Index - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Règlements & contexte - Encyclopédies - Annonces - Recherches - Questions - FAQ - Partenariats - Parrainage - Ateliers - L'infolettre
Une Rencontre Immortelle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Évènements -> Rp Stand-by
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Selaric
Magicien(ne) de Topaze
Magicien(ne) de Topaze

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 12
Présence: Présent(e)
Race(s): Immortel
Sexe: Masculin
Âge: 637 ans

MessagePosté le: 09/12/2012 06:16    Sujet du message: Une Rencontre Immortelle Répondre en citant

Pourquoi Selaric avait-il choisi de se confier ainsi ? Après tout, pouvait-on avoir confiance en un homme que l’on a rencontré il y avait à peine quelques minutes ? Eh bien oui, on pouvait. L’immortel en était visiblement la preuve vivante. Sa confiance était jointe à de l’attirance pour Ged. Vraiment il le trouvait beau… mais de là à être amoureux… Il fallait plus connaitre la personne pour pouvoir ressentir de vrais sentiments non ? C’est ainsi qu’il a décidé de dévoiler cette face de son être. Après tout, pour ne serait-ce qu’espérer entamer une relation avec le roi d’Emeraude, il fallait bien que l’immortel avoue son penchant pour les hommes… sinon, rien n’avancerait. Et intégrer ça dans une conversation amicale semblait être la meilleure solution, la timidité n’étant pas du tout un obstacle pour Selaric, qui était très ouvert lui-même. Ged prit alors la parole :

- Non, ça ne me dérange pas du tout. Mon meilleur ami est marié à un homme, son âme sœur. Ils ont une grande famille et vivent heureux. C'est tout ce qui compte non ? Peu importe avec qui on est. Le bonheur n'a pas de prix. Quant à moi, je ne sais plus. Autrefois, j'aurai dit que les hommes me plaisaient autant que les femmes. Toutefois, mon âme soeur était une femme et je n'ai vécu que pour elle. Je n'ai jamais réellement eu le courage de concrétiser la moindre attirance... Je me serai sans doute marié sur le tard voir jamais si elle ne m'avait pas mis le grappin dessus.

Oh ? Voilà beaucoup d’informations intéressantes. Son meilleur ami a épousé un homme… Formidable ! Un ami supplémentaire à se faire ! Mais… à priori, ce n’était pas le fait le plus important. En effet, Ged aurait eût une âme sœur de sexe féminin… mais il en parle au passé… de plus, il y a toujours ce sentiment de désespoir chez le roi d’Emeraude, cette tristesse… Selaric fit immédiatement le rapprochement : Ged était en deuil de sa bien-aimée. Dieux, quel triste événement ! Le pauvre roi a dû souffrir… c’était sûrement de cela dont il ne voulait pas parler… et bien soit ! Selaric n’aborderait pas ce sujet fâcheux et sensible.

Ils continuèrent alors à discuter de tout et de rien, sous l’ombre de cet arbre. Le temps passait, ni l’un ni l’autre ne s’en rendait compte. Finalement, le soir tombait dans la clairière… et ils durent se séparer. Selaric retourna donc au château d’Emeraude, demeure majestueuse de son compagnon et d’une grande partie de la noblesse du royaume. Ged, lui, resta pour chasser. En cette fin de journée, il devait se hâter.

---- 3 mois plus tard ----


Depuis les derniers mois, le roi et l’immortel étaient devenus bons amis. Ils se confiaient un peu tous les petits problèmes qui pouvait leur arriver au quotidien. Oui, on pouvait dire qu’ils étaient confidents. Par contre, Selaric ne connaissait aucun des membres de la famille de Ged. Par sa qualité d’immortel, il ne voulait pas non plus s’incruster dans une pauvre famille de mortels qui n’avait rien demandé ! A ce propos, Selaric n’avait pas encore confié son lourd secret à son ami… c’était trop. Il voudrait probablement partir en courant en sachant la vérité…

Ce jour-là, Selaric était dans ses appartements. Ils étaient assez luxueux, pour pas grand-chose. L’immortel n’était pas très axé sur les choses matérielles, il préférait l’humain. Finalement, il se fichait des rideaux de soie, du lit à baldaquins, des fenêtres démesurées, et de toutes ces choses qui n’étaient pas données à n’importe qui. Tout ce qui comptait, au fond de lui, c’était que le monde soit heureux au possible. C’était ainsi qu’il était devenu un peu comme le « bienfaiteur » du château. Il était toujours là quand les gens en avaient besoin. Il servait toujours d’oreille attentive pour ceux qui étaient mal. C’était ainsi qu’il s’était fait beaucoup d’amis, comme Ged, par exemple.

Bref, ce jour-là, l’immortel, soit disant magicien errant, était dans sa chambre. Comme il n’avait pas grand-chose à faire, il n’avait même pas pris la peine de s’habiller et gambadait nu dans son grand espace de vie quotidien. A vrai dire, il s’ennuyait. Il n’avait pas trop envie de sortir, car il ne faisait pas un temps superbe dehors. Le ciel était couvert de nuages gris, qui annonçait une absence de soleil au moins pour les deux ou trois jours à venir. Peut-être pleuvrait-il ? Mais étonnamment, il faisait assez chaud. C’était une des particularités de ce château : avec un temps pareil, Selaric pouvait se balader totalement nu sans même avoir froid, de quelque manière que ce soit.

Soudain, on frappa à la porte d’entrée. Selaric sursauta, il ne pouvait pas recevoir quelqu’un dans cette tenue ! Non pas qu’il était pudique, non, juste que ce n’était pas concevable chez les mortels… la plupart du temps (oui, même à Emeraude, un des chevaliers était nudiste… mais bon). Rapidement, il sentit que la présence derrière la porte était familière : c’était Ged. Alors, il se permit de ne s’habiller que d’un pantalon, laissant son torse et ses pieds nus. Puis il alla vers la porte et l’ouvrit. Une vague d’air frais emplit la pièce, amis peu importe : son ami était là.

- Bonjour Ged, le salua-t-il, souriant. Entre je t’en prie.

Selaric recula pour laisser entrer le roi d’Emeraude.

- Tu as quelque chose à me dire ?


_________________
Est descendu sur Enkidiev depuis 2 sauts !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 09/12/2012 06:16    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ged
Écuyer d'Ambre
Écuyer d'Ambre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2010
Messages: 206
Présence: Absent(e)
Race(s): Humain
Sexe: Masculin
Âge: 70 ans [Mai]
Génération: Exception
Localisation: Emeraude

MessagePosté le: 15/12/2012 05:40    Sujet du message: Une Rencontre Immortelle Répondre en citant

Discuter de tout et de rien me fit évidemment le plus grand bien. Notre première rencontre avait scellé notre amitié, bien qu'à cette époque j'étais couvert du deuil de la tête au pied et pour mon plus grand malheur, j'avais perdu un nouveau proche en la personne d'Imilien, mon fils adoptif de cœur. Il ne me restait plus que deux enfants, Thémis et Timon. Je craignais pour leur vie, et notamment celle de mon fils qui était pour, le moins tumultueuse. Il était après tout chevalier et avait suivi la même voie que sa mère. Pour réchauffer mes jours bien sombres, la promesse d'un échange de lien et d'un mariage avait radouci ma peine, de même que la naissance de ma petite fille Loki. Loki, que je voyais grandir de loin, élevé par son arrière arrière grand-père maternel, ancien roi d'argent et chef de la garde. Il n'avait pas meilleur éducateur et parent que lui. À Selaric, j'avais finalement confié mes doutes, mes peurs, mon espérance, et également ma tristesse. Notre amitié n'était pas née du jour au lendemain, mais elle avait grandi. Nous n'étions toutefois pas des inséparables, enfin je n'aurais pas défini notre relation ainsi. J'avais mon rôle de roi à tenir, et mon temps libre était pour le moins limité. Je le consacrais sans compter à mes proches ou encore aux travaux agricoles. Selaric avait beaucoup fait, il m'avait sorti de cette mélancolie que me minait. Pourtant, je n'avais pas parlé de lui à mes enfants, ni même à mes amis. Je ne parlais pas d'eux non plus à Selaric ou du moins relativement peu.

Bizarrement, ce n'était pas voulu. Il savait certainement qui était mes enfants et Cylan, mais sans doute que sa route n'avait jamais croisé la leur. Il savait que j'étais le roi et j'avais craint au départ que cela ait une quelconque influence sur notre relation. Je n'avais pas besoin de personnes lèche-bottes qui passeraient leur temps à essayer de me dire que je n’avais pas de chance et que la vie était cruelle. Que j'étais un bon roi, qu'ils seraient là pour me soutenir pour toujours et que s'il y avait le moindre problème, je pouvais les contacter et ils accourraient aussitôt. Des bonnes paroles qui manqueraient de sincérité et de franchise. Je préférai davantage qu'on me dise, « bon t'as fini de rester coincer dans ton bureau, tu as du boulot ! Ça ne sert à rien de se lamenter sur sort, la vie n’est tendre avec personne ! ». Il est vrai que si quelqu'un me disait ça, je me dirais certainement qu'il est gonflé et incapable de se mettre à ma place. Ce qui serait injuste évidemment, parce que l'on ne connaît pas la vie des autres sur le bout des doigts.

Aujourd'hui régnait un superbe soleil matinal . L'envie de me dégourdir les jambes m'avait tenue depuis l'apparition du soleil dans ma chambre qui avait conditionné automatiquement mon réveil. Le temps de régler quelques tâches d'intendances, j'avais fait également ma toilette de chat et enfilé des habits de marche décontractée. Je ne vivais pas dans le luxe, mes appartements étaient simples, seuls ceux des invités avaient cette touche audacieuse et coûteuse. Si j'étais capable de vivre simplement, sans fioriture, il n'en était pas de même pour tout le monde et je devais marquer le coup selon mes conseillers en réservant le meilleur des accueils pour les invités de marque. Le dernier coup d'oeil à la sobriété de ma chambre ne m'arracha aucune plainte. Je n'avais aucunement l'envie de faire la grasse mâtinée. Il allait donc falloir trouver un pigeon pour me supporter lors d'une petite balade avant le déjeuner. Il n'était pas question de sortir les chevaux des écuries, mais bien de se dégourdir les jambes pour le pauvre mortel que j'étais. Être motivé ne m'était pas arrivé depuis bien longtemps. Je n'étais d'ailleurs pas capable de remonter jusqu'à cette époque bénie sous peine de replonger dans cette profonde et dangereuse mélancolie. Je ne le voulais pas maintenant, plus tard.

Ayant décidé plutôt rapidement qui serait la victime qui m'accompagnerait, je me dirigeais automatiquement vers ses appartements. Je frappais doucement à la porte et j'attendis que Selaric veuille bien ouvrir. Ce qu'il fit sans tarder. Lorsqu'il ouvrit, il ne portait que son pantalon. Intriguait par cette tenue, je m'interrogeais sur la possibilité qu'il venait tout juste de sortir du lit ou bien d'avoir interrompu quelque chose. Je ne pus m'empêcher de culpabiliser un peu. Loin de moi de vouloir embarrasser un sujet de ma présence sous prétexte que j'étais le maître de maison. Toutefois, son accueil chaleureux et sans retenue m'informa qu'il était seul et que je n'interrompais rien. Cela me soulagea d'un bloc.
Il se retira pour me laisser entrer, c'est ce que je fis avec un peu d'hésitation, malgré le soulagement.

-Bonjour, Selaric, j'espère que je ne t'ai pas réveillé... Si c'est le cas, je te présente mes plus humbles excuses... J'étais tellement motivé pour une balade ce matin et à l'idée de te proposer de m'accompagner que j'en ai oublié le fait que tu pouvais avoir envie de dormir un peu plus...

J'affichais la figure du coupable pris en faute. Je n'étais pas démoralisé, loin de là... Mais je culpabilisais un peu. J'avais besoin qu'il me rassure sur le fait que je ne l'avais pas tiré du lit. Sa demi-nudité ne me gênait nullement, j'avais appris à regarder un homme dans les yeux sans que cela n'éveille le moindre trouble. Bien sûr, c'était toujours au fond de moi. La cause de tout cela était sans doute mon incapacité à prendre les devants et à me déclarer.

_________________
"Il ne faut jamais juger un oiseau par le bruit qu'il fait avant de se poser. Quelle que soit sa taille, l'aigle, lorsqu'il veut prendre sa proie, plane et cesse de battre de l'aile."
[Massa Makan Diabaté]
Revenir en haut
Selaric
Magicien(ne) de Topaze
Magicien(ne) de Topaze

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 12
Présence: Présent(e)
Race(s): Immortel
Sexe: Masculin
Âge: 637 ans

MessagePosté le: 01/01/2013 07:22    Sujet du message: Une Rencontre Immortelle Répondre en citant

La présence de Ged apportait toujours ce même sentiment à Selaric. Quand le roi était présent aux côtés de l’immortel, le soi-disant magicien errant était comme prêt à se confier sur tous les problèmes de sa vie. Car oui, parfois, l’immortel rencontrait quelques problèmes dans son très long séjour parmi les mortels. Il fallait dire que, de son côté, Selaric ressentait certes une amitié profonde pour le roi, qui était des personnes des plus aimables, mais pas seulement... Avec le temps, son attirance, qu'il pensait simple lubie, avait persistée et s'était même amplifiée. Maintenant, on pouvait le dire, son amitié était vraiment liée à un peu... d'amour... Et il redoutait la réaction de Ged lorsqu'il devrait lui avouer... A chaque fois qu'il le voyait, il se disait qu'il fallait tout lui dire, et que, finalement, il se devait aussi de lui révéler sa véritable identité... Mais à chaque fois, la peur lui prenait au ventre, et il ne trouvait pas le courage de lui dire... Maudite peur...

Ged rentra alors dans les appartements du "magicien errant" et affichait une expression de... culpabilité sur son visage. Et en effet, c'était bien ce que le roi ressentait. Il semblait embarassé, fortement. Pourquoi ? La réponse ne fût pas longue à venir...

-Bonjour, Selaric, j'espère que je ne t'ai pas réveillé... Si c'est le cas, je te présente mes plus humbles excuses... J'étais tellement motivé pour une balade ce matin et à l'idée de te proposer de m'accompagner que j'en ai oublié le fait que tu pouvais avoir envie de dormir un peu plus...

Réveillé ? Selaric se mit à rire intérieurement. Le roi ne le savait pas, mais l’immortel ne dormait presque pas. Après tout, de par sa provenance des plaines de lumière, le sommeil ne lui était pas indispensable, loin de là. Alors bon, à quoi bon trop se reposer ? Trois bonnes heures suffisaient ! Mais bien sûr, Selaric ne pouvait pas dire ça à son ami… alors il le regarda et lui dit :

- Ne t’inquiète pas Ged. Je suis réveillé depuis quelques heures. Je suis vraiment un lève-tôt, j’aime beaucoup me lever aux aurores.

Il oublia volontairement de préciser qu’il était loin de se coucher au crépuscule… Après tout, il n’allait pas non plus préciser toutes ses horaires de sommeil… Ça n’intéressait surement pas Ged. Et puis… il y avait cette idée de… ballade ? Selaric aimait prendre l’air, ça oui. Mais là… il sentait le courage monter en lui, le courage d’avouer ce qu’il fallait avouer. Une ballade, pour cela, c’était peu approprié, très peu approprié. Mais d’un autre côté, il ne savait pas trop comment dire à son meilleur ami qu’une balade ne lui disait rien… qu’il avait quelque chose d’autre, de plus important, à faire ici…

Dans ses pensées chamboulées… Selaric pouvait pensait aux conséquences de son amour… voire même aux simples conséquences de leur amitié. En effet, il avait peur que leur relation entraine Ged dans une situation qu’il ne pourra pas contrôler… Qui sait ? Les dieux peuvent choisir son meilleur ami pour une mission de grande importance ! Bon, il serait peu probable qu'Ils l'envoient seul mais... Tout de même ! Selaric se sentirait coupable que Ged soit envoyé dans une sorte de mission suicide pour le simple prétexte qu'il était son ami... C'était certain.

Mais l'heure n'était pas aux inquiétudes. Le moment était venu de tout avouer à Ged, ou du moins les réels sentiments qu'il éprouvait pour lui... Selaric ne voulait pas se servir de ses pouvoirs pour savoir si cela réciproque... De toute manière, une utilisation de ses pouvoirs à but personnel (ou du moins celui de l'empathie ou de la lecture de pensées) lui était interdit. Ismael avait fait cette erreur avant lui, il ne voulait pas suivre le même chemin. Il prit le bras de Ged et afficha à son tour une mine assez... sombre.

- Ged... Le temps n'est pas à la balade aujourd'hui... Je... Il faut que je parle, que je te dise quelque chose...

Le tenant toujours pas le bras, il l'amena sur un canapé, dans le salon. Alors il le regarda, affichant presque un visage coupable à son tour. Il était très rare que l'immortel s'affiche ainsi en position de détresse, lui qui aimait croquer sa vie sans fin à pleines dents, surtout pendant son voyage parmi les mortels. Hors là... Il agissait comme n'importe quel mortel dans la même situation. Comme quoi, les immortels n'étaient pas si différents des mortels. Ils étaient certes plus puissants, mais d'une certaine manière, pour peu qu'ils aient des sentiments, ils fonctionnent de la même manière. Selaric descendit ses mains, et prit celle de Ged. Il prit une grande inspiration, et bloqua. Son cœur battait fort. Ça y était. Le moment était venu de tout clarifier...

- Ged, mon ami... Il y a des choses que je dois t'avouer, des choses importantes...

Diable ! Quel dilemme ! Que devait-il dire à présent ? Qu'il était immortel ? Mais son ami supporterait-il d'avoir été dupé de la sorte pendant plusieurs mois ? Peut-être devait-il omettre ce détail ? Mais plus le temps passait, plus le choc serait douloureux ! Non, il fallait lui dire !

- Je... Je t'ai menti. Je ne suis pas magicien errant et je n'ai pas une quarantaine d'années... J'ai 623 ans, et... Je suis un immortel. Et frère du déchu Ismael... Tu es... la seule personne dans ce monde à le savoir... Et...

Maintenant devait venir la suite : ses sentiments. Son cœur battait de nouveau la chamade ; libéré d'un poids, il était toujours emprisonné. Il avait un autre secret à avouer...

- Je... Tu es une personne géniale Ged... Je peux tout te dire, tu peux tout me dire... On est devenu des confidents quelque part... Et tu me considérés sûrement comme un ami, mais...

Il reprit une forte inspiration.

- Pour moi... Tu es plus qu'un ami... Je t'aime Ged. Je suis tombé amoureux... de toi.

Sur ces paroles il approcha rapidement son visage et déposa un court, mais doux baiser sur le visage de son compagnon. Il était deséspérément fou... Ce geste allait lui faire perdre l'amitié de Ged... Il venait de tout faire s'effondrer... Alors il se retira et ne trouva rien de mieux à dire que :

- Voilà...

_________________
Est descendu sur Enkidiev depuis 2 sauts !
Revenir en haut
Ged
Écuyer d'Ambre
Écuyer d'Ambre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2010
Messages: 206
Présence: Absent(e)
Race(s): Humain
Sexe: Masculin
Âge: 70 ans [Mai]
Génération: Exception
Localisation: Emeraude

MessagePosté le: 19/01/2013 14:04    Sujet du message: Une Rencontre Immortelle Répondre en citant

Toujours ce sentiment de culpabilité. Je ne savais pas composer sans. Je me sentais responsable de bons nombres maux et de n'être jamais là pour empêcher le malheur de frapper ceux qui m'étaient chers. J'étais incapable de me battre contre la mort. Je pensais dur comme fer que je l'avais réveillé alors qu'à sa mine de pêche j'aurai pu comprendre que ce n'était pas le cas. Il était parfaitement réveillé. Tout cela, je ne le discernais pas dans l'immédiat tout entier replié sur ma pathétique culpabilité. J'étais loin de savoir ce qu'il était réellement, je savais juste qu'il avait des pouvoirs magiques et c'était tout. Physiquement, il ressemblait à un humain et, sans mes pouvoirs magiques de chevaliers, je n'étais pas en mesure de déceler sa véritable nature. Je n'avais pas demandé à Cylan d'enquêter sur son compte, ce n'était pas la peine et l'ordre avait bien d'autres chats à fouetter. L'entourage du roi n'était pas une priorité. J'aurai pu également demander à Sevoel le chef de ma garde, mais je ne l'avais pas fait. Toutefois, j'étais certain qu'il n'avait rien laissé au hasard. Protéger la famille royale et le royaume était aussi son rôle. J'avais placé une grande partie de ma confiance en Selaric, je ne le jugeais pas en mesure de me planter un couteau dans le dos au moment où je m'y attendais pas.

À ma mine chiffonnée, mon ami sourit et me dit que tout allait bien et que cela faisait un moment qu'il était debout, et ce depuis l'aurore puisqu'il en avait l'habitude. Il était de la race des lèves tôt alors que Ged n'avait aucune préférence. Autrefois il aimait autant faire la grasse mâtinée, mais, depuis les drames, ces nuitées étaient relativement courtes. Les serviteurs avaient d'ailleurs du mal à suivre ce rythme de sommeil, aussi j'avais décidé d'en engager autant qu'il fallait pour faire des roulements. La plupart avaient des familles, aussi je considérai qu'il était primordial pour eux de passer du temps ensemble. La vie était beaucoup trop courte.

Un long silence succéda les paroles de Selaric. Je vis que ce dernier s'était plongé dans ses pensées, oubliant tout bonnement que j'étais là. Je savais qu'il ne le faisait pas exprès. J'avais moi aussi mes absences, parfois parce que je réfléchissais, ou bien tout simplement parce que je fuyais la réalité. Ce qui était loin d'être le cas de Sel. Un diminutif qui me venait facilement aux lèvres et qui comptait autant de lettres que mon prénom relativement court.

L'expression du visage de Sélaric se modifia alors de façon alarmante. Elle devint plus sérieuse, plus grave. Ses yeux se voilèrent d'inquiétude, mais aussi d'un petit je ne sais quoi qui m'informa soudainement que l'heure était grave et qu'il allait aborder un sujet lourd et à prendre avec des pincettes. Il s'empara de mon bras droit tout en me dévisageant. Ce qu'il me dit ensuite me confirma le fait qu'il était sur le point de me révéler quelque chose et que ce quelque chose ferait sans doute l'effet d'une bombe. Il ne s'agissait pas de rigoler, chose que techniquement je ne faisais plus guère.

Rien qu'à son ton, je ne pus m'empêcher de me crisper et de le regarder à mon tour d'un air inquiet. Mes oreilles étaient tendues, j'étais prêt à recevoir le message qu'il voulait me transmettre. Je ne savais pas trop quelle mouche l'avait piqué, mais quelque chose me disait que c'était quelque chose auquel il avait mûrement réfléchit depuis quelque temps. Peut-être que cela concernait son passé, sa vie d'avant. Son histoire était une énigme pour moi et je ne l'avais aucunement forcé de me la raconter. Nous avions tous nos petits secrets, je ne faisais pas exception à la règle, mêmes s'il y avait pas plus transparent que moi-même. Je pouvais feindre l'indifférence, mais seulement la feindre. Cette feinte n'était pas toujours convaincante pour ceux qui me connaissaient suffisamment.

Les révélations qui suivirent firent l'effet d'une bombe. Il m'avoua avoir 623 ans et être un immortel venu tout droit du monde des dieux. Je faillis m'exclamer qu'il plaisantait, mais son regard torturé et sérieux m'informa que ce n'était nullement une blague et, le connaissant, je savais qu'il ne mentait pas. Même si c'était dur à avaler. Être la seule personne à connaître sa véritable nature était certes un honneur, mais aussi un témoignage de sa confiance. Je ne pus m'empêcher d'en être bouleversé. C'était un poids énorme de cacher un tel secret, peut être plus difficile lorsque l'on était entouré d'amis. Ami que je n'étais pas. Il m'avoua également ses propres sentiments. Il était amoureux de moi. Je me figeais aussitôt suite à cette déclaration. Je n'étais pas choqué, d'ailleurs je lui avais déjà dit qu'avant Eevee, les hommes m'intéressaient autant que les femmes. Non ce qui me figeait, c'était bel et bien la deuxième déclaration d'amour que l'on me faisait et que je n'avais pas vu venir. Seulement, je ne me sentais pas prêt à recommencer ma vie. Il allait me falloir du temps pour digérer tout ça et me questionner. Eevee était toujours autant présente dans mon cœur, le deuil n'était pas fait et sans doute je ne la sortirai jamais complètement de ma tête. Elle y avait sa place, après tout, elle avait été mon âme sœur et j’espérai secrètement que, dans une prochaine vie, nous serions de nouveau réunis. En attendant, j'étais bien vivant et j'allais devoir composer avec cet état des faits. Rester célibataire avait été une option tentante, mais je voyais bien que mon entourage souhaitait que je refasse ma vie et dans le meilleur des cas avec une princesse ou une reine d'enkidiev afin de favoriser une alliance. Cependant, j'avais encore mon mot à dire et j'étais encore capable de savoir ce qui était mieux pour moi. En mon âme et conscience, je favorisais le bonheur du cœur, et pas du tout celui des intérêts. C'est pourquoi j'avais accepté le rapprochement de Thémis et de Raven. Ma fille était la seule à savoir ce qui était bon pour elle et je savais que même si Raven n'avait pas l'âme d'un souverain, il ferait un très bon consort pour appuyer ma fille et la protéger.

Selaric n'en resta toutefois pas à une déclaration. Il s'approcha et m'embrassa avec une tendresse que je n'avais pas connue depuis très longtemps. J'avais passé l'âge de rougir, mais cela troubla suffisamment mes sens pour me faire revenir à moi. Je n'avais pas l'intention de le rejeter, mais je lui devais une réponse.

- Ouah... 623 ans ? Je dois dire que tu ne les fais vraiment pas. Tes sentiments sont bien parvenus jusqu'à moi, mais tu dois savoir que je ne pourrai pas te répondre tout de suite. J'ai besoin d'un peu de temps pour digérer tout ça et mettre de l'ordre dans mes pensées, et surtout d'essayer de faire le deuil d'Eevee. Je doute que tu veuilles que le souvenir de mon épouse reste entre nous deux... Sache une chose, je resterai muet sur ce que tu es. Je te respecte trop pour te perdre.


D'un geste tendre et simple, je ne pus m'empêcher de lui effleurer la joue d'une douce caresse qui se termina par un effleurement des lèvres avec un de mes doigts. Je ne m'étais pas trop rendu compte de ce que je venais de faire, sans doute que je voulais le rassurer sur le fait qu'il n'avait rien perdu...

_________________
"Il ne faut jamais juger un oiseau par le bruit qu'il fait avant de se poser. Quelle que soit sa taille, l'aigle, lorsqu'il veut prendre sa proie, plane et cesse de battre de l'aile."
[Massa Makan Diabaté]
Revenir en haut
Selaric
Magicien(ne) de Topaze
Magicien(ne) de Topaze

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 12
Présence: Présent(e)
Race(s): Immortel
Sexe: Masculin
Âge: 637 ans

MessagePosté le: 15/02/2013 11:56    Sujet du message: Une Rencontre Immortelle Répondre en citant

{{Rp en point de vue subjectif Razz Je fais jamais ça donc je préviens pour pas choquer xD}}

Voilà… c’était fait… J’avais tout avoué à Ged : mon amour, mon immortalité… J’étais dépité. En fait, désespéré était plus le mot. Il fallait dire que je venais d’assommer mon ami de révélations en tout genre. L’attente de sa réaction m’était insupportable. S’il devait me rejeter, me gifler après mon baiser, partir en courant… j’aurais vraiment préféré qu’il le fasse tout de suite… abrégeant mes souffrances. J’aimais tellement les mortels que je me retrouvais à présent dans une situation qui aurait pu arriver à n’importe lequel d’entre eux. C’était presque humoristique quand on y pensait, mais sur le moment, cette souffrance et cette culpabilité que je ressentais ne me donnaient absolument pas envie de rire. J’avais presque même envie de pleurer.

Cependant, Ged n’eut pas du tout la réaction que j’attendais… Il ne s’était pas fâché, loin de là, il semblait même se vouloir rassurant avec moi. Sur un ton des plus tendres, et des plus amicaux, il me dit :

- Ouah... 623 ans ? Je dois dire que tu ne les fais vraiment pas. Tes sentiments sont bien parvenus jusqu'à moi, mais tu dois savoir que je ne pourrai pas te répondre tout de suite. J'ai besoin d'un peu de temps pour digérer tout ça et mettre de l'ordre dans mes pensées, et surtout d'essayer de faire le deuil d'Eevee. Je doute que tu veuilles que le souvenir de mon épouse reste entre nous deux... Sache une chose, je resterai muet sur ce que tu es. Je te respecte trop pour te perdre.

Je buvais la moindre de ses paroles… C’était un pur bonheur que de l’entendre dire de telles choses, de parler de la sorte. Il n’y avait pas de doute, même si j’en étais amoureux, c’était bien mon meilleur ami que j’avais en face de moi. Un être gentil, toujours là pour me rendre heureux… un peu comme ce que je voulais être avec les mortels. Je ne supportais pas de les voir souffrir, et ironie du sort, à ce moment précis, je devais être l’être le plus tourmenté du château. Soudain, la main de Ged rencontra ma joue, qu’elle effleura tendrement. Je ne reconnaissais pas l’amitié dans les gestes de celui à qui je venais d’avouer tous mes secrets. Peut-être l’interprétais-je mal, mais je percevais ce geste comme… un signe d’une relation bien plus profonde que simplement amicale. Je ne savais plus tellement où me mettre… J’étais juste heureux, et incroyablement ému. C’était étrange comme je me sentais… comme un mortel finalement. Je ressentais les mêmes choses qu’eux, alors que pourtant, je venais d’un monde totalement différent… J’avais vraiment l’impression de devenir de plus en plus humain chaque jour, tout en restant immortel… c’était très étrange, mais à la fois très plaisant. Ce contact que m’offrait Ged produit chez moi une envie irrésistible, que je ne pus qu’exaucer. C’est ainsi que je me mis à me coller à celui pour qui mon cœur battait si fort. C’est ainsi que, dans ses bras, je ne pus que souffler un simple :

- Merci…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Cela faisait maintenant deux jours que j’avais fait mes aveux… Moi qui pensais que cet acte allait m’aider, j’avais faux sur toute la ligne. En effet, depuis ce jour fatidique, je m’étais totalement morfondu dans mon chagrin, et ma culpabilité. Les autres immortels devaient bien rire de me voir dans un tel état, de là où ils étaient. Mais c’était ainsi, je ne pouvais pas canaliser suffisamment tous ces mauvais sentiments, qui me dévoraient à chaque instant. Alors, j’étais sur mon lit, subvenant aux besoins nécessaires à la survie de l’immortel que j’étais : brasser de l’air… Je ne mangeais pas, je ne buvais plus, je ne sortais plus, et enfin je ne dormais plus. Après tout, je n’avais pas besoin de toutes ces choses, mais je maigrissais réellement. Cela faisait ainsi deux jours que je ne voyais personne, et que personne n’était venu me voir, même pas Ged. Il ne voulait certainement plus me parler après tout… qu’est-ce que j’ai été égoïste de tomber amoureux de lui… qui faisait encore le deuil de sa femme… Je me considérais vraiment comme le pire des imbéciles, et comme un immortel indigne, qui ne méritais plus de l’être.

J’étais ainsi dans la même position depuis tout ce temps : nu, recroquevillé sur moi-même, dans mon lit. Mon cœur souffrait, mon corps aussi, mais la douleur m’était inutile et je l’ignorais. J’avais mal, sans m’en soucier, c’était très étrange. Mon corps criait presque qu’il avait froid, mais pour mon esprit, c’était minime. Je n’avais simplement pas envie de m’offrir le plaisir de m’habiller, de manger, de boire, ou de toutes ces petites choses nécessaires aux mortels dont je ne profitais que du plaisir. Je devais souffrir, c’était ma sentence. Et je souffrirais aussi longtemps que mon esprit sera torturé par la vision de Ged, et de ces aveux que je lui avais faits… A vrai dire, j’avais besoin de lui, de son réconfort, mais lui ne venait pas. Alors, je n’avais besoin de personne. J’avais essayé la méditation, mais rien à faire : mon monde intérieur était fermé, à double tour. Rien de ce qui pouvait m’offrir le bonheur à ce moment précis ne s’offrait à moi… était-ce une épreuve des dieux ? Je me le demandais. Mais si c’était le cas, ils avaient gagné : mes limites étaient atteintes, voire dépassées. Autour de moi, tout n’était que semblant de ressentiments… Il me semblait entendre quelqu’un toquer à la porte, puis l’ouvrir… c’était quelque chose de sourd, de lointain, peut-être était-ce un songe… Moi, des larmes coulaient sur mes joues... et ma magie était inexistante. J’espérais ne pas rêver, que la personne qui serait rentrée dans ma chambre était Ged. Mais je n’avais que moyennement d’espoir, la vie voulant ma mort…

_________________
Est descendu sur Enkidiev depuis 2 sauts !
Revenir en haut
Ged
Écuyer d'Ambre
Écuyer d'Ambre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2010
Messages: 206
Présence: Absent(e)
Race(s): Humain
Sexe: Masculin
Âge: 70 ans [Mai]
Génération: Exception
Localisation: Emeraude

MessagePosté le: 10/04/2013 05:20    Sujet du message: Une Rencontre Immortelle Répondre en citant

J'étais troublé, car au cours de mon existence Selaric était la deuxième personne à prendre les devants et me faire une déclaration. Un pari qui était toujours risqué quand on sait que l'on n’est pas à l'abri d'une déception ou d'un refoulement de la part de l'être aimé et adoré. Je savais une chose comme je l'avais énoncé précédemment, je tenais beaucoup à lui, il était comme une lumière chaude, agréable et tentante pour une âme comme moi qui était noircie par la peine et le désespoir. Je me demandais si c'était d'ailleurs une bonne chose, tout immortel qu'il soit, de tomber amoureux d'un tel fardeau que je représentais assurément. Il me fallait du temps pour réfléchir à ce que cela impliquerait. J'étais encore jeune et sans nul doute qu'on me presserait à trouver épouse. C'était quelque chose que je me refusais. Si je devais épouser quelqu'un de nouveau cela devrait être par amour, comme cela avait été le cas pour Eevee. Je ne voulais pas d'un mariage où je n'éprouverai rien pour la personne qui se tiendrait à mes côtés. C'est sur cette pensée absolue que je quittais mon ami.

Deux jours où je vaquais à mes occupations tout en étant obsédé par les paroles de Selaric. Ces dernières occupaient également mes nuits sans que je puisse trouver une réponse appropriée. Il y avait autant de pour et de contre, même si je savais que les contre étaient fragiles. Ce n'était qu'une question de volonté et de courage. Courage qui me manquait à l'idée de devoir refaire ma vie et aimer à nouveau. J'avais le sentiment que j'allais trahir Eevee en m'engageant dans une relation amoureuse avec cet immortel. En même temps, j'avais besoin de retrouver le sourire et espérer. Le peuple n'avait pas à supporter un roi aussi sombre et désormais incapable d'une totale empathie. J'étais tellement replié sur ma propre douleur que j'avais du mal à essayer de comprendre les soucis de la vie courante qui affligeaient mes sujets. Ce qui était un handicap majeur quand il s'agissait de rendre justice lors de conflits. Toutefois, je ne pensais pas qu'à moi. Je ne croisais plus Selaric, ce dernier semblait s'être enfermé dans ses appartements et refusait tout net de se nourrir aux dires des serviteurs qui récupéraient leurs plateaux intacts sans avoir vu l’immortel. Je savais qu'il se nourrissait autrement depuis que je connaissais sa véritable nature, mais il avait toujours su donner le change. Aussi pour moi ce n'était pas normal.

J'aurai dû lui rendre visite, mais je souhaitais réfléchir seul. Je voulais aller le voir au moment où j'en serai plus sur moi-même. Malgré cela, j'avais espéré pouvoir le croiser et échanger avec lui, mais peut-être que c'était trop dur pour lui ? J'étais égoïste de m'appesantir sur mon propre ressenti sans avoir saisi que lui-même était dans une situation délicate.

Je connaissais ses sentiments, mais j'étais bien incapable d'en deviner l'intensité. C'est à cause de cela que je me suis mis à imaginer le pire et à avoir peur pour lui. L'amour pouvait-il tuer ? J'avais déjà entendu quelque part qu'il faisait nul doute dépérir la personne atteinte de ce mal. Généralement, c'était tout simplement qu'elle était dans l'incapacité d'exprimer ses sentiments à l'être aimé. Je connaissais le terme « mourir d'amour », mais n'était-ce pas un peu extrême pour un immortel ? Je ne pouvais toutefois pas le blâmer, combien de fois avais-je pensé rejoindre ceux qui m’avaient quitté ? L'amour était dangereux, nous n'avons aucun contrôle et aucune emprise sur notre cœur. D'ailleurs, ce dernier ne me faisait-il pas mourir d'inquiétude pour lui ? Je savais que je l'appréciais énormément, mais, quand je voyais le souci qu'il me causait, c'était au-delà d'une simple amitié. Nous nous connaissions que depuis peu et déjà il avait une emprise sur mon cœur. Sa déclaration était sans aucun doute un déclencheur me forçant à remettre les pieds sur terre au lieu d'errer dans les limbes à la recherche des fantômes de mes chers disparus.

Voyant qu'il ne servait à rien de me lamenter, je compris qu'il était temps d'aller le voir. Je ne pouvais pas me concentrer sans savoir comment il allait. Je me dirigeais vers ses appartements et je me mis à toquer poliment à la porte. J'attendis et vis que personne ne m'ouvrait. Mon cœur s'accéléra d'une brutale inquiétude et j'ouvris la porte sans y être invité. Je savais que cette dernière n'était pas fermée à clé. Les serviteurs du château étaient l'incarnation de la discrétion et respectaient les consignes qui leur étaient données.

La chambre était sombre, je me dirigeais donc immédiatement vers les rideaux que j'ouvris en grand pour ensuite parcourir la chambre du regard. Mes yeux s’arrêtèrent alors sur le lit où je vis la silhouette évanescente d'un corps nu recroquevillé en position fœtale. Tout se brisa alors autour de moi, l'inquiétude sourde me vrilla les tempes et mon estomac eut l'impression très nette d'avoir reçu un uppercut. Non, il ne pouvait pas ? Il allait bien non ? Non, il n'allait pas bien, mais il était encore en vie. Je me précipitais alors à son chevet et sans m'en rendre compte je m'allongeais près de lui pour le serrer contre moi.

-Ne t'en va pas toi aussi... Tu comptes énormément à mes yeux. Moi qui pensais pouvoir réfléchir en toute sérénité... Je m’aperçois que je n'en ai pas le droit...

La peur transperçait dans cette supplication. Je n'en pouvais plus, j'avais l'impression que les dieux jouaient avec moi. Après m'avoir couvert de bonheur, ils me retiraient un à un tout ce que j'avais de plus cher. Ils me brisaient comme un jouet dont ils s'étaient lassés.

_________________
"Il ne faut jamais juger un oiseau par le bruit qu'il fait avant de se poser. Quelle que soit sa taille, l'aigle, lorsqu'il veut prendre sa proie, plane et cesse de battre de l'aile."
[Massa Makan Diabaté]
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 08/12/2016 10:16    Sujet du message: Une Rencontre Immortelle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Évènements -> Rp Stand-by Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Crédits - Le forum a été créé en 2005 par Deelylah. Le design et le codage ont été réalisé par Chlotilde avec l'aide de Camellia et Sahvanna. L'univers du forum est fortement inspiré de la saga Les chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard. Toute reproduction partielle ou totale de ce forum est interdite.


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky