Index - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Règlements & contexte - Encyclopédies - Annonces - Recherches - Questions - FAQ - Partenariats - Parrainage - Ateliers - L'infolettre
Ruisseau

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Évènements -> Survivor
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cassandre
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/11/2011 21:27    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant

Un petit ruisseau traverse la forêt. Sa profondeur varie de plusieurs mètres à quelques décimètres d'un endroit à l'autre. Plusieurs poissons y vivent ; des petits sympathiques... et des grands aux dents énormes et pointues. Sans oublier les grenouilles venimeuses qui aiment s'y prélasser.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 08/11/2011 21:27    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maèva
Seccyeth
Seccyeth

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 356
Présence: Présent(e)
Race(s): Humanoïde
Sexe: Féminin
Âge: 65 ans
Génération: Retraité(e) de l'Ordre des Seccyeths

MessagePosté le: 29/12/2011 15:27    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant

Saut d’une nuit

Maèva semblait être la seule à apprécier son séjour sur l’île. Le danger ne l’importunait pas le moins du monde, et même au contraire, il faisait renaître l’adrénaline si espérée et remonter de lointain souvenir dans sa mémoire. Avoir enfin l’occasion de mettre ses capacités à l’épreuve, comme autrefois, faisait un bien fou à la seccyeth. Peu à peu, sa mélancolie de départ s’envola pour laisser place à des sentiments un peu plus commun à Maèva; le besoin d’adrénaline, la compétitivité, le dépassement de soi et bien entendu, l’orgueil. Elle avait gagné le tournoi de l’impératrice, elle ne pouvait pas se laisser battre dans cette nouvelle compétition ! C’est alors avec plus de volonté que la femme mauve avait commencé à jouer pour de vrai. Après avoir réussi à récupérer Yumeji ,qui avait été enlevée par un crabe et emmenée sous terre, grâce à la fois aux capacités lupines de Joey et aux pouvoirs d’Albalys. Maèva avait bien entendu toujours le même remords que durant le tournoi; elle n’avait aucune capacité surnaturelle pour aider son équipe et se sentait parfois inutiles. Par contre, elle se savait durement battable à l’épée et elle comptait bien sur ce talent pour mettre son grain de sel dans l’équipe. De plus, semble-t-il qu’elle avait appris durant les dernières années, car elle avait réussis à presque se placer à la tête de son équipe sans que personne ne s’y oppose ! En fait, ce n’était pas bien sure avec deux enfants qui n’auraient certainement pas dirigé, et Joey que Maèva commençait à connaître. En fait, il ne fallait pas donner directement des ordres à la lycan, il suffisait d’amener cela sous forme de suggestion et Jo se plaçait immédiatement derrière soi, pratique non ?

Bref, sous les ordres de Maèva, le trio était parvenu à retrouver la jeune fille. Mais comme l’équipe de Kreos traînait par là aussi, Maèva ne s’était pas fait prié pour filer rapidement. Elle ne tenait pas à se retrouver contre les deux sorciers et leur équipe. Selon Mae, les équipes étaient totalement inégales côté forces. Mais elle avait bien l’intention de prouver que ce n’était pas le nombre de pouvoirs magiques, mais ce qu’il y a entre les deux oreilles qui compte ! Bref, le quatuor s’était éloigné dans la forêt. Mais bien vite, la nuit les avait rattrapés et ils avaient dus s’arrêter. L’idée de passer la nuit dans un endroit infesté de bêtes féroces n’enchantait pas du tout Maèva, mais semble-t-il qu’ils n’avaient pas le choix… La seccyeth décida de construire un hamac en hauteur, elle ne faisait pas du tout confiance aux sols de cette île. Aidée de ses compagnons, Mae plaça des lianes et des feuilles pour au final formé un hamac. Elle alluma un feu au pied de l’arbre pour éloigner d’éventuelles bestioles qui auraient l’idée de grimper à l’arbre durant leur sommeil. Une fois que tout fut terminé, la seccyeth manga quelques noix et un morceau de pain dans ces provisions et distribua des fruits frais qu’elle avait ramassé durant leur marche dans la forêt. Maè envoya Yum, Al et Jo se coucher et s’assit au creux de deux branches pour monter la garde. La seccyeth laissa ses pensées voguer durant quelques heures, puis réveilla Joey pour qu’elle la remplace le temps qu’elle prenne elle aussi quelques heures de repos.

Au lever du soleil, Mae se fit réveiller par l’autre seccyeth. Les deux femmes réveillèrent les enfants et ils grignotèrent avant de se mettre ne route. Après quelques heures de marche, le quatuor arriva devant un ruisseau. Il n’était pas très large, mais le courant était excessivement fort et il serait donc beaucoup trop dangereux de le traverser à la nage. De toute façon, il aurait été totalement hors de question que Maèva ne mettre ne serait-ce qu’un orteil dans l’eau. Elle regarda ses compagnons. «Bon, on n’a pas le choix de traverser, le ruisseau fait toute la longueur, on ne peut pas le contourner, mais le courant est trop fort pour nager et c’est trop large pour sauter. Trop large aussi pour utiliser vos pouvoirs qui ne seraient pas assez puissants, alors vous avez une idée ?» Maèva en avait une elle, mais elle craignait que cela les fasse éliminer de la compétition. Elle échangea un regard avec la lycan et lança un coup d’œil vers le ciel. ***[Joey]«Tu as pensé à la même chose que moi ?»*** La seccyeth attendit d’avoir la réponse de la jeune femme avant de lui faire part de son idée. ***[Joey]«Mais ça risquerait de nous faire éliminé…»*** La femme mauve préférait attendre de voir si quelqu’un n’aurait pas une meilleure idée. Bien que ça solution soit plus que tentante, elle était très très risquée…
Revenir en haut
Albalys
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 02/01/2012 20:03    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant

Après que Yumeji m'ait présenter, je me suis fait envahir de questions par la blonde qui voulais savoir tout un tas de trucs inutile sur moi.

-Émeraude, 14 et je DÉTESTE le chocolat!!!!

Quoi, vous me croyez pas!? Vous vous dites: Mais qui peut bien détester le chocolat puisque c'est tellement bon? Eh, bien j'va vous le dire : MOI! En faite je déteste la plupart des trucs sucrés et c'est RARE que je vais aimé ça! Le sucre c'est juste trop... trop sucré bon!

Bref, au bout d'un moment, nous nous fîmes attaquer, mais la je ne vous cache rien en vous disant que c'était des crabes géants puisqu'il sont, comment dire, assez visible... Alors que je me rendais invisible pour tenter de fuir l'évasion d'énorme crabes afreusement laids, je vit la louve me foncer dessus... je me suis dit qu'elle allait me contourner mais elle me fonça carrement dedans!! La louve reprit forme humaine.

-ALBALYS?? Mais comment tu... Oh! C'est ton pouvoir j'imagine?

Meh, pas vrai! Moi mon pouvoir c'est lancer des éclairs! non mais c'état assez évident que mon pouvoir était l'invisibilité, sinon pourquoi ne m'aurait-elle pas vu!? Non mais ça sert à quoi de poser une question quand la réponse est aussi évident, ça m'enrage! Bien qu'elle ne pouvait pas le voir puisque j'avais réusst a gardé mon invisibilité, surement parce que je l'avais vu venir... Ce qui me rendit visible fut le cri de Yumeji, mais malheureusement, on m'empêcha de partir à sa recherche, que c'était trop dangereux pis blablabla! Je m'en foutais moi! Je voulais juste la retrouver! À contre gré je du me soumettre (grrr). Par la suite, Joey se transforma en loup et on la suivit. On du se battre contre des scarabé scorpion a un moment, mais on finit tout de même par sauver Yuméji. Je lui sautai au cou, heureux de la revoir saine et sauve. Bien entendit je l'engueulai un peu de ne pas avoir fait attention à surveiller ses arrières pour finalement nous avoir faussé compagnie pour jouer avec les crabes.

Alors que nous reprenâmes notre chemin, la nuit finit bien vite par nous rattraper. Nous arrangeâmes l'endroit pour a nuit, grignotâmes quelques fruits puis allâmes nous coucher pour la nuit. Il fallait être en forme pour la suite, le lendemain!

Ce même lendemain, nous arrivâmes au ruisseau aux eaux déchaînées.

-Bon, on a pas le choix de traverser, le ruisseau fait toute la longueur, on ne peut pas le contourner, mais le courant est trop fort pour nager et c'est trop large pour sauter. Trop larg aussi pour utiliser vos pouvoirs qui ne seraient pas assez puissants, alors vous avez une idée?

Hum voyons, comment traverser un ruisseau sans sauter par dessus, ni le contourner et dont le courant est trop fort? Un radeau se ferais vite emporter pasr le courant, c'était certain. Il aurait même pas le temps de se rendre de l'autre coté de la rive! Un pont? Bah personne ici pourrait en faire un puisque personne ici e avait le pouvoir... Bien sur il y avait la lévitation, mais transporter de grosse pierre nous prendrait une éternité, sans compter qu'on était juste deux avec ce genre de pouvoir. Donc ça nous ferit également perdre toute notre énergie, il serait innachevé et donc innutile, donc en gros, on perdrait juste notre temps.

- Y'a peu être un endroit ou y'a moins de courrant. Sinon j'vois pas comment on pourrais traverser... Dit Yumeji, t'aurais pas une merveilleuse idée toi, me semble que t'as toujours des idées?


(Résumé : Le debut c'est du déjà vu, y'a rien de nouveau. Albalys pense a plusieurs moyens de traverser, mais il se dit que ca marcherais pas, finalement il sugère de trouver un endroit ou l'eau serait moins agiter et demande à Yum si elle aurait pas une idée...)
Revenir en haut
Vanille
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 09/01/2012 11:37    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant

Contrairement à ce que la Seccyeth aurait pu penser, Vanille ne maitrisait pas parfaitement son pouvoir d'illusion totalement. En fait, ce qui lui manquait c'était encore beaucoup de pratique pour que ses illusions soient parfaites à tous les niveaux sensoriels. En donnant tout son énergie possible afin d'aider Morane et Nyx dans leur combat et essayer de faire peur aux 3 vrais loups, l'adolescente sentait qu'elle tirait davantage sur son énergie. Pour elle, c'était plus que lui demander de faire apparaître des loups, elle les rendait davantage plus vrai à divers niveau. Est-ce qu'elle pensait qu'elle pouvait le faire auparavant? Oui, mais pas aussi pousser d'un coup sec. Elle entendit le message de son maître qui lui demanda de se reculer quand elle ne serait plus capable de tenir ses illusions afin qu'elle se repose dans les arbres, pour qu'elle ne soit pas blesser par ces loups. Après tout, elle utilisait un gros pourcentage de sa magie pour les aider.

Soudainement, Vanille senti que ses forces venait de lâcher, elle ne pouvait plus les faire durer. Les trois loups imaginaires disparurent, mais heureusement, par un miracle, le combat prit fin et Vanille se laissa tomber à terre pour prendre des grandes respirations. Ne pouvant pas tenir plus longtemps, elle se laissa tomber le visage face au sol. Non, elle n'aurait pas crue qu'elle aurait utilisé tant son énergie et que ça l'épuiserait à ce point. Elle sut qu'elle devait se pratiquer si elle voulait être parfaite comme elle le voulait. Ne voulant pas se préoccuper des autres, Vanille reprit son énergie tranquillement jusqu'à temps que Maïzée se pointa à ses côtés pour savoir si elle allait bien. Murmurant une phrase incompréhensive, Vanille voulait simplement qu'on la laisse reprendre un peu ses énergies pour qu'elle puisse récupérer et repartir aussitôt. Finalement, elle releva son corps et la regarda «Non, ... je suis correcte, occupez vous de Nyx, elle en a plus besoin que moi... de l'aide.»

Voyant qu'ils allaient prendre une pause pour se remettre de cette expérience, Vanille rampa jusqu'à un arbre, et ferma ses yeux, en espérant qu'elle puisse récupérer rapidement. Elle récupéra un des provisions de la seccyeth avec plaisir et mangea avidement. Elle avait vraiment besoin d'énergie! Cette dame lui demanda si elle allait réellement bien et Vanille se sentit obligé de lui répondre pour la réconforter. «Oui, madame, je vais être correcte dans quelques heures, je n'ai pas été blessé heureusement. Il faut simplement que je récupère mes énergies. Merci de votre préoccupation.» Elle ferma ses yeux et le temps passa rapidement.

Puis deux heures passèrent et c'était le temps de repartir. Vanille regarda Nyx en lui souriant. Elle ne voulait pas qu'elle s'inquiète pour elle. Après tout, sa meilleure amie avait été dans de pire situation qu'elle. Elle se leva, sentant que son énergie n’était pas si pire, même si ça pourrait être mieux. Elles commencèrent alors à marcher à travers la forêt jusqu'à temps qu'un ruisseau leur coupe le chemin. Ils devaient la traverser s'ils voulaient continuer le survivor, c'était impossible de passer à côté de ce ruisseau. Se tournant vers Maïzéa, devinant tout ce qu'ils devaient faire puisque le ruisseau était impossible à traverser en nage, au risque de s'y noyer. De tout manière, Vanille ne savait pas nager... «Je crois maître, qu'on aura pas le choix de voler pour le traverser...»

C'est alors que la Seccyeth leur proposa de les traverser un par un, commençant alors avec Vanille, la plus légère du troupeau. C'est alors que Vanille regarda la rivière et elle vit un animal qui tomba dans la rivière. Soudainement, une frénésie se passèrent et elle vit du mouvement dans l'eau et plein de sang. C'était quoi ces bêtes là pour que ça bouge ainsi, elle comprit que la succube ne pouvait pas laisser tomber une personne dans le ruisseau, des plans pour que cette personne meurt.«MAÎTREEEE, il faut faire attention. La rivière me semble remplis d'étranges bêtes qui aiment le sang. Faites attention!»


Citation:
Les illusions de Vanille disparaisse. Elle se laisse tomber à terre et se repose pendant deux heures. Ils repartent tous à travers la forêt et arrête face à un ruisseau. Vanille se fait traverser le ruisseau par Maïzéa et avertit Morane que le ruisseau semble habité d'étrange bête.



Revenir en haut
Morane
Hors-Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 199
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Léonin
Sexe: Féminin
Âge: 41 ans
Génération: Dix-neuvième Génération
Localisation: Dans l'Empire...

MessagePosté le: 10/01/2012 21:26    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant

Qu’est-ce que je ne donnerais pas pour retrouver le climat glacial d’Esprit et mon petit lit tout au fond de l’aile? Pas grand-chose, pour être honnête. La seccyeth a réagi vite. Elle a amputé le loup sur lequel j’étais depuis un bon moment, tentant de le tuer à coup de poignard. Maintenant, je sais que ces armes sont futiles. Elles ne transpercent qu’à peine la peau. Et l’épée est trop lourde pour des coups aussi près de la supposée victime. Je vais me trouver un forgeron en revenant, question de développer une arme qui pourra vraiment se révéler utile. Enfin, elle a amputé la bête que j’ai, par la suite, saigné. Il m’a suffi de maintenir son museau pour passer la fine lame sur sa gorge. Le sang a giclé, chaud. D’ailleurs, mes vêtements en sont imbibés. Au moins, ce n’est pas le mien. Je prends une grande respiration. Si j’avais été normale, j’aurais eu envie de pleurer, de me rouler en petite boule dans un coin et d’appeler ma mère pour qu’elle vienne me réconforter. Comme je ne le suis pas, j’irai probablement frapper dans un arbre dans un moment pour revenir auprès des miens, les mains en sang. De toute façon, qui voudrait se faire réconforter par une génitrice comme la mienne? Un frisson me parcourt. C’est fou parfois comme les idées qui nous traversent l’esprit sont étranges. Penser à ma génitrice dans une situation pareille, c’est tout simplement loufoque. Enfin, il doit bien s’être passé une petite seconde. En attendant le moment de me défouler, je suis chevalier, mais surtout maître de deux gamines. Je tourne la tête rapidement pour repérer la première, celle pour laquelle je me suis précipitée sur un loup beaucoup plus gros que moi. Sa jambe semble amochée. Je me dirige rapidement vers elle. Je suis son maître. C’est donc à moi de la soigner. Je jette un coup d’œil un peu plus loin. Vanille doit être épuisée. Les illusions étaient bonnes. Plus que bonnes. Mais je ne peux pas lui dire. Enfin, je crois. Je me contente d’un petit message, question qu’elle sache que je ne suis pas ingrate non plus. Je reconnais son utilité. Si elle n’avait pas été là, nos chances de survies auraient été moindres.

* Vanille – Merci. Repose-toi pendant que tu le peux. On reprend le voyage bientôt.*

Nyx me tend les instruments de torture. Je lui tends un morceau qu’elle pourra mordre. C’est toujours mieux que de crier à tue-tête dans une forêt remplie de bestioles qui n’attendent qu’un signal de notre vie pour nous attaquer. Enfin, j’applique pommade et désinfectant doucement. La petite bronche à peine. Je perçois sa jambe qui devient tendue. C’est normal. C’est toujours ainsi. Elle est humaine. En partie. Je lui souris, même si ça doit davantage ressembler à une grimace venant de ma part. Enfin, je bande la plaie, question que ça ne s’infecte pas. Il ne manquerait plus que ça. La femme aux ailes vient vers nous, me demande si elle pourra marcher. Je regarde Nyx. C’est elle qui se connaît le mieux, qui connaît ses capacités. C’est à elle de répondre à cette question. Comme si moi, je pouvais le faire à sa place. Pourtant, la petite ne répondait pas. « Dans deux heures, on reprend la course. D’ici là, repos total. On en a tous besoin. » Voilà. Je fixe le bandage, regarde Nyx. Si je lui donne le conseil de se reposer, j’aurai l’air d’une mère poule, vous croyez? Après tout, à son âge et dans son état, elle est assez grande pour savoir ce qu’elle a à faire. Bon, moi, maintenant. Je me relève d’un coup. La femme ailée donne une partie de ses provisions à Vanille. Tant mieux. Elle en a bien besoin, elle aussi. Je regarde le loup. La fourrure est jolie. Est-ce que ça vaut la peine de s’encombrer avec une peau de loup? On pourrait au moins garder un bon morceau de viande pour le repas du soir. On devrait arriver au ruisseau un peu avant la nuit. Le temps de le traverser et il fera noir. Alors, ce sera le temps de monter les tentes, de faire un feu, de cuisiner, de dormir. Mon poignard est encore par terre, plein de sang, près de la bête. Je vais le prendre pour dépecer l’animal, tranchant la fourrure, l’écartant pour garder le muscle encore gorgé de sang. Il est chaud sous mes doigts. Je l’enveloppe dans quelques feuilles immenses arrachées aux arbres du coin. Notre environnement doit bien nous servir à quelque chose, non? Enfin, je ramasse mon épée que je remets dans son fourreau. Mon sac est encore en bon état. Je le récupère, vérifie qu’il n’est pas brisé. C’est correct. Je peux souffler. Je crois. Je regarde un instant autour de moi. Tout le monde se repose. Pourquoi je ne peux pas en faire autant? Pourquoi l’idée de crier et de frapper un arbre me semble tout à coup vaine? Pourquoi est-ce que je me sens vide? Habituellement, quand on réussit à survivre, l’adrénaline, la sensation de victoire sur la nature, ce n’est pas supposé nous insuffler le goût de la vie? Je soupire. Je ne serai jamais comme les autres.

Le temps passe et Nyx finit par avertir la femme ailée qu’elle est prête à reprendre la route. Vanille suit le mouvement. Cette pause lui a fait du bien. Je ferme la marche, comme toujours, surveillant nos arrières. Encore une fois, le chemin fut long et douloureux avec toutes les plantes, les bestioles, les branches basses, etc. Pour finalement arriver à ce fameux ruisseau. Un ruisseau? Un fleuve, oui! À la taille que ça l’a, ça ne mérite que ce mot. Le traverser à la nage est impossible. Les eaux semblent agitées. Et je ne sais pas nager. L’image furtive d’un idiot me revient en tête, un idiot qui contrôlait l’eau. Je savais qu’il aurait pu m’être utile, ce garçon-là, mais il a préféré faire l’idiot et mourir bêtement. Je t’emmerde, Nath-machin-truc! Bon, Vanille et Nyx se tournent naturellement vers l’autre femme. À croire qu’elle devient un peu trop indispensable si mes écuyers se tournent ainsi vers elle à chaque épreuve. Et moi, dans tout ça? Voler serait la seule solution. D’accord, mais est-ce qu’elle est assez forte pour nous transporter. La journée se termine. On a tous moins d’énergie, malgré la pause faite il y a quelques heures maintenant. « C’est la solution facile, mais ça ne va que te prendre plus d’énergie. La journée a été longue, elle est loin d'être terminée et rien ne nous garantie qu'on aura la paix ce soir pour reprendre des forces. » Pourtant, quel autre moyen avons-nous à notre disposition? Aucune idée. Avant même que l’ailée puisse répondre, il y a de l’agitation dans l’eau. On a tous pu voir un animal tomber dans la rivière. Des petites bêtes s’agitent sous la surface, et il ne reste bientôt plus que la carcasse de la victime dans l’eau. Hum, ça n’augure rien de bon. Et si Maïzéa n’arrive pas à nous transporter toutes une à une de l’autre côté, il nous faut une solution de rechange. L’eau se teinte de rouge, de sang. Ce n’est pas très bon ça… Je n’aime pas ça. Qu’est-ce que je ferais déjà, pour mon lit?

« Et si on construisait un radeau? Maïzéa pourrait transporter une ou deux d’entre nous. Pour ma part, je prendrais le radeau avec les bagages. Au pire, si elles aiment tant le sang, on leur donnera notre souper, quitte à ne pas être le leur. » C’est surtout ça l’important : survivre! D’ailleurs, c’est bien le nom de ce périple, non? Survivor. Ça décrit bien le concept. L’Impératrice veut notre peau, il n’y a pas à dire. Je comprends pourquoi notre chef ne l’aime pas particulièrement maintenant. J’avoue que ma sympathie pour ce personnage puissant diminue d’heure en heure… L’idée de mon bateau de fortune n’a pas l’air de les enchanter. Pourtant, elle n’est pas si mal. Après tout, ça nous permettra de survivre. Je dépose mon sac par terre. « Il nous faut de bonnes branches. S’il y en a une qui veut débiter notre morceau de viande. On lancera les filets pour les éloigner de l’embarcation au fur et à mesure. Et il va nous falloir de la corde. Quelqu’un en a? J’ai des morceaux dans mon sac, mais ce ne sera pas suffisant pour notre projet. » Je les regarde un moment, attendant de voir si elles bougent. Quelques minutes, puis je me dirige vers les arbres, restant tout de même attentive. Il y a des poissons dans l’eau, mais qui sait ce qu’il y a sur la terre ferme ou dans les arbres? On a déjà eu pas mal de mauvaises surprises alors…

    Résumé – Morane saigne la bête sur laquelle elle est juchée. Elle remercie brièvement Vanille, soigne Nyx, proclame une pause de deux heures pendant laquelle elle dépèce l’animal pour en faire leur souper. Elles reprennent ensuite leur marche jusqu’au ruisseau agité. Ensuite, comme elle n'a pas très envie de voler, et accessoirement de tomber dans l'eau, ne faisant pas totalement confiance à la femme ailée, elle propose de faire un bateau pour se rendre de l’autre côté et d’utiliser leur souper comme appât pour éloigner les bestioles qui grouillent sous l’eau. Elle attend que les autres lui prêtent main forte, parce que ce ne sera pas évident de construire un radeau dans un tel environnement.

_________________
Revenir en haut
Joey
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 11/01/2012 18:57    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant

Lorsqu’ils retrouvèrent Yumeji, Albalys lui sauta dans les bras et Joey ne put s’empêcher de faire remarquer à Maèva à quel point ils étaient mignons. Bien qu’Abalys était bête et impatient avec elle, la lycan était incapable de ne pas trouver un couple mignon. Sauf pour sa sœur et Max. Elle chassa sa sœur de ses pensées. Ce n’étaient pas le moment de pensé à ses petits désagréments de la vie. Elle était ici pour s’amuser… Et pour trouver Teylar? Quand Al se mit à disputer Yum, Jo décida de mettre un terme à leur chicane en disant qu’i fallait se dépêcher à partir. Elle était peut-être la seule à avoir remarqué que Maèva voulait avait envie de partir d’ici. La Lycan ne savait pas pourquoi, mais peut-être que la sous-chef des Seccyeths avait une bonne raison.

Revenue dans la forêt, Maèva montra à tout le monde comment faire un petit camp simple et rapide. Joey n’avait jamais eu à en faire alors ça lui faisait bien plaisir d’apprendre une chose aussi… Spéciale? Pratique? Bref, elle était toute énervée. Durant le souper, Joey mangea le strict minimum tout en se disant que le goût d’une dinde chaude lui manquait. Oui bon, c’était le premier jour et elle avait déjà envie de partir pour manger de la meilleure nourriture. Mais elle avait toujours mangé à sa faim comme une princesse. Après le souper tout le monde alla se coucher même si Joey grogna un peu à cause de l’inconfortable lit dans lequel elle devrait dormir. Mais le sommeil la gagna rapidement. Un sommeil rempli de cauchemars effrayants, de rats et de souris voulant dominer l’univers et le pauvre peuple qui ne pouvait rien faire… Au moment où les rats étaient pour dévorer tout cru Cyclone son dragon, Maèva réveilla Jo.

-Ooooh! Maèvaaa… J’ai pas envie de monter la garde… Je veux dormir et… Voyant clairement qu’elle n’avait pas le choix, la Lycan sauta en bas de son hamac pour céder la place à sa supérieur. Nonchalamment, la jeune femme s’assit près du feu et tendit les oreilles. Ses penser volèrent par-ci, par-là et puis finalement elle oublia pourquoi elle était assise ici. Elle pensait à Teylar. Tey… Le seul garçon qu’elle avait aimé jusque-là. Le premier homme qu’elle avait embrassé. Ses yeux se remplirent de larmes qui coulèrent en silence sans que Joey les en empêche… Il lui manquait. Elle voulait revoir sa belle chevelure noire et ses yeux d’un bleu mystique. Elle voulait réentendre sa voix et ravoir son corps près du sien… Mais c’était impossible à présent. Il était partit… Partit et jamais revenue…

Le lendemain tout le monde se leva tôt. Les yeux de Jo étaient cernés. Peu dormir ne lui allait vraiment pas. Ils entendirent la prochaine épreuve et c’est d’une manière déterminé que Maèva les conduit jusqu’à un grand ruisseau. Les eaux étaient déchainées! Impossible de traverser sans se tuer! Il devait y avoir un moyen… Le plus facile serait d’utiliser un… ***[Joey]«Tu as pensé à la même chose que moi ?»*** Eh bah! Maèva la devançait dans ses questions! ***[Maèva] Si tu penses à ce que je pense oui! Mais plus sérieusement, j’y pensais justement…*** Elle fut interrompu par Albalys. Son idée n’était pas si bête mais chercher pourrait prendre du temps… Et présentement, ils n’en avaient pas beaucoup…

-Admettons qu’on réussisse à couper un arbre, on pourrait le laisser tomber dans la rivière. Mais rien ne nous garantit qu’il restera sur place… Sinon… Aaaaaah!! Les idées ne me viennent pas!! Peut-être était-ce à cause qu’elle avait déjà une première idée et que c’était sûr qu’elle marcherait? Maèva lui fit par de cette sur cette fameuse idée et Jo se mordit les lèvres… La femme mauve avait raison… ***[Maèva] Je pense pas que ça devrait pas être interdit… Les sorciers par ici et les chevaliers peuvent utiliser et exploiter leur capacité au maximum! Alors pourquoi pas les Seccyeths??? Faisons par de notre idée aux gamins et mettons-là à exécution!*** Joey observait Maèva dans les yeux avec intensité.

Soudain, un mouvement dans les buissons attira son attention. Une grenouille qui devait lui aller jusqu’au genou fit son apparition. Bien que c’était… Une grenouille… Elle avait un certain charme et Joey s’attendrit. -Oooonh!! Elle est trop chouuu! J’avais jamais vu des grenouilles de cette taille avant, vous saviez que ça existait? Elle est trop mignonne on… Pas le temps de finir sa phrase la grenouille lui sauta au visage! Heureusement, la femme blonde sursauta et tomba sur les fesses avant que la bête ne la touche. -Bon sang mais c’est agressif c’est choses-là!! La bebête gonfla le bedon pour… Pour les prévenir de faire attention? Jo n’en savait tellement pas beaucoup sur les animaux!... Elle devrait sortir plus souvent de son royaume… Ça lui éviterait des problèmes…
Revenir en haut
Maïzéa
Prolétaire
Prolétaire

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2011
Messages: 64
Présence: Présent(e)
Race(s): Humanoïde | H. Phéryxian
Sexe: Féminin
Âge: 46 ans
Génération: Quatorzième Génération

MessagePosté le: 13/01/2012 22:53    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant

Morane tranche finalement la décision finale en décidant qu’elles reprendraient la route dans deux heures. Maïzéa ne discuta pas, ayant besoin de ce repos comme les autres. Elle alla donc s’asseoir à l’écart laissant Morane s’occuper de ses écuyers. Malgré tout, la seccyeth ne pouvait arrêter de penser au retard qu’elles prendraient. De toute façon semble-t-il qu’elle n’avait pas le choix. Passé le délai, Nyx annonça qu’elle était prête à repartir. Vanille étant du même avis, les quatre femmes reprirent leur périlleuse avancée, Maïzéa ouvrant la marche. En arrivant au ruisseau, Zéa proposa de les traverser et Vanille affirma qu’elle croyait que c’était la seule solution. Sur ces mots, une explosion de gerbes d’eau attira leur attention sur la rivière et ils aperçurent du mouvement et des traces de sang. Ce qui vivait sous l’eau semblait très féroce. Vanille en fit justement la remarque même si les trois autres avaient fait la même constatation. Alors que Zéa pensait clair qu’elle ferait passé tout le monde de l’autre côté du cours d’eau, Morane s’interposa. Elle argumenta que c’était la solution facile, mais que ça allait prendre toute son énergie. Mais malgré tout, elle semblait chercher un moyen à lui opposer pour ne pas avoir à voler.

La chevalière proposa alors de fabriquer un bateau. Mais oui, elle allait prendre la chance de traverser alors que de terribles monstres se trouveraient sous elle. Il y avait aussi les bagages auxquels Zéa n’avait pas pensé. Quoiqu’elle était sûre d’Arriver à tout faire passer de l’autre côté. Mais elle ne voulait pas se disputer avec sa coéquipière. D’ailleurs, elle craignait de trop insister et de surestimer ses capacités. Mais la rose semblait déjà enthousiasmée par son idée et distribuait les ordres pour fabriqué ce fameux radeau. «Écoute Morane, je ne suis pas tellement emballée par ton idée. Il te faudrait vraiment un radeau immense pour être en sécurité sur l’eau, je trouve qu’extrêmement risqué, mais si tu veux prendre le risque, c’est ton droit. Mais par pitié, pense aux filles…» Zéa s’approcha prudemment du bord de la rivière pour tenter de discerner ce qui y vivait. C’est alors qu’elle aperçut des traces sur la terre meuble. «Hum… regardez, il y a des empreintes. Il y a donc une équipe qui est déjà passée par ici. J’ignore comment elle à traversé, mais une chose est sûre, nous devrons faire vite. Avons-nous vraiment le temps de construire un radeau solide ?»

Zéa revint vers ses partenaires. «C’est le temps de traverser ce soir, j’aurai le temps de refaire mes forces avant de repartir demain, par contre je cèderais volontiers mon tour de garde pour avoir le temps de me régénérer. LE temps de construire le radeau, il fera noir, tu ne termineras même pas ce soir, tandis que d’ici une demi-heure, nous pourrions tous être de l’autre côté. J’ai souvent transporté d’autres personnes sur une bien plus longue distance, et les fillettes ne pèsent pas plus que des plumes. » La seccyeth cessa de parler et commença à s’occuper du repas. Elles pouvaient bien manger de ce côté-ci et traverser ensuite si elle parvenait à convaincre Morane de ne pas perdre de temps. Elle laissa donc la femme réfléchir à ses paroles. Si elle persistait à construire ce radeau, et bien soit, mais Zéa ne voulait pas prendre de retard. Elle mangea en silence, puis se tourna de nouveau vers la chevalière. «Si tu tiens à t’en tenir à ton plan, et bien c’en sera ainsi, par contre, je n’attendrai pas que tu as terminé. Ton bricolage pour continuer le chemin, je suis désolée, mais je ne suis pas venue ici seulement pour risquer ma vie à chaque seconde, je veux remporter cette victoire. Même si cela implique que je continue seule.»

Maïzéa ne voulait pas créer un froid dans l’équipe, mais il commençait à être important de penser à plus long terme. Cela restait une compétition, et la phérix était certaine qu’une équipe avait déjà traversé. Toute seule, elle pourrait passer plus de temps dans les airs et progresser plus rapidement. Bien sûr elle serait bien plus vulnérable, mais elle n’aurait qu’à fuir.

[Désolée, c’est court, mais je veux voir la réaction de Morane ^^]
RÉSUMÉ : Maïzéa n’est vraiment pas d’accord avec l’idée du radeau et tente de convaincre Morane de la laisser les transporter. Elle finit par dire que si Morane tient tellement à son radeau, Zéa continuerait seule.
Revenir en haut
Morane
Hors-Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 199
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Léonin
Sexe: Féminin
Âge: 41 ans
Génération: Dix-neuvième Génération
Localisation: Dans l'Empire...

MessagePosté le: 16/01/2012 19:31    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant

Je m’attendais, je dois l’avouer, à un peu plus de coopération de la part de mes écuyers et de l’autre femme ailée. Cependant, à peine ai-je le dos tourné pour commencer notre radeau qui nous mènera de l’autre côté, que sa s’élève derrière moi. Apparemment, madame n’est pas heureuse de mon plan génial. Bon, il n’est pas le plus génial qui soit, mais je trouve tout de même cela moins risqué que de me faire transporter dans les airs par une femme épuisée qui, sous la lourde charge que je représenterai, m’échappera peut-être dans l’eau agitée et mortelle. Parce que là, il n’y a pas photo. Si jamais l’une de nous tombe dans le ruisseau, elle n’en ressortira pas. Pas indemne, en tout cas. Et je tiens à tous mes membres. Moi, je pense au fait qu’elle a dépensé toute son énergie toute la journée, qu’elle en a plusieurs à transporter – trois en fait – en plus des bagages qui sont tout de même lourd. Non, moi, je ne prends pas de chance. Surtout que je dois l’avouer, je ne lui fais pas vraiment confiance. Elle n’est pas chevalier, et je ne sais pas ce qu’elle vaut, sans compter qu’elle m’a peut-être aidée quelques heures plus tôt, mais elle a également pris le risque de me blesser. Non, elle ne volera pas avec moi dans ses bras. Ça, c’est toujours hors de question. Si mes écuyers veulent prendre ce risque, tant pis pour elle. Si elles ne veulent pas profiter de ma sagesse, tant pis pour elle. Je la fixe de mes yeux étranges, mes deux yeux bigarrés. Aucune trace de sourire. C’est normal. Ce n’est pas l’heure de rigoler. Elle met mon autorité en doute, à quelque part. Cependant, je ne dois pas nécessairement paraître intransigeante ou méchante ou butée ou dictatrice. Je dois simplement lui amener des arguments, lui faire penser comme moi. Par ailleurs, j’ai un pouvoir qui pourrait me servir, pour une fois. J’arrête ce que je fais.

*Vanille, Nyx – Je sais que le radeau ne vous enchante pas davantage. Je ne suis pas idiote pour autant, peut-être ai-je été simplement un peu trop optimiste. Cependant, tenez-vous vraiment à voler?*

Un petit message à mes écuyers pour voir ce qu’elles en pensent. Je suis leur maître, après tout. Remettront-elles mon autorité en doute, elles aussi? Ce serait bien le début de la fin si elles osaient… Bon, le silence a assez duré. Et la femme ailée a assez parlé. Surtout que j’ai décelé quelques trucs intéressants dans sa tête. Enfin, je pris le temps de manger, comme les autres. Je peux faire croire ainsi que je réfléchis, qu’elle a peut-être gagné, mais c’est hors de question. Le radeau ne sera peut-être même pas nécessaire, finalement. Et puis, j’ai besoin de vérifier un truc. La truc ailée finit son repas pendant que moi, un morceau de la cuisse du montre dans les mains, je me dirige sur le bord du ruisseau. Il y a bien des traces. Des gens sont passés par ici plus tôt. Cependant, l’autre ne semble penser qu’à la victoire. Pour ma part, j’ai quand même trois vies à préserver, parce que je suis responsable des deux fillettes. Enfin, je m’arrête et lance le morceau vers ma gauche. L’eau s’agite rapidement sous l’odeur du sang. Cependant, ma réflexion est vraie. Les créatures se sont toutes amoncelées autour du morceau de viande. Donc, on peut les éloigner. Je me retourne. L’autre, et mes écuyers du même coup, termine son repas et revient argumenter en croyant que je céderai sous les menaces. Si elle veut faire cavalier seul, tant pis pour elle, tant mieux pour nous. Qu’en ai-je à faire d’une fillette égoïste? « Le radeau ne sera peut-être pas nécessaire. Cependant, je suis navrée pour toi, mais pour ma part, je ne tiens pas à être transportée dans les airs. Cependant, tes… ailes… pourront toujours nous être utiles. Alors, tu peux m’écouter ou faire cavalier seul. Pour ma part, le chantage n’a jamais vraiment marché. Tant que je survis, je serai bien heureuse. Alors, si jamais tu décides faire preuve d’esprit d’équipe, j’ai eu une autre idée, probablement meilleure que la première et qui ne te demanderas pas trop d’efforts. Il nous suffira d’attacher trois cordes à deux arbres. Après quoi, on pourra se glisser de l’autre côté. Les cordes feront comme un pont. Et puis, si tu veux aider davantage et nous montrer à quel point tes ailes peuvent être ô combien merveilleuses, tu peux toujours transporter ce qu’il y a de moins lourd de l’autre côté de la rive. Nos bagages. Comme ça, les cordes résisteront davantage. » J’avoue, un moment, j’ai pensé à lui dire de se transporter elle-même et de nous ficher la paix. Je croise les bras, relève le menton, bien déterminée. Elle ne m’aura pas, foi de Morane.

    Résumé – En somme, Morane écoute Maïzéa, de mauvaise foi. Elles mangent toutes. Morane fait un petit test en lançant un morceau de viande dans l’eau. Elle revient pendant que les autres finissent leur repas. Maïzéa revient à la charge et Morane propose son deuxième plan, parce qu’il est HORS DE QUESTION qu’elle se retrouve à voler comme un sac de patates. Have fun, mes amis. Smile


_________________
Revenir en haut
Nyx
Maître des poisons
Maître des poisons

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2011
Messages: 106
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Lycanthrope
Sexe: Féminin
Âge: 47 ans [Février]
Génération: Vingtième Génération
Localisation: En mode jeune loup tout fou x)

MessagePosté le: 22/01/2012 17:04    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant

    La fillette avait donc repris la marche avec ses compagnes d'infortune. Ce voyage plein de promesses s’était véritablement mué en enfer et pourtant l'enfant s'amusait comme une petite folle. Elle n'était pas prête à changer de rythme, et ce pour tout l'or du monde. Son métabolisme devait être prêt pour les années à venir afin de devenir un super soldat magicien capable d'affronter leurs ennemis, les verts. La jeune louve affronta donc de nouveau la longue et pénible marche, mais cette fois-ci sous sa forme humaine. Elle s'agaça à se trouver bien lente, malgré le fait qu'elle ne s’arrêta pas une seule fois pour ménager sa jambe blessée. Elle veillait sur cette dernière comme on veillait sur un nouveau-né. Il n'était pas question qu'elle ne leur fasse faux bond . Elle n'avait pas touché à la carcasse du loup mutant, préférant dévorer la proie de tout à l'heure avec pour supplément quelques herbes. Son maître n'avait pas posé de questions concernant son dégoût qui l'empêchait de se ravitailler convenablement. Ce n'était qu'une question de principe, ce canidé était trop proche de sa race pour qu'elle puisse avoir la force et l'envie d'en faire qu'une bouchée. Il ne fallait pas trop lui en demander de ce point de vue là. Les forces avaient été retrouvées malgré tout si bien qu'en moins de temps d'une demie journée que les voilà près du soi-disant ruisseau qui avait plus l'allure d'un fleuve qu'autre chose. Un fleuve guère tranquille a jugé les remous suspects. Il y avait quelque chose sous cette eau et il ne valait mieux ne pas y piquer une tête si nous ne voulions pas finir comme ce truc non identifié. Le "plouf" suivit de la coloration rouge des eaux fit claquer des dents Nyx. Elle n'avait pas peur, sa nature de louve désapprouvait tout simplement ce qui venait de se passer sous ses yeux.Elle l'incitait à se méfier du lieu.
    L'idée que proposa la Seccyeth pour franchir l'obstacle eut l'approbation de Vanille, mais pas celle de Morane. Cette dernière proposa de construire un radeau. Avec la magie, c'était possible, mais combien de temps est-ce que cela allait prendre ? C'était ça ou rien, Nyx était contre le baptême aérien. L'idée de voler de l'autre côté ne la séduisait pas le moins du monde. Elle avait peur, très peur. Reculant brusquement, elle secoua sa tête pour lutter contre son instinct de survie qui lui murmurait très gentiment qu'elle pouvait encore faire demi-tour et que cela ne valait pas la peine de risquer sa vie bêtement à cause d'une histoire de vertige. La fillette grogna, elle ne devait pas avoir peur, ce n'était vraiment pas le moment. Elle songea que si jamais elles devaient accepter de traverser, il allait falloir qu'elle soit assommée. Elle n'avait pas prévu de potion pour dormir, du coup si elle n'était pas inconsciente au moment de la traversée, elle allait sûrement provoquer une catastrophe.


    - Je ne peux pas voler, j'ai le vertige. Tout à l'heure j'ai pu, ce n'était pas haut et le sol n'était pas loin... Si on doit vraiment passer par la voie des airs, assommez-moi... Je n'ai pas prévu de potion pour endormir...

    Nyx avait pris une voix bien misérable en avouant cette faiblesse dans un souffle. L'idée de son maître la rassurait davantage que d'être transporté par la voix des airs. Elle avait conscience d'être un boulet, mais elle était prête à faire le compromis de sombrer dans l'inconscience. Son maître ne semblait pas non plus très à l'aise de voler. Elle voulait à tout prix se passer de cette idée qui semblait la déranger autant que son écuyer, à la différence près, elle ne donnait pas de raison. Elle était fière et le resterait. Nyx ne l'envia pas pour autant, elle préférait dire ce qu'elle pensait, quitte à trop en dire. De toute façon, si jamais elle s'était tue, il était fort à parier que sa peur irrationnel du vide prenne le dessus et qu'elle se débatte. Si elle tombait, il n'y aurait aucune échappatoire pour elle. La ou les créatures n'aurai(en)t pas fait de quartier. Vindicative jusqu'au bout des ongles, son maître proposa une autre option, celle de la construction d'un pont composé de troncs attachés les uns aux autres par des cordes solides. L'idée était intéressante, il fallait juste espérer que le courant ne serait pas trop fort et que les créatures n'étaient pas arbrivores en plus d'être carnivores. Cette pensée n'était pas ironique, loin de là. L'idée de la femme ailé était tout aussi risqué. Elle était elle-même aussi fatigué, si bien qu'elle pouvait avoir des soucis au vol... cette pensée ne rassura pas Nyx. Ils allaient falloir trouver une solution et vite... Une idée germa. Elle s'empara d'un des morceaux du loup mutant et l'accrocha à un hameçon lié à du fil de pêche. Elle envoya le tout à l'eau. Le résultat ne se fit pas attendre. L'eau bouillonna et une forte traction s’exerça au bout de la ligne. Nyx attendit un peu avant de tirer la bestiole hors de l'eau. C'était un gros poisson... Un très gros poisson armé d'une bonne dentition ! La fillette le balança dans un coin de la plage et le regarda se débattre en claquant des mâchoires dans le vide. Elle le laissa mourir sans état d'âme hors de son élément.

    -L'ennemi est identifié et je crois qu'il n'est pas seul.

    [Nyx se juge lente, mais ne se plaint pas une seule fois, si bien qu'elles arrivent avant la tombée de la nuit devant le ruisseau. Nyx constate le conflit entre son maître et leur coéquipière. L'idée de voler ne l'enchante pas le moins du monde étant donné qu'elle souffre de vertige et qu'il vaut mieux l'assommer si l'idée de traverser par la voie des airs est choisie. Les idées de son maître son beaucoup plus séduisantes, mais elle les trouve aussi assez risqué. Lasse de ne pas avoir de réponse adéquate, elle va pêcher le poisson, pour voir réellement à quoi elles ont affaire...]

_________________

de la part de Jessey
Revenir en haut
Vanille
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 28/01/2012 13:14    Sujet du message: Ruisseau Répondre en citant


Vanille avait prit l'habitude de faire confiance en son maître en tout temps. Elle ne doutait pas vraiment de ses capacités. Mais cette fois-ci, elle devait bien l'avouer qu'elle doutait un peu des choix qu'elle voulait faire. Elle ne voulait pas traverser le ruisseau de la manière la plus facile. C'est à dire de se laisser envoyer par la succube et ainsi traverser le ruisseau. Mais en regardant le visage de Morane, elle devina qu'elle ne voulait pas s'envoler aussi facilement et elle se tourna vers Nyx pour réaliser qu'elle était la seule è faire confiance en cette femme. Est-ce que le vertige touchait autant de personne qu'elle l'aurait cru? Elle pouvait sentir les tensions qui grimpaient de plus en plus rapidement. Euh, elle n'avait pas le goût de participer à tout cela et prendre part vraiment. L'écuyer devina à regarder son maître qu'elle ne voulait absolument pas voler et elle trouva une bonne solution à ses yeux.... Faire un radeau... Mais c'était quoi cette idée? Elle n'avait pas vu la rivière qui semblait déborder de poisson étrange qui semblait un peu trop actif à son goût. Ce n'était pas faire un radeau qui la décourageait, mais bien de monter dessus par la suite. Non, elle trouverait un autre moyen de monter! Elle soupira silencieusement, elle espérait que son maître se rendait compte que sa solution n'était pas la plus futée à ses yeux. Elle leur donna des ordres pour commencer la construction et c'est alors que Vanille ne bougea pas. Il n'était pas si stupide que cela. Elle regarda Zéa qui se mit à lui répliquer que son maître n'avait pas une once de bon sens, que le temps allait leur manquer. Ah la la, Vanille commençait à se demander si c'était une bonne chose que les deux personnes adultes commençaient à se chicaner.

L'apprenti eut le gout de partir au loin et d'amener avec elle Nyx pour qu'elles continuent à faire le survivor loin de ces deux personnes qui se chamaillait pour des solutions bizarres mais fonctionnelles. Vanille se sentit de plus en plus mal à l'aise, elle regarda Nyx qui semblait prendre le côté de leur maître. Soudainement, elle entendit leur maîter leur dire qu'elle savait que son idée n'était pas si fameuse mais qu'elle voulait savoir s'ils tenaient vraiment à voler. OUI! La réponse était oui, mais visiblement, c'était séparé en deux cette opinion. Elle devait bien l'avouer qu'elle ne voulait pas que son maître lui en veuille le fait qu'elle faisait confiance en cette dame. C'est alors que le ton sembla monter à ses oreilles et c'en était trop. Elle se tourna vers les arbres et en grimpa une rapidement pour se réfugier dans les arbres. Non, elle ne voulait plus rien entendre de leur raison stupide et totalement irraisonnable. Se réfugiant dans les branches, Vanille observait le ruisseau, voyant que Nyx avait fait pareil comme elle et qu'elle examinait ce qui se passait avec le ruisseau. Non, Vanille Marcus n'était pas faite pour entendre les adultes se chamailler aussi stupidement. Non, elle en avait suffisamment eut avec Tymora, pas question de se réhabituer.

Ainsi, après quelques minutes, Vanille soupira et sauta du haut de son arbre pour se rapprocher des deux personnes, les regardant fixe dans leurs yeux. Même en s'inclinant un peu, Vanille décida de parler: «Je suis désolée de vous interrompe mais il faudrait peut-être vous souvenir que de vous chamailler, en ce moment, ça vous donne absolument rien? Je suis désolé maître, mais je crois qu'il faut arrêter de perdre du temps, peu importe le moyen qu'on va utiliser. Entendez-vous» C'est alors qu'elle se tue et retourna vers Nyx pour essayer de lui remonter un peu le moral loin de son maître et de la succube. Est-ce qu'ils allaient finir par réussir par s'entendre? Elle espérait que oui...

Citation:
Vanille part se réfugier et revient quelques minutes plus tard pour dire ce qu'elle en pense. Désolé du petit post ^.^'
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2016 02:54    Sujet du message: Ruisseau

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Évènements -> Survivor Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Crédits - Le forum a été créé en 2005 par Deelylah. Le design et le codage ont été réalisé par Chlotilde avec l'aide de Camellia et Sahvanna. L'univers du forum est fortement inspiré de la saga Les chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard. Toute reproduction partielle ou totale de ce forum est interdite.


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky