Index - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Règlements & contexte - Encyclopédies - Annonces - Recherches - Questions - FAQ - Partenariats - Parrainage - Ateliers - L'infolettre
Benihime, la Princesse Écarlate

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Recensement -> Recensement -> Erinya
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Benihime
Rebelle
Rebelle

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2013
Messages: 3
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Âge: 111 ans

MessagePosté le: 24/01/2013 11:16    Sujet du message: Benihime, la Princesse Écarlate Répondre en citant

Benihime Braigves Hissaelhel d'Osantalt
« Il n'existe que trois êtres respectables : le prêtre, le guerrier, le poète. Savoir, tuer et créer. »

INFORMATIONS

PERSONNELLES

Nom : Hissaelhel d'Osantalt
Prénom : Benihime Braigves
Surnom : Beni, Red.
Âge : 93 ans.
Sexe : Féminin.
Race : Elfe noire.

PHYSIOLOGIQUES ET PSYCHOLOGIQUES

Physique : Elle a vraiment une allure de guerrière.
    Lorsqu’on la regarde, quelque chose nous crie ''Danger''. Peut-être sa peau, dorée plus que brune qui contraste fortement avec ses cheveux blancs et qui lui donne un air sauvage et indomptable, comme habitée par le soleil lui-même. Peut-être son corps élancé mais musclé, parsemé de cicatrices qui indiquent que tous ceux qui ont essayé d’attenter à sa vie n’ont pas réussi mais ne sont sûrement plus là pour en témoigner.

    Mais au-delà de cela se cacher une vulnérabilité : ses yeux, rouge écarlate. D’où le nom Benihime, la Princesse écarlate. Ils sont magnifiques, en forme d’amande avec de longs cils épais et recourbés comme des arcs. Cependant, ils sont aussi aveugles. Ils sont nés ainsi. Elle n’a jamais pu voir qu’elle était le sosie de sa mère : le même nez retroussé, les tâches de rousseurs sur les joues, le menton droit et décidé, la même silhouette sablier, les mêmes jambes longues et un peu arquées.
Signes particuliers : D'abord, elle est aveugle.
    Comme elle ne donne pas l'impression d'être aveugle (Elle n'a pas de canne et ne se promène pas en titubant), on trouve simplement étrange que ses yeux semble toujours fixer un point dans le vide. En fait, la première chose qu'on remarque d'elle, c'est son casque de guerre ornementé d'une paire d'oreille de lapin géant.

    Il y a aussi un autre aspect, bien que ce ne soit pas inscrit dans son front. Mais Miss Hissaelhel est vierge. Et considérant, qu'elle a quatre-ving-treize ans, c'est un voeu de chasteté qui dure très longtemps. Il y a également sa voix grave et rauque, presque gutturale. Sans être masculine, elle inspire le respect... et la peur.
Caractère : C'est une mystérieuse jeune elfe.
    On ne sait jamais vraiment ce qui se passe dans sa tête. D'abord parce qu'elle parle rarement : Elle n'est pas muette, simplement, elle choisit de se taire. Peut-être a-t-elle fait voeu de silence en plus de son voeu d'abstinence ? Quoiqu'il en soit, durant les cinquante dernières années, elle a prononcée l'équivalent de six cents mille mots. Cela peut sembler énorme, mais une personne normale en prononce environ quinze mille par jour. C'est comme si elle avait parlé pendant plus ou moins quarante jours... sur cinquante années. De plus, lorsqu'elle considère que sa vaux la peine de parler, elle s'exprime toujours par proverbes et autres phrases cryptées.

    C'est une elfe noire étonnament pacifique et proche de la nature, du moins, autant que son sang corrompu le lui permet : Elle exorcise son côté belliqueux par la chasse ... à l'aveugle, disons. Elle a très calme et réfléchie, elle exsude la sagesse. Comme la mer. Mais la mère n'est pas seulement sereine, elle peut être déchaînée. Benihime aussi, lorsqu'elle est animée par ce qu'elle apelle '' la transe geurrière '', elle devient incontrôlable, une vraie machine à tuer. Même à elle-même, cette partie de sa personnalité l'effraie. C'est pour ça qu'avec la méditation et des décoction apaisante, elle tente de supprimer cette bête qui vit en elle.
Ce que votre personnage aime : La seule que chose Benihime Braigves apprécie, c'est le calme, le silence.
    Elle aime se retirer, seule, et chantonner à elle-même ou méditer. Ou même dessiner. C'est pour ça qu'aujourd'hui, elle vit en reclus de la société : Elle a autant rejeté la société que cette dernière l'a rejeté.
Ce que votre personnage n'aime pas : L'agitation et le bruit.
    T
    rès sensible aux sons, la cacophonie lui est particulièrement douloureuse. Elle a toujours détesté les foules car ses sens restants sont assaillis par différents stimulus et c'est très désorientant.
Talent(s)/compétence(s) : Pour compenser sa cécité, elle a une très bonne ouïe et un excellent odorat ainsi qu'un sens du toucher surdéveloppé.
    Elle se fie souvent aux sons et au vent pour se situer. Ce qui lui permet de de battre, même sans voir. C'est même une féroce guerrière. Et une excellente chaman/cuisinière dû à sa grande connaissance des plantes.
Faiblesse(s)/phobie(s) : Sa plus grande phobie est de perdre l'ouïe.
    Déjà qu'elle est aveugle, devenir sourde l'handicaperais complètement et cette idée la terrorise. C'est au point où elle laisse toujours ses cheveux par-dessus ses oreilles, pour les couvrir.
Orientation sexuelle : Indéfinie.
    Ayant décidé de renoncer aux relations charnelles et/ou amoureuse, elle n'a pas vraiment défini si c'était avec les hommes ou les femmes... ou les deux.
Pouvoir(s) : Ceux des elfes noirs.
    Elle a le camouflage dont elle se sert à outrance lorsqu'elle chasse, la télépathie, qu'elle utilise plus rarement, mais plus souvent que la parole. Elle aurait normalement le vision thermique mais étant aveugle... elle ne veoit rien. Et n'a pas besoin d'avoir une bonne vision dans le noir car elle s'oriente parfaitement sans voir. Et puis elle peut droguer les gens (et les animaux) par simple contact, ce qui est très utile lorsqu'on fait voeu de chasteté.

SOCIALES

Royaume d'origine : Osantalt.
Royaume de résidence : Territoires Inconnus/Fôret.
Relation/Famille/Clan : Ulreöl - Compagnon chauve.

HISTORIQUES

Histoire : « Mon histoire ? Ce n’est pas une histoire triste.
    Du moins pas au début. Je suis née l’unique fille d’une prêtresse de Lastas et d’un grand guerrier. Ma mère avait un nom aussi doux que sa personnalité, elle s’appelait Umma. Elle était différente des autres elfes, plus douce, moins agressive. Contrairement à mon père, Jeggred. C’était un guerrier comme seul Osantalt savait les produire : sanguinaire et cruel, il se maquillait avec le sang de ses ennemis. Mais étrangement, ils s’aimaient profondément. Ils se marièrent très jeunes (à peine seize ans) et je naquis très peu de temps après. Mon père fut consterné par ma cécité songea me laisser mourir de faim, ma mère l’en dissuada. Et ils prirent la décision de ne laisser savoir à personne que j’étais vulnérable car la règle à Osantalt était claire : pas de pitié. Mon père, dès que je fus capable de dire ‘’ Mama’’ fit de moi une véritable machine de guerre. Il m’apprit à toucher avec mes mains et à calculer la distance avec mes pieds. Je passais des heures assise au sol à essayer d’entendre l’espace et à sentir les gens autour de moi. Si je me montrais incapable de réaliser les tâches que mon père me demandait, il me privait de manger. C’était peut-être cruel mais lorsque j’atteignis l’âge de douze ans, je parvenais à faire la différence en une cuiller de bois qui tombait sur un sol de bois et une cuiller qui tombait sur un sol de terre. Dès que je dut capable de m’orienter sans avoir l’air aveugle, il me mit une épée dans les mains et il montra comment un guerrier ne faisait qu’un avec la lame.

    Lorsqu’il se battait contre moi, il ne faisait preuve clémence malgré ma cécité, il me répétait sans cesse que les autres ''N’aurons aucune pitié Hime ''. Une fois, il m’enfonça une lame dans les côtes car je n’avais pas entendu qu’il s’était déplacé et il m’avait prise par surprise. J’étais resté au lit pendant des semaines alors que ma mère engueulait mon père chaque minute qu’elle ne passait à mon chevet à me couver de son regard inquiet. Après ça, je compris que mon ouïe était ma vue : que je pouvais entendre les distances. Je fus envoyée à l’académie militaire à seize ans. C’était tard, mais étant la fille d’un haut gradé de l’armée, il avait eu la permission de me former lui-même les premières années. Encore maintenant, je ne sais pas comment je réussi à convaincre quiconque que je voyais, mais je suppose que mes compétences au combat les dissuadèrent de chercher plus loin : J’étais de loin l’une des meilleurs de mon âge. J’arrivais même à mettre mon mentor au tapis, une fois sur deux. Je n’avais pas d’amis car les autres me détestais parce que j’étais la chouchou de nos professeurs et ça m’arrangeait : s’il se tenait avec moi, ils auraient pu remarquer que je connaissais par cœur le contenu des livres, mais que je ne lisais jamais devant eux … ou que je ne savais même pas la couleur des yeux de mon mentor.

    Dès que j’eus terminé mon service militaire, ma mère me prit sous aile et dis de moi son assistante au temple. C’est là que je fus touchée par la grâce : J’étais née pour me dévouer au Dieu Lastas. Les années aux temples furent les meilleurs de mon existence : J’aidais ma mère à transcrire des textes anciens en braigves, une forme d’écriture formée de points et de lignes en reliefs que ma mère avait inventée pour moi. Elle l’avait même nommée après moi. J’apprenais un peu plus sur notre monde et notre histoire.

    Ma vie aurait pu être parfaite, mais les dieux voulurent autrement. Ma mère rencontra un homme, un érudit qui passait dans le village. Ils s’entendirent immédiatement et l’homme passait de plus en plus de temps à ses côtés, au temple. Elle rentrait tard à la maison et m’interdisait d’être là à ses rencontres avec l’homme. Rapidement, les rumeurs d’une liaison se répandirent. Si au début, mon père n’y prêtait pas attention, elles s’amplifièrent à un tel point qu’il commença à douter de sa femme. Et après tout, c’était vrai qu’elle était souvent en compagnie de cet homme. Et puis, un jour, mon père confronta ma mère. Je me rappelle encore les cris. Et mon père commis l’irréparable : il mit fin au jour de sa femme, dans un élan de colère. Cette scène me hante, parfois je me réveille au son des cris de ma mère.

    Après cet évènement, tous se mit à dégringoler. Mon père se mit à me haïr : il disait que j’étais le sosie de cette Umma qu’il avait tant aimé puis tant haï. Et il finit par me dénoncer à Alecto. Je fus envoyé dans les mines. J’avais réussi à amener quelques effets avec moi en les cachant, c’était les parchemins de ma mère. Le braigves était beaucoup plus réduit que l’écriture normale et des centaines de pages rentraient dans quelques parchemins. C’est la lecture de ses parchemins qui me permettaient de supporter la difficulté des mines : La vie y était horrible et épuisante. Mais chaque jour, je lisais ces parchemins et je réalisai que ma vie n’avait pas à être ainsi. Avant, nous étions des elfes lumineux. Nous étions proches de la terre et nous n’étions pas aussi cruels. Certains, comme ma mère, Umma, avait été moins touchés par cette malédiction. Dans ma tête, le projet de redevenir un ancien elfe naquit.

    La révolte des exilés prit les gardes par surprise. Et j’en profitai pour m’enfuir vers la forêt dense. Et c’est là que je te trouvai.
    »

    Je me penchai sur Boréal et il leva ses grands yeux vers moi avant de glousser. Parfois, j’avais l’impression qu’il comprenait ce que je lui disais. Mais en même temps, c’était une poule… Du moins une espèce de grosse poule. Avec des dents acérées. Il m’aidait à chasser : Lorsqu’il repérait quelque chose, il gloussait deux fois pour m’indiquer son emplacement. C’était une bonne poule de chasse. Je le déposai au sol. Et aussitôt, il s’élança à travers les arbres et je le suivi silencieusement. Cela faisait déjà des années que j’errais dans cette forêt qui semblait sans fin et je n’avais rencontré aucun des rebelles qui s’étaient enfuis. Étrange. Un gloussement affolé me tira de mes réflexions, je me précipitai là où j’avais entendu le cri de Boréal. Dès que j’arrivai, je senti la présence de quelqu’un, un elfe noir. Mais je ne percevait pas Boréal.

    - Boréal ?
    - Benihime ?

    Nos questions s’étaient croisées et la voix me disait définitivement quelque chose. Mais mon esprit était collé sur mon compagnon poule que je n’entendais plus. Non. Non. Non ! J’eus une espèce de grognement guttural. L’idiot. Il avait tué mon unique ami. Je regardai dans la direction d’où venais la voix, le nom du propriétaire me revenant : Ulreöl. Un rebelle comme moi. J’avais envie de lui tordre le cou, mais je me retins car je sais que Boréal n’aimait pas la violence, sauf quand cela lui permettait de se nourrir. Mais cet abruti allait payer. Même si je devais y passer des années, il allait payer.

    ***


    Des années plus tard, cet abruti est mon seul ami. Le crois-tu Boréal, peu importe où tu te trouves ? On vit dans une espèce de ''Manoir feuillu'' comme Ulreöl l’appelle. C’est agréable de ne plus se déplacer sans cesse. Et puis… le manoir est si grand que je le vois à peine. La plupart du temps, il est facile à vivre. La plupart du temps.


Fonction : Rebelle/Exilée

Nom : LadyBug
Âge : 19 ans
Autres personnages sur le forum : Alassea/Tana-Lee/Regina.
Présence : 4/7
Où avez-vous connu le forum? Par ... Regina.
Code du règlement : Ok, par Épis.

_________________
The line between greatness and obscurity is very, very small.


Dernière édition par Benihime le 01/02/2013 06:42; édité 5 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 24/01/2013 11:16    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Cylan
Apprenti(e) Magicien(ne)
Apprenti(e) Magicien(ne)

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2010
Messages: 1 303
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain
Sexe: Masculin
Âge: 61 ans [février]
Génération: Vingt-deuxième Génération
Localisation: Dans les pattes de Ged

MessagePosté le: 24/01/2013 15:24    Sujet du message: Benihime, la Princesse Écarlate Répondre en citant

En Attente ~♦
_________________
Cylan d'Emeraude


Une Rose de la part de Aurore^^
Revenir en haut
Ulreöl
Rebelle
Rebelle

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2012
Messages: 61
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Masculin
Âge: 86 ans

MessagePosté le: 31/01/2013 19:11    Sujet du message: Benihime, la Princesse Écarlate Répondre en citant


    J'accepte mon éternelle acolyte, aussi cinglée soit-elle.

    (Et je la veux bien dans ma demeure si elle fait le ménage, comme une femme se doit.)
Revenir en haut
Benihime
Rebelle
Rebelle

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2013
Messages: 3
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Âge: 111 ans

MessagePosté le: 01/02/2013 06:44    Sujet du message: Benihime, la Princesse Écarlate Répondre en citant

    • Et voilà ! Fini ! /cheerleaders

_________________
The line between greatness and obscurity is very, very small.
Revenir en haut
Amaru
Directeur de l'Académie des Arts
Directeur de l'Académie des Arts

Hors ligne

Inscrit le: 23 Nov 2011
Messages: 870
Présence: Présent(e)
Race(s): Humanoïde | H. Lycanthrope
Sexe: Masculin
Âge: Un certain âge
Localisation: Là... ou peut être ici...

MessagePosté le: 03/02/2013 17:03    Sujet du message: Benihime, la Princesse Écarlate Répondre en citant

    Présentation acceptée

_________________




A vécu 5 sauts :3
Une rose de Sen, Nashoba, Keishou et Gaïa ^w^
Cinq roses d'Avaritio <3

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2016 01:01    Sujet du message: Benihime, la Princesse Écarlate

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Recensement -> Recensement -> Erinya Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Crédits - Le forum a été créé en 2005 par Deelylah. Le design et le codage ont été réalisé par Chlotilde avec l'aide de Camellia et Sahvanna. L'univers du forum est fortement inspiré de la saga Les chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard. Toute reproduction partielle ou totale de ce forum est interdite.


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky