Index - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Règlements & contexte - Encyclopédies - Annonces - Recherches - Questions - FAQ - Partenariats - Parrainage - Ateliers - L'infolettre
Kidnapping de Primrose

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Évènements -> Rp Stand-by
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Primrose
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2012
Messages: 46
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain | Fée
Sexe: Féminin
Âge: 52 ans
Génération: Exception

MessagePosté le: 23/04/2013 20:46    Sujet du message: Kidnapping de Primrose Répondre en citant

(Ce RP se passe un an après le saut de mai)

Primrose en avait sa claque de l'Empire. Elle se demandait ce qui lui avait passé par la tête lorsqu'elle avait décidé de le rejoindre. Elle cherchait un moyen de ne plus vivre en solitaire, d'avoir un véritable but (autre que tuer des nobles et leur voler leur argent), de vivre confortablement sans craindre d'être assassiné à tout moment, et surtout elle avait cherché à apprendre à maîtriser son pouvoir. Maintenant que ce dernier but avait été comblée, ses autres objectifs semblaient moins bien important. En vérité, elle était bien plus heureuse seule qu'en groupe. Ou plutôt... elle aurait été plus heureuse en groupe, mais elle ne trouvait pas de groupe qui lui convenait. Elle s'était tout de même liée d'amitié avec certains membres de l'ordre (dont son maître Hécate, ce qui était plutôt surprenant vu comment leur relation avait débutée), mais l'ordre présentait un problème majeur : pour en faire parti, elle devait suivre des ordres. Et Primrose n'en pouvait plus de suivre des ordres. Elle avait besoin d'être libre, de pouvoir faire ce qu'elle le voulait, lorsqu'elle le voulait. Depuis des mois, elle pensait à partir à l'aventure seule pour enfin vivre sa petite vie tranquille. Elle ne le faisait pas parce qu'elle n'avait pas vraiment envie de se promener seule dans les territoires inconnues (on ne savait pas sur qui/quoi on pouvait tomber) et parce qu'elle s'était quand même attachée à certains membres de l'ordre, mais elle en rêvait quand même, surtout lorsqu'on lui donnait des ordres qu'elle n'aimait pas. Au final, un petit événement anodin l'avait fait explosée.

Elle se baladait tranquillement en habit de civil lorsqu'un soldat impérial l'avait intercepté et lui avait demandé ce qu'une naine faisait là. Elle lui avait aussitôt répliqué qu'elle était chevalier impérial et qu'il n'avait rien à lui demander. Le garde ne l'avait pas cru et avait commencé à rire d'elle. Il avait même appelé ses copains pour qu'ils voient la pauvre petite naine qui se prenait pour un chevalier. Furieuse, Primrose leur avait lancé une bonne explosion qui les avait envoyé plusieurs mètres dans les airs. Elle ne pensait pas les avoir tué, mais ils ne s'étaient pas relevés. Elle avait alors décidé qu'elle ne pouvait plus vivre parmi des imbéciles qui remettaient en doute le peu d'autorité qu'elle avait à la moindre occasion et était partie sans attendre. Elle avait amené seulement le strict nécessaire (elle était habituée à vivre dans la forêt).

C'est ainsi que Primrose se retrouva dans un territoire encore inexploré des territoires inconnus. Elle chevauchait son (petit) cheval, son seul véritable ami dans cette pauvre vie : lui au moins ne la traitait jamais de naine. Il savait l'apprécier à sa juste valeur. Elle tentait de mettre le plus de distance possible entre le territoire empirien et elle ; elle avait un peu peur qu'on la suive, même si elle doutait que les autres membres de l'ordre se soucie assez d'elle pour cela. Elle chevauchait vite ; son petit poids avait au moins l'avantage de pouvoir la faire avancer rapidement. Après 3 jours, elle s'installa dans une petite clairière pour la nuit. Elle chassa deux petits lapins et fit un feu pour les faire griller. Elle savait que ce n'était pas très prudent (quelqu'un risquait de remarquer sa présence), mais elle pensait être bel et bien seule dans ce coin perdu. Et puis son estomac voulait de la bonne bouffe.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 23/04/2013 20:46    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Finnagán
Empereur Rouge
Empereur Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2013
Messages: 54
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Masculin
Âge: 135 ans
Localisation: Beside you

MessagePosté le: 30/04/2013 11:02    Sujet du message: Kidnapping de Primrose Répondre en citant

Finnagàn avait ressenti le besoin de réfléchir à ce qu'impliquait ses nouvelles fonctions. La disparition soudaine d'Alecto l'avait laissé perplexe et il ne savait plus trop quoi penser de ce qui se passait autour. Son épouse avait aussi été couronné mais elle avait exprimer le désir de demeurer à Ipoca, ce qui lui donnait encore plus de distance qu'avant. Mais il savait que c'était pas pour le fuir, elle adorait ce bout de territoire que sa soeur lui avait donné. Lui, peu importe la fonction qu'il occupait, tant qu'il était en contrôle et pouvait aller la voir quand il voulait, tout lui allait. Et le voilà maintenant Empereur de ce peuple. Empereur de ces puissants elfes noirs. Il allait contribuer à leur puissance, il allait montrer à Alecto, et aux deux soeurs survivantes, qu'il était à la hauteur de leur sang et qu'Osantalt brillerait de sa supériorité.

Mais pour le moment, réfléchir était sa seule option. Il avait déjà beaucoup fait, mais il voulait plus. Son ambition et ses buts étaient valables, mais il lui fallait une technique, quelque chose pour y arriver. S'éclipsant de son nouveau château, et même de son territoire, aussi grand soit-il, il parcourut les territoires, quelques jours durant, chassant et cueillant pour se nourrir, dormant à la belle étoile. La lune lui rappelait les yeux de Melusine, il sentait le désir naître en lui, mais il n'avait rien ici pour l'assouvir. Mais il ne voulait pas rentrer, pas maintenant. Il voulait réfléchir. Il devait revenir sûr de lui.

Alors qu'il était tout bonnement perché dans une branche, silencieux et absorbé par ses pensées de conquêtes, de sang et de prises de pouvoir, il entendit un bruit. À l'écoute, il se fondit dans son environnement. Il vit un cheval arrivé, une cavalière sur le dos. Il plissa les yeux. Était-ce une enfant? Il l'observa, tandis qu'elle s'installait, elle alla chasser et il la suivit discrètement. Ce n'était pas une enfant, c'était une femme. Et elle ne lui semblait pas humaine. Derrière son dos, de fines ailes luisaient dans l'obscurité, accrochant les fins rayons de la lune. Il avait entendu parler de ces créatures, elle devait être une fée. C'était la première fois qu'il en voyait une vraie, et elle était fascinante. Il se pencha un peu vers l'avant, pour mieux l'observer.

Ce fut son erreur. Il y eu un grand craquement, et ça ne venait pas de son feu. En fait, Finnagàn étant plutôt lourd, en voyant sa carrure ce n'était pas étonnant, et il s'était un peu trop pencher sur la partie molle de la branche. Il se retrouva tout bonnement au sol, le derrière ayant durement cogner au sol. Grâce à son pouvoir, il s'en sortit sans aucune blessure, et se redressa immédiatement, d'un bon, sur ses pieds, mais accroupi, près à réagir si elle se montrait agressive. En fait, elle semblait plutôt surprise. Il se redressa, pas bien grand, mais tout de même plus qu'elle, et brossa ses vêtements de ses mains pour en chasser les feuilles et les brindilles, tout en garder un oeil sur la fée.

Il y eut un lourd silence, au bout duquel il se décida à prendre la parole. Il voulait en savoir plus sur elle, sur sa race. « Bonsoir... » fit-il, dans la langue Enkiev avec un accent certain, un accent elfique. Son air froid observait la créature devant lui. Jusqu'à ce que l'odeur de la nourriture le mette dans l'embarras. « Gwaawaaowh » fit son estomac. Il se rembrunit. Oui, il avait faim. Non, il ne comptait pas s'annoncer de la sorte. Si un elfe devait le voir, il serait sans doute destitué de son poste. De un, il était tombé d'un arbre, de deux, il brisait le silence avec les plaintes de son estomac. Purement royal, évidemment.

Il fit un pas vers elle, et s'arrêta. « Vous êtes courageuse de faire un feu ici, je ne sais pas quel genre de créatures rodes, mais les bruits de la forêt sont drôlement discrets. » Ses yeux dorés brillaient dans le noir tandis qu'il l'observait. Il voulait la toucher, voir la sensation de ses ailes entre ses doigts. Il eut une seconde d'hésitation, et poursuivit : « Faites comme si de rien était. » Il y eut une seconde de flottement. « Pour l'arbre, je veux dire. J'étais là avant votre arrivée, mais il est moins solide que je l'aurais cru... » Il continuait de l'observer, guettant ses réactions. Il ne voulait pas l'effrayer, mais plutôt se montrer amical.

_________________


Dernière édition par Finnagán le 02/05/2013 22:16; édité 1 fois
Revenir en haut
Primrose
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2012
Messages: 46
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain | Fée
Sexe: Féminin
Âge: 52 ans
Génération: Exception

MessagePosté le: 01/05/2013 19:06    Sujet du message: Kidnapping de Primrose Répondre en citant

Primrose sursauta lorsqu'elle entendit un grand bruit derrière elle. Elle se retourna vivement, prêt à se défendre au besoin. Ses mains étaient déjà chaudes, prêtes à créer du feu ou des explosions au besoin. Elle contrôlait assez bien ses pouvoirs qu'ils soient encore plus efficaces qu'une arme conventionnelle, ce pourquoi elle ne s'empara pas de son épée. Elle fut surprise de se trouver devant un homme qui semblait être tombé d'un arbre. Mais qu'est-ce qu'il faisait là? Il n'avait certainement pas la carrure de quelqu'un qui pouvait aisément se balader de branche en branche... Prim ne put s'empêcher de sourire devant cette maladresse, ou ce qu'elle croyait être une maladresse. L'homme ressemblait à un Elfe, mais il y avait un petit quelque chose qui lui disait qu'il ne venait pas d'Enkidiev. Son habillement, sa façon de se tenir, peut-être... Il vivait probablement dans les territoires inconnus. Son accent confirma ses soupçons : il parlait bien sa langue, mais il était évident que ce n'était pas sa langue maternelle. Il y avait longtemps que Prim n'avait pas entendu quelqu'un parler en enkiev ; on lui avait interdit de le faire lorsqu'elle était entrée dans l'ordre. Cela ne l'avait pas empêché de le parler, bien sûr, mais elle avait fini par apprendre la langue impériale et à l'utiliser constamment. D'entendre l'enkiev, ça lui rappelait d'anciens souvenirs... de bons souvenirs.

Le sourire de la jeune Fée s'élargit lorsqu'elle entendit le ventre de l'inconnu gargouiller. La situation était définitivement cocasse. Il lui dit qu'elle était courageuse de faire un feu en forêt. Comme si elle avait peur des créatures qui pouvaient y rôder... Elle n'aurait qu'à les faire éclater en milles morceaux. Elle n'allait pas vivre dans la peur et se priver d'un bon repas chaud pour si peu. Prim ne fut pas très heureuse d'entendre qu'il avait été là avant son arrivée. Cela voulait-il dire qu'il l'avait observée sans prendre la peine de se montrer...? Mais pourquoi aurait-il fait une chose pareille? Selon Primrose, on ne pouvait suivre quelqu'un sans se montrer que pour une seule raison : le tuer. Et l'inconnu ne semblait pas avoir des intentions hostiles envers elle. Ou s'il en avait, il les cachait très bien. Au moins, il n'avait fait aucun commentaire par rapport à sa taille, ce qui était déjà un bon début.

«Bonsoir», répondit-elle avec un brin d'hésitation dans la voix. Elle ne savait pas très bien comment gérer la situation : devait-elle être frustrée ou amicale? «J'ai pas peur des bêtes qui vivent ici. Si elles se pointent, elles le regretteront et elles se retrouveront direct dans mon prochain repas.» Elle sourit. «Dis donc, qu'est-ce que tu faisais dans l'arbre au juste? C'pas là que tu vas trouver de la bonne bouffe. À moins de chercher des p'tits oiseaux, mais ya des moyens plus efficaces de les attraper, nan?» Elle hésita un long moment. Elle pensait l'inviter à se joindre à elle pour le repas, mais pouvait-elle vraiment lui faire confiance? Elle s'ennuyait un peu après 3 jours sans pouvoir emmerder personne et aurait bien aimé avoir de la compagnie. Et puis c'était un Elfe ; les Elfes étaient reconnus pour êtes doux et calmes... Ce devait être la même chose de l'autre côté des montagnes, non? De toute façon, si il avait vraiment des intentions hostiles envers elle, il n'aurait qu'à rester dans le coin et l'attaquer pendant qu'elle dormait ou quelque chose comme ça... Il faut garder ses amis proches, et ses ennemis encore plus proche, comme on dit. «S'tu veux, j'peux te donner un peu de ma bouffe. Moi j'ai été capable d'attraper quelques animaux qui seront délicieux... Je l'espère. J'connais pas trop c'qui vit ici. Tu es du coin, toi?» Pendant qu'elle parlait, elle vérifia si la viande était prête sans jamais le quitter des yeux. Ça semblait prêt. «C'est assez cuit. J'ai pas d'assiette par contre, j'espère que t'es pas un de ces Elfes snobs qui mangent qu'avec de la vaisselle dorée!»
Revenir en haut
Finnagán
Empereur Rouge
Empereur Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2013
Messages: 54
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Masculin
Âge: 135 ans
Localisation: Beside you

MessagePosté le: 06/05/2013 21:20    Sujet du message: Kidnapping de Primrose Répondre en citant

Elle lui semblait plutôt réceptive, un peu méfiante, mais son sourire était invitant. Il avança à une distance raisonnable, tandis qu'elle lui parlait. «J'ai pas peur des bêtes qui vivent ici. Si elles se pointent, elles le regretteront et elles se retrouveront direct dans mon prochain repas.» Il répondit à son sourire en faisant de même. Elle avait du cran, il aimait bien les femmes avec du cran. «Dis donc, qu'est-ce que tu faisais dans l'arbre au juste? C'pas là que tu vas trouver de la bonne bouffe. À moins de chercher des p'tits oiseaux, mais ya des moyens plus efficaces de les attraper, nan?» Elle était très familière dans sa façon de parler, elle était de toute évidence une fée de modeste naissance. Lui, chercher de la nourriture dans les arbres? Il claquait des doigts et les animaux se sacrifiait pour faire parti de son repas, il n'avait pas nécessairement besoin de les chasser.

Bon, peut-être un peu, mais il était en réflexion, pas en train de chasser. Il en avait seulement oublier son estomac, l'idée de partir sans esclave aussi, au moins il avait trouver cette charmante ennemie pour lui faire ses petits plats. Il y eut un long silence, durant lequel il l'examina. Ses ailes étaient particulièrement fascinantes, et il devait faire preuve d'un grand self-contrôle pour ne pas tendre la main et toucher. Les rayons de la lune se reflétaient dedans, créant des ombres lumineuses autour d'elle. Ça serait un trophée remarquable à ramener, tout le monde voudrait la lui arracher. Il allait devoir la protéger, si il voulait qu'elle survive. «S'tu veux, j'peux te donner un peu de ma bouffe. Moi j'ai été capable d'attraper quelques animaux qui seront délicieux... Je l'espère. J'connais pas trop c'qui vit ici. Tu es du coin, toi?» Il sourit à son commentaire. Elle avait du culot.

Qu'avait-elle chasser? Il jeta un oeil sur son repas, c'était brûlé. Il préférait sa viande fraîche, il ne sacrifiait pas les animaux pour les brûler, il se régalait de leur sang. Il en faisait son bouillon, et mangeait le tout lorsque le rose prenait le dessus sur le rouge. «C'est assez cuit. J'ai pas d'assiette par contre, j'espère que t'es pas un de ces Elfes snobs qui mangent qu'avec de la vaisselle dorée!» Il haussa un sourcil. « De la... vaisselle dorée? » Il prononça les derniers mots comme s'il ignorait ce que c'était. En fait, il ne savait pas trop ce qu'elle voulait dire. Il haussa les épaules. Elle parlait beaucoup. « Je sais me servir de mes mains. » Il lui fit un clin d'oeil et lui montra les mains en question, griffue.

Il s'installa confortablement, assis en tailleur, et attendit qu'elle le serve. Jetant un oeil autour de lui, l'elfe évalua l'environnement, ils étaient en sécurité ici, pour l'instant. Mais se placer ainsi à couvert pour dormir, c'était du suicide. Comment avait-elle survécue seule? Elle semblait revêtir des talents qu'il ne lui connaissait pas. « Au fait, my name is Finnagàn. » Il pointa la main vers lui. « Et le vôtre, qu'est-ce? » Pointant le doigt vers elle. Après qu'elle se fut présenter, il hocha la tête, signifiant qu'il avait compris. « Vous avez du cran, Primrose. Vous devez être redoutée chez vos... amis. » Il orientait le sujet vers elle, pour qu'elle ne lui pose pas trop de question. Moins elle en savait, mieux il était.

Son regard tomba sur les ailes. S'il y avait un oiseau qu'il voudrait bien attraper, ce serait bien celle-là. Une libellule aux allures fragiles mais en fait, plutôt robuste. Elle avait du avoir la vie dure pour avoir ce regard-là. Celui qui évalue, celui qui analyse. « Avec ces ailes-là, vous devez être une reine sur votre territoire. Qu'est-ce qui vous a poussé à vous en éloigner? L'envie de... euhm, refresh? de changer d'air? » Son regard se fit plus doux. En même temps, il évitait soigneusement de regarder vers le feu, car le soleil baissait, et cette lumière devenait de plus en plus insupportable. Ses pupilles sensibles étaient agressées. Il finit par tourner le dos au feu. Si elle lui demandait pourquoi, il répondrait qu'il avait trop chaud au visage. Sinon, il faisait comme si de rien étant.

_________________
Revenir en haut
Primrose
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2012
Messages: 46
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain | Fée
Sexe: Féminin
Âge: 52 ans
Génération: Exception

MessagePosté le: 07/05/2013 12:51    Sujet du message: Kidnapping de Primrose Répondre en citant

Il ne semblait pas savoir ce qu'était de la vaisselle dorée, ce qui était plutôt étrange. Peut-être qu'il n'avaient pas d'objets de qualité de l'autre côté des montagnes? Il lui dit qu'il allait se servir de ses mains et Primrose fronça les sourcils lorsqu'il lui montra ses griffes. Elle n'avait jamais vu d'Elfe avec des griffes. En fait, elle n'avait jamais vu quoi que ce soit de gentil avec des griffes. Qu'était-il vraiment? Il s'assit en tailleur et elle servit le repas. Elle s'assit face à lui et mangea avec ses mains en utilisant un couteau pour couper des morceaux de viandes. Il se présenta et lui demanda qui elle était. «J'm'appelle Primrose.», répondit-elle simplement. S'il ne lui en disait pas plus sur sa personne, elle n'allait pas commencer à lui raconter sa vie. Il lui dit qu'elle avait du cran, qu'elle devait être redoutée là d'où elle venait. Elle ne savait pas si elle devait prendre cela comme un compliment ou comme une critique. Elle n'était pas vraiment redoutée dans l'Empire : c'était un peu pour ça qu'elle avait quitté Lapis Lazuli, d'ailleurs. Elle n'en pouvait plus de ceux qui se moquaient de sa taille ou mettaient en doute ses compétences. Finn, lui, n'avait pas fait le moindre commentaire sur sa taille. C'était presque bizarre qu'il ne l'ait pas fait. «Les gens d'où je viens sont trop cons pour redouter quelqu'un comme moi.» marmonna-t-elle.

Le regard de Finnagan se portait trop souvent ses ailes. On aurait dit qu'il n'en avait jamais vu de sa vie. Ça lui donnait un peu froid dans le dos ; sa fascination ne semblait pas tout à fait saine. Qu'est-ce qu'il lui voulait, au juste? Pourquoi s'était-il caché dans les arbres? Que faisait-il dans la forêt, lui? Il avait beau essayer d'orienter la conversation vers elle, Primrose était naturellement méfiante. Elle se posait beaucoup de questions et elle voulait des réponses. Finn déclara qu'elle devait être reine de son territoire pour avoir de telles ailes. Elle fronça les sourcils. Essayait-il de la complimenter? Ça ne fonctionnerait pas avec elle. Il était évident qu'elle n'était pas reine : elle était consciente de ne pas avoir assez de classe pour qu'on pense qu'elle appartienne à la royauté. Au contraire. Et elle était parfaitement satisfaite comme ça : elle n'aurait pas voulu être liée à ces snobs qui se croyaient tout permis et profitaient de la vie sur le dos des autres, de ceux qui devaient vraiment travailler. Ce n'est pas pour rien que Primrose avait longtemps aimer assassiner la noblesse : elle ne les avait jamais aimé. Ils étaient paresseux, vantards, inutiles. Des parasites. Peut-être que Finnagan avait voulu la complimenter, mais il l'avait plutôt insultée. Et pourquoi voulait-il la complimenter, de toute façon? Prim n'était pas assez naïve pour croire qu'on la complimentait parce qu'elle était belle ou une stupidité du genre ; à chaque fois qu'on lui avait dit des mots doux dans sa vie passée, ça avait été pour mieux la tromper. Ceux qui l'insultaient étaient presque mieux : au moins, ils n'étaient pas hypocrites.

«J'suis pas une reine et j'pense que tu le sais. Est-ce que j'ai l'air d'une reine? Est-ce que j'ai l'air d'une foutue reine de merde? Est-ce que j'ai l'air d'une snob qui fou rien de sa vie sauf mettre son cul sur un trône tout bien décoré et donner des ordres en se plaignant d'à quel point c'est difficile de ''gouverner'' un royaume? Ya rien d'pire que la royauté, les rois, les reines, les empereurs, ya rien que j'hais plus, alors dis-moi pas que tu penses que j'suis une reine. C'pas un compliment pour moi. J'suis pas une grosse conne qui va se sentir flatée par la première niaiserie venue.» Voilà, elle avait au moins mis ça au clair. Elle n'avait pas fini : elle voulait encore savoir qui était ce Finnagan et ce qu'il faisait ici. Elle avait remarqué que qu'il tournait le dos au feu, ce qui était bizarre. «Qui es-tu? Qu'est-ce que tu m'veux? Pourquoi tu étais dans les arbres? Pourquoi tu tournes le dos au feu? Pourquoi tu as des griffes? Les Elfes, les vrais Elfes, n'ont pas de griffes. Qu'es-tu? Et dis moi pas de conneries.» Elle posa sa main sur la paume de son épée, un peu par réflexe, au cas où les choses tournaient mal... Même si elle pourrait utiliser ses pouvoirs plutôt que son arme. En fait, ses pouvoirs risquaient d'être plus efficaces contre quelqu'un de musclé comme Finnagan.
Revenir en haut
Finnagán
Empereur Rouge
Empereur Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2013
Messages: 54
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Masculin
Âge: 135 ans
Localisation: Beside you

MessagePosté le: 12/05/2013 10:07    Sujet du message: Kidnapping de Primrose Répondre en citant

Finnagàn avait de toute évidence échouée quant à sa tentative d'amadouer la créature. Elle semblait sauvage et méfiante. Il avait voulu la flatter dans le sens des poils mais il semblait avoir passer sur une rosette, les poils s'étaient retournés contre sa paume et le piquait. Le terme royal semblait l'avoir sévèrement offusqué. Par contre, la description qu'elle en fit le sidéra. Mais quel genre de roi gouvernait son monde?! Certes, il avait un trône bien décoré, mais il est loin de s'asseoir sur son postérieur pour donner des ordres sans rien faire. La preuve : il était actuellement assis dans un royaume à conquérir en discutant sagement avec une indigène. Et encore, il ne se plaignait pas du tout de la complexité de gouverner. Il avait des imbéciles à son service pour s'occuper des tâches difficiles. Lui, il levait une armée et partait au combat sur la première ligne.

Vraiment, le monde d'où elle venait semblait être un véritable désastre. Elle pouvait bien l'avoir quitter, vu la haine qu'elle semblait éprouver vis à vis de ces sauvages. Peut-être, au fond, avait-elle sa place avec lui, dans son château? Était-elle la créature dont Lastas lui avait parler? Non, non sûrement pas, elle était une Enkiev, Lastas lui avait parler des indigènes originaires d'Enkilisar, pas ceux de l'autre côté du volcan. Il la regardait, impassible, tendit qu'elle lui déballait son sac. Qu'elle en profite, tant qu'elle était libre elle pouvait agir comme bon lui semble. De toute façon, il trouvait cela divertissant de l'écouter lui raconter à quel point son monde était pourri. Il comprenait pourquoi Lastas voulait conquérir le monde et l'offrir comme un plat empoisonné pour dégustation à Parandar. Ce monde était pourri de l'intérieur, comme son créateur.

Vint ensuite des questions qui se dirigeaient droit vers lui. Qui il était, ce qu'il voulait, ce qu'il faisait dans un arbre, pourquoi il tournait le dos au feu, pourquoi il avait des griffes. Elle lui dit ensuite qu'il n'était pas un vrai elfe, sur ces mots, ses yeux se rétrécirent et son expression, dans l'ombre du feu, se fit menaçante. Il répondit, sur ces derniers mots, du tac au tac, se fichant de la main qu'elle avait portée à son épée, le ton menaçant : « Ne m'insulter pas. Je suis un VRAI elfe, ce sont plutôt vos créatures perfides et idiotes qui n'en sont pas des vrais. Je suis né sur Osantalt, la véritable nation des elfes. Je ne suis pas issu de racines pourries... » Il cracha au sol. « Comme ces damnés mangeur de bois. » Il inspira bruyamment et détourna le regard.

Se calmer, et lui répondre. L'honnêteté à demi-dévoilé lui semblait la meilleure solution. Il reprit donc, non sans avoir au préalable pousser un soupir qui démontrait qu'il répondait à contre-coeur. « Je vous l'ai déjà dit. Je suis Finnagàn. Je ne vous veux aucun mal, j'étais dans cet arbre bien avant que vous veniez violé ma tranquillité. » Il lui jeta un regard lourd, pour lui faire comprendre, mais son ton s'était radouci. Il ne lui voulait réellement aucun mal, du moins, pour lui, cela n'était pas mal. « Si, chez vous, les elfes ne grimpent jamais aux arbres, ils sont encore plus pourris que ce j'aurais cru! Il est naturel de s'y percher pour réfléchir en communion avec la nature. » Ce qui n'était pas faux, même si, dans son cas, c'était relativement vrai. Il était, après tout, réellement là pour réfléchir.

Maintenant, elle lui avait parler du feu et de ses griffes. Il devait lui répondre avant qu'elle ne le condamne. « Si les elfes de chez vous ne sont pas équipper pour survivre en forêt, je n'y peux rien, Primrose. Mais là d'où je viens, nous avons besoin des griffes pour grimper aux arbres et se défendre. De plus, mes yeux sont sensibles à la lumière car, contrairement à vous, je vois dans le noir. Les elfes n'ont-ils pas une vue plus perçante? Sur Enkidiev. » Il prononça ce dernier mot comme s'il était un blasphème. Puis il enchaîna, pour terminer ses explications avant qu'elle ne décide de l'embrocher, ou du moins d'essayer. Il ne voulait pas gâcher ce moment de tranquillité.

« Pour finir, si, là d'où vous venez, la royauté n'est pas plus digne que vos bêtes d'élevage, ce n'est pas de ma faute, et je vous prierais de ne pas m'insulter. J'ai confiance à la royauté de mon peuple. Notre dirigeant à tous est un homme digne de confiance, qui n'a pas peur de mettre sa main au feu pour son peuple et qui combat sur la première ligne. Alors désolé si mon commentaire vous à insulter, Primrose, mais je n'y peux rien si votre peuple est aussi pourri que ces damnés elfes auxquels vous me comparez, ce qui me chagrine. » Il continua ensuite de se nourrir, car il avait interrompu le processus pour lui répondre. Maintenant que les choses étaient au clair, il allait pouvoir en revenir là où il avait fini.

Il prit le temps de finir son repas avant de reprendre la parole, pour lui laisser le temps d'assimiler les informations qu'il venait de lui donner. « Et maintenant vous savez qui je suis et ce que je suis, mais je n'en sais pas autant à votre sujet. » Après avoir soigneusement essayé ses mains... sur son linge!, il pointa ses ailes du menton et poursuivit : « Je peux déduire que vous êtes une fée, les créatures favorites des dieux, mais je n'en sais pas plus à votre sujet. Puis-je espérer la même honnêteté dont j'ai fait preuve, mais de votre part? Je peux aussi partir si ma présence vous importune, contrairement à vous je connais bien ce royaume. »

_________________
Revenir en haut
Primrose
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2012
Messages: 46
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain | Fée
Sexe: Féminin
Âge: 52 ans
Génération: Exception

MessagePosté le: 13/05/2013 18:19    Sujet du message: Kidnapping de Primrose Répondre en citant

Finnagan prenait un air menaçant, mais il n'impressionnait pas Primrose. Des hommes qui se croyaient tellement forts, qui croyaient lui faire peur, elle en avait vu des tonnes. Aucun ne s'était douté de la force qu'elle cachait en elle. Il disait que lui était un vrai Elfe alors que ceux d'Enkidiev étaient des faux, des idiots. Prim ne doutait nullement que les Elfes qu'elle connaissait soient idiots : ils tenaient tellement à leur philosophie pacifique que c'était bien trop facile d'aller en assassiner quelques uns. Ils vivaient dans leur monde de naïveté sans réaliser le danger qui les entourait. Elle se demandait comment ils s'en étaient sortis, avec les catastrophes et le grande traversée. Ils devaient s'ennuyer de leur petite forêt douillette, les pauvres. Mais idiots ou pas, elle avait l'impression que ces Elfes étaient les vrais, ceux créés par les Dieux. Mais peut-être que les Dieux avaient créés deux races séparées, tout simplement. Une faible... et une comme Finnagan. Il lui dit qu'il avait été dans l'arbre avant qu'elle arrive et lui lança un regard lourd pour appuyer ses propos. La Fée lui répondit en haussant les sourcils pour bien lui montrer qu'elle doutait de ce qu'il racontait. Même s'il avait vraiment été là avant elle, pourquoi ne pas se montrer plus tôt? Elle ne put s'empêcher de sourire lorsqu'il parla de communion avec la nature. Même si elle ne connaissait Finn que depuis quelques minutes, elle n'avait pas l'impression qu'il était le genre de personne à philosopher en se prélassant dans les cerisiers. Il devait plutôt être le genre à couper des têtes pour relaxer. «Communion avec la nature... Ben oui j'en doute pas.» dit-elle avec un brin de sarcasme.

Il continuait à lui répondre. Sans s'en rendre compte, Prim s'était calmée en l'écoutant ; il ne l'avait pas provoquée davantage et elle n'avait plus la main sur son épée. Il disait avoir besoin de ses griffes pour monter aux arbres ; ce serait une adaptation à la nature. Primrose haussa à nouveau les sourcils. Il était tout à fait possible de monter aux arbres sans griffes : elle-même s'amusait à le faire sans utiliser ses ailes et la plupart des Elfes étaient encore plus agiles qu'elle. Des griffes, c'étaient pour tuer, pas pour câliner la nature. Finnagan voulait-il paraître moins dangereux, moins méchant qu'il ne l'était vraiment? Pourquoi? Il lui expliqua qu'il pouvait voir dans le noir, ce qui rendait ses yeux sensibles aux sources de lumière intense comme un feu. Ça, elle pouvait bien le croire, même si les Elfes d'Enkidiev n'avaient pas cette habilité. Il prononçait «Enkidiev» comme s'il détestait le continent. Prim était plutôt étonnée qu'un Elfe venant d'un territoire dont elle n'avait jamais entendu parler connaisse assez Enkidiev pour ne pas l'aimer... Mais qu'est-ce que ça pouvait lui faire, au fond? Elle-même n'avait jamais vraiment aimé son royaume d'origine. Elle était allée dans l'Empire pour une raison. Et maintenant, elle l'avait quitté... Il ne lui restait plus beaucoup d'endroits où aller.

Elle sourit lorsqu'il compara la royauté à du bétail. C'est vrai que les nobles étaient tous de grosses vaches folles. De riches vaches faciles à voler, mais des vaches quand même. Il disait que son dirigeant était digne de confiance, il combattait avec les gens et blablabla. Mouais. Primrose doutait qu'un tel dirigeant existe. Peut-être qu'il était trop naïf pour voir que sa royauté était aussi pourrie que celle d'Enkidiev ou de l'Empire. Car même si l'impératrice était mieux que les rois et reines d'Enkidiev, elle ne l'avait jamais vraiment aimée. Finnagan voulait maintenant qu'elle parle d'elle et Prim n'était pas trop chaude à l'idée. Qu'est-ce qu'elle pouvait lui dire, au juste? Elle ne voulait pas lui avouer qu'elle était chevalier ; il comprendrait qu'elle avait des pouvoirs et elle ne voulait pas qu'il le sache.

«Les Fées, créatures préférées des Dieux?» Elle ricana. «En tout cas, je ne suis pas du tout une créature préférée des Dieux. S'il existe en quelque part, je me fiche bien de ce qu'ils peuvent penser, et j'suis pas mal certaine qu'eux se fichent bien de moi. Oui, je suis une Fée. Mi-Fée, mi-humaine, en fait. Ça t'dérange pas, que je vienne d'Enkidiev Elle observa sa réaction, lui qui semblait voir Enkidiev négativement. «J'vais te parler de moi avec exactement la même honnêteté qu'toi, c'qui veut dire pas dans les détails, hein? Je sais toujours pas qui tu es vraiment, ce que tu fais ici. C'est ben beau de dire que tu philosophe avec tes grands amis les arbres, mais j'ai d'la misère à croire que t'es un penseur dans l'âme avec tout ton tas d'muscles. Des muscles, ça sert pas à penser.» Elle termina son repas pendant qu'elle parlait. Finn semblait déjà avoir terminé. «Je viens d'Enkidiev... et de l'Empire. J'ai essayé les deux, les deux sont moches. J'ai pas vraiment de place à moi.» Elle haussa les épaules, comme si ce n'était pas bien grave. À vrai dire, elle commençait à en avoir assez de se sentir étrangère peu importe où elle allait, de ne pas avoir d'endroit où elle se sentait bien... Mais elle ne l'aurait jamais avoué. «J'voulais voir de quoi les territoires inconnus ont l'air, voir si j'peux trouver une meilleure place où vivre en quelque part dans ce trou perdu. J'ai pas gros d'espoirs, par contre.»

Il lui dit qu'elle pouvait partir, si sa présence l'importunait trop. Le repas était fini, ils n'avaient plus vraiment de raison de rester ensemble. Et pourtant... Elle n'avait pas vraiment envie de se trouver seule à nouveau. Elle était bien consciente qu'elle ne pourrait pas vivre en solitaire toute sa vie. Elle avait beau apprécier la solitude, apprécier de ne pas être insultée à tout bout de champs, mais elle n'aimait pas assez les arbres pour les avoir comme seuls amis, elle. «J'imagine que tu peux rester...» marmonna-t-elle. «À moins que tu préfères rester en tête en tête avec tes meilleurs amis les chênes. Et pis j'aimerais bien mieux connaître le coin... Et p'tête...» Elle hésita. Elle n'aimait pas demander quelque chose à quelqu'un. Demander d'aller à Osantalt avec lui... Ça aurait été trop bizarre, trop direct. Et puis, peut-être que son royaume était encore plus pourri que l'Empire, au fond. Peut-être qu'il valait mieux qu'elle n'y mette jamais les pieds. Mais quand même... «C'est bien, Osantalt, comme place?» Demanda-t-elle plutôt. C'était une façon d'introduire le sujet. «Tu peux m'tutoyer, aussi. C'pas comme si j'tais une vieille croûte.» ajouta-t-elle.
Revenir en haut
Finnagán
Empereur Rouge
Empereur Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2013
Messages: 54
Présence: Présent(e)
Race(s): Elfe noir
Sexe: Masculin
Âge: 135 ans
Localisation: Beside you

MessagePosté le: 18/06/2013 10:46    Sujet du message: Kidnapping de Primrose Répondre en citant

Finnagàn n'était pas dupe. Elle ne croyait pas à tout ce qu'il racontait. Honnêtement, cela lui importait peu qu'elle ne le croit pas. Elle s'était radoucie et tolérait sa présence. Son repas terminé, il pouvait observer à loisir ce qui l'entourait. La façon dont elle avait fait son feu, l'absence de tout autre créature pensante dans le coin, comment ses effets étaient dispersés, ainsi que la bête qui l'accompagnait, un cheval... nain? «Les Fées, créatures préférées des Dieux?» Son expression émettait le profond doute qu'elle avait à ce sujet. Il pencha la tête sur le côté. Pourtant, les fées étaient les créatures ayant la constitution la plus proche des dieux. Ne connaissait-elle pas les particularités de sa propre race?

« En tout cas, je ne suis pas du tout une créature préférée des Dieux. S'il existe en quelque part, je me fiche bien de ce qu'ils peuvent penser, et j'suis pas mal certaine qu'eux se fichent bien de moi. » Bien sûr, les dieux avaient de bien meilleures occupations que de surveiller la moindre créature créée par Parandar. Mais cela ne les empêchaient pas de favoriser une race à une autre. Tout comme Lastas, leur père créateur à tous, avait libérer leur peuple du joug de Parandar. Par Abussos, ces dieux étaient d'une faiblesse incroyable. Tout comme ce dernier. Lastas n'était pas dupe, il savait bien où donner son attention pour arriver à ses fins. Il avait fait d'eux de puissantes créatures.

« Ça t'dérange pas, que je vienne d'Enkidiev? » Il haussa les sourcils en signe interrogateur. Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire à lui? Elle semblait elle-même érpouvé une certaine rancoeur envers ce peuple de faible. Peut-être avait-elle réellement la force de se lever au-dessus d'eux. Mais elle n'aurait pas cette occasion. Elle avait baissé sa garde. Elle lui appartenait dès maintenant. « Je sais toujours pas qui tu es vraiment, ce que tu fais ici. C'est ben beau de dire que tu philosophe avec tes grands amis les arbres, mais j'ai d'la misère à croire que t'es un penseur dans l'âme avec tout ton tas d'muscles. Des muscles, ça sert pas à penser. » Il esquissa un sourire moqueur. Il était pourtant réellement ici pour réfléchir. Muscle ou pas, il était doté de la capacité de réfléchir! Elle le sous-estimait, c'était parfait.

«Je viens d'Enkidiev... et de l'Empire. J'ai essayé les deux, les deux sont moches. J'ai pas vraiment de place à moi. » Essayer? C'était une drôle de façon de décrire ses tendances opportunistes. De toute évidence, elle s'installait où elle avait de meilleures chances de... de faire quoi au juste? Il doutait qu'elle soit une marchande de fleurs, marchande quelconque d'ailleurs. Elle portait une arme, et était donc douée pour le combat. Du moins, autant que son gabarit devait le lui permettre. Les ailes devaient être un avantage. Tirait-elle à l'arc? « J'voulais voir de quoi les territoires inconnus ont l'air, voir si j'peux trouver une meilleure place où vivre en quelque part dans ce trou perdu. J'ai pas gros d'espoirs, par contre. » Blasée de la vie, avec un langage de petite gens. Elle était aussi faible qu'elle en avait l'air, il en était de plus en plus persuadé. Elle ferait un joli trophée à côté d'Aredhel, qu'il avait abandonné quelques temps au château, dans les cuisines.

« J'imagine que tu peux rester... » Fit-elle, comme de mauvais gré. Il sourit, amusé. La décision lui revenait et elle semblait marcher sur son orgueil pour le lui dire. Ce ne serait que plus plaisant. « À moins que tu préfères rester en tête en tête avec tes meilleurs amis les chênes. Et pis j'aimerais bien mieux connaître le coin... Et p'tête... » Il la regarda, visage impassible, regard amusé, attendant la suite. Ses meilleurs amis les chênes... peut-être pas jusque là. Il ricana un peu. « C'est bien, Osantalt, comme place?» Demanda-t-elle plutôt. C'était une façon d'introduire le sujet. «Tu peux m'tutoyer, aussi. C'pas comme si j'tais une vieille croûte. » Elle plongeait dans la gueule du loup. C'était parfait. Il hocha la tête.

« Moi j'aime bien. » Il esquissa un sourire. « Même si mes gros muscles semblent vous persuader que je ne suis pas doté d'intelligence... » Il observa sa réaction. « ...j'y travaille dans le domaine militaire et je suis actuellement en petite virée pour réfléchir à ce que j'allais faire de mon avenir. Nous ne sommes sans doute pas si différent... » En fait oui, énormément. Et il ne réfléchissait pas qu'à son avenir, mais à celui de tout le royaume. Mais c'était mieux qu'elle l'ignore, il pourrait savourer le moment où elle le découvrirait. Il allait s'en délecter! D'ailleurs, il s'en réjouissait d'avance. « ... et oui, je vouvois. » Il esquissa un sourire amusé. Il ne tutoyait que ses esclaves, et il n'était pas encore parfaitement sûr s'il allait la faire entrer comme esclave ou si elle pourrait lui être utile ailleurs.

L'Empereur Rouge avait quand même deux bonnes options. Et même une troisième ; cette femme avait connu les envahisseurs de l'est, elle en faisait partie. Sa chère épouse se ferait un plaisir de la torturer et de lui arracher ses ailes si délicates. Son regard tomba sur celles-ci. C'était toujours aussi fascinant la façon dont elles captivaient la lumière. Il hocha la tête, puis se laissa tomber sur le dos, glissant ses mains derrière sa nuque. « Croyez-le ou non, je suis réellement ici pour réfléchir. Mais je dois avouer que jamais je ne penserais à quitter Osantalt. Ce royaume est parfaitement à l'image de mes valeurs, et ce n'est pas faute d'avoir eu un intérêt pour les autres. Les coutumes des indigènes de ce que vous appelez les territoires inconnues, sont bien loin de celles des elfes. Et de ce que je connais d'Enkidiev et de... l'Empire? Il en est de même. »


[Tu peux faire un petit saut si tu veux, pour faire avancer les choses, tu peux dire que je t'ai finalement proposé d'aller au moins visiter Osantalt et être en route. Tu peux même poster l'arrivée à Osentalt si tu veux. Le monde vont te dévisager, on va parler dans une langue que tu connais pas vraiment et tu vas voir à quel point je suis aimé! Very Happy ]
_________________
Revenir en haut
Primrose
Chevalier Impérial
Chevalier Impérial

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2012
Messages: 46
Présence: Présent(e)
Race(s): Humain | Fée
Sexe: Féminin
Âge: 52 ans
Génération: Exception

MessagePosté le: 30/06/2013 12:29    Sujet du message: Kidnapping de Primrose Répondre en citant

(Suite : Un petit village! J'ai fait avancé le temps jusqu'à l'arrivée à un premier village d'Elfes Smile Je suis pas allée jusqu'au palais, je pense pas que Prim va se rendre jusque là au risque de tomber sur Melusine lol)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2016 00:56    Sujet du message: Kidnapping de Primrose

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Chevaliers d'Émeraude - JDR recommandé par le site officiel - Version 7 Index du Forum -> Évènements -> Rp Stand-by Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Crédits - Le forum a été créé en 2005 par Deelylah. Le design et le codage ont été réalisé par Chlotilde avec l'aide de Camellia et Sahvanna. L'univers du forum est fortement inspiré de la saga Les chevaliers d'Émeraude d'Anne Robillard. Toute reproduction partielle ou totale de ce forum est interdite.


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky