Index - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Règlements & contexte - Encyclopédies - Annonces - Recherches - Questions - FAQ - Partenariats - Parrainage - Ateliers - L'infolettre
L'auberge du festin des Dieux (suite)

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Évènements -> RP stand-by
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sothis
Apprenti(e) Sorcier(ère)
Apprenti(e) Sorcier(ère)

Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2012
Messages: 31
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Lycanthrope | Succube | H. Uthérien
Sexe: Féminin
Âge: 25 ans (Février)

MessagePosté le: 08/02/2013 16:43    Sujet du message: L'auberge du festin des Dieux (suite) Répondre en citant

Ma fermeté et mon insistance ne semblèrent pas avoir le moindre effet dans l'immédiat. Pourtant, il ne me repoussa pas. Quelque chose en moi me souffla que j'avais remporté une première victoire, si l'on pouvait toutefois qualifier ceci de bataille. Il avait rarement refusé quoi de ce soi de moi, même au moment où il m'avait accompagnée en terres ennemies pour récupérer le remède pour père. Il m'écoutait, mon opinion et mes envies avaient échos et n'étaient pas ignorés. Il m'avait également protégée. Je n'éprouvais que gratitude et amour pour lui.

Il se releva avec lenteur et fatigue. L'alcool l'avait rendu pataud et fatigué, pourtant il brûlait en ses yeux une lueur de vivacité qui prouvait qu'il avait encore les idées à peu près claires. Le chagrin était toujours en lui et ne le quitterait sans doute jamais, mais au moins il semblait s'être légèrement atténué. Je ne savais pas trop si je devais en attribuer au mérite de ma présence à ses côtés. Le regard qu'il m'adressa et ensuite son timide sourire achevèrent de me faire fondre. L'envie de le prendre dans mes bras de nouveau m'arracha un gémissement silencieux. La tentation était grande, trop et pourtant je pris sur moi de ne rien faire du moins pas tout de suite. Si je le retenais de cette manière, j'avais peur de le faire fuir ensuite, alors qu'il avait absolument besoin de dormir et de se reposer.

Il se montra toutefois logique. Il proposa au hasard de laisser ce dernier choisir si oui ou non il serait en mesure de rentrer au château. Je ne savais pas trop si c'était judicieux, mais c'était toujours moins que rien, car je savais qu'il n’en serait pas capable. Il rentrerait certes, mais après avoir trébuché combien de fois en chemin ? Il aurait été à la merci de n'importe qui. Si vulnérable. Il était prêt à accéder à ma demande et il respectait mes mises en garde. Il me fit également la promesse de discuter et maintint qu'il n'était point fatigué. Bizarrement, je ne le crus pas. S'il n'était pas capable de tenir sur ses jambes, c'était qu'il était épuisé physiquement. Il devait s'allonger.

La mention de notre honneur qui vint conclure la réplique me fit légèrement sourire. Nous n'avions rien à cacher et même s'il m'attirait, je ne voyais rien qui aurait pu choquer les bonnes mœurs. Certes, la différence d'âge était bien présente, mais au vu de notre société, je me disais que bon nombre auraient été bien mauvaises langues de nous pointer du doigt. Ce qu'ils pouvaient penser ne me concernait pas. J'étais seule juge de mes actes tout en me doutant bien qu'oncle Rayvan ne me toucherait pas. Il n’était déjà pas en état de le faire et surtout je le connaissais suffisamment pour savoir qu'il était plein de retenue et de douceur. Pour lui, j'étais encore la petite fille d'autrefois venue se réfugier dans sa chambre en proie de terreurs nocturnes, les yeux ruisselants de larmes. Petit à petit, j'espère que cette image s'effacera de son esprit pour qu'il puisse me voir réellement comme une femme, une amante. Cette dernière pensée me fit rougir jusqu'à la racine des cheveux. Amante ne signifiait pas forcement tromperie, mais aussi l'épouse. Ma raison revint aussitôt, j'étais peut-être femme, mais j'étais encore jeune pour m'engager sérieusement. Je savais qu'il était l'homme de ma vie, mais il me faudrait du temps pour l'en convaincre, la partie était loin d'être gagnée. J'allais devoir développer des trésors de patience. Cette qualité m'était bien heureusement point inconnue.

Il ne me laissa pas le temps de répliquer quoi de ce soi et se dégagea de mes mains sans prévenir. Il se leva d'un coup à ma grande peur. Il n'y avait rien de plus mauvais que de ne pas prendre son temps, surtout après avoir autant bu. Sa tête allait certainement lui tourner. Il s'apprêta à faire le tour de la table après avoir lâché sa chaise. Quelques pas et il se retrouva derrière ma chaise au moment où je sentis qu'il perdait pied. Sa douleur était mienne par empathie.

Me levant en douceur pour ne point le déstabiliser de son appui, je lui tendis mon bras et répondit à son éloquente réplique.

-Appuie-toi sur moi, on va y aller en douceur. Il te faudra t'asseoir, pas t'allonger de suite... Une bonne nuit devrait te remettre d'aplomb. Je te préparerai également une infusion pour te dégriser et surtout pour soulager ta tête. Tu pourras ensuite dormir de tout ton saoul.


Un petit sourire encourageant apparut sur mes lèvres. J'avais énoncé le programme des réjouissances sur un ton soucieux et surtout qui ne laissait pas de place à une réplique négative. Je devais prendre soin de lui après tout.

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 08/02/2013 16:43    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rayvan
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2011
Messages: 145
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Arachnéen
Sexe: Masculin
Âge: 62 ans [mai]
Génération: Dix-neuvième Génération

MessagePosté le: 13/02/2013 18:09    Sujet du message: L'auberge du festin des Dieux (suite) Répondre en citant

Je ne veux plus entendre parler de se saouler à quoi que se soit, j'ai eu ma dose ce soir ! Mais ... maiis interdiction de me prendre pour un impotent pour autant jeune fille, je ne marche pas droit, mais j'ai tout de même ma tête ... même si je me trouve bien joyeux tout d'un coup ... Après la déprime, ça change ...

Oui bon, il était clair que ce comportement à la fois lunatique, bavard, et humoristique ne lui ressemblait pas - et d'ailleurs, cette attitude ne lui allait vraiment pas, quand on le connaissait - et qu'on comprenait que son degré d'alcool dans le sang définissait son humeur, l'infusion de Sothis lui ferait surement le plus grand bien, surtout si elle était aussi douée que sa mère pour ce qui était des contre-poisons, car oui, l'alcool en était bien un pour le corps...
Le pire c'est que malgré ces paroles, Rayvan avait réellement toute sa tête, mais derrière un épais écran de fumée qui influençait ses propos comme un miroir déformant influençait la forme du corps. de l'intérieur, il se sentait terriblement ridicule, mais le pauvre ne pouvait rien faire contre ce lui-même un peu insouciant.

C'est donc au bras de Sothis - et non le contraire, vachement galant - qu'il gravit les marches montant au couloir des chambres. Bien sûr, il ne s'appuya pas dessus, s'il avait réellement été à moitié mort, elle n'aurait guère pu le soulever autrement qu'avec ses pouvoirs, il se servait donc plus de son aide chaleureuse comme d'une canne de secours pour son équilibre. Il ne se faisait aucun doute sur le fait qu'elle en avait conscience, mais elle n'aurait clairement pas été satisfaite s'il ne l'avait pas feint au minimum, il n'avait pas le choix d'accepter son soutien. Sothis était une jeune fille charmante, douce et calme, mais avec un caractère affirmé, hérité de ses parents. Si elle demandait elle-même de l'aide à quelqu'un c'était le plus clair du temps parce qu'elle n'avait guère le choix de faire autrement, tout du moins selon sa façon de faire.

Arrivés donc en haut, Rayvan s'aida d'une main sur la balustrade, qui surplombait la salle principale du rez-de-chaussée, et de l'autre sur l'épaule de Sothis. Il l'a suivit donc jusqu'à la chambre qui avait été attribuée à la jeune fille pour la soirée. Ils y pénétrèrent donc tous deux et la prote fut fermée. C'est dans l'intimité de cette pièce que Rayvan rompit le contact physique qu'il avait avec elle et décida malgré tout de ne pas s'approcher du lit. C'était sa chambre à elle et rien n'y ferait ! Lui-même se dirigea vers la cheminée et le tapis en laine assez grossière qui se trouvait juste devant. Le chevalier prit alors bien son temps pour s'asseoir et décida rapidement que cette couverture de sol était on ne peut plus adéquat. Tout était parfait pour se poser tranquillement, quoique cela manquait peut être d'un coussin...
Posé devant l'âtre, au chaud et pas trop mal installé, il s'allongea avec précaution.

Voilà, on est bien ici...

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sothis
Apprenti(e) Sorcier(ère)
Apprenti(e) Sorcier(ère)

Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2012
Messages: 31
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Lycanthrope | Succube | H. Uthérien
Sexe: Féminin
Âge: 25 ans (Février)

MessagePosté le: 07/04/2013 04:38    Sujet du message: L'auberge du festin des Dieux (suite) Répondre en citant

Je fus rassurée de constater que bien qu'incohérent, il ne refusa pas de prendre mon bras. Mon regard s'attarda sur sa silhouette et sa posture, l'inquiétude noyant quelque peu mon regard. Il avait beau dire, on voyait bien que la boisson avait son emprise sur son subconscient. Il avait besoin de repos et d'une bonne tisane chaude pour récupérer. Bien sûr le programme ne ferait pas de miracles, mais au moins il aurait le mérite d'effacer cette nuit d'égarement. Il était évident que ma présence était nécessaire à ses côtés et j'espérai secrètement avoir une influence positive sur lui. Quoique le mot bénéfique serait davantage préférable puisque, malgré cette soirée de beuverie, je pensais fermement qu'il était une personne tout à fait recommandable et qu'il n'avait pas besoin qu'on lui fasse la morale. À sa demande de ne plus évoquer le mot « beuverie », je ne pus m'empêcher de sourire et d'y consentir silencieusement. Il n'était pas impotent à mes yeux, il était juste ivre. L'ivresse serait temporaire et je m'arrangerai pour que par la suite il n'éprouve pas le besoin de noyer sa déprime comme il l'avait fait ce soir-là.

Il ne s'appuya pratiquement pas à moi, j'étais davantage la gardienne de son équilibre qui était primordiale. Il tenait debout certes, mais il n'était pas à l’abri d'une chute dans les escaliers de l'auberge. Une bosse l'aurait sans doute dégrisé, mais en mon sens il n'avait pas besoin de se faire davantage du mal, même sans le vouloir. La douleur était l'assurance d'être encore en vie, mais il ne fallait en aucun cas devenir maso pour autant. Elle ne devait pas être un plaisir, mais une leçon à tirer sur les dangers. Nous montâmes tous deux les marches de l’escalier à petits pas, je n'étais pas pressée de le mettre au lit, je ne voulais pas le rendre malade. Je marchais au même rythme que lui et pas une fois je ne pensais à utiliser mes pouvoirs magiques. Mon maître de Shola, Ophélia m'avait appris à m'en passer, et surtout de ne pas en être dépendant. Je savais sans doute que je n'aurais pas eu le choix d'en faire usage, s'il n'avait pas été en mesure de se mettre debout. J'aurai sans nul le doute fait usage de mon pouvoir de gravité, j'arrivais petit à petit à le maîtriser et à en faire usage de mon propre chef et non au moment d'un éclat d'émotion quelconque.

Une fois en haut, nous nous dirigeâmes vers ma chambre sans trop de mal. Une fois la porte refermée par mes soins, le chevalier impérial se détacha de moi et se dirigea obstinément vers l'âtre où il s'installa sur le tapis, clamant haut et fort qu'il serait bien ici et non pas dans le lit. Sur ce point, je ne fus pas d'accord et, comme je le savais aussi têtu que moi, je m'empressais d'aller retirer une épaisse couverture et un coussin du lit. Les éléments en main, je m'approchais de lui pour lui constituer un véritable lit confortable à même le sol.

-Tu ne peux pas te contenter d'une carpette pour la nuit, je refuse cela. Tu as payé cette chambre, c'est aussi la tienne et tu mérites mieux. Je vais préparer la tisane et je vais utiliser la cheminée pour cela. Installe toi confortablement, je me charge de tout !


Je sortis une petite marmite cuivrée de ma besace et j'allais prendre un peu d'eau dans le broc disposé sur un meuble. Sans crainte d'être brûlée, je m'empressais ensuite d'aller suspendre la marmite au-dessus du foyer. En attendant que l'eau boue, je me mis à farfouiller dans mon sac pour en sortir toutes les herbes séchés en flacons. Je les étalais toutes une à une sur le sol réfléchissant à celles qui me seraient utiles pour le mélange ultime. Après avoir repéré les herbes qui me seraient utiles, je me mis à les verser une à une dans l'eau qui commençait à bouillir et je retournais un sablier contenant du sable argenté.

-Quand le sable se sera écoulé, l'infusion sera prête et tu pourras la boire.


Je m'installais ensuite auprès de lui pour surveiller l'infusion des herbes, prenant garde à ne point gêner sa position allongée. Les minutes s'écoulèrent dans le silence et une fois le dernier grain ayant rejoint les autres dans le bulbe du bas, je m'empressais de retirer la petite marmite, me brûlant légèrement au passage. Cela m'arrivait régulièrement, mais, comme il s'agissait d'une brûlure bénigne, je ne tiquais pas . Je versais ensuite avec délicatesse l'infusion dans un bol à l'aide d'une petite louche en bois. Je pris garde à ce qu'il n'y est aucune feuille dans le breuvage.

Une fois le bol légèrement plein, je l'approchais de celui qui faisait désormais battre mon cœur.

-Laisse un peu refroidir avant de boire, c'est relativement brûlant.

Je m'autorisais un petit sourire timide et encourageant, mais je ne me levais toujours pas pour rejoindre les draps du lit. Je n'avais pas sommeil après tout.

_________________
Revenir en haut
Rayvan
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2011
Messages: 145
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Arachnéen
Sexe: Masculin
Âge: 62 ans [mai]
Génération: Dix-neuvième Génération

MessagePosté le: 07/04/2013 06:19    Sujet du message: L'auberge du festin des Dieux (suite) Répondre en citant

Rayvan fut heureux de constater que Sothis ne chercha pas à le mettre au lit de force - elle en aurait bien été capable avec ses pouvoirs, mais elle n'était pas comme ça - mais qu'elle lui apporta de quoi dormir confortablement. En croisant son regard, le chevalier devina qu'elle n'était pas réellement satisfaite de la situation mais qu'elle se pliait à son choix, pour le moment. Il la remercia dûment pour la couverture et l'oreiller et installa le tout en douceur. Reposant sa tête, il ne bougea plus et regarda son amie s'afférer si gentiment pour lui.

Avait-elle toujours tout ce matériel sur elle ? En tout cas, elle savait s'en servir, il n'y avait aucun doute. Dès que l'eau fut sur le feu, elle chercha d'autres choses dans son sac et après quelques cliquetis de verre, elle en sortit plusieurs petites fioles et les positionna devant elle en les regardant avec réflexion. Elle semblait si sérieuse. Rayvan se demanda quand même pour qu'elle raison elle les avait disposé dans des flacons et non dans des sachets comme font les plupart des herboristes, mais peut être était-il question de ne pas mélanger leurs parfums ou quelque chose du genre.
A cet instant, Sothis ressemblait beaucoup à sa mère, lui-même avait déjà vu Nyx dans ses herbes et ses potions et les deux femmes avaient la même expression sur le visage lorsqu'elles étaient en instance de création d'un remède. Justement, elle décida des herbes à utiliser et les mit une par une dans l'eau qui chauffait. Il avait totalement confiance en elle, mais vu à quoi s'élevaient ses propres connaissances en plantes, elle aurait très bien pu préparer une potion pour l'empoisonner que ça n'aurait rien changé.

Elle se posa à ses côtés le temps que la décoction se fasse, les yeux rivés dessus. Lui fermait les yeux quand la tête lui tournait, mais regardait beaucoup la demoiselle aussi, un air détendu sur le visage. Il ne semblait pas froid ou distant comme à son habitude, juste attentif et serein, une expression qu'il ne montrait guère à tout le monde. Son esprit vagabondait encore de temps à autre, Lexeï lui revenait en tête, mais cette fois, ce n'était que de bons souvenirs, des instants qui lui manqueraient toute sa vie.

Le sablier marqua la fin de l'infusion et Sothis réagit au quart de tour pour la sortir du feu. Suivant ses faits et gestes, Rayvan vit qu'elle venait de se brûler mais celle-ci ne sembla même pas le sentir ou le remarquer. Elle lui emplit un bol de la potion brûlante et le lui tendit. Il se redressa donc sur le tapis et lui rendit son sourire. Lui prenant le bol des mains, il le posa près de lui en attendant que le tout refroidisse un peu. Et, histoire de la remercier, il lui prit la main délicatement et regarda la brûlure. Sans attendre, il passa sa main dessus et la lumière fit son effet. Pour lui, la magie faisait partie de la vie et même si la vie n'en dépendait pas, il trouvait juste insensé qu'on ne s'en serve pas pour faire disparaître une douleur, tout du moins la plupart du temps. Là-dessus, il lui tint sa main guérie entre les siennes et la regarda dans les yeux.

Je préfère que tu ne te blesses pas juste pour m'aider ...

Restant quelques secondes comme cela, Rayvan finit quand même par rompre le contact car un tendre chaleur commençait à monter en lui, autre que celle du feu de cheminée et de l'alcool. Mais vu qu'il n'était pas très éveillée de par son état, il ne se posa pas de questions.
Il reprit le bol en main et souffla un peu dessus histoire de le refroidir un peu plus vite. Il prit une première gorgée mais grimaça, c'était encore trop chaud. Il entreprit alors de faire la conversation tout en soufflant sur son breuvage.

Dis-moi, ta lumière ne s'éteint donc jamais ? Ce doit être agaçant à la fin de briller jour et nuit ...


[Pas extra mais je veux avancer xD]
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sothis
Apprenti(e) Sorcier(ère)
Apprenti(e) Sorcier(ère)

Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2012
Messages: 31
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Lycanthrope | Succube | H. Uthérien
Sexe: Féminin
Âge: 25 ans (Février)

MessagePosté le: 13/04/2013 06:08    Sujet du message: L'auberge du festin des Dieux (suite) Répondre en citant

Je ne me lassais pas de l'observer discrètement. Il avait bu ma potion sans faire d'histoire et cette dernière ne devrait pas tarder à faire effet et lui offrir une bonne nuit de sommeil réparatrice. Cette décoction était sans danger, je ne m'étais jamais trompé et j'étais plus à l'aise avec l'art des herbes que l'art de la sorcellerie, et donc de mes pouvoirs actuels. Je pense que faire des décoctions était quelque chose d’inné d'autant plus que j'avais un avantage, celui d'avoir hérité de l’œil perçant et du flaire de ma mère lycanthrope de pure souche. Je ne m'en vantais pas, le principal était d'être efficace et de venir en aide à ceux qui en avaient besoin.

Je ne m'étais pas vraiment rendu compte que je m'étais brûlée et sans doute n'aurais-je jamais fait attention s'il ne m'avait pas pris la main avec délicatesse pour la soigner. Il ne voulait pas que je me blesse en l'aidant. Je n'étais pas douillette, mais je ne pus m'empêcher d'être touchée par sa gentillesse et sa galanterie. J'eus envie de lui dire que ce n'était rien du tout, mais je n'en fis rien.

-Merci Rayvan.

Ma voix était légèrement enrouée par la reconnaissance et aussi par la chaleur qui se dégageait de la cheminée. Je devais sans doute être un peu rouge, pas seulement par le feu, mais aussi par le fait que ma main se trouvait toujours dans les siennes. Sa peau contre la mienne m’arrachait de délicieux frissons, une sensation nouvelle, troublante et agréable. Je n'osais pas retirer ma main des siennes, je trouvais qu'elle avait naturellement sa place, même si la situation paraissait incongrue. Je me mis alors à les imaginer autre part et cela acheva de me remettre les idées en place. Je ne comprenais pas ce flot d'attirance et de désir qui me submergeait. Je sentais que cela venait de ma nature de femme, mais j'étais incapable de le contrôler dans sa totalité, c'était comme un rêve éveillé. Mon adversaire était moi-même et il allait pourtant falloir que je combatte ma nature si je ne voulais pas offenser celui pour qui j'éprouvais non seulement un amour sincère, mais aussi une envie physique et furieuse de me réfugier dans ses bras.

Ce fut lui qui relâcha ma main le premier pour boire sa tisane. Je me sentis alors à la fois soulagée et un peu frustrée que ce moment ne se prolonge pas. Mais je savais aussi que ce n'était pas une bonne idée de forcer les choses et que la priorité était de le soigner de l'emprise qu'avait la boisson sur son esprit et lui éviter la gueule de bois. Il souffla légèrement sur la boisson avant de tenter de la boire. Sans doute encore brûlante, il fit la grimace, mais la garda en main tout en soufflant dessus pour refroidir le liquide ambrée.

En attendant que l'infusion refroidisse, il me questionna sur une lumière qui m'auréolait et il se demandait si ce n'était pas fatigant de l'avoir autour de soi jour et nuit. Je ne pus m'empêcher de le regarder avec étonnement, quelle lumière ? Je n'avais rien de tel autour de moi et je crois que mon maître Ophélia me l'aurait fait remarquer, ou même mes parents... S'agissait-il de quelque chose que lui seul pouvait percevoir ? Il me venait à l'esprit que cette situation me rappelait le cas d'âmes sœurs. Un cas que j'avais lu autrefois dans un livre et qui avait fait l'objet d'une question à Ophélia. Cette dernière m'avait expliqué que la lumière était une forme de reconnaissance de l'autre comme, étant une âme sœur. En gros, c'était une personne avec qui on était le plus proche et avec qui on partageait une même aura, une même puissance ou bien une forme de complémentarité. Généralement, cette lumière exerçait une forme d'attirance qui pouvait lier deux personnes. Mais dans tous les cas, cette attirance ne finissait pas toujours par un mariage. L'âme sœur pouvait être ami, mère, père, oncle, tante, cousin, grand parent, etc. Seules les personnes ayant des pouvoirs magiques pouvaient percevoir cette lumière. N'ayant jamais remarqué cela chez le chevalier impérial, je ne pouvais toutefois pas nier mon attirance pour lui. Je me mis donc à l'observer, intriguée sans prononcer le moindre mot. En me concentrant, je finis par percevoir la lumière qui émanait de lui.

-Oh... Comment dire... Je crois que tu fais fausse route. Ce n'est pas un pouvoir personnel et tu es le seul à percevoir cette lumière...

Je n'osais pas m'avançais plus dans l'explication, je préférai qu'il le découvre par lui-même et qu'il l'accepte de son propre grès. Je ne me voyais pas le lui annoncer, j'avais peur qu'il ne réagisse pas très bien alors qu'il avait besoin de se reposer.

_________________
Revenir en haut
Rayvan
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2011
Messages: 145
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Arachnéen
Sexe: Masculin
Âge: 62 ans [mai]
Génération: Dix-neuvième Génération

MessagePosté le: 13/04/2013 10:45    Sujet du message: L'auberge du festin des Dieux (suite) Répondre en citant

Rayvan la regardait par dessus son bol, en attendant qu'elle réponde, buvant peu à peu. Mais elle ne sembla pas comprendre de quoi il parlait, ce qui le laissa un peu dans l'attente et l'étonnement. Était-ce sa question qui lui paraissait bizarre ? C'est vrai qu'elle venait un peu comme un cheveu sur la potion mais bon, il avait un peu sorti ce qui lui passait par la tête, et puis il s'était toujours un petit peu interrogé sur ce sujet. Il connaissait quelque peu le sujet puisque lui-même avait un pouvoir qui avait influencé sa vie - autre que dans le fait qu'il avait donc été éligible au titre d'élève impérial - la glace qui faisait partie intégrante de sa vie, le détruisait aussi. C'était à cause de son rapport à la glace qu'il avait eu une mauvaise santé toute sa vie et même s'il n'avait presque plus de crises de nos jours, elles étaient par contre de plus en plus violentes et quand il y repensait, il se doutait bien qu'un jour, il n'en ressortirait pas mais ça ne lui faisait pas plus peur que cela, c'était la vie et il savait ce qui l'attendait. Sothis avait de son côté ce don qui la faisait luire jour et nuit ... non ?

Non. Ce n'était pas le cas. Sothis n'avait pas de pouvoir lié à la lumière et apparemment personne ne lui avait jamais parlé de cette lumière autour d'elle, à part lui, maintenant. Cette lumière, il était le seul à la voir. Voilà ce qu'elle lui expliquait calmement, alors qu'il continuait à siroter la décoction. Elle avait donc été surprise par sa question mais pas comme il s'y attendait et c'était le pourquoi du fait qu'elle avait pris le temps de lui répondre.

Rayvan passa par l'incrédulité et l'incompréhension avant de sentir son coeur s'emballer. Il n'avait à ce moment là, pas encore compris la finalité de la chose, mais le choc était déjà bel et bien là.
Histoire de se calmer, il posa doucement le bol sur le sol devant lui mais son esprit continua à chercher une explication, même s'il connaissait déjà la réponse. Et cette réponse s'insinua peu à peu dans son esprit, le prenant par surprise. L'explication, la seule explication que Sothis avait commencé à lui donner sans mettre un nom dessus, c'était que cette lumière avait un sens particulier pour leur relation. Il la connaissait depuis ces plus tendres années, ils avaient toujours eu un lien assez proche malgré le temps et malgré la distance, il avait été comme un oncle pour elle pendant bien longtemps, quelqu'un qui était là pour l'écouter, pour la suivre dans son évolution, pour la protéger. Maintenant elle était là quand il en avait le plus besoin et il apprenait à cet instant qu'elle était son âme soeur.

Le choc. Après toutes ces années, la fille de son ancien frère d'arme, frère de génération et de son ancienne soeur et amie était son âme soeur à lui. Il avait vu cette lumière autour d'elle depuis ses premières années et cela ne lui était jamais venu à l'esprit. Il en avait même touché deux mots à Nyx s'il se souvenait bien, mais celle-ci ne lui avait jamais rien dit. Il avait même parlé pendant des années avec Sothis sans se rendre compte qu'elle ne lui avait jamais parlé de pouvoir lié à la lumière. Et maintenant, maintenant qu'il savait, sachant aussi qu'il avait toujours apprécié cette petite fille qui était à présent une ravissante jeune femme, il ne savait plus où il en était, plus du tout.
Se passant une main sur le visage, encore tellement perdu, il la regarda du coin de l'oeil mais croisant son regard, il se détourna aussitôt, gêné. Il souhaita parler, s'exprimer sur le sujet, mais il n'arriva pas à articuler ses pensées. Assis sur le tapis en tailleur, il finit par lâcher un soupire.

"C'est ... Hum ..."

Arrêtant de se torturer à vouloir en parler sans savoir quoi en dire, il reprit son bol pour boire la moitié du bol d'un coup, se brûlant généreusement les papilles. Le reposant, il réprima une grimace et ferma les yeux. Il ne savait pas vraiment si la potion avait déjà fait effet ou si le choc l'avait sorti de sa torpeur, mais la santé était bien là, malgré la fatigue. Elle se faisait de plus en plus ressentir.

Pourtant il en avait gros sur le coeur, des "Non !", des "POURQUOI ?!", des "C'est pas possible ...". La rage, la peur, l'incompréhension. Mais ... Cela lui donnait le droit ... le droit de ressentir certaines choses... mais qu'est ce qu'il racontait ?! Etre âmes soeurs n'obligeait à rien hein...?
Mais à la fois énervé et perdu, et au bout du rouleau. La soirée avait été trop riche en événements.

"Bon, ... maintenant on est fixé... Hem... Tu, tu le savais ?"


[Je l'ai écrit devant une tv allumée, désolé si c'est pas aussi bien que ça aurait pu l'être.]
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sothis
Apprenti(e) Sorcier(ère)
Apprenti(e) Sorcier(ère)

Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2012
Messages: 31
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Lycanthrope | Succube | H. Uthérien
Sexe: Féminin
Âge: 25 ans (Février)

MessagePosté le: 25/04/2013 09:57    Sujet du message: L'auberge du festin des Dieux (suite) Répondre en citant

Je vis un changement perceptible se produire sur son visage. Son expression passa d'une certaine passivité interrogatrice à l’incrédulité pour se changer en incompréhension. Il ne masqua aucune de ces émotions, et je lisais en lui comme dans un livre ouvert. Je m’arrêtais seulement en surface, je ne cherchais pas à lire ses pensées pour essayer d'anticiper ses réactions ou réellement de les comprendre. Pour moi, cela n'aurait pas été correct. Il était sous le choc, mais il trouva le moyen de déposer le bol sans le renverser. Il semblait perdu et en même temps je savais qu'il réfléchissait et analysait. C'était fou de constater que je commençais réellement à le connaître, cette facilité était sans doute due à la filiation de nos deux âmes. J'aimais le voir aussi concentré, à la lueur des flammes tremblotantes du foyer, il était beau et on oubliait presque qu'il avait la gueule de bois. Je ne regrettais pas de lui avoir donné une réponse, même si cette dernière était incomplète, elle était aussi très explicite, et l'inviter à réfléchir par lui-même. Cette révélation pouvait toutefois être à double tranchant à cause de ma jeunesse, mais aussi du fait qu'il m'avait vu toute petite fille et qu'il se considérait davantage comme un protecteur, un oncle d'adoption. Je me doutais qu'il ne serait pas encore prêt à assumer le fait que j'étais attirée par lui et que j'avais envie d'être à ses côtés. Je ne voulais pas être insistante. Je voulais faire les choses en douceur, car je savais qu'il n'y avait rien de plus facile que de repousser pour faire taire dans l’œuf tout sentiment. J'allais devoir me montrer courageuse et intrépide, une longue tâche m'attendait pour qu'il puisse comprendre que je lui étais réellement destiné et que je ne resterai pas simplement spectatrice de sa vie sentimentale. Je devais bien l'admettre, l'amour était un redoutable combat et qu'il n'était jamais gagné d'avance. Je partais à la fois avec un handicap, mais aussi avec un bonus, ce qui devait quand même équilibrer les chances.
Ce que je redoutais se produisit lorsqu'il comprit réellement de quoi il était question. Il semblait perdu, mais aussi fuyait mon regard tout en me regardant longuement, comme s'il n'arrivait pas à y croire, ce qui était logique après tout. Il tenta en vain de s'exprimer pour ne pas laisser le silence s'installer, mais je voyais bien que les révélations le laissaient sans voix et surtout l'empêchaient d'ordonner correctement ses pensées. Je ne lui en voulais pas le moins du monde, même je devais avouer que je ne savais pas comment je pouvais rester aussi calme et aussi attentive. Je ne paniquais pas, je me sentais juste apaisé. J'avais compris et j'acceptais.
Pour faire taire son malaise, je le vis s'emparer en vitesse de son bol et d'engloutir la tisane sans aucune précaution. À sa grimace, je compris qu'il s'était brûlé. Il ferma alors les yeux et je ne pus m'empêcher de figer dans mon élan. J'étais en effet sur le point de rechercher de quoi atténuer les brûlures vu que je ne maîtrisais pas encore le pouvoir de guérison. Je sentais que son cœur s'agitait sous le poids des questions et cette fois encore je n'avais pas lu ses pensées par peur de voir ce qui s'y trouvait. J'avais peur de regretter.

Après s'être remis visiblement de cette brûlure qui l'avait sans doute plus choqué que grièvement blessé, il me demanda si j'étais au courant du fait que nous étions âmes sœurs.

-Non, enfin pas exactement. Je n'ai jamais fait attention à la moindre lumière, mais je dois reconnaître une chose, j'ai toujours senti une connexion. Cette connexion a sans doute favorisé notre attachement mutuel. Je n'y ai pas mis de nom dessus, je me disais juste que c'était normal puisque je te considérais comme un oncle et un ami. C'est vraiment quand tu m'as parlé de cette lumière autour de moi que ça m'a mis la puce à l'oreille. Cela m'a également permis de voir celle qui t'entourait comme un halo de reconnaissance.

_________________
Revenir en haut
Rayvan
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2011
Messages: 145
Présence: Présent(e)
Race(s): H. Arachnéen
Sexe: Masculin
Âge: 62 ans [mai]
Génération: Dix-neuvième Génération

MessagePosté le: 26/06/2013 16:12    Sujet du message: L'auberge du festin des Dieux (suite) Répondre en citant

RP STAND BY A CLÔTURER.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 02/12/2016 22:18    Sujet du message: L'auberge du festin des Dieux (suite)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Archives -> Toutes les archives -> x En jeu -> Évènements -> RP stand-by Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Crédits - Le forum a été créé en 2005 par Deelylah. Le design et le codage ont été réalisé par Chlotilde avec l'aide de Camellia et Sahvanna. L'univers du forum est fortement inspiré de la saga Les chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard. Toute reproduction partielle ou totale de ce forum est interdite.


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky