Index - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Règlements & contexte - Encyclopédies - Annonces - Recherches - Questions - FAQ - Partenariats - Parrainage - Ateliers - L'infolettre
Appartements des Mariés

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Évènements -> Mariage impérial
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kreos
Sorcier(ère) des Croisés
Sorcier(ère) des Croisés

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2008
Messages: 2 489
Présence: Présent(e)
Race(s): [ancien immortel] Humanoïde
Sexe: Masculin
Âge: 447 ans [Fev]
Localisation: Derrière toi.

MessagePosté le: 01/02/2012 16:00    Sujet du message: Appartements des Mariés Répondre en citant

Kreos a écrit:
Tour Ouest



La tour ouest s'avance au-dessus de la mer et donne une vue saisissante sur son immensité. Ses fenêtres sont composées de superbes vitraux, spécialité de Zénor. Elle comporte deux larges étages. Au dernier se trouve la chambre emménagée par le couple royal, le seigneur de Jinann et son épouse. On y trouve le strict nécessaire, sans plus. Un lit, une armoire, une commode et, pour madame, une coiffeuse avec un grand miroir. La pièce semble un peu vide lorsqu'il n'y a personne. Au premier étage se trouve un grand bureau, dans lequel le seigneur acceuille ses visiteurs. On y voit donc un grand fauteuil derrière celui-ci ainsi qu'un grand divan un peu plus loin derrière, pour son épouse et sa fille. Sur les murs s'étalent des étagères contenant de nombreux et divers documents et bibelots. Derrière le bureau s'étale une immense carte d'Enkidiev très détaillées. Devant le bureau se trouve deux fauteuils austères pour les visiteurs lors de longue visite.


Pour l'occasion, la pièce a été ahérée et aspergée de parfum à l'odeur discrète et délicieuse. Des pétales de roses couvrent le sol jusqu'au deuxième étage où le lit en est lui aussi couvert.

_________________
~Un mortel à demi-dieu...~



Je sais qui tu es
Je sais ce que tu crains
Jamais tu ne te sauveras
Je sais ce qui se cache en toi
Je sais quand est ta fin
Jamais tu ne t'en sauverais
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 01/02/2012 16:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kreos
Sorcier(ère) des Croisés
Sorcier(ère) des Croisés

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2008
Messages: 2 489
Présence: Présent(e)
Race(s): [ancien immortel] Humanoïde
Sexe: Masculin
Âge: 447 ans [Fev]
Localisation: Derrière toi.

MessagePosté le: 12/02/2012 14:19    Sujet du message: Appartements des Mariés Répondre en citant

Kreos était extrêmement nerveux. Un mariage, comme si cette idée avait pu venir de lui. Il prit une gorgée de scotch, cadeau de son cher ami Zekhen. Lui non plus n'aimait pas l'idée d'un balcon au-dessus tout le monde et mis en une évidence abracadabrante. Tymora avait des idées de grandeurs insurmontables mais il avait voulu que ce moment soit le plus beau possible pour elle. À sa plus grande horreur, il lui avait donc dit de s'occuper de l'organisation et faire tout ce qu'elle voulait sans avoir besoin de le lui demande. Résultat? Il se mariait à Zénor sur un balcon au-dessus de tout le monde. Cette femme le tuerait un jour. Il jeta un regard sur la mer et sourit. Il était toujours incapable de l'admettre, surtout à voix haute, mais au fond de lui, il aimait terriblement cette femme, cette âme soeur. Cela faisait si longtemps maintenant qu'il l'avait rencontré! Et il s'en souvenait encore très bien. De cette femme ténébreuse qui avait fait intrusion chez lui, avec un fils qui avait l'air plus peureux qu'une souris devant un gros chat, en lui demandant de lui apprendre la magie. Il l'avait confronté, mais il était tout de suite tombé sous son charme dangereux. Cette aura, il l'avait détesté, mais il n'avait pu se résoudre à brimer les ambitions de cette femme, plein de hargne envers Émeraude. Il lui avait donc appris à maîtriser ses pouvoirs sur une plus grande échelle, car son ancien mentor s'était contenté des théories laides des Enkievs et des pouvoirs de base. Lui, il lui avait montré la puissance de sa magie et les vérités indéniables.

Puis elle était partie.

Finissant son verre d'un trait, le sorcier le tendit à Zekh pour qu'il en remette dedans. C'était son premier verre, à vie. La douce sensation de l'alcool qui descendait dans sa gorge était agréable. Il avait hésité à prendre le verre mais ne regrettait pas. Appuyé contre le cadre de porte donnant sur la mer, il avait demandé à ses hommes, ses amis, Masa et Zekhen, de ne pas accrocher la déco et de ne pas rire. C'était le choix de Tymora. Il soupira. Il avait demandé son âme soeur en mariage sans avoir conscience de ce que cela impliquait, sans savoir. Il ne regrettait pas vraiment, même s'il redoutait le moment. Mais durant le Survivor, il n'avait jamais perdu cette vieille habitude. il sondait régulièrement ses camarades et avait souvent vu ce mot dans la tête de la femme, même une fois dans celle de sa fille. Il ne comprenait pas vraiment l'intérêt de l'acte, mais comprenait que Tymora, en mémoire à leur retrouvailles dès l'arrivée au Survivor, craignait d'être indigne, elle ainsi que leur fille. Sans doute qu'en la mariant, acceptant ainsi publiquement d'en faire sa compagne, pourrait-il la rassurer. C'est dans cet état d'esprit que, lors de la fin du Survivor, alors que Cassandre faisait un discours ennuyant avant de déclarer les vainqueurs, il avait usé de magie pour la subtilité et, prenant Tymora par la main, il s'était éloigné sans rien lui dire, la tirant, bien qu'elle suivait le coeur léger, à l'écart. Ainsi, loin des yeux et des oreilles, il s'était agenouillé, sans lui lâcher la main. Et lui avait dit : « Tymora d'Esprits, acceptes-tu de m'épouser? »

Il se passa alors quelque chose d'unique.

Qui se reproduira sans doute dans l'avenir près d'elle. Jamais Kreos n'avait sentit avant cette sorte d'euphorie joyeuse. Mais cela était déclenchée par celle qui s'était elle-même fait envahir par ce sentiment. Elle avait accepté, et il avait alors tendu la main vers la forêt. Un liane se souleva et se tressa d'elle-même. Se détachant, elle atterrit au creux de sa paume et, souriant à sa désormais fiancée, il lui enfila la petite bague de fortune, en attendant de trouver mieux puisqu'il n'avait pas prévu ça en venant ici. Il se releva, la serra dans ses bras, la soulevant même -sans la faire tournoyer voyons, ce n'est pas son genre- et l'embrassa. Ils restèrent longuement dans leur coin, Tymora, toute excitée, voulait déjà préparé le mariage. Il lui avait dit qu'il avait quelques petites choses à régler chez lui avant de pouvoir effectuer la cérémonie mais que cela se passerait selon ses envies. Elle voulait se marier à Zénor, elle se marierait à Zénor. Ils revinrent ensuite près des autres, lui ayant retrouvé son apparence impassible, elle toute excitée comme une enfant. Il était détendu, adoucit. Cette femme avait un pouvoir destructeur sur ses barrières. Même s'il érigeait toujours cette barrière insurmontable autour de ses pensées. Il la laissa faire et dire. Il ne s'occuperait plus de cela tant que le moment ne serait pas venu.

Une mauvaise idée sans doute.

De retour chez lui, il oublia totalement tout ça et envoya ses deux fidèles espions, Khalya et Masa, à Zénor. Il avait entendu parler d'une terrible révolte par là et il était inadmissible que ce soit le cas. Ce royaume devait être apte a un mariage, prendra le temps que ça prendra, il ne saurait résister à ses espions. Lorsqu'il advint que le royaume était en train de se détruire de l'intérieur, il ordonna donc à ses espions de semer la zizanie parmi le peuple. Isoline finit par être détrônée et enfermée. Alors, le seigneur de Jinann se déplaça enfin, les gens s'écartaient sur son passage, non pas par respect, c'étaient tous des brutes qui tentaient de l'atteindre, mais par magie de répulsion télékinésique. Il s'était rendu dans les cachots où la pauvre reine moisissait. Il lui proposa un ultimatum. Elle lui laissait le royaume qu'il remonterait, écrasant la révolte et lui donnant sa prestigieuse allure d'antan, et elle disparaissait. Ou elle mourrait au bout de ses forces dans ce cachot et il laissa la peuple mettre le royaume à feu et à sang. Il le récupérerait ensuite et le remettrait de ses cendres. D'une façon ou d'une autre, il aurait le royaume. Et cette reine n'était pas folle, elle savait qu'il saurait le remettre sur pied. Elle accepta et disparut, avec l'avertissement de mourir dans d'atroces douleurs si elle réapparaissait.

Ce qu'elle ne fit pas.

Ainsi, pendant deux ans, il s'occupa de remettre le royaume sur pied, avec l'aide, encore et toujours, de Masa et Khalya. Il continuait d'échanger avec Tymora, ainsi que Zekhen, par pigeon voyageur, un système qu'il avait instauré pour pallié aux messagers. Il s'agissait d'imprimer un trajet et l'image du destinataire dans l'esprit du pigeon qui se contentait de suivre la trajectoire et de laisser le message à nul autre que celui à qui il était destiné. Avec la première il échangeait sur les progrès de sa fille, un peu des élèves de Tymora, et autres choses du genre. Lui, il gardait bien de lui indiquer ce qu'il manigançait. Lorsque le royaume fut satisfaisant pour qu'il puisse le quitter, il nomma Masa intendant de cette nouvelle immense cité et s'en fut à Esprit. Là-bas, il alla directement voir Tymora, qu'il enleva à ses activités, la prenant par la main et la tirant, à nouveau, même si elle suivait de plein gré, devant Cassandre qu'il avait fait avertir de sa visite. Là, il s'inclina devant elle, qui alors, lui était plus sympathique qu'avant car, occupée avec l'éducation de son fils et de sa jeune soeur et fille adoptive, avait cesse de l'attaquer sans arrêt, ce qui avait améliorer leur relation puisqu'il ne ce sentait plus sur la défensive, limite agressif devant elle. Bref, il s'inclina devant l'Impératrice et lui demanda : « Nous accorderiez-vous l'infini honneur de nous marier à Zénor? » Évidemment, elle était au courant qu'Isoline avait été renversée et qu'il s'était occupé de reprendre le royaume en main, même si elle ignorait qu'Isoline avait survécut de peine et de misère. De toute façon, peut-être qu'un révolté l'avait exécuté à sa libération, il n'avait pas pris la peine de la faire escorter.

C'est à ce moment que tout se précipita.

Organisé un mariage, ce n'est pas rien. Mais cela le mena où il était aujourd'hui. Appuyé à sa fenêtre-porte, regardant la mer, un deuxième verre de scotch dans la main, ses longs cheveux bleus argentés simplement attaché derrière sa nuque, avec un habit fait de pantalon noir, ceinturon auquel pendait, évidemment, son épée, une chemise rouge sang avec un survêtement noir par-dessus, ne laissant paraître que le haut de la chemise, et par-dessus encore, un veston noir. Le tout bordé d'or ici et là. Il n'avait pas choisi l'habit. Mais il devait être dans les couleurs de la mariée et il n'était pas étonnant que celle-ci soit dans le rouge sang. Masa et Zekhen, eux, avaient des habits entièrement noir. Pas identique au sien et plutôt brodé d'argent. Il était près, mais il attendait que le soleil soit positionné à un endroit précis pour se présenter au balcon. Sinon Tymora ne serait pas prête. Une chance qu'il ne faisait pas aussi chaud ici que dans le désert. Il étoufferait. La brise maritime lui faisait du bien. M'enfin, dire qu'il était prêt était une façon de parler. Il était habillé disons. Mentalement, il redoutait le moment. Il savait qu'il détesterait ça, même s'il essayait de se convaincre que ce ne serait pas si pire. La nervosité, c'était nouveau pour lui. D'un autre côté, il surveillait l'effet de l'alcool dans son corps. Son foie en était encore vierge. Il ne connaissait pas les effets de cet élixir sur son corps. Silencieux, il tripotait le verre dans un tic nerveux et inconscient.

_________________
~Un mortel à demi-dieu...~



Je sais qui tu es
Je sais ce que tu crains
Jamais tu ne te sauveras
Je sais ce qui se cache en toi
Je sais quand est ta fin
Jamais tu ne t'en sauverais
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Zekhen
Chef des Chevaliers Impériaux
Chef des Chevaliers Impériaux

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 518
Présence: Présent(e)
Race(s): Lycanthrope pur souche
Sexe: Masculin
Âge: Immortel (307)
Génération: Exception
Localisation: Tapis dans l'ombre à vous observer.

MessagePosté le: 12/02/2012 17:03    Sujet du message: Appartements des Mariés Répondre en citant

Zekhen était bien entendu debout depuis un long moment déjà. Il était aller s’entrainer pour laissé baissé la tension puisqu’il était nerveux lui-même sans aucune raison apparente et ensuite il alla ce purifié dans les bains. Il ne comprenait pas réellement sa nervosité. C’étais rare qu’il ce sentais ainsi, c’étais peut-être parce-que sont ami était très nerveux pour le mariage? Faut dire que ce type de cérémonie n’avait jamais attiré le Chef des Chevaliers, ni aucune autre d’ailleurs. Le fait d’être entourer d’une tonne de personne distinguer lui avait toujours donné cette impression, malgré sont titre qu’il n’étais pas du tout à sa place. Sans doute sont côté d’homme sauvage venant des bois. Évidement, il tenta de ce résonner. Ce disant que tout allait bien ce passé même s’il ne pouvait s’empêcher d’avoir cette mauvaise impression qu’il considérait comme tout simplement la cause qu’il était dans un décor qu’il n’avait pas l’habitude d’être.

Il retourna à sa chambre d’invité et enfila prestement ses habit pour le mariage. Ils étaient sobre, heureusement. Noir pour les vêtement avec bordures argenté. Pour faire plus chic, il fis cette fois un effort et attacha ses longs cheveux rouge sang derrière sont dos. Il mis sont épée d’apparat dans sont fourreaux autour de sa taille. Épée d’apparat pour sur. Car il l’avait que très rarement utilisé lors de combat, même si elle était forgé de façon exceptionnelle pour supporté la force de ses frappes.

Il se regarda un moment dans le miroir. Il n’avait pas changé d’un poil durant toutes ses années. Il ce scruta et ce surpris à pensée ce que serait sa vie si ont lui passais la corde autour du cou comme Tymora allait le faire à Kreos. Il avait besoin d’être libre. Il n’avait jamais connu ce qu’étais le sens du mariage avant sont arrivé dans la société en tant que tel. Il ne croyait pas autant au dieux que certain. Mais si un homme comme le Seigneur pouvait ce plié à ses sourdes règles pour une femme, sans doute pourrait-il en faire autant. Le mot Mariage rendait définitivement les femmes dingues, lui, à la limite malade. C’étais sans doute un espèce de rituel de passage pour un couple afin de montré à tous qu’ils s’aimaient, prouvé aussi à une femme que sont coeur ne lui appartenait qu’à elle. Donc techniquement, pour Zekhen cette idée était simplement impossible était donné qu’il en aimait deux. Dans sont clan, un rituel était fait pour définir un couple, un trio de couple, comme pour sont père et ses deux femelles lorsqu’il était plus jeune, mais c’étais très différent... Plus sauvage.

Il poussa un soupir, parfois sa vie dans la société lui pesait sur les épaules. Il cherchais à comprendre le sens, même parfois à en faire partie, mais un coté de lui s’y sentais simplement incapable. Et même si de l’extérieur il semblait en parfait contrôle, qu’il semblait s’y bien s’y mêler, ce côté à l’intérieur avait l’impression à chaque fois d’être encore plus enfermé dans cette cage invisible teinté de paroles, de procédures et de code.

Il ce demandait même s’il ferait un bon témoin. Il ne connaissait rien à ces procédures de Mariage. Il savait seulement qu’il se sentais tout de même honorer par sont ami de l’avoir choisi en tant que tel, cela était quelque chose, dans la société de très... Honorable? M’enfin. Il avait voulu trouver un petit quelque chose pour Kreos et la seule chose qui lui était venue en tête était une bonne bouteille de Scotch. Cela le détendrais sans doute. Il fallait fêter ça. Il ne devait pas laissé ses inquiétudes paraitre pour un si beau moment pour ces femmes ainsi que sont meilleur ami. Il espérait seulement faire les choses de façon correcte, après tout, il ne s’aurait pas autant inquiété si cela aurait été un sujet un peut plus sanglant. Les trucs de cœur lui échappaient tellement...

Il fini par se retourner après avoir inspecté à nouveaux ses habits. Il attarda sont regard sur le lit où Chlotilde s’y trouvait cette nuit, avec lui. Elle était sans aucun doute entrain de ce préparer, elle aussi. Il avait un peut hâte de la voir, de la sentir contre lui après la cérémonie. Ici les gens ne jugeraient pas. Mais à la demande de celle-ci, il resterait tout de même pas trop démonstratif. Enfin, il essaierait. Il la laisserait aller avant tout. Il savait qu’elle saurait lui indiqué les limites à ne pas dépassé et il le respecterait. S’il ne pouvait la toucher devant toutes ses personnes, soit, mais il pouvait au moins la toucher tapis dans un coin noir. Cette idée le fit sourire. Ce qu’il pouvait avoir des idées perverses parfois. Même s’il rigolait lui-même avec ces pensées. Évidement, cela parfois le désolait un peux, mais il n’aimait mieux ne plus y pensée en profondeur. Il avait l’impression qu’elle jouais ce rôle d’amante alors qu’il ne voulait pas qu’elle joue ce rôle. Il était prêt à en aimé d’eux, il n’avait pas à cacher sont amour pour elle et il refusait de le faire. Cependant, il respectait sont choix, il était déjà heureux que celle-ci d’aigne le laissé lui caresser la joue, glisser ses doigts dans ses cheveux, sentir sont odeur, l’embrassé... Il ne voulait pas perdre ce privilège pour tout l’Or du monde. Alors il ce tenait tranquille, comme un parfait petit chien.

Il poussa un soupir étrangement irrité. Il ne devait pas pensée à cela. Mais ne pas avoir une femme qu’il aime comme il le voudrait, le rendait un peux morose malgré tout. Non, il devait être heureux, il était heureux d’avoir Chlotilde à nouveaux, peut importe les conditions. Point à la ligne.

Sur cette pensée, il quitta prestement ses appartements pour aller rejoindre Kreos.


---------------



Il ce tenait là, debout, droit, tel un garde du corps alors que le Seigneur n’en avait aucunement besoin. Il lui servit un second verre de Scotch. Il semblait dans ses pensée, lui aussi était un peux dans les siennes. Le silence était temporaire, mais parfait en ce moment.

Il avisa Masa. Il l’avait déjà vue, mais il ne connaissait pas exactement sont rôle vis-à-vis de Kreos, si ce n’étais qu’il était aussi un bon ami pour lui. Il devait donc sans aucun doute être un homme plein de mérite. Il c’étais d’ailleurs, plus tôt, lorsqu’il l’avait rencontré, permis de le sonder très brièvement en surface. Il compris qu’à l’origine un contrat les liaient ensemble et qu’une amitié c’étais développer à la longue. Il pouvait faire confiance à cet homme lui aussi alors.

Il se dirigea vers le choix exceptionnel d’alcool qui ce trouvais sur une table des appartements. Il laisserait bien entendu sont cadeau à Kreos. Quand à lui, il laissa tombé sont dévolue sur de la Vodka. Cela lui remémora brièvement cette soirée où il avait bus jusqu’à plus soif avec Chlotilde et qu’ils avaient eu ensuite leur première nuit d’amour. C’étais comme ci c’étais hier. Elle était là, seule et perdue. Elle ce méfiait encore de lui à cette époque. Il eu un sourire pour lui-même.

Il ne cachait plus ses pensée à Kreos. Celui-ci avait sans doute déjà, ne serais-ce que sondé une partie de l’esprit de Chlotilde. Y avait-il découvert sa traitrise de l’époque envers Ismael pour la sauvé, elle? Il ne lui en avait jamais parler. Il ne le lui cacherait pas non plus. Ils avaient eu de longues discutions, le Seigneur était sans doute l’un des rares homme avec lequel Zekhen s’entendait vraiment et avec qui les convictions ressemblaient le plus. Ils n’avaient plus nécessairement besoin de ce dire les choses pour que l’autre comprenne ce qu’il pense. Cela lui faisait un peut pensée à sa relation avec le défunt Austral, mais ce rapprochement avait aussi été causé par sa métamorphose en Lycan. Tandis que ce lien avec Kreos était réellement purement amical. C’étais d’ailleurs la première personne depuis qu’il vivait dans les bois qu’il considérait comme tel.

Il retira le bouchon de la bouteille et en pris une gorgé. Puis tendre la bouteille vers Masa qui semblait la dévorer du regard.

-Je crois que c’est bientôt l’heure. Sincèrement, tu semble bien prendre la chose Kreos, je crois être plus nerveux que toi en ce moment. Alors c‘est bon signe. Il eu un bref rire, franc. -J’espère que mon rôle sera acceptable, je n’ai jamais assisté à aucun mariage en fait. Cette tradition m’échappe légèrement. Ajouta-t’il en prenant une seconde gorgé en voyant que Masa avait refusé sont offre.

-Tu en fait une tête Masa, est-ce que ça va? Questionna-t-il ensuite. Après tout, il pouvait comprendre que lui aussi n’aimais peut-être pas cette situation en tant que tel, il était curieux de savoir tout de même.

Après tout, ils étaient trois en ce moment qui semblait sans doute plus nerveux que les femmes dans les appartements d’Ophélia, qui devaient avoir un sentiment fort d’ifférent d’eux, en ce moment. C’étais ironique, lorsqu’on s’y arrêtais pour y songer.

-Non de dieu, les femmes doivent être complètement folle en ce moment... Laissa-t-il échapper en regardant à l'extérieur.

_________________

"Le guerrier est un combattant défendant des idéaux auxquels il tient plus que jamais. Il naît dans des situations en impasse lorsque les solutions les plus pacifiques sont épuisées. Le guerrier ne lutte plus pour l'obtention d'un pouvoir. Il fait la guerre pour obtenir la paix et la liberté d'être. Désormais, c'est lui l'agressé. Le guerrier est donc un paradoxe à lui tout seul."
Forme Lycan
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Masa
Seigneur de Zénor
Seigneur de Zénor

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2011
Messages: 213
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain | Elfe
Sexe: Masculin
Âge: 155 ans

MessagePosté le: 13/02/2012 01:03    Sujet du message: Appartements des Mariés Répondre en citant

Ah les responsabilités. Masa était accoudé au balcon de sa chambre, lui qui donnait sur une vue si sublîme. Parcontre, l'intendant de Zénor ne remarquait rien des beautés du paysage, lui qui était si nerveux qu'il échappait pratiquement toute l'eau qui se trouvait dans son verre. Les motifs de son état étaient nombreux : en premier lieu, toutes ces nouvelles responsabilités qu'il avait à cause de la direction de la cité étaient en train de le faire crouler sous la pression, lui qui n'avait jamais contrôler un effectif plus grand que la ligue des assassins, et déjà là, il y arrivait de peine et de misère, surtout lorsqu'il était en état d'ébriété. Ce qui amène à la deuxième raison de son comportement anormal; sachant très bien que le vin était devenu le plus grand problème de la ligue puisqu'il dominait son chef, il avait décidé de s'en débarasser, tant pour montrer qu'il était sérieux dans ses démarches que par réflexe de défense. En continuant de la sorte, les chances étaient grandes que Mä ne revoit plus la lumière du jour. Pourquoi? Parce que son système lui rappelerait qu'il n'était pas invincible, mais surtout parce qu'un jour il finirait dans le lit de la mauvaise fille et qu'en lui annonçant, elle le tuerait avec une fourchette lorsqu'il tenterait de se glisser hors de ses appartements en douce. Oh, il était certain que son chemin croiserait celui d'une folle à la cadence à laquelle il vivait. La décision n'avait pas été prise à la légère, et bien certainement qu'il la regrettait à chaque matin. On pourrait croire qu'après cinq ans de sobriété quelqu'un en viendrait à ne plus y penser, mais toujours l'assassin avait en tête une bouteille du plus précieux de ses vins. Jamais il n'arrêtait d'y penser, et chacun de ses verres lui manquaient : celui du réveil, celui du déjeuner, celui après l'entraînement, celui qu'il buvait avant le souper, ceux qu'il buvait pendant, et après, ceux du soir, ceux des évènements, ceux des malaises, ceux des moments de solitude. Pour l'homme moyen, déjà le défi était de taille, mais pour lui? Impossible. Personne, surtout les membres de la ligue, n'aurait jamais cru le chef si celui-ci avait annoncé à ses comparses qu'il désirait devenir sobre. On aurait rit très fort!

Donc il roulait son tabac, parce que c'était bien la façon de combattre le vice; en trouver un autre. Il n'allait pas le fumer tout de suite, mais il le gardait puisque la rage allait se faire sentir plus tard, c'était certain. Dans un mariage, tout le monde buvait. Tout le monde. Les enfants? Ils buvaients, que ce soit des gorgées tendues par les grand-pères ou des verres subtilisés. Masa finirait par craquer, et à ce moment-là, il serait prêt. Enfin, il avait d'autres chats à fouetter. Il enfila l'habit que lui avait fournit Kreos; superbe costume, comme il en portait très rarement. Masa n'avait rien de très bourgeois, son passé d'esclave lui avait appris à vivre sans les luxes de l'aristocratie et c'était la raison principale du pourquoi il avait toujours ces vieux tics de voyou; avant d'arrêter de boire, il buvait à la bouteille, rares étaient les fois où il prenait une coupe. Aussi, il adorait porter ses vieux haillons, ses foulards et ses bandeaux ravagés par le temps. Alors, même s'il portait les beaux habits qu'on lui avait offert, il avait gardé foulard au cou et sa cape cérémoniale. Ses foulards avaient été travaillé par un artisan du Désert et il les portait depuis qu'il avait eut sa rédemption et que Kreos l'avait accepté dans ses rangs. Sa cape elle, avait été tissée lors de son ascension à Zénor; elle lui protégeait une seule épaule et descendait jusqu'à ses hanches, noire. Ce n'était pas un affront, et il savait très bien que son seigneur comprendrait ses motifs. Tout de même, Masa était aussi nerveux car celui qui l'avait sauvé des griffes de l'esclavage, son ami, l'avait choisi pour être garçon d'honneur? Lui? Le pauvre pouilleux qu'on avait enlever des griffes du diable une première fois? Comme la vie était pleine de surprises, parfois; il était passé de marchandise à intendant de Zénor, espion de confiance de Kreos avec Khalya, ainsi que garçon d'honneur. Malgré tous ces honneurs, l'homme à demi-elfe avait du mal à se faire à ce monde de noblesse qui n'était certainement pas le sien à la base.

~

Après s'être rasé la barbe qu'il avait laissé pousser trop longtemps, il se coiffa, avant de se diriger vers la chambre où se trouvaient Kreos et Zekhen; oh il ne le connaissait pas très bien Zekh, mais c'était un être tout en puissance et c'était surtout l'ami le plus proche de Kreos. C'était pourquoi il lui vouait un respect, et il croyait bien que c'était mutuel, comme celui que deux camarades de guerres s'offraient, sans trop connaître la vie de l'autre. Il portait des vêtements presque pareils aux siens, comme la tradition le voulait. Qu'ils étaient beaux les hommes un peu mêlés. Il fallait dire que pour le mariage, c'était plutôt une idée de femmes, et qu'eux, et bien ils ne savaient pas vraiment quoi faire. Kreos était nerveux pour la cérémonie, tellement qu'il avait décidé de boire! Jamais Masa ne l'avait vu s'adonner de tel plaisir, et lui il décidait de le faire une fois que Mä avait décidé de ne plus boire! Quel malheur, déjà l'assassin devait résister à la tentation. Quant à Zekh, il semblait aussi nerveux que lui, sans doute en guise de compassion, en quelque sorte. Enfin, tous trois semblaient déstabilisés et dépassés par les évènements. Et qu'est-ce qu'on faisait quand on se sentait comme ça? On buvait, évidemment. Vodka à la main, le lycan prit une gorgée; un spectacle affreux pour les pauvres yeux de Masa qui tentaient de savourer l'alcool puisque sa bouche refusait. Lorsque celui qui tenait la bouteille prononça quelques paroles, l'intendant de Zénor n'eut d'autre choix que de converser puisque s'il continuait à penser à ce tendre liquide, il deviendrait fou : « Alors on est dans le même bateau Zekhen. C'est ma première fois, et je dois dire que je suis aussi impressionné! », exprima-t-il avant de sortir de sa poche son rouleau de tabac. Déjà il avait abandonné l'idée de résister à la tentation avant la fin de la cérémonie, et ça ne faisait qu'une dizaine de minutes tout au plus. Puis, avant de se diriger vers le balcon, l'ami de Kreos l'interpela. Alors il avait remarqué sa triste mine lors de son refus! « J'ai arrêté de boire il y a environ cinq ans, et il ne se passe pas une seule journée où je n'en ai pas envi!» dit-il, soulagé de l'avoir fait.

Il ouvrit la porte du balcon, question de laisser l'air circulée puisque Mä savait très bien que le seigneur de Jinann n'avait point désir de sentir le tabac pour cette grande journée, surtout pour Tymora. Il s'alluma donc à l'aide d'un coup de lame sur le mur, donnant une étincelle assez grande pour allumer l'huile de la torche, de laquelle il s'alluma. La sensation de la fumée dans ses poumons à ce moment était grandiose. Le réconfort d'inhaler, de sentir le rond en bouche que ce brasier de problèmes pulmonaires créait, la chaleur qui gagnait l'être entier de l'intendant. Tous ces problèmes partaient en fumée, au moins pour un instant. Il ne put cependant s'empêcher de rire losque d'un air si peu convaincu Zekhen lança son commentaire à propos des femmes. C'est vrai qu'ils avaient l'air en contrôle les hommes après tout... Les deux autres buvaient alors que ce n'était pas du tout dans leurs habitudes, et Masa était adossé au balcon à fumer sa cigarette comme s'il s'agissait de son dernier recours, en plus de trembler comme une feuille dans une tempête tropicale. Si un inconnu était entré à ce moment précis dans la salle, jamais il n'aurait pu croire que devant lui se trouvait trois êtres de cette caste. Redoutables guerriers, ils avaient plutôt l'air de chatons fragiles. « Ehe, et oui ces femmes, ehe, ce qu'elles peuvent s'énerver pour rien!...», dit-il avec tant d'hésitation que même la personne en qu'il avait le plus confiance ne l'aurait pas suivi, tant il avait l'air incertain et bizarre.

_________________
Revenir en haut
Kreos
Sorcier(ère) des Croisés
Sorcier(ère) des Croisés

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2008
Messages: 2 489
Présence: Présent(e)
Race(s): [ancien immortel] Humanoïde
Sexe: Masculin
Âge: 447 ans [Fev]
Localisation: Derrière toi.

MessagePosté le: 13/02/2012 01:53    Sujet du message: Appartements des Mariés Répondre en citant

Kreos ruminait ses pensées lorsque Zekhen prit la parole : « Je crois que c’est bientôt l’heure. Sincèrement, tu semble bien prendre la chose Kreos, je crois être plus nerveux que toi en ce moment. Alors c‘est bon signe. » Kreos eut un sourire en coin. Plutôt bien prendre la chose? Un peu plus et ses genoux claquaient ensemble. Cette situation le déstabilisait, mais il était facile de mettre le seigneur de Jinann au sol, ainsi, il gardait la tête haute et le dos droit. « J’espère que mon rôle sera acceptable, je n’ai jamais assisté à aucun mariage en fait. Cette tradition m’échappe légèrement. » Il eut envie de répondre : On se marie pas dans le panthéon. Mais il se retint. Ses secrets étaient peut-être trop dangereux pour ses amis. Qui sait comment les dieux pouvaient le foudroyer s'ils savaient...! C'était dur d'être lui. « Alors on est dans le même bateau Zekhen. C'est ma première fois, et je dois dire que je suis aussi impressionné! » Ils pouvaient ben parler eux, ce n'était pas eux qui allaient se retrouver la bague au doigt.

Il retint un soupir et roula des yeux. Il n'aimait pas la sensation qui gagnait son esprit. Il but une gorgée de son verre, appréciant à nouveau la délicieuse brulure de l'alcool. Décidément, ce cadeau de noce allait s'avérer le plus apprécié! « Tu en fait une tête Masa, est-ce que ça va? » Kreos tourna la tête vers eux et jeta un oeil sur Masa qui avait l'air sur son élan. Sans doute venait-il fumé. Il n'avait jamais fumé et de toute façon, l'odeur l'indisposait. « J'ai arrêté de boire il y a environ quatre ans, et il ne se passe pas une seule journée où je n'en ai pas envi!» La sobriété donnait des sueurs froides à son ami. Celui-ci s'en alla près de la porte et, en même temps qu'il sortait son couteau pour, probablement, s'allumer, Kreos lui tendit son pouce au bout duquel vacillait une petite flamme. Il le retira en haussant les épaules, Masa n'ayant pas vu son geste. Ils avaient vraiment fière allure les hommes. Tous là, un peu hésitant, très nerveux, s'échappant dans des moyens divers. C'était ça, la gent masculine de l'époque! Ce n'était pas leur état naturel, ça, ça ne faisait aucun doute!

Il se tourna finalement vers Zekhen et quitta la fenêtre et l'odeur de tabac. « Non de dieu, les femmes doivent être complètement folle en ce moment... » Ce à quoi Masa répondit : « Ehe, et oui ces femmes, ehe, ce qu'elles peuvent s'énerver pour rien!... » Kreos sourit et sonda les appartements, juste un petite peu. « Elles sont excitées comme à la veille d'un sacrifice. » Référence douteuse à vrai dire. Mais il est vrai que les morts publiques emballaient considérablement les peuples. Il jeta un oeil sur le lit et se dit qu'il replacerait le tout. Il se laissa tomber dessus, après avoir bu son verre d'un trait. Les pétales se soulevèrent et retombèrent doucement. IL grimaça. Ce romantisme était limite écœurant. Tout autant que l'odeur de femme qui régnait dans sa chambre. Jamais elle ne pourrait ainsi parfumé ses appartements dans SA cité, ah ça non! « À vrai dire Zekhen, je suis on ne peut plus mal à l'aise avec tout cela. » Il hésita un instant, il se confiait rarement, et bien qu'il avait énormément échangé avec son ami, celui-ci ignorait encore beaucoup de choses de lui. « Non seulement je ne connais rien aux mariages, ni aux femmes, et encore moins dans la façon dont je dois agir. Je ne me fis qu'à ce que je vois en Tymora. Un peu tricheur, si je ne me trompes, si? » Il grimaça légèrement.

Il eut un bref rire en pensant à ce que sa chère... future femme, dirait si elle savait ça. Mais au fond, il faisait toujours ce qu'elle voulait, elle n'avait pas à se plaindre. Il devançait rarement ses envies car ses pulsions étaient moindres. Ce qui était le plus gênant, c'est de prendre conscience qu'il n'était qu'un débutant... au lit, alors que ses amis avaient déjà nettement d'expérience. 412 ans et pas foutu de savoir quoi faire avec le corps d'une femme! C'était un peu triste. Et là, il n'avait pas grand chose sur quoi se fier. Les femmes laissaient si peu d'indices. Et il faut dire que ses relations avec Tymora était généralement espacées de plusieurs mois. Pas de quoi réellement l'aider dans ses... eux, futurs devoirs d'époux? Ah, il ne s'y ferait jamais. « Qu'y a-t-il de si euphorique à copuler comme des animaux! » Il eut un sursaut et se frappa la tête de sa main libre. Il ne pensait pas le dire à voix haute en fait. Tymora avait des années, si ce n'est des décennies, d'avance sur lui. À quoi bon être si vieux et érudit si on ne connait rien aux réalités de la vie. « Ce que ça peut être compliqué une femme. » Marmonna-t-il sur un ton légèrement boudeur. Il soupira. « Tu as toujours les anneaux Zekhen? » Car c'était évidemment son témoin qui devait les garder et puisqu'il avait demandé au chevalier en premier... bah voilà.

_________________
~Un mortel à demi-dieu...~



Je sais qui tu es
Je sais ce que tu crains
Jamais tu ne te sauveras
Je sais ce qui se cache en toi
Je sais quand est ta fin
Jamais tu ne t'en sauverais
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Zekhen
Chef des Chevaliers Impériaux
Chef des Chevaliers Impériaux

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 518
Présence: Présent(e)
Race(s): Lycanthrope pur souche
Sexe: Masculin
Âge: Immortel (307)
Génération: Exception
Localisation: Tapis dans l'ombre à vous observer.

MessagePosté le: 14/02/2012 21:06    Sujet du message: Appartements des Mariés Répondre en citant

Il songeait à sont commentaire un instant. Légèrement perdu dans ses songes cauchemardesques. Et si ce mariage donnais idée à Sibelial ou Chlotilde. C’étais le genre de truc qui lui foutais vraiment une peur bleu. C’étais trop d’organisation pour lui, trop... Cérémonial à sont gout et toutes ses procédures à suivre... Il avait du mal à songer convenablement depuis qu’il avait ouvert l’oeil ce matin. Il avait certes pas réellement dormis, disons plutôt assoupis. Qu’elle homme pourrait dormir dans un moment pareil, c’étais plus terrifiant que d’aller au premier front d’une guerre comme chair à canon.

Il eu un frisson qui parcourue sont échine, ce qui le ramena à la réalité de justesse pour entendre le commentaire de Masa sur la boisson. Personnellement, il ne savait pas trop quoi dire, ni comment réagir à sont aveux. Il n’avait jamais connus une dépendance à un tel vice, mais il ce doutais bien que cela devait être difficile, rien qu’à voir sont corps dans tous ses états, sans parler de sont esprit, sans doute. Il eu un hochement de tête. Sa voulait tout dire; Qu’il était désolé, qu’il l’encourageait à continuer sa sobriété, qu’il pouvait même l’écouter en parler si cela lui faisait du bien. Un simple hochement de tête voulait dire tout cela et bien plus, mais sans doute que Masa ne pouvait le desceller.

Il observa la scène et déglutis nerveusement, comme si il avait une corde dans son cou, au commentaire de Masa sur les femmes. Quand à lui, elles allaient sans aucun doute le rendre fou un jour ou l‘autre. Selon lui, ce n’étais qu’une question de temps.

Kreos le fis rire. En effet, il eu un rire fort, franc à sont commentaire. Un sacrifice, en effet. Il ce gratta la tête légèrement mal à l’aise, c’étais sans aucun doute très visible. Mais la comparaison que le Seigneur avait fait était sans doute la comparaison la plus parfaite sur tout le continent pour d’écrire cet évènement. Cela l’avait pris au dépourvue, tout simplement. Il continua à rire pour lui-même en écoutant Kreos ce confier, pour reprendre sont calme, bien entendu.

-Moi si je triche avec une ou l’autre, je suis un homme mort alors vos mieu ne pas que j’essais d’entré dans leur tête, même si je le pourrait... D’un autre côté je me fis à d’autres ressources pour avoir une idée de ce qu’elles pensent, mais hélas je n’ai pas toujours la bonne réponse. Sont regard s’assombris. Elles le rendraient fou. Plus il y pensais et plus il commençais à en être convaincue.

Les trois hommes semblèrent retombé dans leurs tourments, chacun différent. Lorsque Kreos s’effondra dans sont lit, Zekhen l’observa avec une étrange attention. Cet homme n’étais certes pas comme les autres. Il n’osait aller voir plus loin ce que cela pouvait caché. Il n’étais pas humain, il était aussi loin d’être Lycan non plus et Zekhen lui, n’étais pas stupide... Il pris une gorgé dans sa bouteille. Songeant à cette énigme que lui-même se refusait à voir la réalité alors qu’au fond de lui, dans ses tripes, il le savait. Puis, il passa à deux cheveux de cracher littéralement sa gorgé lorsque le Seigneur ouvrit à nouveaux la bouche. Copuler comme des animaux. Étrangement, cette comparaison le stupéfia de sa part. Il toussa pour faire passé le liquide de façon plus normale dans le bon tuyaux. Allait-il vraiment devoir expliquer les dessous du sexe à Kreos? Ce n’étais pas qu’il doutais que celui-ci comprenne, mais un homme restais un homme et en ce qui le concernait personnellement, lui, il retenait beaucoup de l’animal... Et s’il ne ce retenait pas en présence de Chlotilde ou de Sibelial, il ne serait alors plus un loup, mais un vrai petit lapin...

C’étais pas de sa faute, encore heureux qu’il avait une part d’humanité en lui tout de même et que ses femmes lui avaient appris, chacune à leur façon, comment traité les femmes car, pour lui, il n’y avait de cela qu’à peine cent ans, une femme était simplement une femelle et pour lui, aucune n’était digne d’intérêt. Il y à de cela cent ans, jamais, d’ailleurs, il n’aurait crue possible de tombé amoureux. De se sentir autant attiré par la chair et ce, pour une autre raison que de la manger...

-Umm oui, tu apprendra, mais je ne te garantis pas le fait que tu comprendra leur façon obscure de pensée... Pour les anneaux, Je l’est ai... Fit-il en sortant de sa poche une petite boite en bois teinté rouge sang. Il ne l’ouvrit pas, il pouvait les sentir à l’intérieur.

Il sonda les alentours, le château. Il pouvait ce permettre de sentir que les femmes semblaient déjà prête dans les appartements de la jeune Ophélia.

-Je crois que les femmes sont prête, mon cher ami... Es-tu prêt? Masa? Ajouta-t-il en s’adressant a Kreos, puis a Masa afin de s’assurer que celui-ci tenait le coup et qu’il allait le soutenir a soutenir le Seigneur pour cette cérémonie. Ils avaient réellement l’air de trois louveteaux égaré. Étrangement, il serait bien resté ici encore quelques jours, mais valait mieu ne pas faire attendre les femmes, premièrement parce-que Kreos serait le premier à en subir les conscéquence et que deuxièmement, c'étais elles qui dirigeaient le monde. Secrètement.

_________________

"Le guerrier est un combattant défendant des idéaux auxquels il tient plus que jamais. Il naît dans des situations en impasse lorsque les solutions les plus pacifiques sont épuisées. Le guerrier ne lutte plus pour l'obtention d'un pouvoir. Il fait la guerre pour obtenir la paix et la liberté d'être. Désormais, c'est lui l'agressé. Le guerrier est donc un paradoxe à lui tout seul."
Forme Lycan
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Masa
Seigneur de Zénor
Seigneur de Zénor

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2011
Messages: 213
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain | Elfe
Sexe: Masculin
Âge: 155 ans

MessagePosté le: 15/02/2012 15:57    Sujet du message: Appartements des Mariés Répondre en citant


La sensation terrible de la nostalgie l'empara à la vue de sa cigarette qui n'était pas encore finit; c'est qu'il imaginait la sensation des premières bouffées, sachant que la finalité approchait et que ce plaisir éphémère s'en irait, comme la plupart des agréments d'une journée. Ah, cette petite source de réconfort; il ne l'appréciait pas vraiment avant, trop ivre pour quelque sensation de la sorte, mais faute de boire, il devait se contenter d'un autre vice, moins puissant. Jamais il ne se serait douté qu'il avait autant besoin du tabac, mais c'était bien pour garder un refuge quelconque, de quoi tirer ses pensées des réflexions quotidiennes d'un intendant, d'un chef, d'un espion. Bien sûr il avait ses problèmes, mais lorsque le tison serait éteint, il se devrait d'être là pour son bon ami; après tout, c'était son devoir à Zekhen et à lui de s'assurer que le seigneur de Jinann ne prenne pas la fuite, quoiqu'il n'ait pas l'air de partager cette pensée. Voila un aspect des relations que Masa ne comprenait pas vraiment; l'engagement. Lui qui sortait rarement de la chambre de ses conquêtes par la porte d'entrée en plein jour. Non, lorsqu'on lui demandait fidélité et communion, il disparaissait par la fenêtre au beau milieu de la nuit. Peut-être que l'assassin qu'il était avait quelque chose à apprendre de cet engagement prochain de Kreos; sa vie professionnelle avançait à grands pas et il n'allait sans dire que ses réalisations faisaient parler d'elles dans la nouvelle cité, mais qu'est-ce qu'il en était de sa vie personnelle? Il lui restait le violon, il lui restait le dessin, une femme à courtiser lorsque sa solitude pesait trop, mais rien de plus. Pourtant, après chacune de ses nuits de romance, quelque chose lui manquait; peut-être était-ce cette nostalgie des passions refoulées, peut-être était-ce l'amour avec un grand M. Médée. Elle avait finit par l'avoir, et lorsqu'il avait abandonné toutes défenses, il était trop tard pour elle. Mä ne s'était pas promis grand-chose au cours de sa vie, mais ce qu'il s'était promis c'était de ne plus jamais abandonner lorsque le jeu en valait la chandelle. Il était peut-être temps pour d'arrêter de faire l'idiot et de lui montrer à elle. 

Une fois la flamme éteinte, il lança ce qui restait de son rouleau du haut du balcon, et referma la porte. Il ne put retenir sa dernière bouffée de tabac lorsqu'il entendit son maître comparer la situation avec un sacrifice. Un sacrifice? Ça avait pris Masa par surprise, lui qui se rappelait vaguement de l'époque où ses propres camarades étaient envoyés sur l'autel, lors de son temps d'esclavage, après quoi il n'avait plus assisté à de telles pratiques. Ça l'avait fait rire, car il était vrai que les réactions des femmes étaient plutôt intenses lors de ces évènements, et il ne pouvait que trop les imaginer vivre les mêmes. L'espion s'approcha ensuite du bar où se trouvaient toutes les bouteilles qu'il faisait importer ; ses scotchs préférés, ses rouges adorés. Il était difficile d'en choisir une. Il opta pour le scotch et ouvrit la bouteille. Il avait une gorgée en bouche pour se gargariser de l'odeur du tabac. La tentation était forte d'avaler ces onces mais ce n'était pas la première fois qu'il faisait le test et sa détermination n'avait jamais flanchée jusqu'à maintenant. Il alla cracher ce qu'il avait en gueule dans la salle de bain, question de ne pas salopper les lieux. Non, il ne parlait pas beaucoup le chef de la ligue; c'était dans ses habitudes. Kreos le savait, et il ne lui avait jamais demandé davantage. Leur amitié s'était jouée dans les silences. Alors il écoutait, et encore une fois il ne put retenir un rire lorsque le seigneur posa une question sur la sexualité. De toutes les questions, il ne s'attendait pas à celle-là : il était vrai qu'il s'adressait à deux personnes qui vivaient leur sexualité de belle façon. Mais comment pourrait-il arriver à expliquer à son supérieur pourquoi il appréciait ce genre de contact? C'était en lui, bien plus qu'un désir, c'était un besoin. Qu'était Masa s'il n'était pas passion? S'il n'était pas violence de romantisme. Rien. C'était plus compliqué d'essayer de le communiquer à quelqu'un d'autre par contre. « Je serais content de pas avoir ce besoin de vouloir faire l'amour; ce n'est qu'une autre faible corde à mon arc, comme tous ces autres vices qui me hantent! » , dit-il, rieur. Un sourire décorait son visage, un sourire en coin, subtile.

Lorsque Zekh lui demanda s'il était prêt, Masa ne sut pas trop quoi répondre mais instinctivement il hocha positivement de la tête; c'était sa propre façon de se préparer, d'accepter de devoir accomplir son dessein. Quelle drôle de façon de considérer le mariage de son ami de la sorte. À l'entendre penser on aurait pu croire à une mission, à l'ascension d'une montagne. C'était peut-être ça, la montagne. Après tout, lui même n'avait jamais été capable de l'escalader. Il croyait peut-être que c'était parce qu'il n'en avait pas envi, mais après tout, après tant de solitude, c'était peut-être seulement parce qu'il n'en était pas capable. Médée n'avait pas quitté ses pensées depuis tout à l'heure. Malgré le fait que les autres hommes ne soient pas du tout dans leur état naturel, il savait que Kreos finirait par adorer ce voyage qu'il s'apprétait à commencer. Peut-être était-il temps pour lui de mettre ses valises au placard et de s'établir? Des frissons parcoururent son dos à cette pensée. Qu'est-ce qu'elle le ne lui faisait pas faire, cette guérisseuse... « Je suis prêt! Aller, on ne sera pas croire qu'on est bien à l'aise, on rirait de nous si on osait le croire! Mais bon, quand on est dans la merde jusqu'au cou, ce n'est pas le temps de baisser la tête! », s'amusa-t-il.

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2016 02:55    Sujet du message: Appartements des Mariés

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Évènements -> Mariage impérial Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Crédits - Le forum a été créé en 2005 par Deelylah. Le design et le codage ont été réalisé par Chlotilde avec l'aide de Camellia et Sahvanna. L'univers du forum est fortement inspiré de la saga Les chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard. Toute reproduction partielle ou totale de ce forum est interdite.


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky