel quand ma dernière prise fut vendu. Je soupesais alors ma bourse , puis commençais à faire le compte . N'allait pas croire que je suis cupide ! Loin de là ! L'argent n'est pas une fin , mais un moyen . Je passais ensuite chez un tailleur , me procurant pour une somme pour le moins rondelette, une cape surmontée d'un capuchon.
"-Protège efficacement de la pluie et du froid , m'avait il dit."
Je le crus. De plus la teinte était parfaite pour se fondre dans l'environnement. Dissimulé sous ma nouvelle cape qui m'arrivait jusqu'aux pieds , je fit route vers un second village , plus proche du château . Vers l'œil de Dindon. On me l'avait fortement conseillé et , ne connaissant pas le coin , je mis rendis.

L'ambiance était pour le moins joyeuse , tout le monde semblait tellement occupés que mon entrée passât inaperçus. Tous mes sens en alerte , je jetais un regard suspicieux aux alentours. Non , pas paranoïaque , juste prudent.Je me dirigea immédiatement vers le comptoir, esquivant les gestes brusques et maladroit de quelques ivrognes.

-"Je prendrais un repas s'il vous plaît , demandais je poliment à l'aubergiste."

J'alignais la monnaie sur le comptoir m'attirant quelques regard d'intérêt douteux. Je remis rapidement ma bourse dans ma double poche. Inutile de s'attirer des ennuis. Je choisis sans hésiter la table du fond prés de la porte et m'adossais contre le mur. *Un mur est un allié sûr , bien qu'il surveille tes arrières, il les condamnes...seul un sot se fit à un mur.*. Je n'avais toujours pas rabattus le capuchon de ma cape. De là , tout en dégustant la nourriture qui me fut apportée , j'observais d'un œil attentif les diverses évènement qui se produisaient dans la salle. Mon attention fut soudain attiré par des mouvement confus. Un homme , qui avait dû abusé de l'alcool qui coulait à flot , agressait un jeune enfant de manière qui me déplaisait fortement. Tranquillement , sans trahir la moindre émotions , je pris mon arc en main , encochais une flèche et visais calmement l'ivrogne. Attendis. Puis relâchais tout mes muscles et la tension accumulée , puis remis ma flèche dans son carquois. Je vis un autre homme , à l'allure noble mais énervé , s'approcher du poil de carotte et son agresseur. J'assistais avec satisfaction à l'expulsion de l'énergumène. Le chevalier , car s'en était bien un , conduisit le timide enfant à sa table .

Je soupirais , repensant à mes rêves d'enfant...
Je termina mon assiette les pensées perdues dans mon passé. Tant de choses s'étaient passé depuis mon bannissement. Je ne pouvais m'empêcher de penser à Janna... Que faisait-elle en ce moment ? S'amusait-elle ? Pensait-elle seuleument à moi ? Je me rappelais alors, pour la énième fois depuis le début de mon exil , le regard lourd de haine et de reproche qu'elle m'avait lancée en guise d'adieu... Une larme perla un instant sur mon visage. Tout en suivant distraitement toutes les conversations , un événement loin d'être anodin se produisit :
Je ne pus m'empêcher de sourire lorsque une jeune femme pour le moins exubérante, s'étala par terre , écrasé pas le poids d'un homme soul. Cela faisait depuis longtemps que je n'avais pas souri... D'un pas léger , frôlant avec indifférence les obstacles qui jonchaient le sol , je me portais au secours de la femme. Bien décidé à l'aider à se relever.Je m'arc boutais contre l'homme ivre tentant tant bien que mal de le soulever . Il devait bien pesé 100 kilos ! Malgré tout mes effort , je n'arrivais pas à le renverser. Je me rendis alors compte du ridicule de la situation , un frêle personnage haut comme trois pommes en train d'essayer de soulever un mastodonte , et me maudit intérieurement. Les regards amusés et narquois non voulus me brûlaient le dos. Je ne sais pas vous , mais y a des moments comme ça où l'on aimerais bien pouvoir disparaitre sous terre... Je n'arriverais jamais à le faire bouger ne serai-ce que de plus de cinq centimètres. Levant la tête , je jetais un regard suppliant à l'homme à coté , Nathaël je crois.

[désolé pour l'incrustation ]
Revenir en haut
Nathaël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 28/09/2010 21:45    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Nathaël fixait l’étrangère à côté de lui de son regard intimidant, attendant de voir sa réaction suite à l’approche qu’il avait tenté pour lui adresser la parole. Heureusement, la jeune femme lui avait vite adressé un sourire, lui expliquant les raisons pourquoi elle s’ennuyait en ce moment, à présent seule dans la taverne. Le chevalier l’écoutait attentivement, à la fois amusé et étonné par tous les mots qui sortaient bien vite de la bouche de sa nouvelle interlocutrice ; au moins, puisqu’il avait toujours eu de la difficulté à entretenir une conversation avec des étrangers, il n’aurait pas besoin de se casser la tête à ce sujet, cette fois.

-Et vous appelez cette femme une amie ? Vous ne méritez certainement pas d’être laissée seule ici, répliqua-t-il d’un ton sérieux en fronçant les sourcils, jetant un regard circulaire dans la taverne comme à la recherche de cette coupable qu’il ne connaissait pas.

Le jeune femme échappa alors un rire suite à leur monologue, ce qui fit naître un sourire sur le visage du chevalier. Ne la quittant pas des yeux, il la fixait d’un regard analysateur, perçant, comme s’il essayait de percer les mystères de sa personnalité. Il remarqua alors la couleur émeraude de ces yeux, ainsi que la lueur de bonheur qui semblait y habiter en permanence, comme si la joie de vivre faisait partie de son quotidien. Cette joie, ce bonheur, ces yeux émeraudes et cette frêle silhouette lui donnait un charme bien particulier, il devait se l'avouer, et les traits fins de son visage semblaient si bien dessinés... une origine elfique ou fééerique, peut-être ? À ce moment, elle lui dit qu’elle acceptait sa compagnie et du même fait un verre, et lui proposa d’aller s’asseoir à une table. Sans se faire attendre, Nathaël se releva pour s’adresser à la serveuse la plus près, lui demandant de leur servir deux verres et une bonne bouteille de vin. En attendant qu’il revienne, il jeta un regard vers Rozabelle qui était occupée à observer la salle et en profita pour jeter un regard vers Ithan.

**[Ithan] Hé, regarde moi !**, lui envoya-t-il par téléphatie, un air espiègle dissimulé sous son visage d’apparence neutre.

Lorsque son bon ami croisa son regard, il leva le pouce en sa direction, comme pour lui démontrer que c’était dans la poche, un léger sourire narquois au coin des lèvres. Il prit ensuite la bouteille et les verres tendu par la serveuse, en offrant un à Rozabelle qui se dirigeait lentement vers une table en lui demandant s’il était chevalier, lui disant qu’elle l’avait vu à la cérémonie.

-Vraiment ? répondit-il d’un air surpris. Vous avez vraiment un bon sens de l’observation, surtout que je ne porte pas les habits habituels en ce moment ! Et que je n’ai pas été dans les personnes adoubées…

Pourquoi l’avait-elle remarqué ? D’un certain côté, il était flatté, mais de l’autre, son plan de passé pour un homme normal était vain. En effet, il aimait particulièrement venir dans cette taverne pour se changer les idées et pour se donner l’impression de vivre une vie un peu plus normale, une vie où il pouvait se permettre de décrocher… de boire, sans ressentir de la culpabilité, dû à son titre de chevalier et aux devoirs y étant associés. La jeune femme se présenta alors sous le nom de Rozabelle, surnommée doigt de poussières. Il haussa un sourcil suite à ce surnom, un sourire amusé naissant sur son visage.

-Enchantée Rozabelle, vous êtes bien la première que je rencontre et qui porte ce nom ! Et ce qui est encore plus mystérieux, c’est que je n’ai jamais entendu un surnom semblable au vôtre… doigt de poussière…, c'est assez particulier ! Pourquoi vous surnomme-t-on ainsi ? lui demanda-t-il d’un air visiblement intrigué, le regard perçant. Ah et, au fait, je m’appelle Nathaël.

Que devait-il faire après des présentations pour bien paraître, déjà ? Ithan lui avait déjà parlé du baise-main, mais il trouvait cette façon de faire trop clichée et voir même trop gênant à son goût. Il se contenta donc d’incliner la tête, lui offrant un sourire un peu plus chaleureux. C’est alors qu’il se sentit bousculer et d’un reflex, il recula une jambe vers l’arrière et posa une main sur la table la plus proche pour retenir son équilibre, voyant Rozabelle tomber rapidement sur le sol et disparaître derrière un gros monsieur qui venait de s’étaler sur elle, visiblement trop saoul. Derrière lui, deux autres hommes semblaient dans un état bien avancés et riaient aux larmes, semblant trouver la situation bien drôle. Sentant la colère monter en lui, Nathaël se tourna vers eux et déposa son poing bruyamment sur la table pour les surprendre.

-Bande d’imbéciles, si vous ne savez pas boire, restez chez vous ! leur dit-il d’un ton tranchant et froid, les dominant de sa stature imposante et de son regard sévère.

Il se retourna ensuite pour venir en aide à Rozabelle, remarquant du même fait un petit homme qui essayait en vain de pousser l’homme volumineux. D’ailleurs, ce dernier croisa son regard comme s’il demandait muettement de l’aide. Sans plus attendre, Nathaël s’avança et au lieu d’essayer de relever l’homme qui était visiblement bien pesant, il le poussa fortement sur les côtes et sur la hanche pour le faire rouler plus loin sur le plancher, ce qu’il réussit à faire après un bon effort. Il riva alors son regard vers Benoît, le remerciant d’un inclinement de la tête avant de porter toute son attention vers la fée, qui semblait visiblement étourdit. Il remarqua alors un liquide rouge qui tâchait sa chemise blanche et il sentit son cœur faire un bond d’inquiétude ; avant de finalement constater que ce n’était que le verre de vin qui avait renversé. Voyant qu’elle semblait bien étourdit et qu’elle semblait souffrir après avoir été ainsi grossièrement écrasée, Nathaël glissa sa main sous ses épaules et sous ses cuisses afin de la prendre dans ses bras, agréablement surpris de sa légèreté, se relevant lentement en lorgnant du regard les personnes qui s’étaient rassemblées en cercle autour d’eux.

-Poussez-vous, elle a besoin d’air, leur dit-il d’un ton direct et autoritaire.

Aussitôt, il se fraya un chemin facilement dans la foule, les clients lui libérant le passage jusqu’à la sortie. Du pied, il poussa la porte qui se balança sur ses gonds et sortit enfin à l’extérieur, sentant l’air frais lui caresser le visage. La nuit était déjà tombée et des étoiles brillaient dans un ciel de jais, prédisant la belle journée qu’il ferait certainement le lendemain. D’ailleurs, la lune était si ronde qu’elle semblait diffuser une lueur apaisante sur les ruelles sombres. Tenant toujours fermement Rozabelle contre lui, il évita de poser son regard sur celle-ci pour ne pas l’intimider, se dirigeant derrière la taverne afin de s’enfoncer dans le village pour trouver un endroit calme et agréable.


[Suite dans le post: Chemin menant à la rivière ! Very Happy]
Revenir en haut
Benoit
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 01/10/2010 13:01    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

Désolé pour la longueur du post , la suite et sur un autre sujet.

Le plus simple aurais surement étais de repartir tranquillement à ma table , de terminer ma soirée tranquillement et même de faire la fête tranquillement !
Le problème , le voilà : Vous voyez une jeune femme (plutôt belle) se faire écraser sous la masse dégoulinante d'un ivrogne , deux cas se présentent : Sois vous regardez et riiez bêtement , dans ce cas là n'en parlons plus c'est inutile , MAIS si vous l'aidez... deux cas se présente : Soit vous y arrivez et elle vous remercie , dans ce cas là n'en parlons plus c'est inutile , MAIS si vous n'y arrivez pas !... deux cas se présentent : Soit vous restez là comme un pauvre idiot , dans ce cas là n'en parlons plus c'est inutile (vous êtes ridicule un point c'est tout) , MAIS si quelqu'un vous aide ? Deux cas se présentent : Soit les deux tourtereaux restent là enlacés à "s'amuser de façon adulte" , dans ce cas là n'en parlons plus c'est inutile (il se marièrent et eurent beaucoup d'enfants , c'est du déjà vus...) , MAIS si ils s'en vont comme ça l'un portant l'autre dans les bras (la fille évidemment , sinon c'est pas romantique !)... Deux cas se présentent : Soit vous décidez d'en rester là et de les laisser tranquilles (choix judicieux) et dans ce cas là n'en parlons plus on s'arrête là !!! Mais si vous les suivez (en gros vous êtes un(e) imbécile trop curieux qui ferait mieux de se réfréner afin d'éviter les embrouilles.) ?
...
Bonne question ... je verrais bien puisque j'ai décidé de les suivre (espionner de manière sournoise serait le mot juste...)

[suite du post à "Chemin menant à la rivière !" ou espionnage vraiment inutile servant à combler les idées débordantes(=soulantes) de l'auteur...]
Revenir en haut
Amarante
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 09/10/2010 16:38    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon Répondre en citant

La nuit commençait à tomber sur le royaume d’Émeraude. Les routes étaient presque toutes désertes ou du moins elle le serait bientôt. Pressant l’allure de son cheval, Amarante, bien enrouler dans sa cape pour que l’on ne puisse voir son visage, se dirigeait vers l’auberge la plus proche. Elle n’était certes pas une petite fille sans défense et ses attaquants étaient plus à plaindre que la victime, mais tout de même, elle ne voulait pas attirer trop l’attention sur elle. Armée d’une épée, d’un arc et quelques flèches, elle était prête à toute éventualité. Ce fut lorsque le soleil fut complètement couché et que ses rayons laissaient place à la noirceur que la jeune femme mis son cheval en sécurité et entra dans l’auberge. Son capuchon toujours sur la tête, elle prit place sur un banc dans un coin, proche d’une fenêtre. Elle fit signe à l’aubergiste qui lui amena une chope de bière. Ses yeux se perdirent un instant dans l’écume qui arrivait juste au bord de la chope. Ce fut une voix grasse d’un homme qui lui fit lever les yeux. Assis à une petite table à quelques table de celle d’Amarante était assis trois hommes. À en juger par leur habillement, des sentinelles quelconques. Décidant qu’ils étaient insignifiants, elle retourna à sa bière. Elle sortit une carte de son sac et examina son parcourt. Amarante n’avais pas élu de domicile fixe pour le moment et elle serait un moment sans retourner à Turquoise.

Cela faisait un moment qu’elle avait prit la route, collectant des informations un peu partout. Bien sûr personne ne savait ce qu’elle était réellement. La vie n’était pas toujours facile. Voyager seule, ne parler à personne des journées durant, sauf à son cheval. Cependant Amarante ne s’en plaignait pas. C’était la vie qu’elle avait choisit après la mort de sa sœur. Buvant une grande gorgé du liquide froid, elle déposa la chope et commanda finalement quelque chose à manger. Son ventre tiraillait et elle ne pourrait endurer la sensation plus longtemps. Lorsqu’elle reçu un grand bol de soupe maison et une demi miche de pain, elle tenta de se contenir pour ne pas avoir l’aire d’un ogre. La chaleur qui lui emplit le ventre lui donna une sensation de bien être. Lorsqu’elle fut repue, elle s’intéressa d’un peu plus près des hommes qui étaient de plus en plus ivre. Elle les scrutait méticuleusement. Il avait l’aire de sentinelles a première vue, mais lorsqu’elle s’attarda sur l’état de leur vêtement et à leur hygiène qui laissait à désirer, elle en déduit qu’ils avaient du « emprunter » leur vêtements…à des personnes qui n’en avaient plus de besoin maintenant. Ils étaient tous armés, deux épées et une lance. Elle surprit un homme détourné les yeux vers elle et esquiva son regard. * Merde!* pensa t’elle en commençant à ramasser ses choses. Deux grosses paluches vinrent se poser sur la table avec fracas. Serrant la mâchoire, elle leva légèrement la tête, son capuchon l’empêchait de voir le visage de l’homme et elle s’en fichait éperdument. Elle continua à ramasser ses choses et au moment où elle quittait, une main lui empoigna le bras.


«Tu as peur qu’on voie ton visage? C’est pour ça que tu te cache? Pourquoi tu nous regardais?» Demanda-t-il en se rendant compte que la personne qu’il empoignait par le bras était plus chétive qu’il le pensait.

Amarante regardait le sol, elle n’avait pas envie de crée d’histoire avec personne. Puis sans prévenir, son capuchon revola, avec le reste de sa cape, dévoilant son beau visage et ses cheveux rougeoyants. Ses yeux gris acier darda l’homme qui avait au moins une tête de plus qu’elle.

«Tu vas venir t’amuser avec moi ce soir.» lui dit-il en l’entrainant vers la table où était assis ses deux autres amis.

Loin d’avoir dit son dernier mot, Amarante arqua un sourcil et tira sur son bras qui glissa des mains de l’homme. Agacé, il se retourna vers elle avec un regard mauvais.


«Attention derrière…» Dit-elle calmement en donnant un solide coup de poing dans le plexus de l’homme avant de l’étourdir en tapant en même temps sur les deux oreilles de l’homme avec ses mains.

Il tomba à la renverse et resta étourdit un bon moment, il sembla même perdre connaissance durant un bref instant. Ses amis vinrent l’aider à se relever et voulurent poursuivre le tout, mais Amarante leur fit voir la garde de son épée. Visiblement trop ivre pour se battre contre une femme en pleine possession de ses moyens, ils partirent de la taverne. Soulagé, la jeune femme retourna s’assoir à sa table, enfin tranquille.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 03/12/2016 11:35    Sujet du message: [Taverne] L'Oeil du Dindon

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Royaumes d'Enkidiev -> Royaume d'Émeraude -> x Hors jeu Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 3 sur 6

 
Sauter vers:  

Crédits - Le forum a été créé en 2005 par Deelylah. Le design et le codage ont été réalisé par Chlotilde avec l'aide de Camellia et Sahvanna. L'univers du forum est fortement inspiré de la saga Les chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard. Toute reproduction partielle ou totale de ce forum est interdite.


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky