Index - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Règlements & contexte - Encyclopédies - Annonces - Recherches - Questions - FAQ - Partenariats - Parrainage - Ateliers - L'infolettre
Megaera, la Vengeresse

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Recensement -> Recensement -> Erinya
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Megaera
Conseiller(ère)
Conseiller(ère)

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2013
Messages: 26
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Féminin
Âge: 102 ans
Localisation: Partout...

MessagePosté le: 26/01/2013 03:54    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

Megaera Lachésis Érinyes d'Osantalt
« La vengeance est le plaisir des dieux. »

INFORMATIONS

PERSONNELLES

Nom : Érinyes d'Osantalt.
Prénom : Megaera Lachésis.
Surnom : Meg.
Âge : 102 ans.
Sexe : Féminin.
Race : Elfe noire.

PHYSIOLOGIQUES ET PSYCHOLOGIQUES

Physique :
    « Si Alecto ressemble à son père, le Dieu Lastas, si Mélusine ressemble à notre mère, la Feu Reine Amira, moi, je ressemble à mon père, le Roi. J'ai les cheveux noirs, qui tendent vers le brun, sûrement à cause de ma mère, qui avait les cheveux d'un blanc immaculé. Je les natte souvent ou je les attache en chignon au sommet de ma tête car je veux libérer mon visage, mon plus bel atout – et aussi pour pouvoir foudroyer les gens du regard à loisir. Ce n'est évidemment pas mon seul atout : la beauté semble avoir été transmise de générations en générations dans la famille des Érinyes, le Clan de ma mère. Même si je ne lui ressemble que très peu, j'ai hérité de cette beauté infernale qui caractérise les princesses Érinyes.

    D'abord, ma peau d'albâtre, blanche et immaculée, comme la neige qui recouvre les montagnes. C'est aussi une des seules choses que j'ai prise du côté maternel car Père avait une peau magnifiquement foncée avec des tons dorés. Même si je regrette parfois de ne pas avoir hérité de sa peau, je me réjouis de l'aspect parfait et sans tâches de la mienne. À part un seul et unique grain de beauté au-dessous de ma bouche. Certains disent que c'est un défaut, d'autres que c'est ce qui fait mon charme. J'aime croire que c'est la manifestation subtile de mon âme sombre, qui tranche avec cette peau qui semple angélique et pure. Un rappel, en quelque sorte. Un peu comme mes yeux, bleus, mais qui contrairement à ceux de ma sœur ainée qui rappellent la mer, les miens sont d'une couleur électrique. Il arrive souvent aux servantes de frissonner lorsqu'elles croisent mon regard glacial et clairement inhumain. Par contre, mon regard sait se travestir et se montrer bienveillant ou juste, lorsque l'occasion l'exige. Mon visage en entier, peut passer de la cruauté la plus vile à la douceur la plus désarmante, et ce, en une fraction de seconde. Parfois, je me demande même si mon visage doux n'est pas plus effrayant... Avec mon nez aquilin, mes grands yeux frangés de cils épais, ma bouche pulpeuse, mon visage ovale avec des pommettes hautes et un menton étroit, l'innocence est un air qui semble trancher machiavéliquement avec mes traits.

    Surtout en regardant avec le reste de ma silhouette. Je suis grande, très grande, même parmi les elfes noirs. Et j'ai une poitrine, disons, volumineuse. Et j'adore l'exposer : À quoi servirait-elle si elle était cachée sous des couches et des couches de vêtements ? Sur ce point, les trois sœurs, nous nous rejoignons : Toujours avec de la peau exposée ! Alecto adore exhiber ses épaules et son dos, Mélusine, sa poitrine avec des décolletés plongeants et moi, je suppose que c'est un peu des deux avec des cols bateaux si bas que c'est un miracle qu'ils tiennent. Pour le reste, je couvre tout avec d’amples jupes qui touchent le sol. Elles me donnent un air éthéré que j'aime bien. Est-ce que je me décrirais comme une belle et séduisante femme ? Assurément. Mais je crois que c'est ma personnalité qui allume cette beauté qui pourrait être froide.
    »
Signes particuliers :
    « Ma grande taille est un élement qui est assez remarquable chez-moi, ainsi que le fait que je porte toujours au moins trois colliers. Ils symbolisent la haine, la vengeance et l'impitoyabilité, et ils nous représentent un peu, les trois soeurs. Et puis, c'est joli. Je dois avouer que je les portent surtout parce que c'est joli. Je n'ai besoin de rien pour me rappeler de haïr, de me venger et de ne jamais faire preuve de clémence ; c'est inscrit dans ma chair à l'encre indélébile. »

Caractère :
    « Je suis la personne la plus sympathique, la plus empathique, compassionnée et généreuse qui existe… Je plaisante. Comprenez-moi, j’ai un humour assez pince-sans-rire. Moi, sympathique ? Attendez, laissez-moi rire. Je suis une personne orgueilleuse, d’abord et avant tout. Je puis affirmer sans me tromper que ma personnalité entière découle de ce trait. Suis-je vaniteuse ? Oui. Mais je ne suis pas vaine. J’ai la beauté et la perfection sur lesquelles je peux déposer ma vanité et mon orgueil. Ce qui n’est pas le cas de tous : Je suis une princesse, de sang. À Osantalt, seulement deux autres personnes peuvent prétendre à ce titre et ce sont mes sœurs ; Alecto, la Reine et Mélusine, la Dame d’Ipoca. Ma mère, la précédente Reine, venait d’une longue lignée de princesses guerrières qu’on surnommait les Amazones. On les disait descendantes de la déesse de la beauté qui avait eu un enfant avec un elfe. Elle s’appelait Érinyes et c’est devenu le nom de clan de toutes les descendantes de la famille. Avec tant de perfection dans mes veines, ce n’est pas étonnant que je refuse de considérer le petit peuple. Les princesses Érinyes sont connues pour être des femmes hautaines, sages et très douées pour les arts de la guerre … et ceux de la séduction. Et je ne fais certes pas exception à la règle !

    Depuis ma tendre enfance – bon pas tendre du tout –, j’ai été élevée dans l’idée que je serais le support de ma sœur Alecto, dans sa conquête. Et pour se faire, je fus formée à tout faire. Je fus envoyée à l’académie militaire dès mes cinq ans, beaucoup plus tôt que la plupart des enfants : c’était la coutume dans la famille royale. Mais avant ça, j’avais appris à lire, écrire et je connaissais l’histoire, du moins celle d’Osantalt, sur le bout des doigts. Ça m’a permis de devenir stoïque, la faiblesse n’avait pas sa place. Les faibles étaient éliminés et je n’étais pas et n’allais jamais devenir faible. J’étais toujours première de classe : mon orgueil ne m’autorisais jamais à être derrière quiconque.

    Je ne suis pas très colérique, comparée à Alecto. Et souvent, on me considère comme la plus gentille des sœurs Érinyes. Ce que le peuple peut être crédule. Bien qu’infliger des douleurs physiques m’enchante, je suis plus douée pour l’infliction de douleurs psychologiques. Je comprends la psyché elfique et je l’utilise pour amener les gens à mes pieds et à faire d’eux mes marionnettes. L’esprit lourdaud de la populace confond cela avec de la clémence. Je ne suis pas clémente et je ne pardonne jamais : je me venge. Avoir l’audace de m’offenser ne peut rester un crime impuni. Cela mérite châtiment et avec ma folle imagination, j’ai toujours une idée tordue pour faire payer un affront. Suis-je cruelle ? Si être cruelle veux dire prendre plaisir de la douleur des autres, alors oui, je le suis. Mais en réalité, je ne suis pas responsable : Les stupides gens s’attirent le malheur en prenant de stupides décisions. Je ne puis supporter les gens qui blâment les autres, je ne suis pas ainsi : Je suis capable de reconnaître quand j’ai tort. Même si ce n’est jamais arrivé.
    »
Ce que votre personnage aime :
    « J’aime le pouvoir, le plaisir et les pêches. Dans cet ordre. J’aime le pouvoir car c’est un sentiment euphorisant. Qui de sain d’Esprit n’aime pas le pouvoir ? Ce sentiment qui vous grise et vous transporte ailleurs. Je ne peux pas m’en passer et je suppose que c’est pour cela que la vengeance et la torture me plaisent également car c’est le pouvoir sur la vie d’autrui. C’est le pouvoir sur le destin.

    Puis, j’aime le plaisir. Encore là, je doute que quiconque puisse détester le plaisir. Mais, moi, je l’adore. J’y suis accro. À toutes ses manifestations. Qu’il soit d’ordre psychologique ou charnelle ; il me plaît de le ressentir. Et finalement, j’adore les pêches. Parce que c’est délicieux. J’aimerais pouvoir vous fournir une analyse très poussée qui aurait pour nœud un traumatisme dans mon enfance… mais j’aime les pêches car j’aime le goût, tout simplement. Je ne crois pas avoir d’autres raisons. Le devrais-je ?
    »
Ce que votre personnage n'aime pas :
    « Je déteste par-dessus tout être contredite. Sauf quand ce sont mes sœurs, cela devient donc une discussion. Quand le commun des mortels se prend des envies de me contredire sur des sujets dans lesquels je suis experte, ça m’enrage. Qui es-tu pour savoir mieux que moi ? Cela fait près de quatre-vingt-douze ans que je lis tous ce que l’île d’Osantalt possède en livres et parchemins dans le but d’être un puits de connaissance pour la Reine et toi, roturier, tu en saurais plus que moi ? Balivernes. »
Talent(s)/compétence(s) :
    « La stupidité de cette question me sidère. Si je me mettais à lister tous mes talents et toutes mes compétences, nous serions ici encore dans trois lunes. Cependant, on pourrait lister mes compétences sous une seule catégorie : la psyché des mortels. Elle n’a presque plus de secret pour moi : C’est ce qui fait de moi une guerrière implacable car je sais saisir la personnalité d’un guerrier seulement en regardant la manière dont il tient son épée ; Cela fait également de moi un bon stratège militaire puisque je suis en mesure de prévoir, à la tactique près, la réponse d’un adversaire ; C’est ce qui m’a élevée au rang de manipulatrice aguerrie et de séductrice hors pair parce que je sais exactement comment amener l’autre à désirer me faire plaisir. Tout ce passe dans la tête et c’est là que réside ma force…

    Pour ce qui est des talents… parmi les plus inusités… il y a la broderie. Oui, j’ai un talent inexplicable pour la broderie. Ça doit être à cause de ma très vive imagination et de mes doigts fins.
    »
Faiblesse(s)/phobie(s) :
    « Cette question est encore plus niaise que la précédente, et ce n’est pas peu dire. Je n’ai pas de faiblesses et encore moins de phobie. Honnêtement. Je suis la princesse Megaera Lachésis Érinyes, qu’est-ce qui pourrait bien m’effrayer ? À part me réveiller un jour avec le quotient intellectuel d’un paysan… l’horreur. »
Orientation sexuelle :
    « Je dirais que je suis luxosexuelle. Je suis sexuellement attirée par la luxure, voilà. En général, ce sont des hommes car j’ai un faible pour le grand mâle avec de larges épaules et des abdominaux parfaits, mais les femmes ne me laissent pas indifférentes non plus. Je suis également une fervente adepte de « harsh love ». »
Pouvoir(s) :
    « Ma beauté transcendante ? Sérieusement, j’ai tous les pouvoirs des elfes noirs. Je suis télépathe et c’est évident très utile lorsque vous êtes conseillère et que vous voulez conseiller votre sœur en évitant les oreilles indiscrètes ou lorsque vous voulez parlez hommes avec cette même sœur et éviter ces mêmes oreilles indiscrètes. J’ai également une excellente vision nocturne et thermique, ce qui rend la chasse d’une facilité désarmante, que ce soit d’animaux… ou d’elfes. Un de mes pouvoirs raciaux le plus puissant, c’est la peau venimeuse : je me suis tellement pratiquée avec mon mentor que je suis capable de « l’éteindre » ou d’en contrôler la force. J’aime bien le dosage « hyper venimeuse – assez pour rendre inconscient pendant de bonnes minutes ».Sans oublier le camouflage... dont je me sers à peine... Pourquoi priver le monde de ma présence ? Sinon, j’ai aussi développé un pouvoir personnel – rien d’étonnant, dans la famille royale, tout le monde en a un : je contrôle l’électricité. Je suis capable de la faire courir sur toute la surface de mon corps (je peux m’électrocuter moi-même, si je ne me concentre pas) et d’en faire des champs magnétiques. Généralement, je cantonne l’électricité dans mes mains ou dans les armes que je tiens à la main – une épée électrifiée, c’est très douloureux, pour les curieux. Ce sont de faibles doses, pas assez pour assassiner un elfe car nous sommes assez résistants. Je suis capable d’en augmenter la puissance mais ça me vide de mon énergie. »



SOCIALES

Royaume d'origine : Osantalt.
Royaume de résidence : Osantalt.
Relation/Famille/Clan :
  • Alecto : Sa soeur ainée, Reine d'Osantalt
  • Melusine : Sa deuxième grande soeur, Dame d'Ipoca
  • Léandre : Son esclave
  • Finnagân : Son beau-frère (L'époux de Melusine)
  • Manikoutai : Le bras droit d'Alecto


HISTORIQUES

Histoire :
    « ENVIE– C’est l’envie qui me donna la vie. Ma mère était une femme hautaine et fière. Mais ce n’était pas une mère : elle n’en avait pas l’instinct. C’était une femme dure et qui n’avait de l’amour que pour elle-même. Même les guerriers les plus cruels et dangereux la craignait et n’osait provoquer son courroux. C’était une reine qu’on ne pouvait qu’admirer car elle avait tout pour elle : la beauté, la force, l’intelligence et la détermination. Elle avait le cœur et l’estomac d’un roi… beaucoup plus que mon père qui a ses côtés paraissait comme une chiffe molle. Elle avait eu Alecto, certes. Mais c’était le Dieu Lastas qui s’occupait de sa fille. Et puis, pendant de longues années, mon père avait été enfermé dans le donjon, car il résistait encore aux techniques de gouvernement de sa femme. Je suppose que l’isolement lui fit réaliser que sa femme avait raison et finalement, elle le libéra et je suppose que leur réunion fut joyeuse car selon les archives, quelque temps après – neuf mois et deux jours, exactement – Tisiphone venait au monde. Amira n’avait pas de patience pour les enfants et notre père, Murtagh, n’était pas autorisé à s’approcher de sa fille, de peur qu’il ne la contamine avec sa… douceur. La princesse cadette fut donc élevée par une armée d’intendantes et de préceptrice au regard austère et à la voix glaciale. Je suppose que ma mère ne désirait pas d’autres enfants et mon père… et bien, son opinion n’était que peu importante. C’est l’envie qui décida ma mère à avoir un troisième enfant. Sa conseillère, Sobaka, avait trois filles, en tout point identiques à leur mère dans leur cruauté. Amira avait Alecto, et Tisiphone qui marchait dans les traces de sa sœur la tête haute et le regard fier. Mais elle n’en avait pas de troisième. Ma mère ne pouvait tolérer qu’une autre puisse avoir quelque chose qu’elle-même ne possédait pas… et après tout, c’était la Reine. Par exemple, elle avait fait interdire les tissus de couleur verte car c’était sa couleur fétiche et avait fait sévèrement punir ceux qui osaient en porter, par défiance ou par ignorance. C’est ainsi que quelques années plus tard, je naissais et deux filles de Sobaka mourraient d’une étrange maladie, ne laissant que la dernière-née.

    PARESSE – Mon éducation incomba à mon père, du moins pour les cinq premières années de ma vie, par la suite, il fut convenu que je serais envoyée à l’académie militaire. Je crois que ma mère tétait déçue car dès le début, il était évident que je ressemblerais à mon père. Mon père était indéniablement bel homme, magnifique même, mais ma mère aurait désiré que tout comme Tisiphone, je lui ressemble. Son intérêt pour ma personne – qui était déjà près de zéro – descendit de façon draconienne après ma naissance et je fus laissé au bon soin d’un père émotionnellement absent. Si physiquement mon père avait tout d’un guerrier, il était en réalité un lâche et un paresseux. Apathique, il m’abandonnait dans des coins du château et m’oubliait pendant des jours. C’était les servantes qui me trimbalaient avec elles car si je venais à mourir, ma mère risquait de faire de leur vie un enfer. C’est ainsi que jusqu’à mes cinq ans, entre des précepteurs indifférents, une mère froide et un père absent, je grandissais de plus en plus forte. Faut croire qu’être oubliée dehors la nuit, ça forgeait le caractère. J’étais, dès mon plus jeune âge, une battante et je n’avais pas froid aux yeux : j’étais insolente avec ma mère qui me répondait par le fouet. J’aurais des cicatrices de la tête aux pieds si ma mère ne me faisait pas soigner par le sorcier du royaume – qui faisait disparaître toutes mes cicatrices, me laissant la peau parfaite. L’idée d’avoir une fille scarifiée l’horrifiait. Cependant pas assez pour l’empêcher de me discipliner par la force. Mon père était contre la violence mais n’avais jamais osé tenir tête à ma mère : Ma mère était un vert émeraude vif et éclatant alors que Murtagh était un bleu pâle, délavé par des années de confinement dans un donjon, il ne faisait pas le poid.

    AVARICE – Évidemment, une princesse digne de ce nom se devait d’avoir des ennemis, sinon, ce ne serait pas intéressant. Lorsque ma mère en eut assez de ma présence, elle m’envoya à l’académie militaire, pour me former. Inconsciemment, elle m’envoyait dans les bras de ses ennemis qui m’attendaient avec une brique et un fanal. En fait, ce n’était peut-être pas inconscient car je fus envoyée avec une équipe de garde du corps. Mais ce n’était pas assez… Ma mère sous-estimait le pouvoir de l’argent sur son peuple, Certaines personnes ne pouvaient dire à quiconque leur tendait un sac rempli d’or. Amira n’avait pas tant d’ennemis que ça, son emprise sur son peuple était tel que peu avait la folie de se révolter. Mais il y en avait quand même, un petit groupe de noble qui souhaitait mettre fin au règne des Érinyes en éliminant les héritières. Le plan aurait pu être génial si Alecto n’aurait pas été la première héritière de la Reine. Alecto, ma sœur aînée et aussi… l’immortelle, protégée par son père, le Dieu Lastas. Alors même si les Tuniques Jaunes (selon leur propre appellation) arrivaient à déraciner la lignée Érinyes au grand complet, il restait Alecto, héritière du trône. Et ce n’était pas une bande d’hurluberlus en robe qui allait venir à bout de ma sœur … Ça ne les empêcha pas d’essayer. C’est ainsi que mon passage à l’académie ne fut pas aisé et pendant les premières années, j’étais très souvent blessée. Rien pour alarmer mes parents, mais juste assez pour me rappeler que j’étais jeune et vulnérable. Ils voulaient me transformer en martyr.

    COLÈRE – Cependant, je n’étais pas du type ‘’victime’’. Dès mes dix ans, je réalisai que je n’avais pas à me faire terroriser par des décérébrés. J’étais une battante, une guerrière et ils allaient voir de quel bois je me chauffais. Cette colère que j’avais en moi depuis mon plus jeune âge avait atteint des proportions astronomiques : je n’avais jamais demandé à venir au monde mais maintenant que j’y étais, personne n’allait me victimiser parce que j’avais eu l’audace de naître princesse. Dès lors, je commençai à me lever avant le lever du soleil pour m’entraîner, seule ou avec mes mentors. Lorsque le soleil était au zénith, j’allais à la bibliothèque avec mes précepteurs pour apprendre tout ce que je pouvais savoir : L’histoire, les stratégies guerrières, la philosophie etc. Puis, lorsque le soleil touchait l’horizon, je pratiquais la magie avec le sorcier, surtout contrôler tous le donc que je possédais, celui de l’électricité. Je dormais très peu mais j’étais habitée par une rage de vivre… et de tuer. Une rage de sang. Lorsque nous faisions des entrainements avec les autres élèves, mes coups devenaient de plus en plus précis et de plus en plus dangereux : Je ne visais plus à désarmer l’adversaire mais à l’éliminer. Je fis ma première victime, j’avais seize ans et c’était un élève de trois ans mon aîné, Gykrè. C’était un homme arrogant qui, lorsque j’étais plus jeune m’avais très souvent blessée ‘’par mégarde’’ disait-il. Il m’appelait ‘’Fillette’’. Et un jour, je le défiai en duel, il le prit à la légère car il me votait encore à douze ans, jeune et fragile. Mais j’étais différente. Rapidement, je pris le dessus et lorsqu’il se retrouva désarmée à mes pieds, je fus incapable de l’épargner, des années de haines bloquant toute clémence : je posai les lèvres sur les siennes avant de plonger ma lame directement dans son cœur. Je me rappelle encore la jubilation sauvage qui m’avait habitée lorsque j’avais vu la lumière déserter ses yeux et son corps tomber lentement au sol. Fillette venait d’avoir sa revanche.

    ORGUEIL – Gykrè était un instructeur hors pair et le vaincre me fit gagner le respect de plusieurs, dont celui de ma mère. Ravie des progrès que j’avais fait, elle me fit revenir au palais et confia ce qui restait mon éducation à son chef de guerre, le sorcier et sa conseillère, Sobaka. Mon horaire restait vraisemblablement le même qu’à l’Académie mais la différence c’est qu’on me traitait plus comme un poids : Je n’étais plus la dernière-née de la Reine, j’étais désormais la Princesse Megaera, la Vengeresse. Celle qui punissait. Peu de temps après mon retour au château, ma mère trépassa. Je n pouvais pas dire que j’étais triste, ma mère et n’ayant jamais été très proches, mais c’était ma mère… et son décès donnait un sens nouveau à mon éducation qui durait maintenant dix-sept ans. Alecto allait devenir reine d’Osantalt et Tisiphone - qui désirait qu’on l’appelât Melusine – devions être son support dans la conquête du monde. Nous devions tout savoir, Nous devions pouvoir être espionnes, chefs de guerre, ambassadrices. Nous devions être celles sur qui elle pourrait se reposer. Et Alecto vit cela en nous. Elle nous faisait confiance, tout comme nous le faisions confiance : Nous étions les sœur Érinyes, belles, fortes et dangereuses. Trois facettes de la même réalité : le pouvoir. C’est à ce moment-là que je réalisai que j’étais parfaite… Des années de souffrances m’avait polie de tout me défaut faisant de moi la princesse-guerrière que ma mère avait toujours voulu. Celle que le peuple craignait, respectait, adorait.

    LUXURE & GOURMANDISE – Dans le peuple, c’était surtout les hommes qui m’adoraient. J’avais des courbes attirantes et lorsque j’avais découvert le plaisir charnel, à l’âge de quinze ans, j’avais aussi découvert le plaisir de la séduction. La fillette était devenue femme. Je ne croyais pas en la monogamie, tous ce que je désirais c’était le plaisir, sans attaches, sans amour, parfois brutal ou sauvage. Le ‘’harsh love’’, disais-je. La luxure était devenue mon second palais, là où je me réfugiais pour tout oublier. Beaucoup m’appelait Amira Bis, car comme la défunte reine, j’avais un fort appétit pour les délices de la chair. J’avais un côté gourmand qui se traduisait dans tous les aspects de ma vie. Je vivais ma vie comme je l’entendais, sans règles. Et là-dessus, j’étais joint par mes sœurs. Nous étions colère, orgueil, luxure, et gourmandise. Nous étions vices, nous étions le mal. Nous étions parfaites.
    »

Fonction : Princesse d'Osantalt. Conseillère d'Alecto. Ambassadrice occasionnelle.

Nom : LadyBug/Tracy
Âge : 19 ans.
Autres personnages sur le forum : Alassea, etc.
Présence : Souvent, 4/7.
Où avez-vous connu le forum? Heuhm... Sur le site officiel des CDE.
Code du règlement : O.K par Ama

_________________

Maybe because she doesn't try so hard to seduce and impress,
I guess that's why some guys fell for her.
Because she's so different and crazy
and we all like a little bit of that in our life.


Dernière édition par Megaera le 11/02/2013 16:10; édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 26/01/2013 03:54    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Cylan
Apprenti(e) Magicien(ne)
Apprenti(e) Magicien(ne)

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2010
Messages: 1 303
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain
Sexe: Masculin
Âge: 61 ans [février]
Génération: Vingt-deuxième Génération
Localisation: Dans les pattes de Ged

MessagePosté le: 28/01/2013 08:38    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

En Attente~♦
_________________
Cylan d'Emeraude


Une Rose de la part de Aurore^^
Revenir en haut
Melusine
Dame d'Ipoca
Dame d'Ipoca

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2013
Messages: 177
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 11/02/2013 13:42    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

J'approuve ma soeurette favortie :3

Pas touche a mon époux
_________________


When reaching for the future, we sometimes fall into the past. As we gaze upon event that cannot be changed, our hearts grow bitter with regret.
Revenir en haut
Megaera
Conseiller(ère)
Conseiller(ère)

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2013
Messages: 26
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Féminin
Âge: 102 ans
Localisation: Partout...

MessagePosté le: 11/02/2013 16:11    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

Terminé ! Il me manque que les approbations d'Alecto, Manikoutai, Finnagân et Léandre.

_________________

Maybe because she doesn't try so hard to seduce and impress,
I guess that's why some guys fell for her.
Because she's so different and crazy
and we all like a little bit of that in our life.
Revenir en haut
Léandre
Esclave
Esclave

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2013
Messages: 19
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Âge: 25 ans
Localisation: Aux pieds de Megaera

MessagePosté le: 11/02/2013 16:15    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

*Approuve celle qui lui donne une raison de vivre ... et de mourir.*
Revenir en haut
Hécate
Sous-Chef des Chevaliers Impériaux
Sous-Chef des Chevaliers Impériaux

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2011
Messages: 402
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Phéryxian
Sexe: Féminin
Âge: 40 années
Génération: Vingt-deuxième Génération
Localisation: En train de se transformer en loup

MessagePosté le: 11/02/2013 18:28    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

Oh Megaera chérie. Tu sais, la colère ça fait des rides. Mais c'est tellement marrant. J'approuve cette soeur vengeresse qui sera ma conseillère également!
_________________
Revenir en haut
Khiara
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 307
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Uthérien [Vampire]
Sexe: Féminin
Âge: 35 ans [Mai]
Génération: Exception

MessagePosté le: 11/02/2013 20:06    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

Il te manque seulement l'approbation de Manikoutai et de Finnagân. Smile

En attente
Revenir en haut
Manikoutai
Second de l'Empereur
Second de l'Empereur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2013
Messages: 5
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Âge: Osantalt

MessagePosté le: 11/02/2013 20:59    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

ok
Revenir en haut
Finnagán
Empereur Rouge
Empereur Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2013
Messages: 54
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Masculin
Âge: 135 ans
Localisation: Beside you

MessagePosté le: 11/02/2013 21:02    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

J'accepte que cette mangeuse d'homme soit dans mon cercle social.
Ne t'en fais pas Melu-chérie! Je n'ai pas l'intention de me laisser avoir par ta soeur!

_________________
Revenir en haut
Megaera
Conseiller(ère)
Conseiller(ère)

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2013
Messages: 26
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Féminin
Âge: 102 ans
Localisation: Partout...

MessagePosté le: 12/02/2013 10:58    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

Et voilà ! Terminada.

_________________

Maybe because she doesn't try so hard to seduce and impress,
I guess that's why some guys fell for her.
Because she's so different and crazy
and we all like a little bit of that in our life.
Revenir en haut
Iphigénie
Chevalier d'Ambre
Chevalier d'Ambre

Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2012
Messages: 572
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain
Sexe: Féminin
Âge: 20 ans
Génération: Exception
Localisation: Ambroisine, Ambre

MessagePosté le: 12/02/2013 11:40    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse Répondre en citant

    Présentation acceptée.

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2016 02:54    Sujet du message: Megaera, la Vengeresse

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Recensement -> Recensement -> Erinya Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Crédits - Le forum a été créé en 2005 par Deelylah. Le design et le codage ont été réalisé par Chlotilde avec l'aide de Camellia et Sahvanna. L'univers du forum est fortement inspiré de la saga Les chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard. Toute reproduction partielle ou totale de ce forum est interdite.


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky